Intel abandonne sa carte Arduino 101

Intel s’intéressait il y a encore quelques années à tous les nouveaux marchés : IoT, Wearables, drones, réalité augmentée et robotique. Aujourd’hui, avec cet abandon de l’Arduino 101, la marque semble à nouveau se concentrer.

C’est par une note en ligne qu’Intel signale la fin de production de sa carte Arduino 101, une solution mêlant sa puce Curie et les capacités d’Arduino. La carte sera encore dans les lignes de commandes d’Intel jusqu’au 17 Septembre. Après cette date, le stock s’écoulera normalement mais plus aucune commande ne sera possible. Quand la dernière étagère sera vide, il ne sera plus possible de commander la carte.

Arduino 101

Le support de l’Arduino 101 durera jusqu’en 2020 mais il ne faudra plus trop compter sur des mises à jour. A vrai dire, le site passera en mode “lecture seule” sans que l’on puisse y contribuer à nouveau, dès le mois prochain. Le genre de geste qui signifie rapidement la mort de tout projet en terme de communauté. Seule lueur d’espoir, la  volonté de trouver un partenaire capable de reprendre le flambeau. Un fabricant intéressé par la reprise de la production des cartes Arduino 101 à qui Intel pourrait distribuer ses Curie. Inutile de dire que cela ressemble plus à une manière de se dédouaner qu’autre chose. On imagine mal un autre qu’Intel réussir à séduire là où Intel a échoué

Intel Curie

Intel Curie

Sans compter qu’en plus d’une force de frappe marketing probablement moins grande, un autre acteur serait dans une position d’achat des puces Curie désavantageuse par rapport à Intel. Evidence qui le mettrait dans une situation encore moins facile d’un point de vue économique, que le fondeur lui même.

Chez Intel le temps est sans doute à la concentration, le fait d’avoir à nouveau un concurrent sérieux avec AMD et un autre orage à l’horizon avec l’approche d’un Windows 10 ARM prometteur, tout cela semble rappeler la dure réalité du marché au fondeur. Fini le temps de la dilution, les mois passent et on sent que la direction joue du sécateur dans les branches les moins vigoureuses de la marque.

Minimachines.net

Après les licenciements de la section New Devices Group en Novembre dernier puis plus récemment la fin des solutions Edison, Galileo et Joule qui visaient également le marché des makers, voilà qu’Intel coupe sa production de cartes Arduino 101 pourtant annoncées en grande pompe en Octobre 2015. C’en est fini, semble t-il, des intentions et espoirs du fondeur dans le domaine des objets connectés, la marque se concentre à nouveau sur son marché historique tout en s’intéressant néanmoins à d’autres secteurs comme on l’a encore vu récemment avec les puces Movidius destinées au Deep Learning.

Pas vraiment étonnant, si mes sources sont correctes, les ventes de produits Arduino 101 comme celles de solutions Edison ou Galileo n’ont jamais vraiment décollé et ces productions devaient finir par peser assez lourd… même pour Intel.

 

12 commentaires sur ce sujet.
  • 26 juillet 2017 - 11 h 54 min

    C’est comme si Intel était traumatisé à vie d’avoir loupé la révolution du mobile.

    Depuis quelques années ils sautent sur la moindre tendance émergente, pour finir par un flop.

    J’imagine que la prochaine lubie à passer à la trappe sera les drones.

    Répondre
  • 26 juillet 2017 - 12 h 12 min

    Et d’où l’intérêt des solutions Open Source, bien plus pérennes et mieux suivies par la communauté que les systèmes propriétaires…
    Impossible de faire du support à long terme avec ce genre de produits, pourtant badgé par un gros fabricant.

    Répondre
  • 26 juillet 2017 - 13 h 17 min

    Une petite pensée pour tous ceux qui ont cru dans cette solution et se sont investis dedans.
    Il y a toujours eu un cote roulette russe dans l’informatique :-)

    Répondre
  • 26 juillet 2017 - 14 h 16 min

    Bien que souvent plus alléchants, ces produits n’ont pas le support qu’ils méritent sur la durée. Pour parler plus généralement des cartes de développement, seule une ouverture à la communauté – où l’enjeu financier est quasi nul comparé à une société – peut pérenniser au maximum ce genre de produits. C’est pourquoi, par exemple : même si l’Asus TinkerBoard me faisait plus les yeux doux que Raspberry Pi, c’est vers ce dernier que je m’orienterai si le besoin s’en faisait sentir, car le suivi est maximal (software, pièces, guides, forums, doc, etc etc)

    Répondre
  • 26 juillet 2017 - 14 h 49 min

    @Dimitri:

    Tout est dit.

    Répondre
  • 26 juillet 2017 - 14 h 58 min

    Rire ,en tant que GEEK ,je pense pas qu’INTEL pouvait faire mieux que d’autre sur ce type de produit .
    Un ARDUINO restant avant tout une carte électronique pour bidouilleur déjà doué offrant l’avantage d’être vendu a bas prix .

    Le rajout d’un processeur sur ce type de carte électronique basique n’offrant pas spécialement un plus .
    Une carte Arduino n’offrant pas les même possibilité qu’un Raspberry PI par exemple .

    C’est sur que l’achat d’un Raspberry PI reste valable et qu’il manque au Raspberry PI que cette carte se branchant sur le port GPIO lui offrant autant de possibilité de connexion que sur un Arduino .
    Pour simplifier ,le Raspberry PI devrait pouvoir par exemple avoir une carte lui offrant horloge RTC et possibilité de brancher un disque dur SATA ,voir une carte permettant l’utilisation de joystick analogique pour etre en harmonie dans une utilisation en rétro-Gaming .

    L’Arduino offre pas mal de carte fille dédiée mais dispose en retour d’une conception faite pour des personnes si connaissant déjà pas mal en Electronique .

    A l’heure ou une première carte pour geek coûte entre 10 et 50 euros ,je pense pas qu’INTEL ou équivalent soit capable d’offrir mieux qu”Arduino ou Raspberry PI pour ne citer que les deux plus connues .

    Répondre
  • 26 juillet 2017 - 16 h 28 min

    S’il fallait chaque fois passer par les sempiternels Intel et Windows pour toutes les solutions informatisées ce serait une catastrophe pour le progrès, ce sont des boulets qui tentent avec l’argent de tirer toute la couverture sur eux

    Répondre
  • 26 juillet 2017 - 19 h 58 min

    “ces productions devaient finir par peser assez lourd… même pour Intel”

    Trouvé sur un autre forum :
    “J’ai bossé pour Intel pendant 6 ou 7 ans, sur les smartphones et les trucs connectés. Grosso-modo, on perdait 1 milliard de dollars par trimestre”

    Répondre
  • 26 juillet 2017 - 20 h 57 min

    C’est bizarre que pour un Arduino vous pensiez aux framboises.

    Je pencherai davantage vers un esp8266 ou esp32.
    Au minimum, il y a le wifi, voire le bluetooth et une basse consommation.

    Il y a beaucoup de bruit pour le Raspberry. Pourtant le Bananapi avec port Sata et Gbit est toujours en vente, ainsi que les Odroids. Et sûrement d’autres0

    Répondre
  • yan
    27 juillet 2017 - 7 h 22 min

    @Dimitri:
    Raspberry a en effet ce point fort, mais s’endort amha trop sur le côté matériel: Sur le 3 ils ont certes ajouté un support wifi-BT qui peut faire la différence par rapport à une majorité de concurrents, mais l’énorme lacune reste le stockage: Ne proposer que la SD (éventuellement à cumuler avec un USB, mais limité à sa version 2 et là ce sera aussi aux dépends du réseau qui partage la BP USB), cela revient à brider le matériel avec le stockage.
    Si encore, via Farnell qui les distribue, ils proposaient au moins des modèles de µSD industriels quasiment introuvables autrement qu’en quantité à des prix pas trop élevés…
    Bref pour tourner 24/7, en domotique par exemple, j’aurais tendance à conseiller des alternatives offrant une interface Sata pour un SSD cartelette. Il existe du M.2 ou du mSata 1/2 format assez petit pour convenir à ce type de solution (il y a aussi les eUSB industrielles, autre possibilité, mais là aussi pb pour les acheter).

    Répondre
  • 27 juillet 2017 - 7 h 55 min

    Les cartes micropython à la esp sont plus axées sur le cloud, j’en ai vu une qui avait le Wifi, BT, LTE, Galileo, LoRa, SigFox intégrés
    Les Raspberry vieillissantes ne sont pas adaptés à ces usages spécifiques

    Répondre
  • gUI
    27 juillet 2017 - 12 h 03 min

    @Samsung Magician: Vu le nombre de million de RPi qui dorment dans des placards après avoir juste allumé une LED avec 2 bouts de fils et 3 lignes de python, je pense que les specs importent peu :D

    Ca se vend très bien, c’est tout ce qui intéresse la fondation !

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *