Banana Pi BMP-M2S : une carte de dev avec double Ethernet Gigabit

La Banana Pi BMP-M2S est une énième carte de développement sur le marché mais avec un Amlogic A311D et deux ports Ethernet, c’est également une solution originale.

La future carte de développement Banana Pi BPI-M2S proposera deux ports Ethernet Gigabit dans un format assez compact. Avec 6.6 cm de côté, cette carte originale embarquera un SoC six coeurs Amlogic A311D.

 Banana Pi BMP-M2S

La carte est finalisée et des samples sont en cours d’examen avant de lancer la production. Voilà pourquoi les images sont issues d’un logiciel de 3D et non pas d’un studio photo.

Il s’agit d’une nouvelle solution ARM composée de quatre cœurs Cortex-A73 et deux Cortex-A53 associés à un circuit graphique Mali-G52 MP4. Un NPU est également disponible pour accélérer des calculs d’IA avec 5 TOPs au maximum de ses capacités. Cette puce est accompagnée par 4 Go de mémoire vive et 16 Go de stockage eMMC que l’on pourra étendre grâce à un lecteur de cartes MicroSDXC.

 Banana Pi BMP-M2S

Parmi les points les plus intéressants de cette solution, la présence de ces deux ports Ethernet qui devrait permettre de piloter des réseaux séparés et pourrait faire de la Banana Pi BMP-M2S un éventuel bon candidat à la construction d’un gestionnaire de réseau. Je dis éventuel car il faut que la partie logicielle suive et se tienne, ce qui n’est pas forcément gagné avec ce type de carte.

On retrouve également une sortie HDMI, un port USB Type-C et de l’USB 2.0 en plus des 40 broches habituelles et des MIPI CSI et DSI. La Banana Pi BMP-M2S pourra donc être utilisée de manière plus classique même si d’autres concurrentes sont probablement plus intéressantes dans ces usages.

 Banana Pi BMP-M2S

Pas encore de date de sortie ni de prix pour ce modèle. Pas plus que de détails sur les éventuelles distributions Linux qui seront portées dessus. La puce Amlogic embarquée étant assez récente, il faudra surveiller ce point pour déterminer le réel intérêt de cette solution.


secret
4 commentaires sur ce sujet.
  • Luz
    26 août 2021 - 14 h 39 min

    Elle pourrait effectivement avoir tu potentiel en firewall même si de là à en faire un pfsence…

    Répondre
  • 26 août 2021 - 18 h 37 min

    @Luz:
    Il manque surtout la disponibilité de pfSense en version ARM. Le boitier ARM pfSense proposé par NetGate (l’éditeur de pfSense) à 180€ et même moins puissant : Deux cœurs A-53 et 1Go de ram.

    Répondre
  • 26 août 2021 - 23 h 29 min

    J’ai un nanopi r4s. Et l’enfer se cache dans les détails. Par exemple dans le modèle du pour le port wan, qui marche très bien (avec un openwrt par exemple) … Jusqu’à qu’on veuille faire du vpn et/ou changé le MTU. Et là, catastrophe, le driver ne sait pas faire faute d’un support sous linux adéquat. On parle d’une realtek pourtant très repandu.

    Bref, ça ne gâche pas grand chose au nanopi r4s … sauf dans mon cas de routeur fquiree fibre qui demande un clan particulier et un MTU grossi pour faire du 6rd). Cela reste une excellente carte, mais attention aux détails en fonction de vos besoins.

    C’est pas la 1ere fois que ça m’arrive avec les marques alrernatives, et perso j’en retiens surtout qu’en en dehors des RPI qui sont devenus tellement mainstream que le moindre détail est supporté, c’est beaucoup moins le cas chez les alternatifs.

    Répondre
  • 26 août 2021 - 23 h 35 min

    @nouknouk: désolé, plein d’erreurs de correction auto:

    modèle du *NIC* ;

    Jusqu’à qu’on veuille faire un *VLAN* et/ou changer de MTU ;

    Routeur *free* fibre qui demande un *VLAN* particulier

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *