Chuwi Hi10 Go : une tablette Windows 10 sous Celeron N4500

La Chuwi Hi10 Go est une tablette 10.1 pouces assez complète qui embarque un processeur Jasper Lake Celeron N4500 et un équipement adapté à un usage basique.

Si vous êtes nostalgique du format 10″ des netbooks, les Chuwi Hi10 Go peut éventuellement vous séduire, vendue seule ou avec un clavier détachable, elle propose un équipement entrée de gamme assez complet pour des usages variés.

Chuwi Hi10 Go

La Chuwi Hi10 Go est construite autour d’un processeur Intel Jasper Lake Celeron N4500. Une solution double coeur sans hyperthreading cadencée de 1.1 à 2.8 GHz avec 4 Mo de mémoire cache et un circuit graphique Intel UHD avec 16 EU. Cette puce au TDP de 6 watts est parfaitement adaptée à ce type de solution, la chaleur émise par ce composant pouvant, être gérée passivement par un format tablette. Elle est ici épaulée par 6 Go de mémoire vive et un stockage de base de 128 Go de eMMC 5.1. Pas la plus rapide des solutions de stockage mais un module qui saura tout de même vous donner une belle réactivité d’usage. L’engin est calibré pour faire tourner un Windows 10 correctement sur ce type de définition et offrir tous les usages classiques d’un PC de surf, de multimédia et de bureautique.

Chuwi Hi10 Go

La Chuwi Hi10 Go propose un écran 10.1″ en 1920 x 1200 pixels avec une dalle IPS proposant 400 nits de luminosité. Ce format 16:10 assume une occupation de 81% de l’espace disponible tout  en conservant des bordures suffisamment larges pour un usage ergonomique. L’écran est, bien entendu, tactile, capacitif mais propose également une reconnaissance des stylets actifs avec 4096 niveaux de pression. A noter toutefois que la marque ne propose pas de stylet dans la version de base de l’engin.

Chuwi Hi10 Go

On retrouve un peu plus de fonctionnalités que les éléments classiques d’une tablette à ce niveau de prix : une paire d’enceintes stéréo, un port jack audio,  une sortie MicroHDMI 1.4 et un lecteur de cartes MicroSDXC. Un module Wifi5 et Bluetooth 4.2 est également proposé. Deux webcams sont disponibles sur l’engin, une 5 mégapixels au dos de la tablette et une 2 mégapixels en façade. Probablement pas les éléments les plus efficaces du marché mais des solutions toujours utiles pour des fonctions documentaires ou pour faire de la vidéo conférence grâce au microphone proposé sur le châssis.

Chuwi Hi10 Go

Deux ports USB Type-C sont également visibles, le premier en USB 2.0 et le second en USB 3.0 avec l’ensemble des fonctions de format : données, charge, Ethernet Gigabit et vidéo. Un plus qui permettra de transformer facilement la Chuwi Hi10 Go en PC complet en mode sédentaire.

Chuwi Hi10 Go

Un ensemble de cinq broches POGO permettra de connecter le dock clavier QWERTY optionnel.  La marque promet une autonomie pouvant aller jusqu’à 6 heures en utilisation classique avec une charge rapide en 24 watts de sa batterie 22.42 Whr permettant de retrouver 100% d’autonomie en 3.5 heures. Le  tout est intégré dans une solution de 700 grammes épaisse de 8.5 mm réalisée en aluminium texturé.

La Chuwi Hi10 Go est proposée pour 250€ environ sans clavier ni stylet sur AliExpress


secret
15 commentaires sur ce sujet.
  • 6 juillet 2021 - 17 h 48 min

    Pour une fois, je trouve Pierre bien généreux avec cette tablette. Un dual core < 3GHz sans hyper threading en 2021 pour du windows… je suis dubitatif sur la longévité d'une bécane pareille qui m'a l'air assez anémique face au futur boulémique que lui semblent vouloir ses devs.
    Si on peut pas installer un os moins gourmand ça va faire cher l'année d'utilisation une fois le clavier et le stylet achetés.

    Répondre
  • 6 juillet 2021 - 18 h 11 min

    Je dirais que cette tablette Chuwi Hi10 Go a et fait le minimum “syndical” !
    Malheureusement, 6 heures d’autonomie maximum, c’est bien insuffisant…
    Il est dommage que Chuwi est fait des économies en bouts de chandelles,
    des économies qui n’en sont pas !!!

    Ce produit ne tiendra pas dans la longévité,
    car ça batterie le rend déjà obsolète…

    Répondre
  • 6 juillet 2021 - 19 h 04 min

    @neurobioboy: un ancien acheteur de la Chuwi Hi13 (avec tablette et stylet) comprend bien ton inquiétude. Tellement lente, ne servait que de liseuse électronique pour BD (dans ce cas parfaite ;-). Briquée après maj du bios sans trop de regrets…

    Répondre
  • 6 juillet 2021 - 19 h 05 min

    Il y a eu le HI10X, config identique, mais avec un N4100 (4 coeurs cette fois). 231 euros avec dock et stylet, le choix fin 2020 était plus facile qu’à 299 euros. Mais le dock est peut-être un chouilla plus pratique et j’aimerais voir le pad car sur le HI10X, cela manquait un peu de précision

    Répondre
  • 6 juillet 2021 - 20 h 30 min

    Cette tablette n’est vraiment pas convaincante je trouve…

    Le N4500 est certes très récent (Q1 2021) mais il est tout en bas de l’échelle côté performances, même le vieillissant N5000 reste un gros cran au-dessus.

    6h d’autonomie ça va se traduire en 4-5h en pratique, pour un temps de recharge de 3.5h c’est juste ridicule. J’ai eu une tablette qui offrait ce genre de rapport autonomie/temps de recharge, et c’est juste insupportable. Quand la batterie vieillit tu finis par devoir la laisser brancher plus longtemps que tu ne l’utilises comme une tablette.

    Alors certes l’engin n’est pas cher et le reste des specs sont plutôt très correctes pour le prix (IPS FHD, HP stéréo, etc.) mais au final si ni les performances ni la batterie ne tiennent la route on peut proposer la meilleure tablette du monde ça n’y changera rien.

    Donc vraiment pas convaincu par cette minimachine :/

    Répondre
  • 6 juillet 2021 - 23 h 03 min
  • 6 juillet 2021 - 23 h 04 min

    @sidero: Les versions N5100 seront mise en vente quand les puces seront dispo.

    Répondre
  • 7 juillet 2021 - 0 h 00 min

    @Pierre Lecourt:
    Ah tant mieux, merci pour l’info Pierre :)

    Répondre
  • 7 juillet 2021 - 13 h 10 min

    @neurobioboy: Ceux qui font cette expérience sont ceux qui ne connaissent que les machines chinoises et surtout ce genre de tablettes où tout est mal conçu que ce soit alimentation, carte mère et surtout stockage pourri (et sûrement des trucs préinstallés qui pompent tout ce qui peut l’être) le plus souvent mais sur un Windows 10 qui tourne sur SSD alors oui un “simple” Core 2 Duo à 2 Ghz ferait très bien l’affaire pour une utilisation de tous les jours.

    Répondre
  • 7 juillet 2021 - 16 h 45 min

    @neurobioboy, @Ledidou, @Clément Nerma, le Celeron N4500 fait parfaitement sens dans cette machine; il est même un des seuls de la gamme à pouvoir s’intégrer dans une machine de ce format sans ventilateur avec son compère le N5100 (si le refroidissement est bien fait), il est suffisamment performant pour faire fonctionner, comme le dit l’article : “un PC de surf, de multimédia et de bureautique” sous Windows 10, donc avec une tache de travail en execution la plupart du temps. Après seul le détail de la qualité des composants fera le bon ou mauvais positionnement du prix et la valeur intrinsèque de la machine : qualité de l’écran, qualité de la dalle tactile, spécification de la mémoire (bi ou monocanal, LPDDR ou DDR-4, latences), efficience de la solution thermique retenue, qualité et cadence de la puce eMMC, composants des réseaux sans-fils et audio et paramétrages du BIOS. Tout cela il faudra attendre des tests pour le savoir et c’est bien là qu’on peut craindre le pire avec les fabricants chinois.
    Mais pour les performances, si le Celeron N4500 est accompagné de mémoire LPDDR4x et que la solution thermique retenue lui permet de tirer parti de toutes ses capacités (avec un SDP, un TDP d’usage à 4,8W), il devancera toutes les tablettes Android et Windows 10 sous ARM présentes sur le marché à ce niveau de prix et ce pour la bureautique, les jeux, l’émulation, et la consommation de contenu (Web et film). L’Asus BR1100(et toute la configuration n’est pas idéale) donne un exemple de performance du processeur dans des contraintes proches.

    Répondre
  • 8 juillet 2021 - 11 h 28 min

    Du coup, la tablette fonctionnant sous W10, pas de soucis de streaming en FHD avec Netflix, Amazon, Disney…?

    Répondre
  • 8 juillet 2021 - 12 h 50 min

    @Nicolas: Du côté des protections logicielles et des capacités de la machine, aucune difficulté, même à très haut débit (de décompression, le WiFi je n’en sais rien). Pas de AV1 matériel (donc pas de AV1, le décodeur logiciel ne tiendra pas le choc avec des vidéos fortement compressées) cependant si les diffuseurs venaient à en proposer. Cela reste une tablette, l’écran est en 16/10 et nous n’en connaissons pas la qualité ; l’espace de stockage est limité et sera vite rincé (usé et non-remplaçable) si c’est une machine de diffusion/consommation permanente. Enfin le port micro HDMI 2.0 sort au moins (au plus?) du FHD mais on ne sait pas à quelle fréquence.
    Enfin, l’alimentation est en 12V 2A et donc le port de la machine supporte un mode d’alimentation propriétaire, non-compatible USB PD.

    Répondre
  • 8 juillet 2021 - 13 h 07 min

    Vue que le lien d’achat est pour Aliexpress, je me permet de preciser qu’il faut maintenant compter la TVA.
    J’ai commandé un article a 16€ et le prelevement CB a été de 19€20, soit le montant de la TVA en plus ;)

    Répondre
  • 8 juillet 2021 - 14 h 19 min

    @SebM: L’AV1 peut toujours être décodé par accélération matérielle directement sur les unités de calcul, ce sera bien plus rapide que si ça s’éxécute sur le processeur enfin si l’application le permet évidemment.

    Répondre
  • 8 juillet 2021 - 15 h 00 min

    @Le Breton: La dichotomie accélération matérielle/logiciel est souvent mal interprétée; c’est une facilité de langage : tout finit toujours par être exécuté par du matériel et tout est interfacé avec du logiciel quelque part. Aujourd’hui il existe des décodeurs “logiciels” qui en fait exécutent le code sur les unités de calcul arithmétique et vectorielle des processeurs ou des blocs de décodage indépendant mais situés dans les processeurs graphiques qui “accélèrent” (en fait l’exécutent dans des temps courts, et régulier) le travail de décompression et de transposition sur un espace mémoire dédié à la vidéo. Les Jasper Lake intègrent un dérivé des composants graphiques de 11e génération de chez Intel, comme les Ice Lake et Lakefield et de fait n’offrent pas d’interfaces logicielles de prise en charge des contenu AV1. Compte-tenu de la fréquence des Jasper Lake, de leur unités de calcul arithmétique et de leur absence de jeu d’instruction vectoriel autre que le SSE 4.2, ils sont incapables d’utiliser les solutions qui s’appuient sur le décodage par le processeur central de manière utile ou efficace. Les solutions employant quasi exclusivement les unités de calcul arithmétique et vectorielle des processeur graphiques, ont existé par le passé mais elles n’existent plus aujourd’hui.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *