Huami Huangshan : Un SoC “intelligent” pour montres connectées

La société chinoise Huami, que l’on connait pour ses montres connectées vendues par Xiaomi avec les Stratos, vient d’annoncer un nouveau SoC baptisé Huangshan. Celui-ci propose une IA pour analyser les données du porteur et proposer des services plus fins pour l’utilisateur.

Le Huangshan N°1 MHS001 est un SoC spécifiquement conçu pour les wearables, les montres connectées et autres outils du genre embarquant des fonctions de suivi cardiaque. Il propose une gestion complète de ces mesures et les lie à une “Intelligence Artificielle” qui sera pilotée en local, directement sur la puce.

2018-09-18 11_18_36-minimachines.net

La nouvelle Amazfit Verge de Xiaomi embarque un SoC Huami

Le détail n’est pas spécialement précisé mais le fonctionnement de ce Huangshan semble être un auto apprentissage des pratiques et des rythmes du porteur. Une montre ainsi équipée pourrait donc s’adapter aux différents rythmes de l’utilisateur en notant précisément des éléments de mesure et en s’en servant comme base.

Aujourd’hui, la plupart des balances connectées peuvent faire un suivi de poids à partir de mesures précises, mais si vous laissez votre montre à proximité d’une de celles-ci et que quelqu’un d’autre que vous monte sur la balance, l’écart de poids peut être important. La montre va l’enregistrer sans broncher et vous aller perdre ou gagner 50 kilos sans que celle-ci ne s’en émeuve. Il est facile pour un logiciel de  s’interroger sur ce changement brutal et de le retirer de la liste des mesures si il juge l’écart incohérent.

Mais pour des mesures de type rythme cardiaque, qui se font dans l’instant, ce type d’écart peut être plus problématique. Si votre rythme s’emballe d’un coup, la montre va en prendre note et afficher une augmentation de votre rythme. Si vous voulez relier cette montre à une fonction de monitoring et d’alerte santé pour vous prévenir qu’un événement cardiaque important est en train de se dérouler, la montre va se mettre a s’affoler dès que vous allez piquer un 100 mètres.

2018-09-24 11_15_19-minimachines.net

La Amazfit Stratos, également équipée d’une puce Huami

La solution serait donc de permettre à votre montre un auto apprentissage de vos habitudes. Si vous faites un jogging tous les matins, le SoC Huangshan pourrait le notifier et dresser un portrait de vos rythmes quotidiens. Elle pourrait même noter votre rythme habituel et en faire des statistiques pour un suivi plus complet de vos efforts. Suivre une éventuelle baisse du rythme cardiaque à effort constant de jour en jour qui accompagnerait par exemple une baisse de poids.

Dès que la montre aurait appris vos habitudes, il serait alors possible de repérer des événements inhabituels sur votre rythme cardiaque : Hausse du rythme intempestive ou, au contraire, baisse du rythme anormale. Un outil qui pourrait permettre d’appeler d’éventuels secours en demandant au porteur de réagir dans un court délai via une notification pour signaler que le changement est normal. L’apprentissage de la montre permettrait de l’adapter finement à son porteur sans avoir recours à un système externe type Cloud.

2018-09-24 11_21_16-minimachines.net

Accompagnés de fonctions avancées comme le suivi de mouvement en temps réel, une identification biométrique1 et une fonction Always-On pour afficher constamment des infos à l’écran et recevoir des notifications. 

Le SoC Huangshan est conçu sur une architecture Open source RISC-V, c’est le premier du genre à intégrer des objets connectés. Il devrait proposer une très faible consommation d’énergie et selon Huami, son efficacité serait 38% supérieure à ce que proposerait une solution ARM Cortex-M4. 

Une première montre connectée équipée de cette puce Huangshan N°1 MHS001 sortira en début d’année 2019. Chez Xiaomi ?

Notes :

  1. non précisée… Par analyse du flux sanguin ? D’une signature cardiaque ? Ces analyses demandent des mesures très fines… à moins qu’il ne s’agisse de glisser un lecteur d’empreintes sous le verre du cadran de la montre ?
2 commentaires sur ce sujet.
  • 24 septembre 2018 - 14 h 53 min

    Remarque peut être un peu hors-sujet : je trouve très dur de trouver des éléments d’infos pour développer des applis sur ce genre de minimachines. Est-ce lié au archi matérielle de ce genre de SOC ? Ai-je loupé quelque chose sur le développement sur ce type de SOC ?
    L’utilisation de ce type de soc serait intéressante dans pleins de projet avec les capteurs intégrés si le côté dev était plus accessible et ouvert non ?

    Répondre
  • 24 septembre 2018 - 15 h 04 min

    @Geppeto35: Je crois que seuls les partenaires ont droit à des SDK. Les systèmes équipés de ces puces sont fermées, ce n’est pasun ecosystème à la Apple ou Android.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *