Eleglide Coozy : une nouvelle trottinette électrique haut de gamme

La trottinette électrique Eleglide Coozy propose des finitions haut de gamme sur un dispositif taillé pour le quotidien.

Mise à jour baisse de tarif voir en fin de billet.
La trottinette électrique Eleglide Coozy est un véhicule assez lourd, taillé pour un usage régulier et pas vraiment fait pour la fantaisie. Avec ses 18.7 Kg, ce n’est pas la plus légère de sa catégorie mais elle a pour elle de nombreux avantages.

La Eleglide Coozy c’est avant tout de bonnes idées sur un corps robuste. L’engin est taillé pour un usage dans la circulation avec quelques ajouts intéressants comme des clignotants, des réflecteurs hauts, une jupe enveloppante ou une béquille dans le profilé du châssis. Loin des premières trottinettes apparues sur le marché, ce modèle propose moins de fun et plus de solidité. Une mise à jour qui devrait séduite ceux pour que ce type de véhicule est devenu impératif au quotidien. Un argument suffisant pour faire passer la pilule de son tarif. L’engin n’est en effet pas donné, à presque 700€ elle se place dans le haut de gamme de ce marché.

Performances

La Eleglide Coozy propose un moteur de 350 Watts nominal capable de monter à 540 Watts en crète, un moteur puissant même si on est en dessous des solutions les plus musclées du marché. Suffisant en tout cas pour mouvoir les presque 19 Kg de la trottinette et jusqu’à 120 Kg pour son conducteur. La vitesse maximale est de 25 Km/h, conformément à notre législation, et les quatre modes de déplacement classiques sont disponibles.

6 Km/h d’abord pour « pousser » la trottinette en marchand à pied à côté. 10 Km/h pour voyager « au pas » avec un groupe de piétons. Il est rare que les piétons marchent à 10 Km/h mais la gâchette d’accélération permet d’aller jusqu’à 10 Km/h et offre toute une plage de vitesses intermédiaires. La vitesse suivante limite la trot’ à 15 Km/h ce qui est parfait pour les voies encombrées au quotidien. Quand la piste cyclable est pleine par exemple, il est inutile de laisser la vitesse au max pour circuler, cela évite d’accélérer inutilement entre deux autres utilisateurs et d’avoir un comportement accidentogène. Ces 15 Km/h semblent en général très lents à l’usage mais au final ils permettent également d’augmenter l’autonomie de la machine et donc sa portée de déplacement.

Le maximum que la Eleglide Coozy puisse atteindre est le classique 25 Km/h pour circuler plus rapidement. Le maximum légal en France sur la voie publique avec un EDPM. Ces modes classiques correspondent bien aux usages que l’on rencontre au quotidien. Avec ce type de gros engin, on se sent souvent comme au « ralenti » à 25 Km/h mais, au final, on échange des sensations contre du confort et de la sécurité.

Je n’ai aucune idée de la vitesse d’accélération de ce modèle. J’ai été surpris de voir sur la Navee N65, que j’envisageais nerveuse et presque inconfortable au démarrage, une machine très progressive et douce. Je ne vais donc pas m’aventurer sur son comportement mais rester sagement sur les chiffres donnés par le constructeur. Avec 22 Nm de couple et une puissance de 540 Watts, la machine devrait proposer de bonnes performances en montée. Le constructeur indique des pentes de 15% maximum, ce qu’il faut en général mettre en perspective du poids à déplacer et de l’état de la batterie. Les 15% peuvent être encaissés par un engin qui sort de sa recharge mais sera plus difficile à escalader avec une batterie en bout de course.

A noter, et c’est important, que le moteur est en propulsion à l’arrière de l’engin, et non pas en traction à l’avant. Une accélération trop brusque serait donc dangereuse avec un risque de renversement si le conducteur se penche trop vers l’arrière. Il est donc probable que nous ayons ici un système de démarrage tout en douceur.

Autonomie

La batterie est une 12.5Ah en 36 Volts avec un capacité de 4580 Wh. Le constructeur annonce une autonomie de 50 à 55 Km avec une charge. Comme d’habitude, il faut prendre ce chiffre avec du recul. La Eleglide Coozy promet ce résultat avec de multiples conditions : un conducteur de 75 Kg, circulant uniquement sur du plat avec une vitesse constante de 15 Km/h par 26°C. vous l’aurez compris, ce chiffre est comme toujours issu d’un test en laboratoire où on a posé la trottinette sur un tapis roulant et mesuré le score final. Cela n’a rien à voir avec l’autonomie que pourra proposer réellement l’engin dans la vraie vie.

D’expérience, j’ai tendance à retrancher 20 à 25% de la distance maximale que peut parcourir ce type d’engin pour avoir une idée plus exacte de ses capacités. Bien entendu, cela dépendra de votre poids, du relief que vous allez rencontrer, si il fait froid ou non et même d’un éventuel vent contraire ou dans le dos. Miser sur 30-35 Km d’autonomie ne me parait pas aberrant. Un chiffre à bien prendre en compte puisque l’engin annonce également une recharge longue, pas moins de 7 heures pour regonfler la batterie à bloc. Il ne faut donc pas compter sur une recharge rapide de quelques heures à l’arrivée pour retrouver une trottinette partante pour de nouvelles aventures. On est sur un modèle qui fera un ou quelques aller retour maison-travail puis travail-maison avant de se recharger toute une nuit.

Confort, conduite et ergonomie

Le gros point fort de la Eleglide Coozy semble être au niveau de son confort et de sa conduite. Le constructeur s’est penché sur  ce poste de manière à rendre la trottinette la plus agréable possible. Et cela commence par l’emploi de roues munies de pneumatiques très larges et hauts. Il s’agit de pneus de 10″ bien plus confortables et efficaces sur la route que les solutions de 8.5″ classiques. Leur largeur est également toute différente avec 2.5″ de gomme qui assurent une bonne adhérence au sol. Pour rouler en ce moment sur une Navee N65 en 10″ de 3″ de large, cela fait une toute autre sensation de confort qu’une trottinette électrique classique.

Les petits défauts de la route sont absorbés, les cailloux, crevasses ou plaques d’égout sont littéralement gommés des sensations retransmises par le guidon et des obstacles comme une petite branchette que l’on doit au maximum tenter d’éviter sont dépassés sans soucis si on a pas eu le temps de les anticiper. Autant de reliefs qui pardonnent beaucoup moins au poignets sur un modèle classique.  La crevaison est également plus rare sur ces pneumatiques de gros calibre. Leur gomme est plus épaisse, plus solide et je n’ai pas eu l’occasion de crever sur ma Navee N65 là où j’ai régulièrement eu des crevaisons sur les Xiaomi M365 avant de troquer leurs chambres contre des pneus en caoutchouc plein. 

Autre point fort de cette Coozy, une suspension dans la fourche avant. Là où la majorité des trottinettes électriques utilisent une fourche rigide à l’avant, celle-ci a intégré une suspension qui agira en plus des pneumatiques pour amortir les chocs. C’est probablement pour cela que le moteur a été placé à l’arrière, pour éviter de positionner la fourche au dessus. On retrouvera donc à la fois le confort des pneumatiques et l’amorti des suspensions sur un même véhicule urbain. 

Le deck fait 19 cm de large avec un tapis antidérapant, cela permet de positionner ses pieds – et son poids – de manière confortable. La potence avant est monobloc, assez large et bien enrobée. Loin de l’aspect basique des modèles classiques. Ce châssis se prolonge sur toute la longueur de l’engin avec quelques détails intéressants. La béquille, par exemple, est intégrée dans le deck et se dépliera facilement sans jamais gêner la circulation de l’engin ou s’emmêler quelque part. La construction du garde boue arrière a l’air également très solide avec une triple attache au deck. On évitera là encore les vibrations – et les bruits – inutiles.

Le poids de la trot’ reste contenu, 18.7 Kilos c’est loin des 23.5 Kilos de la Navee par exemple. Ce n’est pas pour autant confortable à l’emploi et j’imagine mal porter l’engin sur de grandes distances. Mais pour la charger dans un coffre, la monter dans un bus ou un train, ou simplement la pousser sur un trottoir ou un passage piéton, ce sera beaucoup plus agréable. Je ne sais pas si on peut envisager ce genre d’engin à remonter au quotidien dans un appartement sans ascenseur… Mais il est envisageable de la porter sur quelques dizaines de mètres si on a vraiment pas le choix1. La structure en aluminium de l’engin permet au final de conjuguer du confort et un poids relativement contenu.

L’encombrement de l’engin est classique : déployée, elle mesure 1.21 m de haut pour 1.13 m de long et 53.6 cm de large. Repliée, elle tombe à 60.7 cm de haut et 51.6 cm de large. Le bas du deck propose 8.8 cm de distance au sol. Comme d’habitude, ce n’est pas suffisant pour descendre un trottoir sans que l’engin ne frotte dessus. C’est par contre assez haut pour éviter bien des tracas sur la route ou descendre des obstacles prévus pour un piéton ou un vélo.

La fourche avant peut se plier, de manière classique, de manière à s’accrocher au garde boue arrière. Cette disposition permettra de ranger plus facilement l’engin chez soi ou dans un coffre de voiture. Cela offre également plus de possibilités pour la porter.

D’un point de vue conduite, la Eleglide Coozy propose de nombreux points intéressants, à commencer par la présence de clignotants pour signaler quand vous tournez. Il s’agit de petites LEDs situées dans les poignées du guidon et que l’on actionne directement depuis le pouce de la main gauche. Ce signalement est évidemment une bonne chose car on pourra indiquer un changement de trajectoire sans avoir lâcher la direction. Il sera malheureusement beaucoup plus visible par les conducteurs venant de face que par ceux qui vous suivent et l’arrivée de ce type de dispositif ne doit pas être considéré comme suffisant pour manœuvrer. Le contrôle visuel et l’indication de vos intentions peuvent encore être plus que nécessaires pour votre sécurité et celle des autres usagers.

On retrouve évidemment une petite sonnette au timbre métallique pour signaler tout danger, des phares avant et arrière et même des catadioptres arrière assez hautes sur le garde boue. Un point qu’il est toujours préférable à mon avis de compléter d’un marquage réfléchissant sur la potence avant. Le phare arrière annoncera vos freinages avec un changement de luminosité. Des catadioptres réglementaires sont disponibles à l’avant comme à l’arrière.

Le système de freinage est double avec une particularité toutefois puisque le frein à disque comme le frein électronique agissant sur le moteur sont tous deux situés à l’arrière. La roue avant ne freine pas du tout. Il sera donc encore plus nécessaire sur ce modèle de déporter son poids vers l’arrière de l’engin en freinant. Je n’ai aucune idée de la pertinence de cette offre en terme de conduite ni de la qualité du freinage proposée.

Le panneau de contrôle avant est intégré dans la potence avec un ensemble d’informations très classiques. On retrouvera les indications de vitesse, le nombre de kilomètres parcourus, la vitesse de circulation choisie, le niveau de batterie, l’activation du Bluetooth comme des phares. Petite nuance plus inhabituelle, les LEDs signalant l’emploi du clignotant. C’est un dispositif complet mais classique pour ce type de machine. Un seul et unique bouton est disponible pour réveiller la machine, le reste des réglages devant probablement se faire via des combinaisons d’appuis longs ou courts et via l’application Bluetooth proposée.

C’est elle qui permettra de régler la fonctions « cruise » par exemple qui pourra bloquer la vitesse atteinte au bout de quelque secondes pour ne pas rester le doigt en permanence sur la gâchette et qui se désenclenchera dès que vous freinerez ou accélérerez.  C’est elle aussi qui permettra de faire sonner la trottinette pour la retrouver. Ou elle encore qui enclenchera son antivol qui bloquera l’utilisation de son moteur tout en activant son frein e-ABS. En cas de mouvement, elle se mettra alors également à biper.

Fonctionnalités annexes

On retrouve un indice de résistance à l’eau IPX5 assez classique qui ne vous autorisera pas à traverser des flaques pour le plaisir mais devrait vous permettre de faire un trajet sous une pluie légère sans risques pour l’engin. Comme d’habitude, l’idée de nettoyer la machine à grands jets est à proscrire, on se contentera de lui passer un coup d’éponge humide en rentrant de balade.

Le mécanisme de blocage de la potence fonctionne avec un loquet de sécurité qui vient empêcher de le débloquer par mégarde. On ne pourra pas retirer le loquet sans d’abord appuyer sur cette protection mécanique. Cela évitera tout accident d’une potence qui se replie en pleine course. La Eleglide Coozy propose une recharge lente mais équilibrée des cellules afin de s’assurer d’un nombre de cycles maximal tout en effectuant des contrôles de l’état des cellules. 

Après les vélos, Eleglide s’intéresse donc au marché des trottinettes et propose ici un modèle assez haut de gamme avec des arguments assez forts. Suspension avant, pneumatiques confortables, clignotants. Il ne manque plus qu’un petit rétroviseur à ajouter sur la potence pour bénéficier d’un engin très complet pour des voyages réguliers et en douceur. Je ne pense pas qu’il s’agisse d’un modèle véritablement « tout terrain » mais plutôt d’un véhicule urbain un peu plus doux que les solutions habituelles. 

Disponibilité et tarif de la Eleglide Coozy

La Eleglide Coozy est disponible en import chez Geekbuying depuis leur entrepôt polonais où elle est listée à 539.99€ sans frais de port avec le code NNNFRBECOOZY. On est encore sur un tarif assez élevé par rapport aux modèles classiques vendus entre 300 et 350€. Le  confort est évidemment différent et les capacités ne sont plus les mêmes. Un investissement à faire si vous pensez faire une rentrée qui peut se passer d’un autre véhicule qui serait rapidement plus couteux. Je pense que si vous évitez de prendre votre voiture tous les jours pour faire quelques kilomètres de chez vous à votre travail, ce type d’engin est fort rapidement amorti.

Faites découvrir le site en le partageant

Notes :

  1. Pour rappel, en France, il est interdit de circuler dans les lieux publics comme les gares ou les centres commerciaux sur sa trottinette mais il est parfaitement légal de marcher à côté.

Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

4 commentaires sur ce sujet.
  • 10 août 2022 - 13 h 53 min

    450Wh et non 4kwh

    Répondre
  • 10 août 2022 - 20 h 46 min

    Merci pour ces trouvailles.
    Je réfléchis fortement à l’acquisition d’une trotinnete pour le travail (trajets fixes quotidiens en ville d’un point A à un point B).
    Entre la Navee 65 et la Eleglide Coozy, laquelle conseillerais-tu ? Bien que le look de la Navee me séduise, la Eleglide semble plus performante sur le papier, ou bien les différences sont-elles minimes ?
    PS : le lien de l’article pointe sur la Navee et non sur la Eleglide.

    Répondre
  • 11 août 2022 - 15 h 01 min

    @Christian-Jacques: Je viens de recevoir la Coozy : je préfère laaargement la Navee !

    Répondre
  • 5 septembre 2022 - 12 h 53 min

    Joyeuse rentrée à tous !

    A propos de mobilité douce électrifiée, il y a le XIAOMI MI SMART ELECTRIC FOLDING BIKE, vélo pliant électrique donc, qui est un peu partout à 599 € au lieu de 799 €.

    Avec les aides locales / régionales / nationales, il doit revenir à très peu cher.

    Dommage que la version internationale vendue en France ne soit pas débridable

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *