Chromebooks et applications Android : Mariage annoncé pour la fin d’année

On s’en doutait mais la chose est confirmée par une Google I/O 2016 qui lève le voile sur cette évolution radicale de ChromeOS. Au sortir du MedPi 2016, cette annonce me fait clairement sourire. Le modèle Chromebook, largement boudé par les distributeurs Français, va devenir un produit tendance et personne ne semble prêt à l’accueillir.

Les Chromebooks se vendent bien, aux US. En France aussi mais c’est plus anecdotique. Non, aux US c’est devenu plus qu’un phénomène. Pour tout vous dire, il se vends plus de Chromebooks outre atlantique que de machines Apple toutes gammes confondues sur le premier trimestre 20161. Avec deux millions de machines vendues sur ce début d’année, c’est un très joli score.

Chromebook Pixel

Et en France ? En France, rien, ou si peu. En fait ce n’est pas tout à fait vrai. Amazon vend beaucoup de Chromebooks mais il n’y a quasiment que Amazon France qui en vend. C’est même devenu un réflexe pour les marques de citer Amazon, tous modèles confondus. Quand on veut un Chromebook, en France, on va chez Amazon.

Ca se vend les Chromebooks, ça se vend même bien… Mais que sur Amazon.

La fenêtre laissée par la distribution classique de matériel a duré très peu de temps à vrai dire. Quelques mois pendant lesquels les Chromebooks ont été présentés au public et , voyant que la mayonnaise ne prenait pas, les étals ont été vidés de toutes les machines. Les stocks ont étés liquidés ou rapatriés. Et les Chromebooks ont disparu de la surface du sol Français. Impossible de voir de quoi il s’agissait, impossible de les prendre en main. Les rares modèles encore disponibles sont à commander uniquement en ligne. Un représentant de fabricant indique “non, ça se vend les Chromebooks, ça se vend même bien… Mais que en ligne.”

Asus Chromebook Flip

Le Chromebook Flip d’Asus

Uniques responsables les marchands ? Pas vraiment. On ne peut pas dire que Google ait fait preuve de la même ténacité que Microsoft sur ce segment. La marque n’a pas brillé par la qualité de son marketing en France. Passée la période de lancement et l’évangélisation concernant le fonctionnement de ChromeOS, la communication a tout simplement disparu. Google comptait probablement uniquement sur le prix de ses machines pour séduire. Une séduction qui est passée à la trappe quand les Cloudbooks sous Windows sont apparus dans les mêmes zones tarifaires.

Et puis il y a le contexte Français, le fait que mon hôtel fort cher à Monaco facture une connexion Wifi à 19,90€ les 24 heures là où le moindre motel US offre le service. Un bar, un magasin, un café, une station service, partout au US vous pourrez vous connecter sans problème. Allez trouvez une connexion valable avec un débit suffisant pour profiter des joies d’un Chromebook en France dès que vous sortez des quartiers les plus branchés des grandes ville. Le Wifi est bien là mais il n’est pas ouvert. Difficile donc de profiter du Cloud à moins de choisir la voie de la 4G.

Chromebook Pixel

Chromebooks et applications Android : Le mariage de l’année

Bref, le marché du Chromebook n’est pas des plus vifs en France, et pourtant il va falloir se remettre en ordre de bataille puisque l’annonce de Google de porter très bientôt l’ensemble du catalogue Google Play d’Android pour le rendre accessible au système va probablement faire un électrochoc à la gamme de produits.

Tous les Chromebooks ne sont pas concernés, seuls les plus récents auront droit à ce portage. Ce n’est pas une question de composants mais plutôt une décision motivée par le support  de ChromeOS. Chaque Chromebook dispose d’un suivi logiciel qui assurera ses mises à jours pendant cinq ans. Google a décidé que les modèles les plus anciens n’auraient pas droit à cette ouverture de ChromeOS au catalogue d’applications et de jeux Android. Le premier ChromeBook Pixel par exemple, bien que tactile et suffisamment performant, n’aura pas de support du Play Store.

Il ne s’agira pas d’émulation, mais d’une lecture 100% native des applications par le matériel embarqué.

Dès le mois de Juin, les machines les plus récentes auront donc le droit de lancer toutes les applications du catalogue Android. Ce choc des systèmes se traduira inévitablement par un regain d’intérêt pour le modèle ChromeOS. D’un coup, ce seront des millions d’applications que des millions de personnes utilisent au quotidien qui débarqueront sur grand écran. De quoi travailler, jouer, surfer, partager et manipuler des fichiers comme sur son smartphone mais avec un affichage grand format, un clavier et un pavé tactile.

Acer Chromebook R11

Le Acer Chromebook R11

Les Chromebooks les plus avantagés par cette évolution seront les modèles tactiles : Le nouveau Chromebook Pixel sorti en 2015, l’Acer Chromebook R11 et l’Asus Chromebook Flip. Des modèles disposant également d’un accéléromètre permettant de piloter naturellement les applications Android. Evidemment il sera possible également de manipuler des applications au pavé tactile ou à la souris comme le fait RemixOS. La plupart des Chromebooks les plus récents seront donc concernés par cette évolution.

Si le mariage Chromebooks et applications Android concernera d’abord les développeurs, l’arrivée de la version publique est attendue pour la fin Septembre. Date à laquelle ChromeOS sera parfaitement compatible avec le Play Store. Il ne s’agira pas d’émulation, mais d’une lecture 100% native des applications par le matériel embarqué.

D’ici là les développeurs seront tout de même incités à mettre à jour leurs applications pour prendre en charge les nouveaux formats. Par exemple, en proposant un système permettant d’identifier l’affichage nécessaire sur l’écran. Pour éviter d’avoir une application qui se lance à la verticale sur un Chromebook posé sur un bureau. La prise en charge des souris ou des pavés tactiles et une gestion permettant au clavier physique de prendre le pas sur le clavier virtuel sont les bases indispensables à l’exploitation confortable de ces applications.

Mais les développeurs ont tout à gagner à procéder à ces ajustements, certains n’auront rien à faire pour permettre l’exploitation de leurs développements sur  ChromeOS. D’autres devront mettre la main à la pâte mais avec comme cible potentielle quelques dizaines de millions de nouveaux appareils. L’optimisation sera facilitée par un cahier des charges mettant clairement les pré-requis d’une application concernant son usage : Utilisation du tactile ou d’un accéléromètre par exemple. Evidemment certains points ne pourront pas être réglés facilement. Le GPS par exemple. Sans GPS, il sera difficile de renseigner certaines applications à moins que le développeur les modifie pour se servir d’autres services de localisation : Via Wifi ou en entrant manuellement sa position. Tout comme il sera impossible de conduire un véhicule dans un jeu dans un Chromebook non muni d’un accéléromètre. Il va sans dire qu’au vu de cette annonce, les prochains Chromebooks auront probablement plus souvent un écran tactile qu’aujourd’hui.

Chromebook Google Play Store

Du multi fenêtrage d’applications Android sous ChromeOS via TheVerge

Bien identifiée, une application pourra prendre trois forme d’affichage à l’écran : Soit en mode portrait, soit en mode paysage ou enfin en mode plein écran. En portrait, l’application s’ouvrira comme une fenêtre de la taille d’un smartphone en laissant le reste des applications ouvertes et actives en arrière plan. Un développeur qui propose son jeu dans ce mode pourra donc permettra un affichage aisé sur un écran de 11,6 ou 13 pouces. En mode paysage, on retrouvera une fenêtre de la taille d’une tablette 9 pouces sur l’écran. En mode plain écran, l’application prendra tout l’espace disponible.

En clair vous voulez lancer une application de chat : Mode portrait. Une application de jeu profitera bien du mode paysage et un traitement de texte ou une application de lecture multimédia profitera de toute la place disponible en mode plein écran. Il sera possible d’avoir un traitement de texte en plein écran, une calculatrice en fenêtré par dessus et une application de vidéo conférence de l’autre côté de l’affichage. De les repositionner et de jongler de l’une à l’autre sans les quitter.

Chromebook Google Play Store

Pour Google l’opération est évidemment bénéfique. Cela ouvre d’autres perspectives à ChromeOS, permet de ré-engager les développeurs vers le système tout en montrant aux constructeurs la voie à suivre. L’évolution devrait également intéresser un nouveau public qui n’a pour le moment pas été séduit par l’offre Chromebook. Avec l’ouverture du Play Store, il y a également une autre manne pour google, celle d’un accès à ses autres services comme Google Play Film ou Google Play Music.

Google vient donc bien de rebattre les cartes du marché. la fusion Chromebooks et applications Android va faire au passage faire beaucoup de tort à Jide et son RemixOS puisque la solution ChromeOS aura probablement un meilleur support technique que celle de Remix OS  tout en offrant des mises à jour automatiques et régulière du système ainsi qu’un support identique des spécificités d’une machine classique pour manipuler des applications Android. Ce mouvement de fond qui va inciter les développeurs à revoir leurs copies aura également des effets de bord pour Android TV qui devrait profiter, à terme, de l’arrivée d’applications se passant plus volontiers du tactile pour être remplacé par une manette ou un couple clavier et souris.

Une opération tout en bénéfice pour Google donc. La marque va sans doute passer une bonne fin d’année avec une période des fêtes où les Chromebooks seront à nouveau le cadeau à faire ou à se faire aux US. Et peut être en France ?

 

 

Notes :

  1. Source : IDC.
30 commentaires sur ce sujet.
  • 20 mai 2016 - 13 h 04 min

    En clair, Google fait la même chose que Microsoft depuis la sortie de Windows 10 mobile, avec les applications universelles : Permettre à une application unique de s’exécuter aussi bien sur un téléphone, une tablette, ou un ordinateur (sous Win10 pour l’un, chromeOS pour l’autre).

    La différence ? l’un part du téléphone mobile et tente de le pousser dans l’ordi, alors que l’autre part de l’ordi pour le faire rentrer dans le mobile…

    Répondre
  • 20 mai 2016 - 13 h 27 min

    Super, on revient au temps du Minitel
    un gros serveur centralisé (le cloud) sur lequel l’utilisateur n’a aucun contrôle
    et un petit terminal, qui ne marche pas sans son serveur

    Il faut espérer que l’installation d’applications rendra le chrome book un petit peu indépendant

    Mais moi ça me fout un peu les jetons de savoir que seules quelques entreprise américaines contrôlent le monde

    Je souhaite que les “gentils” GAFA restent gentils, mais il faudra bien faire comme ils disent :-)

    Répondre
  • 20 mai 2016 - 13 h 58 min

    @eugene:

    Aussi, autant on peut se réjouir de l’élargissement de l’offre de systèmes et d’éditeurs marchands (ce qui n’était clairement pas le cas il y a quelques années) autant on est parfaitement conscient des visées monopolistiques des uns comme des autres. Ce qui change désormais, c’est que les particuliers comme les entreprises peuvent valablement réduire leur dépendance à ces éditeurs en utilisant des solutions pérennes et performantes reposant sur un système libre.
    Dans le même temps, je n’ignore pas les résistances – plus psycho qu’autre chose – qui font que l’on préfère rester en terrain connu. En fait, c’est comme la clope, chacun est libre de se coller les chaînes qu’il veut.

    Répondre
  • 20 mai 2016 - 14 h 08 min

    Les chromebooks, c’est pas mal… avec un Linux dedans !! :)
    Chromebook Acer C720P acheté il y a un peu plus d’un an à 150€ sur Amazon en version reconditionné… j’ai utilisé chrome OS pendant un moment mais là, je viens d’installer Linux Mint 17.3 et ça fonctionne vraiment très très bien !! :)

    Répondre
  • 20 mai 2016 - 14 h 21 min

    Pour moi c’est la news de l’année :)
    Merci Pierre

    Répondre
  • 20 mai 2016 - 14 h 29 min

    C’est surement la plus gros news depuis la création de ChromeOS, mais le déception vient de la listes des appareils supporté:
    https://support.google.com/chromebook/answer/6401474
    On peut voir beaucoup de machine non disponible en France, et presque aucune ChromeBox.
    Personnellement, je suis utilisateur d’une ChromeBox depuis 2012 ( Samsung ChromeBox Serie 3) et ma femme depuis 2014 ( HP ChromeBox ) aucune de ces machines ne sera supporté, c’est décevant pour les clients fidèles de la 1ière heures surtout que même la machine de 2012 reste très réactive et cette limitation n’est qu’un choix et non pas un problème de puissance.

    Répondre
  • 20 mai 2016 - 14 h 43 min

    A l’époque ils auraient du créer direct un Remix OS pour leurs ChromeBook :p on a perdu 5 ans pour rien à maintenir 2 écosystèmes qui au final vont se réunir.

    Répondre
  • 20 mai 2016 - 15 h 47 min

    @eugene: Entierement faux, les Chromebooks marchent sans connexion depsui des années.

    Il leur faut des connexions régulières pour updates et synchro, mais pas une connexion permanente.

    Répondre
  • 20 mai 2016 - 16 h 14 min

    @GuiToon: je plussoie… surtout quand ton Acer C720p est tactile… j’attendais impatiemment ce moment… je suis un peu déçu…

    @obarthelemy : j’ai arrêté d’expliquer à tout le monde que les chromebooks marchent sans connexion internet… les gens ne vérifient jamais ce qu’ils disent… et sont surtout partis avec un a priori très négatifs sur ces machines…

    @Dimitri : je suis bien d’accord… je comprends l’initiative de séparer les deux mondes (smartphone/tablette vs “PC”) car ils voulaient un OS très protégé (contrairement à Android qui est un beau fourre tout) mais ils n’avaient pas vu le besoin d’interconnectivité que nous ressentons pour nos machines et le peu d’intérêt que les développeurs ont pour chromeOS

    Répondre
  • 20 mai 2016 - 16 h 51 min

    @Thomas: Thomas, as-tu installé Mint complètement ou via un Chroot, stp ? As-tu une page de prédilection pour suivre un tuto pour contourner les problèmes de bios ?
    Merci pour ta réponse…

    Répondre
  • 20 mai 2016 - 16 h 56 min

    @Poulou @ GuiToon:
    Djizusse Kraïste ! le C720p n’est pas concerné…la vie est mal faite…Bon en même temps, toutes ces applis sont autant de brêches de sécurité dans nos Chromebooks en acier trempé paré pour le oueb de tous les dangers…

    Répondre
  • 20 mai 2016 - 17 h 06 min

    “il se vends plus de Chromebooks outre atlantique que de machines Apple toutes gammes confondues sur le premier trimestre 2016”

    Il faut préciser : dans la gamme mac, essentiellement grâce au marché de l’éducation.

    Office (Microsoft) doit encore être la raison n°1 d’achat d’un portable à clavier en Europe.

    Répondre
  • 20 mai 2016 - 17 h 58 min

    Le Chromebook pixel 2013 n’est pas concerné … Pardon ?
    Je possède un Chromebook Pixel 2013 et franchement c’est n’importe quoi, il est super puissant avec un i5, l’écran est tactile et magnifique, c’est censé être un Pixel donc suivi par Google, et en plus ils disent suivre les appareils 5 ans, donc normalement jusqu’en 2018 pour le Pixel 2013 …
    Pas bien Google, pas bien.

    Répondre
  • 20 mai 2016 - 20 h 39 min

    Pas d’émulation ? Ben si, l’émulation d’une vraie carte graphique et de ses instructions câblées par un processeur qui ne parle pas la même langue. Donc toutes les applications ne seront pas jouables sur toutes les machines sous chrome. Ca va ramer sec.

    A mon avis l’image de ses machines en France sera difficile à améliorer. Et à quoi bon un chromeOs plutôt qu’un android desktop ?

    Répondre
  • 20 mai 2016 - 22 h 15 min

    @Dadoo:

    La plus grosse différence entre un ChromeOS et Android: c’est Chrome.
    ChromeMobile n’est pas fait pour fonctionner comme un vrai navigateur, et c’est ce qui a toujours manqué à Android.

    Répondre
  • 21 mai 2016 - 0 h 50 min

    @brousse.ouillisse : j’avais testé l’install d’Ubuntu avec chrouton mais, au final, j’ai trouvé que ce type d’install n’était pas très “convaincante”…
    Après pas mal de recherches, j’ai trouvé ce tuto :
    https://ankitrasto.wordpress.com/2015/02/06/clean-installing-linux-on-the-acer-c720pc720-chromebook-a-complete-guide/
    Très complet et le truc de la vis est finalement très simple (attention tout de même si ton c720 est toujours sous garantie…)
    J’ai installé Linux Mint Cinnamon 17.3 64 bits. J’avais testé d’autres versions de Mint (xfce, mate, kde) mais je les trouvais moins “complètes”, notamment au niveau du mappage du clavier (pour les touches spécifiques aux chromebooks). Par contre, lance bien les mises à jour avant de mapper le clavier : certaines touches (F6 -baisser la luminosité / F8 – baisser le volume) n’étaient pas paramétrables avant les mises à jour de Mint… Après mises à jour, aucun problème !!
    Sinon, pour les points qui ne fonctionnent pas “out of the box” :
    – touchpad : il fonctionne mais il manque de sensibilité, j’ai trouvé ce tuto :
    http://askubuntu.com/questions/565856/how-do-i-fix-my-touchpad-on-my-acer-720-chromebook
    et ça fonctionne, le touchpad marche parfaitement !! :)
    – firefox : plantait régulièrement… au final, j’ai installé… chromium !! :)
    En tout cas, après quelques jours d’utilisation, je ne peux que conseiller cette install ! :)

    Répondre
  • 21 mai 2016 - 1 h 04 min

    @brousse.ouillisse : j’oubliais… par défaut, le bluetooth est activé à chaque démarrage. Pour régler, ce problème, j’ai simplement suivi ce tuto :
    https://doc.ubuntu-fr.org/bluetooth (-> partie 7)
    Bonne install ! :)

    Répondre
  • 21 mai 2016 - 5 h 42 min

    Je pense que le marché Français reste un peu spécifique .

    Les gens ont un smartphone Android ou iOS ainsi qu’un ou des PC Windows .

    Je pense que GOOGLE a fait une grosse erreur ou une erreur voulue en distinguant ANDROID de CHROME OS .

    La grosse erreur c’est d’oublier que les gens pensent WINDOWS en premier, l’erreur voulue a été de croire que les gens payerai pour des applications Android et des applications Chrome OS .

    Je pense pas que le service Applications du Windows Store marche aussi bien que celui de GOOGLE ou d’APPLE .

    A l’heure de la tablette ,du smartphone et du portable devenant tactile , c’était plutot débile que ces machines n’aient pas un OS commun .

    Reste un travail important a réaliser entre fabricants de puces et réalisateurs de logiciels a réaliser .

    MICROSOFT malgré son empire n’a pas percé sur le mobile comme sur le marché consoles de jeux .

    GOOGLE ,hormis son moteur de recherche et son navigateur n’est pas non plus dans les grands fournisseur d’OS .

    Répondre
  • 21 mai 2016 - 8 h 17 min

    Les chromebook Dell avec clavier rétro éclairés sont en promo sur le site de Dell… Humm je me tâte !

    Répondre
  • 21 mai 2016 - 10 h 28 min

    @ptitpaj Le problème n’est pas le cout des applications chromeOS, il y en a peu et les principales sont gratuites.
    En France, ces machines ont peu de lisibilité, et on une sale réputation car les gens pensent qu’il faut être connecté à internet pour les utiliser, Hors on est assez mal équipé en wifi public gratuit ( et quand ça l’est on a souvent une procédure longue d’inscription).

    Répondre
  • 21 mai 2016 - 12 h 53 min

    Le store Microsoft fonctionne bien, il est clair et permet pas mal de choses, il manque juste de contenu ! Les ténors du genre comme fb viennent à peine de publier une appli valable qui est même mieux interfacée avec un navigateur quand il s’agit de visiter une page depuis fb et de revenir a fb ensuite. Mais ça reste vide dans les appli de niches comme un bon visualiseur d’objet 3d : il n’y en a pas.

    N’oublions pas les leçons du passé, même si les français n’ont que peu de mémoire. Au lancement raté de la xbox qui a connu plein de problèmes y compris matériel, Microsoft s’est permis de perdre des sommes faramineuses sur des années et au final : la xbox est une des deux consoles les plus vendues aujourd’hui.

    Leur windows phone manque encore de souplesse, il est très rustique, mais il est peu gourmand et les terminaux ne sont pas chers, avec la qualité de fabrication des nokia. On verra d’ici un ou deux ans comment le jeu évolue, mais je ne les donne pas pour perdus d’avance.

    Répondre
  • 21 mai 2016 - 13 h 58 min

    @Dadoo:

    tu a une mémoire sélectif

    la xbox ne se vends pas si bien que ça, qui racheté en multiples exemplaires par le consommateur à l’époque de la 360.

    windows a arrêté la vente à perte sur windows phone en fin d’année pour ce concentrer sur l’entreprise, de plus foxconn qui fabrique déjà la gamme lumia vient de racheter microsoft mobile ex nokia

    Répondre
  • 21 mai 2016 - 21 h 02 min

    nop

    Répondre
  • 21 mai 2016 - 22 h 27 min

    @Thomas: Merci beaucoup Thomas d’avoir pris le temps de me répondre, je vais tester tout ça !

    Répondre
  • 22 mai 2016 - 10 h 06 min

    Pour les gens qui possèdent des chromebooks “anciens”, comme le pixel, je parie qu’il y aura rapidement des bidouilles pour bénéficier de ces fonctions ;)

    Répondre
  • 22 mai 2016 - 11 h 19 min

    Perso ,je me moque un peu de l’expansion de Microsoft ou de celle d’APPLE .

    Pour GOOGLE certainement trop étendu déjà ,je pense que sa réputation de FLIC du NET et de stocker de données parfois trop perso lui coûte certainement le marché CHROMEBOOK chez nous .

    DISONS LE FRANCHEMENT ,les Français n’aiment pas être fliqués et n’aiment pas non plus ce voir imposer ceci ou cela .

    Comparons le CHROMBEBOOK a la liseuse AMAZON ,dans les deux cas le fabriquant veut imposer son store et son format prioritaire .

    J’ai rien contre un OS simplifié pour un ordinateur mais je pense qu’il doit aussi m’offrir mes habitudes .

    J’aime pas cette grosse différence de travail entre Android et Linux par exemple mais l’utilisation de Windows me reste ELLE très naturelle .

    J’ai pas d’action ,ni de prime par MICROSOFT ,c’est simplement que l’usage me semble plus instinctif .

    C’est sur aussi que n’ayant pas les moyen pour une machine trop chère ,le prix du CHROMEBOOK reste avantageux .

    POUR SIMPLIFIER SI GOOGLE ME SORT UN PC PORTABLE OFFRANT L’ERGONOMIE DE WINDOWS, JE PENSE QUE J’ACHÈTERAI .
    Pour l’instant ,les retours ne semblent pas allez dans ce sens .

    Répondre
  • 22 mai 2016 - 18 h 46 min

    La vente liée a formaté ton cerveau a windows … Pas la peine de t’en vanter …

    Répondre
  • 23 mai 2016 - 16 h 41 min

    @ptitpaj: ptitpaj, je comprends parfaitement ta facilité d’utilisation de Windows, qui a fait des progrès indéniables jusqu’à la version 7 (après, la différence est minime, à mon avis). En tant que Windowsien depuis la version 3.0, j’ai aussi des habitudes tenaces. Mais le chromebook a une interface vraiment faite pour surfer le web et accéder aux outils en ligne qui est imbattable. ET SURTOUT AUCUNE PU…. d’opération de maintenance. Pas d’antivirus, pas de crapware, etc.
    Si j’analyse mon usage informatique, 80% de ce que je fais dans la journée se passe sous Chrome (ou pourrais passer sur des applis web), donc ça me va bien.
    Si tu travailles sur station de travail, oublies, sauf pour avoir un second PC mini mais plus puissant que ton tél.Android (avec le vrai chrome et flash, pas celui d’android)
    Enfin, tu peux utiliser CUB Linux, tu auras la simplicité de ChromeOS et en plus, un vrai Linux derrière (support matériel élargi, scanner, imprimantes, etc. et magasin d’applis complet), avec une interface vraiment très intuitive (car simplifiée, comme dans chromeOS). Essayé ce week-end. Vraiment simple (clic droit sur le bureau pour accèder au menu complet du système) et basé sur Chromium, pas Chrome, pour le respect de la vie privée…

    Répondre
  • 26 mai 2016 - 10 h 26 min

    Certains d’entre vous don’t tout simplement contre les gros mastodontes que sont Apple, Microsoft, Google… et continueront à cracher sur eux avec des arguments techniques souvent faux.

    Concernant l’absence de support des Android Apps sur des machines tels que le Pixel 2013, le HP11 G1 “made with Google”… je suis moi aussi déçu. La liste fournie par Google correspond-elle aux machines qui seront supportés ou compatibles? La nuance est importante.

    Heureusement, les premiers Chromebooks sont des machines à petits prix, ce qui fait passer la pilule un peu mieux aux acheteurs de la première heure. Sauf pour le Pixel 2013 évidemment.

    Le fait que Google ne supporte les mises à jour de Chrome OS que sur 5 ans pèse lourd sur mon choix d’appareil. Comme je souhaite continuer à bénéficier des mises à jour, cela signifie que je dois prévoir un renouvellement matériel tous les 5 ans. Cela ne me pose pas vraiment un soucis et je comprends que la technogie évolue. Mettre 300€, 500€ ou 1000€ tous les 5 ans… chacun fait en fonction de son budget.

    Il ne faut pas oublier qu’il y a 5 ans, il était très difficile de trouver sur le marché un appareil à 300€ qui marche aussi bien qu’un chromebook. Je suis en tout cas impatient de voir la prochaine vague d’appareils qui nous seront proposés pour Noël.

    Concernant le choix de Google de persister avec Chrome OS alors qu’il avait la possibilité d’adapter Android à une utilisation sur PC fixe, je le comprends également.

    Tout d’abord, il faut prendre en compte les utilisateurs qui aiment ce que proposait Chrome OS jusqu’à présent: Un système limité, mais simple, sécurisé, rapide et très facilement administrable dans les organisations (écoles, kioske, points de vente…).

    Google a fait le bon choix en proposant Android sur Chrome OS comme une option activable ou pas. C’est un excellent moyen de satisfaire la majorité de ses utilisateurs.

    Ils peuvent désormais se concentrer sur la prochaine véritable révolution : Google Assistant. Il s’agit de réussir à développer une IA capable de gérer notre quotidien. J’espère qu’elle nous aidera aussi un jour à mieux travailler, et plus globalement à mieux vivre.

    Répondre
  • 4 juin 2016 - 7 h 47 min

    Donc ça serait compatible avec les Intel comme les tegra ?

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *