Acer escooter : des trottinettes chez le fabricant PC ?

Acer lance deux trottinettes électriques avec les escooter Séries 5 et escooter Séries 3. Deux modèles positionnés sur le milieu de gamme.

Acer, connu pour ses ordinateurs et accessoires PC, marque très présente et visible en France, lance donc deux trottinettes électriques sobrement baptisées escooter Séries 5 et escooter Série 3.

Des engins assez classiques qui visent le segment haut du milieu de gamme au niveau du prix mais avec un équipement a priori un peu plus avantageux que la concurrence sur certains postes. Du moins pour le escooter le plus évolué de l’offre.

Il faut bien comprendre que le marché de la trottinette est électrique est assez compliqué pour les marques aujourd’hui. Acer débarque tard après des années de visibilité forte pour les modèles concurrents. De nombreuses marques sont présentes et ont fait leurs preuves. Les ventes ont explosé en 2021 et les français ont finalement accueilli avec beaucoup d’enthousiasme ces engins. Un amour a peu près aussi fort pour les trottinettes électriques personnelles que leur désamour pour les modèles en location abandonnés sur la voie publique.

Pour se faire un nom sur ce marché Acer avait plusieurs solutions, il a probablement choisi la meilleure. La première idée aurait été de faire un produit entrée de gamme et le vendre à un prix cassé. C’est ce qu’a fait Xiaomi au lancement de ses M365. Raflant alors tout sur son passage avec une trottinette efficace et abordable. Un choix difficile pour Acer qui aurait du raboter ses marges et assumer un produit au taux de SAV mécaniquement élevé. Cette idée n’a pas été retenue.

Autre solution, viser le haut de gamme avec un produit concurrençant les stars du marché actuel à des prix élevés. On parle d’engins se situant entre 800 et 1000€. D’une part cela ne correspond pas trop à l’image de la marque en France mais surtout ce marché là est désormais difficile a atteindre pour un nouveau venu qui n’est pas issu du monde de la mobilité. 

Troisième solution, proposer un modèle milieu de gamme solide, avec des arguments spécifiques et tenter de percer avec ces éléments. C’est donc cette voie qui a été choisie.

Et ça ne sera pas simple pour Acer. Si la marque peut compter sur son large réseau de distributeurs et son nom, elle entre dans un marché très compliqué. Il faut bien comprendre que l’offre est verrouillée par la loi d’un côté, ce qui ne permet pas beaucoup d’extravagances techniques. Et par le positionnement prix qui oblige à des concessions. Acer semble s’en débrouiller.

Du côté de la loi, rien a redire. Toutes les obligations légales sont respectées : limitation à 25 Km/h, double système de freinage, éclairage, visibilité, sonnette et tutti quanti. Acer ne joue évidemment pas avec le feu et propose un engin aux normes. Du côté du tarif la marque ne s’en tire pas trop mal avec des engins finalement assez efficaces et proposant des choses originales sur leur positionnement prix.

Acer escooter série 5

Lancée à 499€ la Acer escooter série 5 est le modèle le plus évolué de l’offre avec une motorisation 350W pouvant grimper à 470W en crète. Un modèle musclé donc qui offrira du confort de conduite associé à une grosse autonomie. Acer annonce jusqu’à 65 Km avec une batterie pleine. Comme d’habitude ce chiffre est a relativiser, il s’agit d’une mesure faite en laboratoire sur un banc de test et donc sur du plat avec une personne de 65 kilos, en vitesse moyenne,  sans vent et sans accélérations ni freinages. En pratique il faut adapter cette endurance suivant le terrain, son dénivelé, les conditions de votre route et la personne qui va conduire. Cela reste néanmoins un bon chiffre, même si il faut le regarder d’assez près comme vous le verrez plus bas.

Le bémol de ces bons chiffres, moteur et autonomie, est le poids de la machine. 18.5 kilos c’est assez élevé. C’est donc plus une solution taillée pour la route que pour vous faire faire de petits trajets avant de grimper dans un bus ou un train. Même si cela reste tout à fait possible, c’est toujours moins agréable de grimper au 3e étage sans ascenseur avec un tel engin dans les bras. Malheureusement il n’y a pas vraiment d’alternative : une bonne batterie pèse lourd, un bon moteur également et il faut un cadre assez rigide pour que les deux puissent être correctement maintenus. Créer une bonne trottinette électrique légère, autonome et puissante est possible avec des matériaux différents mais là c’est la facture qui pèse lourd… Ici Acer a choisi un châssis en aluminium mais ne parvient pas hélas a faire de miracles en terme de structure.

On retrouve 3 modes de vitesse sur ce modèle avec un choix qui me laisse perplexe. Le premier est classique avec de 0 à 6 Km/h pour suivre la marche. Le second offre une vitesse allant de 0 à 10 Km/h et le troisième permet d’aller jusqu’à 25 Km/h. La limitation à 10 Km/h du mode éco est étonnante. Et elle me pose deux problèmes. D’abord un problème pratique parce que 10 Km/h c’est peu dans une piste cyclable et 25 Km/h c’est souvent trop élevé. J’aime la limitation à 15 Km/h car elle permet de rouler en ville tranquillement sans gêner les cyclistes et en restant assez lent pour pouvoir éviter les obstacles ou laisser passer les piétons prioritaires. Il faudra donc pousser en mode « sport » à 25 Km/h et adapter constamment sa vitesse avec cet engin. C’est jouable mais c’est moins reposant qu’un mode éco qui monte à 15 Km/h max.

Second soucis… l’autonomie. Les 65 Km d’autonomie annoncés le sont sur une vitesse fixe. En général le mode dit « croisière » qui est le second mode des trottinettes, coincé entre le mode « éco » et le mode « sport ». Il est considéré comme un mode de vitesse moyen et utilisé en labo pour annoncer les caractéristiques de chaque modèle. La vitesse moyenne d’une voiture en ville n’est pas beaucoup plus élevée que les 15 Km/h choisis par la grande majorité des fabricants de trottinettes électriques du marché. Mais ici Acer a choisi 10 Km/h. Cela veut dire que son test d’autonomie a été fait à cette vitesse…

Et croyez moi passer de 15 à 10 Km/h en vitesse moyenne ce n’est pas du tout la même histoire. Si l’excellente endurance de cette Acer escooter série 5 est liée à ces 10 Km/h cela change beaucoup le chiffre en réalité. A combien elle tombera en usage réel ? Si un constructeur annonçait une autonomie de 100 Km a condition que vous rouliez au pas, cela changerait grandement votre regard sur son offre. Acer annonce 65 Km d’autonomie à 10 Km/h quand d’autres comme Himo, Eleglide ou Navee annoncent 40 à 45 Km à 15 Km/h et cela fait toute la nuance.

D’un point de vue technique le reste de la Acer escooter série 5 est sympathique avec pas mal de points clé intéressants. Les roues de 10″ sont équipées de pneus pleins qui feront de la machine une solution robuste question crevaison. Un élément important pour les parcours un peu chaotiques mais également quelque peu inconfortable par rapport à une solution à chambre à air. Acer compense cela avec un système d’amortisseur arrière pour mieux encaisser le relief de la route. Le système de double frein est présent avec un moteur capable de ralentir magnétiquement et un frein arrière à disque classique à l’arrière.

On retrouve un panneau LED avant qui informe de l’état de la machine, sa vitesse et son autonomie restante. Un phare LED avant et un phare rouge arrière avec signalement du freinage sur le garde boue. Une potence avant qui se replie de manière classique et un deck large. La trottinette mesure 1.25 m de haut pour un guidon de 49 cm de large et 1.18m de longueur, elle bénéficie d’une certification IPX4 classique.

Acer escooter série 3

Plus compacte avec 1.2 m de haut et 1.07 cm de long et le même guidon, le second escooter est plus sobre en proposant un prix plus contenu de 399€. Elle ne pèse  plus que 16 Kilo et vise logiquement un public visant l’intermodalité  trot + train, trot + bus… etc.

Son autonomie s’effondre en conséquence avec 20 Km assurés seulement. Acer ne détaille pas ses vitesses de fonctionnement mais si cette endurance correspond à un usage « croisière » à 10 Km/h cela ne fait que peu de portée pour cet engin. Ce sera de toute évidence une solution pour un trajet de 1 à 2 Km vers une gare ou autre et pas une solution pour encaisser 5 Km ou plus. Son temps de recharge est en conséquence de 4 heures seulement contre 8 pour le modèle série 5.

Les roues sont au format 8.5 pouces et Acer conserve les pneus pleins mais cette fois  sans chambre à air. Pour le reste c’est à l’identique de la version plus haut de gamme sur les fonctions et finitions avec double freinage, panneau LCD, phares et béquille. Même la certification IPX4 est présente. Seule grosse différence, le moteur dans la roue avant passe d’un 350W à un 250W moins performant.

Disponibles à la fin du mois d’octobre en France, les deux trottinettes visent clairement les fêtes pour débuter leur commercialisation. Une stratégie classique de la part de la marque mais qui ne correspond pas forcément à la meilleure époque pour lancer u produit de ce type. Les routes mouillées ét glissantes de fin d’année n’incitent pas à ce genre di’nvestissement.

Faites découvrir le site en le partageant


Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

4 commentaires sur ce sujet.
  • 19 octobre 2022 - 8 h 12 min

    Très bonne critique, je suis justement en train de me renseigner un peu pour le début printemps pour un trajet de 6km un jour et 15km un autre jour. Donc 30km d’autonomie réelle. Là 65km on se dit qu’on peut atteindre les 30kg réel, mais le mode 10km/h bof bof, je m’attendais à mieux de la part d’acer…
    Je vais voir un peu l’historique de tes articles trottinettes ;)

    Mais un problème de l’import pour les trottinettes n’est pas parfois le manque de sécurité électronique ? Il y avait eu une polémique autour d’une xiaomi il y a un certain temps il me semble, différence en import et vendu en France pour la surcharge de la batterie non ?

    Répondre
  • 19 octobre 2022 - 11 h 16 min

    @Belgotux: 15 Km, je te conseille quand même plus volontiers un vélo pour ce genre de distance. A moins que tu ne puisses pas du tout le garer ce sera plus confortable…

    Répondre
  • 19 octobre 2022 - 13 h 40 min

    On va attendre les tests mais ça a l’air solide comme offre. Je commence un peu à m’y ré-intéresser. J’ai une e-twow mais elle dort à la cave faute d’homologation (elle va à 30kmh donc elle est inassurable et le freinage est pas ouf par rapport à un frein à disque de M365). Aujourd’hui je fais vélo + train + vélo avec deux vélos différents mais c’est quand même bien la galère quand t’es juste au niveau horaires de train, de devoir détacher le vélo, te démerder avec le cadenas, te retrouver en sueur dans le trafic, rattacher le vélo, puis courir pour choper le train.

    La trottinette a quand même le sacré avantage de pouvoir rester avec toi dans le train et au bureau.

    Je pourrai aussi prendre le train avec mon vélo mais bon, pour l’avoir fait deux trois fois c’est quand même bien la misère vs la e-twow qui se glisse sous les sièges (quand même son gros avantage).

    Répondre
  • gUI
    19 octobre 2022 - 18 h 05 min

    @Jérémy: j’ai un copain qui fait avec vélo pliant à assistance, c’est top. mais dans son cas, le train est quasi vide, il ne gêne personne avec son vélo qui reste plié sur la plateforme.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *