Xiaomi Mi Reader : la première liseuse du fabricant chinois

Xiaomi s’apprête à débarquer sur le segment des liseuses à encre numérique avec la Xiaomi Mi Reader, une solution qui se veut abordable même si pour le moment la marque n’a fait aucune communication pour une commercialisation en dehors de la Chine.

La Xiaomi Mi Reader ne va pas vous surprendre d’un point de vue design, la première liseuse à encre numérique du géant Chinois ressemble à ses concurrentes signées Kobo ou Amazon. Elle propose une page d’encre électronique abritée dans un châssis en plastique. A l’intérieur par contre, les choses changent un petit peu.

La Xiaomi Mi Reader embarque en effet un système dérivé d’Android qui servira à piloter livres et données sur son écran e-Ink classique. L’affichage se fait sur une diagonale de 6 pouces proposant une résolution de 212 points par pouce. Un éclairage secondaire est présent pour utiliser l’objet en basse luminosité. Aucune mention de tactile n’a été présentée.

2019-11-19 16_17_34-minimachines.net

Allwinner B300

A l’intérieur de l’objet, on retrouve sans surprise un SoC ARM, il s’agit d’un Allwinner B300. Une puce créée spécialement pour cet usage type par AllWinner et qui propose quatre coeurs Cortex-A7 cadencé à 1.8 Ghz. On peut se demander pourquoi autant de performances pour une gestion d’affichage de liseuse mais cela permet de piloter facilement des changements de page ainsi la navigation dans un catalogue important de données.

Le B300 embarque un circuit graphique optimisé pour cet usage qui peut assurer un rafraîchissement à 100 Hz. Gérer ses marque-pages et autres fonctionnalités de prises de notes ou de vocabulaire seront également possibles grâce à ce type de puce. La mémoire vive proposée grimpe à 1 Go de DDR4L et le stockage interne à 16 Go. A noter que la solution AllWinner B300 est compatible avec Android à partir de la version 8.1. La liseuse mesure 15.92 cm de haut pour 11.6 cm de large et 8.3 mm d’épaisseur. Elle pèse 178 grammes.

La marque indique la possibilité de télécharger facilement des documents vers sa liseuse mais je n’ai relevé aucune mention de la présence d’un éventuel module Wifi sur l’objet même si le B300 sait parfaitement le prendre en charge. Je suppose qu’elle sera bien équipée d’une solution de communication sans fil.

2019-11-19 16_52_18-minimachines.net

Le format de la solution Xiaomi Mi Reader est classique, l’objet embarque une batterie 1800 mAh et se recharge en USB Type-C. Ce type de solution propose en général une excellente autonomie. On retrouve un port USB Type-C pour alimenter la solution ainsi qu’un bouton de démarrage. La formule est classique avec une gestion des formats habituels tels que les ePUB, les PDF et autres fichiers TXT. On imagine que le choix de recourir à une variation d’Android permettra à la marque d’adapter les contenus suivant les besoins de son public.

2019-11-19 17_00_48-minimachines.net

La Xiaomi Mi Reader commencera sa carrière via un lancement en… financement participatif. Xiaomi est une petite entreprise sans grands moyens pour se faire connaitre et elle est obligée de trouver des solutions alternatives comme Kickstarter pour vendre son produit. Ou alors la marque se sert de la plateforme pour assurer un marketing pas cher et gérer des précommandes qui ne disent pas leur nom. L’objet devrait y apparaître le 20 Novembre à un prix de 579 Yuans (environ 75€), 20 de moins que le prix public de l’objet en magasin soit 599 Yuans (environ 78€). des tarifs qui ne font pas spécialement rêver puisque le design de l’engin est plutôt banal et que l’on trouve les produits concurrents dans les mêmes eaux régulièrement.

On saura à ce moment là quels pays la Xiaomi Mi Reader vise. L’emploi d’Android devrait permettre de proposer facilement l’objet sur différents marchés mais les rares images disponibles pour le moment ne le présente qu’affichant des idéogrammes Chinois ou un alphabet Cyrillique.


Soutenez Minimachines.net !
18 commentaires sur ce sujet.
  • 19 novembre 2019 - 17 h 19 min

    Je pense personnellement que Xiaomi (comme d’autres grandes marques) passe par une campagne de financement participatif pour deux raisons :

    1. Cela leur permet de mesurer l’engouement pour le produit qu’ils proposent
    2. (Surtout) cela leur fait une bonne campagne marketing peu onéreuse bien avant le lancement final du produit

    Répondre
  • Seb
    19 novembre 2019 - 17 h 45 min

    Coquille : “…mais cela permet de piloter facilement des changements de page ainsi [ .??. ] la navigation dans un catalogue important de données”, il manque le “que”.

    Répondre
  • 19 novembre 2019 - 18 h 24 min

    Avec un format ouvert, un écran de qualité et une autonomie appréciable, je suis preneur

    Répondre
  • 19 novembre 2019 - 18 h 30 min

    Dommage qu’ils ne proposent pas une version couleur ou une version xl pour les formats bds etc. Là, ils attaqueraient un marché encore délaissé…

    Répondre
  • 19 novembre 2019 - 18 h 44 min

    @Seb:
    Également sur cette phrase !:”Gérer ses marque page et autres fonctionnalités de prise de notes ou de vocabulaire seront également possibles”, plutôt “gérer ses marque-pages et autres fonctionnalités de prise de notes ou de vocabulaire sera également possible.
    Concernant cette liseuse, elle ne fait pas rêver en l’état, elle ne va pas apporter grand chose j’ai l’impression mais sait ans sée…

    Répondre
  • 19 novembre 2019 - 19 h 25 min

    @Bruno: argh! Wait and see.

    Répondre
  • 19 novembre 2019 - 20 h 15 min

    J’utilise actuellement une Nolim (les soldes carrouf pas chères il y a un peu plus d’un an) uniquement parce qu’elle tient bien en main : elle a le même taille qu’une Tea / AMZ / Kobo, mais elle est bien plus épaisse, et dotée d’une couverture en silicone très très solide.
    C’est simple,
    – tu tiens une Tea à la main, tu tapes dans une porte, elle est morte :(
    – tu as ta Kobo posée sur la table, housse en carton de la marque fermée, un chat adulte (4 à 5 kg) marche dessus : l’écran est mort :(
    – ton fils a une kindle pour son Noel, il la présente, un adulte la serre un peu trop, le chassis se vrille, écran HS

    ce n’est que du vécu, j’ai 4 liseuses HS dans un carton dans le grenier :(

    Alors la Nolim a un logiciel du niveau des premières liseuses mais au moins elle est très solide !

    donc pas de problème pour une liseuse sou Android mais avec une vraie appli de lecture, et, surtout la possibilité d’avoir des housses solides, si possibles avec des coins et une couverture renforcées et une épaisseur facilitant la prise en main.

    PS : les boutons physiques pour allumer / éteindre, pages suivante/précédente c’est aussi très très pratiques, surtout quand ils sont en bas, ça permet de lire avec une seule main, la seconde pouvant permettre de tenir sa bière :)

    Répondre
  • 19 novembre 2019 - 20 h 29 min

    “je n’ai relevé aucune mention de la présence d’un éventuel module Wifi sur l’objet même si le B300 sait parfaitement le prendre en charge. Je suppose qu’elle sera bien équipée d’une solution de communication sans fil.”
    Sur la 2nde photo on peut voir un picto “wifi” en haut à droite. Ça va dans le sens de ta supposition.

    Répondre
  • 19 novembre 2019 - 20 h 32 min

    @ikaar: La e-ink couleur n’est pas encore au point. Peut-être pour 2021…

    Répondre
  • 19 novembre 2019 - 20 h 33 min

    intéressant si ça se hacke. ça pourrait faire un chouette dashboard pour la domotique collé sur un mur.

    Répondre
  • 19 novembre 2019 - 23 h 22 min

    Plusieurs points :
    – Xiaomi a déjà commercialisée des liseuses électroniques sous le label “Moaan” (la Moaan W7 est d’ailleurs assez haut de gamme).
    – Une fréquence de rafraîchissement de 100Hz? Pour de l’encre électronique ?!
    À ma connaissance, les écran e-ink sont justement réputés pour leur fréquence de rafraîchissement extrêmement lente (entre 4 et 10Hz)…

    Répondre
  • 19 novembre 2019 - 23 h 41 min

    Dommage qu’ils aient choisi un écran 212ppp il manque des 300ppp sur le marché !
    L’article ne précise pas non plus s’il y a compatibilité epub-2 et/ou epub-3…
    Il faut donc attendre pour voir ! … Et surtout espérer que l’écran sera moins fragile que celui de nos Booken .

    Répondre
  • 20 novembre 2019 - 9 h 15 min

    @Emmanuel:

    je ne suis pas très délicat mais je crois que tu me bats !

    Perso j’ai eu une kindle 1 et j’ai ensuite changé pour une PW. Avec une coque/couverture j’ai jamais eu aucun soucis ! Et pourtant elle a voyagé en sac à dos, valise, soute d’avion, ….

    Perso ce modèle ne me parait pas avoir beaucoup d’intérêt sur le marché actuel

    Répondre
  • 22 novembre 2019 - 20 h 13 min

    J’ai aussi une nolim payée 20€ à carrouffe et franchement elle fait le job.

    Répondre
  • 23 novembre 2019 - 9 h 22 min

    “ Xiaomi est une petite entreprise sans grands moyens pour se faire connaitre” c’est ironique ?

    Répondre
  • 23 novembre 2019 - 11 h 21 min

    @Tibo: la réponse est dans la suite…

    Répondre
  • Bob
    23 novembre 2019 - 13 h 54 min

    @Emmanuel: C’est marrant, j’ai l’expérience inverse !

    J’ai une Kindle (ancienne génération) qui a tout vécu mais qui est toujours en forme.
    Une vieille Kobo qui fonctionne très bien, mais qui n’a plus son autonomie d’antan.
    Une PocketBook 9″ qui est toujours confortable, mais si elle rame un peu.
    Par contre, les 2 Nolim achetées à Carrefour pendant les liquidations sont toutes les 2 mortes (écran qui affiche n’importe quoi) alors qu’elles n’ont pas bougé de ma table de nuit ! Et le SAV de Nolim / Bookeen est lamentable.

    Répondre
  • 25 novembre 2019 - 17 h 19 min

    Si ce type de liseuse permettait d’installer son propre lecteur d’ebooks android (Moon+ reader par exemple), alors ça serait intéressant.

    Les autres liseuses android que j’ai pu voir passer sont soit très chères, soit sous android 4.2 au mieux…

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *