Vers un meilleur Bluetooth en 2016 (mais pas forcément rétro compatible)

La norme Bluetooth va évoluer l’année prochaine, de nouvelles composantes vont s’additionner à l’existant et proposer un meilleur débit de données et un plus grand rayon d’action.

La norme Bluetooth évolue constamment, on parle souvent de Bluetooth 3.0, 4.0 ou même 4.1 mais derrière ces chiffres, il y a des modifications techniques prenant en charge, par exemple, la vitesse des transferts ou la consommation énergétique des puces à ce format.

Bluetooth

En 2016, le Bluetooth Special Interest Group qui régit cette norme, prévoit des évolutions techniques classiques au format mais pointe également quelques détails qui auront un impact sur la performance du format.

La norme promet de meilleurs taux de transfert de données, deux fois la vitesse des débits actuels. Et surtout, un plus grand rayon d’action avec quatre fois le champ des périphériques d’aujourd’hui. Autre nouveautés, la possibilité de créer une sorte de maillage réseau : Une machine équipée de Bluetooth pourrait s’appairer à une autre afin d’en atteindre une troisième. Une manière d’étendre la portée de tous ses périphériques sans impact sur l’autonomie des machines puisque le groupe indique que la consommation ne serait pas tirée vers le haut.

Bref des promesses très jolies sur le papier qu’il faut prendre évidemment avec pas mal de recul puisque l’on ne voit pas trop comment, à moins d’une toute nouvelle technologie révolutionnaire, le transfert et la portée pourraient être augmentés dans de telles proportions sans demander plus d’énergie.

Bluetooth

La brosse à dent Bluetooth.

La norme a peut être dans on chapeau quelque chose de réellement innovant mais il faudra juger sur pièces. Le Bluetooth est massivement utilisé sur de nombreux périphériques mobiles, dans l’industrie mais également dans l’Internet des Objets. Même si dernièrement, l’arrivée massive de modules wifi au sein des SoC commence à lui faire de l’ombre. On l’a vu avec les montres connectées qui ont, pour certaines, l’activation de leurs modules Wifi désactivés par défaut. Peut être que cette mise à jour technologique pourrait à nouveau focaliser les industriels vers le Bluetooth.

Faites découvrir le site en le partageant


 

Salut, c'est Pierre ! Depuis 2007 j'écris sur Internet. Je propose un site totalement indépendant et sans publicité. Pour continuer a le faire vivre j'ai besoin de mes lecteurs.  Vous pouvez participer à cette aventure très simplement. Quelques euros, le prix d'un café, tous les mois peuvent totalement changer la donne et me permettre de travailler avec une base de financement solide. Alors si vous voulez que le site perdure et fonctionne, vous pouvez participer simplement en cliquant sur les liens ci-dessous. Cela ne prend quelques instants et cela change tout pour moi.

2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

4 commentaires sur ce sujet.
  • 13 novembre 2015 - 12 h 33 min

    Moi je trouve que le Bluetooth 4.1 est à maturité. Pas besoin de plus, sinon on va se retrouver comme le Wifi, baigner dans les micro-ondes !! On chercher à créer de nouveaux cancers ???!

    Répondre
  • Val
    13 novembre 2015 - 14 h 03 min

    @Sopilou Parce que changer de technologie augmente la quantité d’onde ? Si pas de nouvelle normme, les puces existeront quand même et diffuseront tout de même leurs ondes.

    De plus nous baignons en permanence dans les ondes, non ionisantes, aucun problème de santé (à part l’effet thermique si vous vous collez à l’émetteur TV de votre région :) )

    Répondre
  • 13 novembre 2015 - 15 h 38 min

    Perso, le bluetooth, je n’ai jamais trouvé ça fiable, entre les problèmes de connection (des fois ça connecte des fois pas, même sur des périphs apairés), la compatibilité et les débits très lents, je n’ai jamais ressenti que de l’agacement avec cette technologie.
    Une bonne table raze s’impose à mon sens.

    Répondre
  • 15 novembre 2015 - 23 h 53 min

    C’est sympa le BT, bien plus résistant que le Wifi au bruit (et sur la bande des 2,4 GHz) il en faut. L’avantage du saut de fréquence sur l’étalement de spectre.
    En outre une puce ne vaut rien et peut être très économique.
    Toutefois la multiplicité des profils ne va pas dans le bon sens : à chaque fois un nouveau développement.
    Au final ça revient cher de développer des couches BT.
    Le modèle Ethernet sur le Wifi est bien plus simple.

    Quant à la fonctionnalité de relais Zigbee nous a déjà fait le coup : la BP utilisée pour le relais n’est plus disponible pour les transmissions en direct. Sans compter que ça complique sérieusement les architectures.
    Db

    Db

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *