La lente et douloureuse agonie des Chrome Apps programmée par Google

Google est un monstre. On le dit souvent pour évoquer la taille et les nombreux tentacules de l’entreprise. On en parle également parce que Google fait peur de par ses incursions dans notre vie privée. Mais Google est aussi un monstre froid de par son pragmatisme. N’hésitant pas à sabrer dans ses propres rangs en cas de déception. C’est ce que le père du navigateur Chrome s’apprête à faire avec ses Chrome Apps.

Couic les Chrome Apps, leur sort en est jeté. Google a décidé de les faire disparaître sans trop d’état d’âme. Il faut dire à la décharge du monstre que le succès n’est pas au rendez-vous. 1% des utilisateurs de Chrome sous Mac, Linux ou Windows seulement utilisent ces applications particulières. Pas rentable donc, malgré un temps de test relativement long. Le projet va donc être sabordé, mais par étapes.

Minimachines

Si vous n’avez jamais entendu parler des Chrome Apps cela ne devrait pas vous déranger outre mesure mais par souci d’éducation, on va revenir rapidement sur le concept. Google a décidé de lancer ses Chrome Pakaged Apps comme des applications tournant sous le navigateur Chrome n’utilisant que des outils web HTML5 et Javascript. L’intérêt pour le développeur est de pouvoir proposer une application indépendante du système d’exploitation puisque tournant avec des outils en ligne. L’intérêt pour l’utilisateur étant de retrouver ces applis quelque soit sa machine une fois identifié sous un navigateur Chrome. L’intérêt pour Google… du moins l’objectif, était de populariser Chrome en tant que navigateur via cette boite à outils.

Minimachines

Evernote, via Chrome Apps ou via un favori dans un nouvel onglet ?

Evidemment, il y a eu un petit hic pour Google. Construire une application uniquement pour Chrome en utilisant des standards universels du Web, c’est un peu comme fabriquer une voiture ne pouvant rouler qu’avec le carburant d’une seule marque de stations service. C’est un peu handicapant pour se développer, se faire connaitre et apprécier. Et de fait les développeurs ont eu tôt fait de créer des services en ligne via des sites dédiés pour proposer des services universels ouverts à tout type de navigateurs modernes. Éventuellement, ils ont développé une extension de ce service sous la forme de Chrome Apps mais n’ont certainement pas mis tous leurs octets dans le même panier. La concurrence de sites bien identifiés face à un marché d’applications peu visible a fait le reste et les internautes se sont plus dirigés vers leur boite à favoris que vers le Web Store de Chrome.

Le calendrier de l’agonie des Chrome Apps est donc décidé et Google procédera lentement, par étapes. Dès la fin de 2016, les nouvelles Chrome Apps ne seront plus visibles en dehors de Chrome OS. Votre navigateur sous Windows, Linux ou Mac OS ne pourra donc pas les découvrir, il faudra passer par un Chromebook pour en profiter. A la seconde moitié de 2017, ce sera la totalité des applications du Chrome Web Store qui deviendront fantômes pour les systèmes en dehors de Chrome OS.

Acer Chromebook CB3-131

Enfin, en 2018, les navigateurs Chrome pour Linux, Windows ou Mac OS ne seront plus capables du tout de faire tourner les Chrome Apps. Les Chromebooks seront évidemment toujours capables de les faire tourner mais je ne donne pas cher de leur peau pour autant. D’abord cette annonce va faire l’effet d’une douche froide pour les développeurs ayant encore quelques chaleurs pour cet écosystème particulier. Je doute que de gros budgets soient encore alloués à la création de solutions Chrome Apps dans les mois qui viennent. Je suppose que les éventuels développements en cours seront reportés vers des solutions purement en ligne. L’apparition programmée des applications Android sous Chrome OS devrait enfin avoir raison des fanatiques de cette solution. Je doute qu’il faille attendre 2018 pour constater la mort clinique de cet écosystème.

14 commentaires sur ce sujet.
  • 22 août 2016 - 11 h 33 min

    Mais du coup, Chrome OS va pérécliter s’il n’y a plus de Chrome Apps, non ?

    Répondre
  • 22 août 2016 - 11 h 45 min

    ChromeOS va hériter des applications Android et puis, franchement, même sous ChromeOS je ne me sert pas des applis tant que cela… Je leur préfère leurs équivalents en ligne hormis quelques trucs spécifiques comme les calculatrices et autres bloc note… Éléments que je retrouverais sous Android.

    Répondre
  • 22 août 2016 - 12 h 19 min

    Donc en gros chrome os va devenir un android version pc quoi ….
    Je me demande ce que google prépare avec fuchsia … un nouvel os universel x86 et ARM ??

    Répondre
  • 22 août 2016 - 12 h 31 min

    @jujudk: Ouais, aucune idée. J’ai suivi ça pendant les vacances mais pour le moment on n’en sait tellement peu que je n’ai pas osé écrire dessus.

    Répondre
  • 22 août 2016 - 12 h 39 min

    il y a l’excellent postman qui viens de se voir développer en urgence une version indépendante de chrome.
    ça prouve encore une fois qu’en développement logiciel, il il y a un risque à être trop dépendant d’un tiers, et que si on veut bien gérer il faut le comprendre dans son budget pour pouvoir évoluer plus tard (combien de tv ont pas suivit l’abandon dune version de l’api youtube il y a quelques temps?)

    Répondre
  • 22 août 2016 - 14 h 40 min

    En fait, je n’ai pas trop remarqué ce qui pouvait distinguer une chrome web app d’une simple îcone renvoyant vers l’application en ligne.

    J’ai un Chrome avec 3 pages d’applications. En quoi est-ce différents des modules de Firefox, mis à part que ces lanceurs soient regroupés dans une page de type sommaire ?

    Et comment est-ce qu’on s’en rend compte ??? Quel est le gain ?

    Répondre
  • 22 août 2016 - 15 h 12 min

    Les Chrome apps sont effectivement peu utilisées… Mais il y en a une qui m’est chère:
    Videostream qui permet d’envoyer un fichier vidéo vers un chromecast (pratiquement n’importe quel format), avec gestion des sous titres en prime.
    Je n’ai trouvé AUCUN remplaçant sérieux sous windows pour streamer mes mkv ou h.265 sur un chromecast… Je cherche juste un player basique qui transcode pour balancer n’importe quelle vidéo sur ma TV. Qqu’un connait un petit logiciel qui fait ça sans passer par chrome ? (la prochaine version de VLC mais quand sortira-t-elle ? Kodi peut-il faire ça ? mais c’est ultra lourd pour ce que je veux faire…)

    Répondre
  • 22 août 2016 - 16 h 55 min

    J’ai du mal à croire ça quand je regarde les taux d’équipement de chromebooks aux US

    Répondre
  • 22 août 2016 - 17 h 27 min

    est ce que les chrome apps comprend les extensions? car ya des truc super utile sur le store de chrome comme ajouter des fonctions a youtube a twitch ou meme un mode nuit ou encore traduction auto
    si google vire tout j espere qu il existera des solutions de rechange

    Répondre
  • 22 août 2016 - 17 h 52 min

    @tiliarou: ah, mais je ne connaissais pas !
    là ça intéresserait aussi
    je dirais même que c’est un point qui me ferait prendre une chromecast pour lire les vidéos de mon proliant sur mon videopro benq

    si quelqu’un a une solution, je prend aussi (sinon je garde une pi et son câble rj45 qui traîne – et gêne mon aspirateur robot maintenant, un gros soucis, vous en conviendrez tous ;-) )

    Répondre
  • ano
    22 août 2016 - 22 h 42 min
  • 23 août 2016 - 9 h 27 min

    @ano: Merci ! Par contre y’a aucune info, pas de changelog, pas de mentions légales etc… Comment je sais ce que fait l’appli ? Et si elle est sure ? On peut transcoder quels format ? 1080p ? débit adaptif en fonction du lien wifi ?

    Répondre
  • 23 août 2016 - 10 h 13 min

    Effectivement c’est austère comme page ce airflow, et gratuit mais non libre, pas sous linux, j’attendrais VLC.

    Répondre
  • 27 août 2016 - 0 h 34 min

    ça rappelle le store qu’Intel avait sorti pour des appli spécial netbook ou mini pc puis fermé au bout de six mois

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *