Intel annonce Kaby Lake, une évolution de Skylake

Kaby Lake, une nouvelle gamme de puces chez Intel, vient d’être annoncée par la voix de son PDG. Cette gamme ne sera pas un bouleversement majeur dans les rangs des puces d’Intel qui annonce des retards sur ses prochaines sorties. Ce sera au mieux une évolution de Skymake.

C’est aussi l’annonce de la fin du système Tick-Tock chez Intel. Ou , disons, un redéploiement de celui-ci. Le Tick-Tock c’est un processus interne à Intel destiné a sortir des puces dans un rythme cadencé de 24 mois au lieu de laisser les annonces fleurir au moment de la finalisation du développement d’une puce.

Minimachines.net 2015-07-17 10_41_46

Avant que cette règle ne soit mise en place il y a plus d’une dizaine d’année, on trouvait chez Intel des annonces plus ou moins anarchiques, qui compliquaient la commercialisation des processeurs puisque certains écrasaient tout simplement le précédent tout juste sorti. Impossible d’avoir un retour sur investissement sur ces puces, et il a fallu codifier leur sortie tout en permettant aux laboratoires de la firme de savoir dans quel calendrier travailler. Tick-Tock est donc tout à la fois un outil marketing et de business, à chaque Tick on change de génération de puce, de finesse de gravure etc… à chaque Tock on voit sortir une évolution de ce Tick.

Minimachines.net 2015-07-17 10_39_05

Avec Kaby Lake, on est dans un processus un peu différent, comme un hoquet dans le déroulement habituel des opérations : Kaby Lake sera une sorte de hoquet du Tock  précédent, une base de Skylake, toujours en 14 nanomètres, améliorée sur des points particuliers mais sans changements majeurs.

Minimachines.net 2015-07-17 10_36_27

Pour le moment nous attendons toujours la gamme Skylake, prometteuse génération de processeurs qui devrait baisser les  consommations des puces en accroissant légèrement les performances. Elle sera gravée en 14 nanomètres et devrait sortir d’ici la fin de l’année. Kaby Lake sortira ensuite, début 2016 dans une gamme très large de puces allant de l’ultraportable avec des TDP très bas aux solutions desktop beaucoup plus avancées et gourmandes. Cela retarde évidemment la sortie des puces gravées en 10 nanomètres, Cannonlake, pour l’année 2017 avec toutes les réserves que cela suppose.

Minimachines.net 2015-07-17 10_31_33

Brian Krzanich, le PDG d’Intel fait évidemment référence aux difficultés rencontrées par le fondeur dans son approche du 10 nanomètres et des problématiques rencontrées par cette finesse de gravure. Un argument imparable puisque ces difficultés sont bien réelles et que monter une usine capable de produire les quantités de puces demandées par Intel pour asseoir une gamme complète de processeurs vendus à travers le monde en 10 nanomètres ne doit pas être des plus simples à mettre en place.

Minimachines.net 2015-07-17 10_40_55

Evidemment les mauvaises langues ne s’arrêteront pas à ce détail pour penser que les sorties de puces d’Intel, si elles ont toujours plus ou moins respecté le Tick-Tock, sont toujours assez élastiques. Des annonces plus ou moins rapprochées ou, au contraire, repoussées suivant la réponse concurrentielle rencontrée par Intel. On a ainsi pu observer des coups de fouet dans la production de la marque par le passé lorsqu’elle se sentait en danger sur certains segments face à AMD ou ARM plus récemment, ou, au contraire, un tassement des annonces lorsque le ciel ne laissait apercevoir aucun orage concurrentiel au dessus du fondeur.

Minimachines.net 2015-07-17 10_32_22

Aujourd’hui, AMD ne fait guère d’ombre à Intel et ARM, bien que leader sur le marché des puces mobiles et tablettes, a laissé entrer le loup dans la bergerie avec des puces Atom désormais employées par de nombreux fabricants autant. Une entrée qui à coûté cher à Intel mais qui le laisse moins à l’écart de ce monde.

Difficile de savoir ce qui est vrai, si l’absence de concurrence est le véritable moteur de ce retard car Intel serait très gourmand à vouloir faire durer cette génération quelques trimestres de plus avec Kaby Lake uniquement pour des raisons financières. En réalité, la course à la création de puces 10 nanomètres est devenu un enjeu important pour de nombreux concurrents. On a vu la sortie d’un processeur gravé en 7 nanomètres en laboratoire il y a peu grâce à la collaboration de concurrents du fondeur. Mais Samsung et TSMC sont aussi dans la course, largement sortis des starting-blocks et en passe de s’approcher de la ligne d’arrivée.

Problème pour Intel face à ces mastodontes : Il ne peut pas engager un processus de commercialisation industriel en 10 nanomètres à moitié, soit il peut répondre à la demande et basculera du 14 au 10, soit il ne passera pas le cap à moins de décider de briser son mode de fonctionnement actuel. En face, il suffit de sortir une gamme de puces pour soi même ou un client pour pouvoir annoncer sa victoire dans la commercialisation de cette finesse de gravure. Et en tirer l’atout commercial qui y sera associé.

3 commentaires sur ce sujet.
  • 17 juillet 2015 - 11 h 57 min

    Ça cafouille grave chez Intel. Effectivement, ce n’est plus du Tick-Tock, c’est carrément toctoc…

    Quand on voit les sorties en 14 nm (ex. N3700) moins performant que la génération précédente et à peine moins énergivore, il y a vraiment de quoi se demander s’il n’y aurait un pb inattendu (physique?) avec le 14 nm… Par contre, c’est plus petit (donc potentiellement plus difficile à refroidir car la surface d’échange est moindre) et beaucoup plus cher.

    Répondre
  • 18 juillet 2015 - 14 h 13 min

    C’est vrai que le gain en performance sur les derniers modèles est faible, c’est bien ça laisse du temps à AMD pour rattraper Intel !

    Répondre
  • 21 juin 2016 - 10 h 02 min

    […] trimestre 2016 ce qui signifie une disponibilité probable pour les fêtes de fin d’année. Comme  l’a vu, avec Kaby Lake, Intel ne va pas totalement bouleverser le marché mais apporter quelques améliorations […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *