Test : Pipo X7 un mini PC aux entrailles low-cost

Intrigante cette minimachine, qu’attendre d’un engin proposé largement sous la barre symbolique des 100€ et qui propose un Windows 8.1 monté sur un système entièrement équipé ? Le Pipo X7 est t-il le début d’une déferlante de minimachines low-cost accessibles et efficaces ?

Mise à jour du 27/01/2015 : Mon Pipo X7 fonctionne à nouveau, après avoir essayé toutes les solutions, j’ai tenté un baroud d’honneur sur le Pipo X7 : Changement de pile de bios après 24 Heures sans pile, changement d’alimentation, le chargeur de base est vraiment instable voire dangereux, je vous encourage à ne pas l’exploiter du tout.

Minimachines.net

Avec la nouvelle alimentation et le changement de pile la machine remarche et boote sans soucis. Il ne me reste plus qu’a régler le système correctement, mais ça c’est un problème que je sais gérer. La suite du test pour bientôt !

Billet original du 15/01/15

Curieux, très curieux. C’est l’état d’esprit dans lequel j’étais en finissant de pianoter mon billet de cette drôle de solution. Après tout, l’engin ressemble fortement à ce qui se rapproche de mieux d’une minimachine. J’ai demandé au patron de GeekBuying si il pouvait m’expédier un modèle, histoire de voir ce qu’il a dans le ventre.

Quelque jours plus tard, le livreur de DHL frappe à ma porte. Le Pipo X7 est arrivé, en plein au milieu du CES et je ne peux donc pas ouvrir la boite pour assouvir ma curiosité. C’est désormais chose faite et armé d’un appareil photo j’ai pu mieux comprendre ce que cette machine proposait.

Pipo X7

Le Pipo X7, c’est avant tout une double promesse. Celle de laisser l’utilisateur exploiter Windows 8.1 correctement pour un tarif imbattable mais aussi celle de fonctionner dans un silence absolu.

Pipo X7

Processeur : Intel Atom Bay Trail Z3736F quadruple cœur cadencé de 1.33 à 2.16 GHz avec 2 Mo de cache non ventilé
Chipset graphique : Intel HD à 313 à 646MHz
Mémoire vive : Soudée 2 Go DDR3
Stockage : Soudé 32 Go eMMC
Réseaux: Wi-Fi 802.11 b/g/n + Fast Ethernet
Connectique façade :2 USB 2.0, 1 prise casque
Connectique dos : 2 USB 2.0, 1 HDMI, 1 lecteur de cartes MicroSDHC, 1 Ethernet, 1 alimentation.
Alimentation : Chargeur Externe 12V 2.4 A
Poids: 400 grammes
Encombrement : 188 x 129 x 27 mm
Système d’exploitation : Windows  8.1 avec Bing
Logiciel embarqué : Microsoft Office 365 avec 1 an d’abonnement
Prix public : 99$

Pipo X7

La promesse, sur le papier est assez bonne puisqu’on retrouve à peu de choses près les composants d’un Transformer Book T100 ou d’une tablette Windows 8 moderne. Avec 2 Go de mémoire vive et 32 Go de stockage, on se dit qu’on ne va pas aller très loin mais au vu du prix de la machine, ce n’est pas forcément très grave. Tout l’intérêt d’une solution comme ce Pipo X7 c’est justement de pouvoir lancer un Windows pour des tâches du quotidien : Du surf, de la bureautique, des jeux et, pourquoi pas des fonctions multimédia.

C’est d’ailleurs assez drôle de voir sur la boite la mention Windows TV Box. Mention très éclairante sur l’objet, à mon sens, puisqu’il ne le destine pas à remplacer un PC classique et plus performant mais bien à devenir un accessoire accolé à un téléviseur.

Pipo X7
Pipo X7     Pipo X7

Le contenu du paquet est sobre. Pas de pilotes, pas de documentation, une simple petite carte de garantie, la machine et un chargeur mural classique de ce genre de solution. Il s’agit d’un 12 volts proposant 2.4 Ampères. L’objet propose des fiches US, il n’y a à priori pas de version Française de ce chargeur. Il faudra donc penser à commander un adaptateur en même temps que l’engin si vous n’en avez pas. A noter que l’objet propose une prise coudée, ce qui est une bonne option, ainsi qu’une petite ferrite et que sa conception générale est plutôt bonne. Il a l’air bien équilibré puisqu’il ne chauffe pas du tout à l’usage. Par contre, chose étonnante, j’ai pris quelques décharges à le manipuler par sa prise… La source de l’épilogue de ce test ?

 Pipo X7

Vient ensuite la Pipo X7 à proprement parler. Sobre, en aluminium brut légèrement poudré, elle est très compacte et ne propose pas de ventilation sur le dessus.

Pipo X7Pipo X7     Pipo X7

 Les mesures annoncées par les vendeurs sont un peu moins optimistes que les faits. L’engin mesure 18.8 cm de large pour 12.9 cm de profondeur et 2.7 cm d’épaisseur. Le format d’un roman NRF Gallimard pas très épais.

Pipo X7     Pipo X7

D’un point de vue encombrement, face à un NUC d’Intel on est évidemment dans une solution légèrement plus large et plus profonde mais par contre moins épaisse. L’intégration sera également moins aisée puisque le Pipo X7 ne propose pas de support VESA ni même les éléments permettant une fixation sur ce type de support. Heureusement, la carcasse en métal et le faible prix de l’engin autorisent des modifications du châssis sans trop de risques ni de scrupules.

Pipo X7

Sur la face avant de l’appareil, c’est sobre : 2 ports USB 2.0  l’un à côté de l’autre, une prise audio jack 3.5 mm, une led seul témoin d’activité de la machine et un petit bouton en plastique. Le bouton sonne cheap comme souvent sur ces solutions. La carcasse sert de caisse de résonance à chaque clic provoquant un son situé entre le mécanique et le plastique plutôt désagréable. Pas de quoi en faire une maladie mais c’est légèrement désagréable. Les prises USB sont très proches, cela suffit pour un couple de câbles de clavier et souris mais 2 grosses clé USB auront du mal à cohabiter.
Pipo X7

La face arrière présente le reste de la connectique du Pipo X7 : Le lecteur de cartes MicroSDHC pour étendre les capacités de base de stockage de la machine facilement. 2 autres ports USB 2.0, cette fois-ci l’un au dessus de l’autre, mais toujours aussi proches… un port HDMI,  la prise RJ45 Fast Ethernet de la machine et la prise d’alimentation 12 V standard.

Pipo X7

Pipo X7     Pipo X7

Sur chaque côté de l’engin, des aérations dans des formes géométriques percent la coque. Pour empêcher la poussière statique de s’accumuler, Pipo a judicieusement placé des grilles métallique derrière les ouïes. Sous la machine, une plaque d’acier également très ajourée, avec 4 patins en caoutchouc et une petite étiquette présentant l’objet : Les logos CE, FCC et ROHS sont lisibles sans que j’aie l’assurance qu’ils correspondent à quoique ce soit.

A l’intérieur du PIPO X7

Pipo X7

L’ouverture ne demande pas de grands efforts, 4 minuscules vis servent à maintenir la plaque d’acier qui ferme le système. Une fois ôtée, cette plaque d’un bon millimètre d’épaisseur, c’est la surprise de découvrir un châssis beaucoup plus grand que ce qu’il embarque en terme de composants.

Le but est probablement double : Fournir une bonne aération à l’engin qui n’a pas de ventilation et imposer un certain volume d’un point de vue marketing. Plus étroite la machine n’aurait pas le même impact. Sa taille à quelque chose de rassurant. Dernier détail à propos de l’engin, le format est connu, ce type de boitier a déjà  servi à des solutions Android, Pipo n’a donc eu qu’à adapter celui-ci à une nouvelle carte mère.

Pipo X7

Seconde surprise: la conception simplissime de la machine. Les entrailles du Pipo X7 sont composées en tout et pour tout de 3 éléments ! 4 si on compte le câble et l’antenne Wifi. Les 2 cartes présentes sont fixées sur des entretoises en plastique chromé, elles mêmes collées via un support sur le fond du châssis en aluminium. Pas question de proposer les mêmes entretoises directement extrudées de l’aluminium, cela doublerait le prix du châssis au bas mot.

Pipo X7

Ces supports en plastique ne sont évidemment pas très encourageants, la matière choisie sonne faux et on comprend assez mal au premier regard pourquoi le  constructeur a choisi une finition chromée. En fait, c’est probablement pour pouvoir exposer les entrailles de l’engin et faire illusion sur les photos. De loin, on peut prendre le support plastique pour de l’aluminium même si il n’a pas la même finition que le châssis.

Pipo X7

Cette solution fixée à grand renfort de colle chaude n’apporte pas la même dissipation qu’un vrai châssis en aluminium et il y a  de quoi faire beaucoup mieux en bidouillant le Pipo X7. C’est d’ailleurs presque un des intérêts de cet engin, se servir de sa base pour concevoir sa propre solution.

Les grilles d’aération protégeant de la poussière sont là encore collées au pistocolle directement sur les bords de la machine.

Pipo X7

Même scénario pour l’antenne Wifi, un système de loquet est intégré au support mais pour éviter qu’elle ne tourne dans le vide et entortille le câble qui la traverse, un peu de glue chaude a été posée sur la partie interne.

Pipo X7

Au final, on a donc un système en croix, avec 12 entretoises en plastique, qui vient se coller au fond du châssis pour supporter les cartes et la plaque du fond. Un système très malin à défaut d’être le plus efficace possible. Pourquoi malin ? Parce que le constructeur a tout à gagner avec cette solution comme on le détaillera plus bas après examen du reste des composants.

Pipo X7

Pipo X7     Pipo X7

L’antenne Wifi fait bonne figure mais il est dur de déterminer ses réelles capacités à ce stade, le maigre fil qui disparaît dans le plastique blanc peut s’avérer efficace comme être calamiteux. La bonne nouvelle étant qu’il sera facilement possible de changer cette antenne contre un modèle plus convaincant puisqu’elle est montée sur un support non soudé à la carte mère.

Pipo X7

Carte mère qui en dit long sur la conception de l’engin. Elle a en effet conçue avec un double souci économique et logistique. Il fallait pour cete Pipo X7 de la modularité et une très grande facilité d’installation. Le machine ne nécessite absolument aucune compétence de montage et on peut confier les tâches à effectuer à un parfait néophyte. Après lui avoir montré 2 ou trois fois les étapes à effectuer,  il saura manier le pistocolle ou le tournevis nécessaire à chaque étape.

Pipo X7

Il est fort possible, si ce n’est tout à fait sûr, que Pipo ne soit pas le fabricant de cette carte mère qui ressemble plus  une solution universelle destinée à équiper un maximum de solutions du même style.

Pipo X7

La carte n’a pas de marque, pas de référence précise, juste une petite sérigraphie précisant sa révision et la puce intégrée. Pas de quoi remonter à la source et surtout pas de quoi gêner le partenaire qui, comme Pipo, l’intégrera dans ses châssis.

Pipo X7

On se rend très vite compte que les circuits ne profitent absolument pas de la dissipation théorique du châssis en aluminium. On aurait pu espérer un renflement en métal de la coque ou l’ajout d’un petit parallélépipède d’alu pour venir faire entrer en contact le processeur et le châssis pour améliorer la dissipation. Il n’en est rien, il y a bien un pad thermique mais je doute qu’il soit franchement efficace.

Pipo X7

Comme si le constructeur avait oublié cette partie. En rajoutant un simple morceau d’alu entre ce pad marron et la coque il y a probablement moyen d’améliorer le refroidissement de la machine. Bizarrement la croix en plastique collée dans l’engin empêche cette opération puisqu’elle recouvre en partie l’aluminium du châssis qui fait face au processeur, il aurait suffit au constructeur d’orienter la jonction entre les deux côtés de cette croix vers la carte fille pour régler le problème. Mauvaise conception ou recyclage opportun, difficile à dire.

Pipo X7

Toujours est t-il que le processeur, la mémoire vive et le PMIC (La puce qui gère le courant dans la carte) sont protégés par cette plaque d’aluminium très fine. Les deux derniers composants sont couverts d’un petit pad thermique pour assurer un contact avec l’aluminium.

Pipo X7

Le PMIC choisi est un XPowers AXP288  conçu pour les solutions Intel Bay Trail par la marque Chinoise XPowers. Un élément lowcost nécessaire pour construire des solutions abordables dans de ce type et qu’on devrait retrouver en masse cette année.

Pipo X7

Le processeur est bien un Intel Atom Bay Trail Z3736F comme nous l’indique sa sérigraphie : La séquence SR20D est en effet associée à cette puce.

Pipo X7

Ce processeur est un des éléments prometteurs de la machine puisqu’il permet de proposer de bonnes performances globales pour un investissement minimal. Equipé d’un chipset vidéo relativement efficace, capable de prendre en charge de nombreux formats de vidéo en temps réel, cet Atom est la pierre angulaire de la machine. Ce qui lui offre la possibilité d’exécuter Windows 8.1 correctement. Proposé pour une vingtaine de dollars sur le marché par Intel, il est probablement vendu ici en package prêt à l’emploi en même temps que le reste des composants par un assembleur qui fabrique les cartes mères en masse.

Pipo X7

Le choix d’une intégration d’un Z3736F au lieu d’un Z3735F comme sérigraphié sur la carte mère semble donc lié à une opportunité de la part de l’assembleur. Soit Pipo a exigé une solution plus efficace, soit le constructeur a eu la possibilité de se procurer des Z3736F à bon prix. Les deux sont compatibles avec le même socket en BGA592.

Pipo X7

Le stockage est confié à une puce 32 Go eMMC 4.5 Samsung KLMBG4GEAC-B001.

Pipo X7

La mémoire vive est également signée Samsung avec 4 modules de 512 Mo K4B4G16460-HYK0 en DDR3 1.35v.

Pipo X7

Le mini circuit Wifi 802.11 b/g/n est trop mal sérigraphié pour être identifié convenablement. C’est censé être un RTL8723BS classique avec prise en charge du Bluetooth 4.0. Dans la pratique, les deux composants sont effectivement identiques.

Pipo X7

Sur la carte mère, quelques logos de gestion de recyclage sont présents sans que l’on sache évidemment si ce Pipo X7 fait réellement partie d’un programme de ce type.

Pipo X7

Pipo X7     Pipo X7

A vrai dire, le plus intéressant vient de la carte fille puisque son intégration est révélatrice de ce qui nous attend dans les mois à venir. Avec cette simple carte, Pipo est apte à sortir plusieurs designs différents de cette même machine basée sur la même carte mère. L’architecture de la machine est très simple, simpliste même et en changeant la pièce de plastique chromée collée sur le châssis on peut déplacer les entretoises disponibles facilement. Facile alors d’imaginer que cette carte fille ne se place plus en face d’un Pipo X8 mais sur le côté pour donner l’illusion d’un changement. Facile aussi d’ajouter un troisieme port USB, un second port jack ou un simple port infrarouge sur l’engin, il suffit en réalité de changer la carte fille en y intégrant directement une puce de hub USB

Pipo X7

Si un design ne donne pas les ventes espérées, il sera donc facile d’adapter la production : Changement de plastique, usinage différent de la coque et changement de carte fille donnent un nouveau PC sous Windows : Les recettes des machines antérieures sont reprises et adaptées. Comme du temps des lecteurs de Divx de salon, où les platines étaient en interne 100% identiques, seule la coque va véritablement changer.

Remonter l’engin ne m’a pris que quelques minutes, avec  4 ou 5 personnes sur une chaîne il est possible de monter énormément de ces Pipo X7 chaque jour, sans avoir recours à des experts ni développer des circuits complexes. Faire voyager 2 ports USB de cette manière sur des fils est bon pour un support optionnel livré avec une carte mère afin qu’un particulier rajoute quelques USB à l’arrière de son boitier, aucun constructeur de renom ne ferait ce genre de manipulation. Mais c’est la force de cette Pipo X7 de pouvoir s’adapter à la demande facilement et rapidement sans nécessiter des investissements lourds en recherche et développement et donc sans augmenter la note pour le client final. A 90€ cette machine est intéressante, à 150€ personne ne ferait le choix d’une solution importée d’Asie.

Pipo X7    Pipo X7

L’autre intérêt de cette solution est plus pragmatique pour nous. Il est possible et même facile d’entrevoir toutes les possibilités offertes par cette construction simpliste : Une coque facile à fraiser avec une simple miniperceuse, de la place à revendre dans ses entrailles, une possibilité d’améliorer la dissipation de l’engin, le Pipo X7 est le paradis des bidouilleurs. En quelques minutes, il est facile de rajouter quelques ports USB sur le côté en glissant un HUB dans la machine : Je soupçonne l’emplacement non soudé au dessus à droite d’être un troisième port USB non intégré. A partir de ce point, avec un peu de soudure ou avec un simple cable depuis un port externe, il sera possible de rajouter des tonnes de fonctions en interne : Une clé USB Tuner, un stockage USB de plus, un capteur infrarouge qu’on fera sortir facilement en façade ou une sortie optique SPDIF en ajoutant un DAC directement dans l’engin.

Pipo X7

 Loin d’être repoussant, le design de cette Pipo X7 me rappelle les boites de Meccano ouvertes et leurs infinies possibilités. L’engin me rappelle également fortement les premiers netbooks que tout le monde bidouillait de la sorte.

Pipo X7

Epilogue : Reste un détail embêtant, la machine reçue a été allumée juste après ce déballage et le remontage de l’engin. Elle a démarré et j’ai commencé à l’installer. Problème, après un simple reboot, elle n’a plus donné un seul signe de vie. Le changement de transformateur et les diverses tentatives de récupération n’ont pour le moment pas porté leurs fruits.

C’est embêtant parce que cela recule d’autant la seconde partie de ce test, peut être la plus intéressante, celle qui montrera ce dont la machine est capable. Est-ce un signe de mauvaise qualité ? Ce genre de panne “au déballage” est malheureusement possible sur tout type de solution. Du portable pro à plusieurs milliers d’euros à la clé USB, les composants sont parfois sujets à ce genre de problèmes. En attendant de voir comment solutionner cet imprévu, je reste donc positif sur la viabilité  de cet engin.

La seconde partie de ce test est disponible sur cette page.

Soutenez Minimachines.net !
101 commentaires sur ce sujet.
  • 16 janvier 2015 - 12 h 26 min

    @metaliser: oui, je pense que c’est ça (mais je vois pas à quoi cela pourrait servir ici, le soucis du passage à la “vielle” technique de soudure à l’actuelle est révolue depuis longtemps, perso je pense à un bon vieux choc électrique à l’ancienne, et là, ben comme “tout en un”, “tout à jeter”)

    Répondre
  • 16 janvier 2015 - 13 h 27 min

    en effet le rebillage ( ou refund en anglais ) sert uniquement pour les composants à ressouder sur le pcb, mais si en effet un pb éléctrique de ce genre là m’a l’air grave, Pierre à du tomber sur un modèle défectueux car le mien marche au poil et démarre en quelque secondes, un régal !!

    Répondre
  • 16 janvier 2015 - 13 h 52 min

    @metaliser: et oui, c’est pour ça que j’aime pas le tout soudé justement (sur laptop ou desktop d’ailleurs)
    après j’ai le temps, dans quelques années, les nucs ou zotac équivalents seront pas cher et linux frendly (pas comme les baytrail actuel)
    en attendant, je reste sur du mini itx
    bien choisit et intégré, c’est invisible et que du bonheur
    pour pierre, oui, c’est dommage (surtout que le matos était prêté)
    à voir comment ça se finira, ça donnera en plus une idée de ce qui attendant les primo accédant si soucis sur cette plateforme de vente
    c’est deja ça

    Répondre
  • 16 janvier 2015 - 20 h 55 min

    @orangina rouge
    j’ai un nuc bay trail sous debian et ce dernier est très bien géré…
    je ne comprends pas vraiment tes commentaires?

    vivement la suite du test :)

    Répondre
  • 16 janvier 2015 - 22 h 51 min

    @flo___: baytrail c’est toute une generation de proc
    il y a les proc tablettes (comme les ZXXX ici) et les celeron, pentium pour desktop
    les proc desktop, pas de soucis pour les nux (si le bios est à jour, voir les premiers comm sur ldlc pour votre nuc par exemple)

    le hic c’est les proc-pc portables et les “desktop” comme ici avec un proc de tablettes

    mais me croyez pas sur parole, j’ai mis un lien sur un autre billet d’un type de debian, les baytrail sont un GROS problème pour les linux (et souvent les utilisateurs ne comprennent pas pourquoi ni quel proc est géré correctement ou pas, votre comm le montre d’ailleurs)

    http://distrowatch.com/weekly.php?issue=20150105#news

    les nucs d’intel et les brix, zotac ou shuttle entre autre n’ont pas de soucis par exemple, mais c’est pas le même prix qu’un pipo (ni le même support)

    le hic vient des bios “uefi+secure boot” et TOUJOURS quand la machine (laptop ou pas) est vendu avec un windows 8 installé
    (il y a 2 services à couper dans windows pour pouvoir booter sur usb, et 2 dans les “bios” plus une distro avec un installeur compatible uefi (si celui ci a pas non plus de soucis 32-64 bits en plus), ça commence à faire beaucoup ! )

    votre nuc est un barebone nu et avec un bon support “bios”, c’est complètement différent

    mais je comprends votre incompréhension, les bay trail et linux, c’est le bronx complet (et y a pas que moi qui le dit malheureusement, voir le lien qui, ça tombe bien, vient de debian)

    Répondre
  • 16 janvier 2015 - 23 h 10 min

    Bonjour,

    Pour apporter ma pierre à l’édifice. (suis je le premier à la faire)?

    J’ai reçu un modèle noir la semaine dernière, avec deux petites surprises, un transformateur au format FR et à la mise en service une conf en chinois et un compte déjà créé. Après une restauration forcée (pas simple en chinois), la mise en service c’est très bien déroulée (sur TV samsung 46″ et en wifi avec clavier et souris sans fil).

    Install de chrome : RAS
    lancement des mise à jour Windows : ça télécharge pas (verrais plus tard)
    J’ai par la suite installé une souris bluetooth microsoft : tout nickel

    Mise à jour des pilotes de la carte graphique : RAS

    Install de KODI : longue sur la fin mais RAS
    Ajout de la bibliothèque de la freebox : RAS
    Lancement d’un films Full HD 1080P : nickel (l’image reste même fluide jusqu’à une avance rapide x4)
    Test si présence HDMI CEC : Pas fait

    Remarque je n’ai pas testé le son (madame fait dodo dans le canapé)

    Navigation internet RAS fluide, mais j’ai pas chargé et installé adblock (à l’instinct il faudra éviter les pages avec trop de flash et de vidéo….)

    Après une bonne heure de fonctionnement enfermé dans meuble ikéa) dont 10 minutes de lecture HD, la température au touché du boitier est à peine tiède (idem pour le transformateur).

    Et donc je confirme, ça fonctionne extrêmement bien (mieux qu’une T100 je trouve) et ça ne fait pas un bruit (même pas le transfo, haa j’entend les mouches volées, je deviens fou, j’ai même posté un commentaire sur minimachine après tant d’années d’abstinence!!!)

    Voila donc ma pierre pour pierre (et surtout pour qu’il n’abandonne pas le test de compet prévu).

    Annexe :

    Débit du disque en lecture : 130MB

    geek bench donne (avec chrome ouvert) :
    Single-Core Score : 834
    Multi-Core Score : 1974

    To be filled by O.E.M. To be filled by O.E.M.
    Operating System Microsoft Windows 8.1 avec Bing (32-bit)
    Model To be filled by O.E.M. To be filled by O.E.M.
    Processor Intel Atom Z3736F @ 1.34 GHz
    1 processor, 4 cores
    Processor ID GenuineIntel Family 6 Model 55 Stepping 8
    Processor Codename Bay Trail-T
    Processor Package Socket 1380 BGA
    L1 Instruction Cache 32 KB x 4
    L1 Data Cache 24 KB x 4
    L2 Cache 1024 KB x 2
    L3 Cache 0 KB
    Motherboard AMI Corporation Aptio CRB
    Northbridge Intel Bay Trail Host Bridge 0F
    Southbridge Intel Bay Trail LPC Bridge 0F
    BIOS American Megatrends Inc. MINI_WIN32_CHIPHD_20141112_CHR
    Memory 1988 MB DDR3 SDRAM -1MHz

    Memory Performance
    Single-core 874
    Multi-core 868
    Stream Copy
    Single-core 862
    3.44 GB/sec

    Stream Copy
    Multi-core 843
    3.37 GB/sec

    Stream Scale
    Single-core 831
    3.32 GB/sec

    Stream Scale
    Multi-core 845
    3.38 GB/sec

    Stream Add
    Single-core 902
    4.08 GB/sec

    Stream Add
    Multi-core 892
    4.04 GB/sec

    Stream Triad
    Single-core 904
    3.98 GB/sec

    Stream Triad
    Multi-core 894
    3.93 GB/sec

    Répondre
  • 16 janvier 2015 - 23 h 23 min

    Re,
    puisque tout le monde y va de son idée (et que j’ai envie d’avoir la suite) : à voir si ce n’est pas le bouton d’allumage qui serait HS (car c’est vrai il est très cheap).

    Répondre
  • 16 janvier 2015 - 23 h 29 min

    @mayole: J’y ai pensé et je l’ai bypassé, rien de plus :/

    @mayole: Merci du retour !

    Répondre
  • 17 janvier 2015 - 1 h 12 min

    bonsoir
    une autre idée: le flashage de bios ne pourrait il pas regler le pb? (à moins que ce ne soir de l’ordre de l’allumage “electrique” de la bete, et ce meme si je n’ai pas la moindre idée de comment on flashe le bios sur ce truc! ya pas un jumper pour reinit, ou 2 contacteur a chunter?)
    courage :))

    Répondre
  • 17 janvier 2015 - 1 h 14 min

    ou la pile bios? meme si elle ne sert qu’a stocker les infos, des fois, ça peut carrement empecher un allumage, il me semble…

    Répondre
  • 17 janvier 2015 - 1 h 40 min

    @belijee: Ya pas de jumper, j’ai tenté de nettoyer le bios en enlevant la pile 24H,, rien de plus…

    Pour info, j’ai fait du SAV en série de cartes mère pendant des années, à la grande époque des Abit, Epox et autres cartes du genre. Des soucis chelou et des injection de bios j’en ai fait en pagaille, voir des trucs vraiment louches récupérés sur les balbutiement du net et les BBS… A priori je sais reconnaitre une carte HS de chez HS. Et je pense vraiment que mon chargeur est pas ok, il est clairement trop puissant et mal isolé. Il a du griller le PMIC ou autre à mon avis…

    Répondre
  • xav
    17 janvier 2015 - 17 h 23 min

    Bonjour, j’ai recu le miens ce matin. Premier coup j’ai eu du mal a l’allumer. Je me suis dit que j’avais du mal appuyer sur le bouton. Il a marche 1h, je l’ai éteint et impossible de le rallumer. Je l’ai ouvert, en farfouillant avec le Jack la led s’est éclairée. Il a refonctionne 30s puis plus rien. Mauvais matériel ??

    Répondre
  • xav
    17 janvier 2015 - 17 h 25 min

    J’oubliais : Transfo teste ok (12.2v) et bouton ok (au testeur de continuité)

    Répondre
  • 17 janvier 2015 - 18 h 16 min

    @xav
    Cela semble indiquer un faux contact au niveau du jack. D’après les photos de Pierre, je pense qu’il s’agit d’un modèle soudé en surface. Les pattes ne sont pas décollées?
    Sinon, comme tu as un testeur ad hoc, tu peux tester s’il y a bien continuité entre les “sorties” du bloc jack et un jack mâle “ouvert” inséré (si tu en as un sous la main). NB tests hors tension

    Répondre
  • xav
    17 janvier 2015 - 20 h 28 min

    Non le probleme ne vient pas du Jack. Quand je branche l’alim l’entrée hdmi de ma tv devient “sélectionnable”. Donc il y a bien du jus qui arrive mais je ne peux pas allumer le pipo.

    Répondre
  • 18 janvier 2015 - 0 h 12 min

    Il y a un truc que je n’arrive pas à saisir. Sur un modèle qui fonctionne normalement, la LED verte s’allume dès qu’on branche le transfo ou après qu’on appuie sur le bouton?

    Répondre
  • 18 janvier 2015 - 11 h 12 min

    @xav: Il y a un “pont” electrique entre l’alim et le HDMI. Lorsque je branche l’alim sur le mien, mon écran PC sort de veille quelques secondes avant de se rendormir en disant pas de signal detexté. C’est juste un couran qui le traverse. Je doute que ton écran indique “PIPO X7” il doit juste dire HDMI 1 ou HDMI 2 ou autre.

    @Freethinker: La led doit s’allumer apres mise en marche via le bouton, inactive avant.

    Répondre
  • xav
    18 janvier 2015 - 11 h 27 min

    led rouge après qu’on appuie sur le bouton

    Répondre
  • 18 janvier 2015 - 19 h 37 min

    @xav
    Au testeur de continuité, tu détectes bien l’absence de continuité quand le bouton est relâché? Il ne reste pas bloqué en contact?

    Répondre
  • 19 janvier 2015 - 2 h 42 min
  • 19 janvier 2015 - 19 h 15 min

    […] bien évidemment pas que ces machines. On peut se demander comment une minimachines comme la Pipo X7 ou autre Voyo Mini PC s’offrent leurs licences de Windows 8.1… aavec leurs prix […]

  • xav
    19 janvier 2015 - 19 h 47 min

    @pierre oui on a exactement le même probleme. Par contre j’ai envoyé un email a geekbuying mais pas de news…

    @freethinker oui l’interrupteur fonctionne bien.

    Répondre
  • 21 janvier 2015 - 18 h 57 min

    @xav, Pierre Lecourt
    Sur le côté du PCB côté PMIC il y a des petits “clips” métalliques dans lequels la plaque de métal vient s’insérer. La continuité de masse (je suppose) est elle parfaite au niveau de chacun de ces clips?
    Je pense sue c’est une sorte de détection d’intrusion châssis à la sauce chinoise.
    Après, j’ai plus d’idée même si j’ai la sensation que c’est purement électrique avant même d’être électronique.

    Répondre
  • 21 janvier 2015 - 21 h 02 min

    Bon ben il semble qu’il faille choisir quel élément va rester avec nous pendant une heure…
    reçu le mien cet après midi, tout fonctionne bien jusqu’au redémarrage de trop ou j’ai perdu mon port éthernet ….
    je l’ai dans la liste des périphériques ou il me dit qu’il n’y à pas de driver, après une resto même chose :/

    Répondre
  • 23 janvier 2015 - 13 h 29 min

    […] retrouve à bord beaucoup d’éléments en commun avec la Pipo X7 détaillée précédemment, en particulier le chipset Wifi RTL8723BS ainsi que le Le PMIC XPowers AXP288. Des composants […]

  • 26 janvier 2015 - 20 h 17 min

    […] que pour les différentes solutions du genre comme les petits MiniPC croisés dernièrement ( Pipo X7, Voyo MiniPC, Guleek i8, Vsmart m1 et autres Minix Z64 ). L’ensemble de ces solutions […]

  • 27 janvier 2015 - 10 h 52 min

    […] une équipe de manière très pointue pour assembler ces engins comme on l’a vu avec le Pipo X7. 2015 sera une année où les Mini PC Atom fourmilleront, du moins tant que cela sera intéressant […]

  • 27 janvier 2015 - 16 h 10 min

    Bravo Pierre!
    Tu me confirmes que la PIPO fonctionne avec une alimentation de NUC?
    Merci!

    Répondre
  • Cid
    27 janvier 2015 - 16 h 38 min

    Quand je vois cette carte mère sortie de son boitier, je pense au RaspberryPi qui risque de trembler, même s’ils n’ont pas la même philosophie, une bonne partie de bidouilleurs préféreront sans doute une architecture x86 plus performante…

    Répondre
  • 27 janvier 2015 - 17 h 03 min

    @Cid: je serais du même avis que vous sauf que
    les bidouilleurs qui ont besoin d’une machine pour des projets spéciaux type domotique ou robotique ont surtout besoin d’un support linux fiables

    et le 2eme point, ce serat surtout quand les produits seront fiables également sur le point du hardware avec un vrai support (une RPI qui crame, ok, on en rachete une, on remet la carte et ça repart, une pipo qui crame, si le modèle n’existe plus, il y a tout à refaire de A à Z avec un autre materiel, sur un projet type robot ou centrale domotique, bonjour la galère)

    la RPI à encore de beau jour devant elle (surtout pour des projets de bidouilleurs, ça ne demandent pas autant de ressources hardware que du jeux ou de la vidéo – incluant flash pour le streaming – qui sont surtout le but des machines comme la pipo)

    le pipo est plus à mettre en concurrence avec les nucs ou brix par exemple (et vu les avantages du tout soudé par rapport au pipo – ou même au dernier eeepc de moins d’un kilo tout soudés dont pas mal tombent en panne en ce moment (et rien de réparables, direction le “vendeur”, pas d’autre choix, pour moi y a vraiment pas photo)

    méfiez vous du jetable, au final c’est plus cher et galère, ce n’est pas un bon calcul (et ça vaut aussi pour les stylos et tout le reste, faites vos calculs)

    Répondre
  • 27 janvier 2015 - 17 h 07 min

    @Pierre Lecourt: ça vaudrait le coup de mettre la ref d’un BON chargeur pour le pipo du coup
    (et de donner son prix aussi, histoire de connaître le coût totale de la solus pour de futurs acheteurs par rapport à d’autres produits et voir si le jeu en vaut la chandelle ou pas)

    Répondre
  • 27 janvier 2015 - 17 h 14 min

    @Pierre Lecourt
    Rien ne vaut un peu de repos…

    Répondre
  • 27 janvier 2015 - 18 h 10 min

    Bonsoir,
    effectivement, connaitre une ou des ref d’alimentation(s) pour le Pipo x7 serait top car perso, l’odeur qui s’en dégage après un certain temps d’utilisation ne me dit rien qui vaille. (je l’éteins et l’enlève de ma multiprise).
    Alim 12V, 2,4A, j’ai déjà essayé de demander à Rue-montgallet cela tourne autour de 22€ mais si c’est pour récupérer la même (mauvaise) qualité …
    Merci d’avance

    Répondre
  • 27 janvier 2015 - 18 h 35 min

    @bzels123: à rue mongallet il y a une boutique spécialisée dans les batteries en bas de la rue
    SI il y a bien le sigle ce (et pas le china export de [email protected]@) , vous pouvez la prendre
    après pour les non parisiens (quand même plus nombreux en france), une bonne ref chez amazon, ldlc, materiel.net ou consors serait intéressante, c’est clair
    sinon, pour un “coeur de tablette” (même intel), je trouve que 2,4 ampères c’est beaucoup non ?
    si des experts passent, le bug vient peu être de là quand le transfo est branché sur le courant “français”

    Répondre
  • 27 janvier 2015 - 18 h 54 min

    C’est sur que les alimentations posent souvent problèmes.

    Perso ,je comprends mal comment un PC de cette taille peut avoir besoin de 12 volts et 2.4 Ampères .

    Ma tablette Acer dispose d’un chargeur délivrant 5 volts et 2 Ampères d’intensité pour un processeur Intel un poil moins puissant .

    Ayant acheté cette tablette en France mon chargeur est sûrement de meilleur qualité que celui de ma tablette Onda qui lui est chinois .

    La différence c’est que ma tablette Onda a fait 6 mois avec peu d’heure au contact alors que ma tablette Acer a déjà pas mal d’heure de travail .

    Le label CE reste plutôt une indication est reste de ce fait moins intéressant que les labels de normes des produits européens .

    Je pense qu’une alimentation moins puissante et bien stabilisee serai un plus pour ces mini PC .
    Reste aussi que ces PC coûte moins cher que certaines alimentations de PC .

    Répondre
  • 27 janvier 2015 - 19 h 32 min

    @ptitpaj: oui, l’alim doit vraiment être le point noir de ce produit (et peut être aussi la cause de tout les pépins chez les utilisateurs, genre plus d’ethernet, comme par hazard, c’est le cablé qui saute, pas le wifi)

    sinon, pour le ce, C’EST le label européens, comme le fcc est le label us
    quand il y a le ce, le produit est testé et déclaré conforme aux normes européennes (la RPI à passé les normes CE par exemple), s’il n’y a pas ça, ça peut ne pas marcher (et-ou faire tout cramer comme ici car pas adapté)
    rien à voir avec le ce chinois (china export) !!!
    d’ailleurs, je crois que pierre avait fait un article intéressant sur ce sujet dans un article sur les douanes
    ça vaudrait le coup de le ressortir

    en tous cas, si on commence à additionner le tous, perso j’attends avant de prendre (et un vrai support linux, quitte à partir sur une harddroid (ou odroid ? avec un support pour emmc échangeable, miam) si je veus puissance et fanless dans un futur plus ou moins lointain, sinon shuttle ou compulab, mais c’est pas le même prix, je comprends certains acheteurs mais je tique encore)

    Répondre
  • 28 janvier 2015 - 11 h 13 min

    @ptitpaj: Non, plus une alimentation a de réserve en courant continue, mieux cela sera pour le mini PC et tout autre circuit électronique.

    La preuve : on peut très bien branché une ampoule de stop de 2A 25W environ sur une batterie de voiture, qui peut fournir 600A. Tout ira bien.

    Ce qui est important c’est la stabilité en tension, et que l’alimentation soit assez puissance (donc délivré un courant suffisant)

    En résumé à qualité égal, il vaut mieux choisir une alimentation 12V 5A ou +, qu’une autre de 12V 2A …

    Répondre
  • 28 janvier 2015 - 17 h 40 min

    Finalement 90 euros pour devoir y ajouter une vraie alim et une vraie licence Bing avec l’inquiétude que l’AXP lâche c’est de l’argent fichu par les fenêtres.
    Combien de boitier de ce genre vont rester dans les tiroirs suite à panne ?
    Un Zotac d’emblée, à 100 euros de plus, me semble un bien meilleur choix.
    Db

    Répondre
  • Bug
    30 janvier 2015 - 6 h 58 min

    ce sont des nouveaux formats en vue des annonces de pierre sur les autres types de machines a prix équivalent qui sortiront certes la quantité n’est pas encore présente mais si il y a engouement gageons de la production massive à venir; il est pas idiot de patienter et faire son choix en conséquence, le pipo essuie les plâtre mais l’idée est là !

    Répondre
  • 12 février 2015 - 12 h 19 min

    Comportement génant : le rj45 se désactive si le pipo n’est pas relié à un écran hdmi.

    par contre usb et wifi reste fonctionnel . . . quelqu’un aurait il une idée pour avoir une prise RJ45 fonctionnelle sans relier la machine à un écran ?

    ps j’ai besoin de rester sous windows.

    bonne journée,

    Sylvain

    Répondre
  • 12 février 2015 - 14 h 23 min

    @sylvaind: Je viens de tester à nouveau, chez mpi aucun soucis pour l’utiliser sans écran ou pour débrancher l’écran en plein usage, mon Pipo continue d’être accessible en réseau et un téléchargement initié peut continuer… Tu utilises quelle alim ?

    Répondre
  • 12 février 2015 - 14 h 46 min

    @Pierre Lecourt: j’utilise l’alim fournie. pour etre precis, le wifi et les ports usb fonctionnent c’est juste le port RJ45 qui se deconnecte lorsque je debranche le cable hdmi. lorsque je reconnecte le cable hdmi, la prise rj45 se reactive.

    sylvain

    Répondre
  • 13 février 2015 - 11 h 15 min

    […] même materiel embarqué chez les grossistes Chinois. La plupart sont des photocopies exactes des Pipo X7 ou Voyo Mini PC dans les composants. Aucune ne se démarque vraiment et toutes ou presques […]

  • 20 février 2015 - 9 h 50 min

    […] Une température largement assumée par la machine de base mais également largement perfectible. La première partie de ce test nous a montré que l’engin  n’était pas des plus optimisé en terme de dissipation. […]

  • 27 mars 2015 - 19 h 51 min

    […] Pour le reste, mis à part un châssis qui passe de l’alu argenté à une version « gold » à faire pâlir d’envie un dictateur aimant le luxe tapageur, rien n’a bougé. […]

  • 10 mai 2015 - 15 h 47 min

    @Pierre Lecourt:
    Est ce qu’en enlevant la pile de bios cela restaure les paramètres par défaut du bios ?
    J’ai changé une option et je n’ai plus de périphérique usb reconnu et donc je ne peut plus controler le pipo…

    Répondre
  • 12 mai 2015 - 14 h 23 min

    […] rapide à plus de 80°C, l’engin est très vite en Throttling, en comparaison le Pipo X7, malgré un design pas franchement brillant non plus, du moins largement perfectible, ne dépassait pas les […]

  • 19 mai 2015 - 9 h 03 min

    Bonjour, si cette pipo X7 a les même enraille que la X7s
    est’il possible de faire une mise a jour pour le dual-boot ?

    Répondre
  • 2 juin 2015 - 13 h 17 min

    […] La boite est une copie conforme de celle du Pipo X7, pas de gros doute sur la fabrication de l’engin donc. On est bien dans une mise à jour de la part de la marque. Une évolution technique pour se démarquer des concurrents. […]

  • 31 juillet 2016 - 2 h 15 min

    Bonjour,

    J’ai fait une mauvaise manip dans le bios de mon pipo, les ports usb ne répondent plus

    Je voulais retirer la pile du bios comme Pierre indique avoir fait, mais elle semble soudée aux pattes que l’on voit sur les photos de l’article

    Quelqu’un aurai-il une solution pour moi ?

    Merci :)

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *