Une carte de développement format Raspberry Pi sous Celeron N3350

La carte Axiomtek KIWI310 ressemble comme deux gouttes d’eau à une Raspberry Pi. Même format et presque même connectique. Mais, à son bord, point de SoC ARM. On retrouve un Celeron N3350 d’Intel.

Le format est identique, la connectique ressemble beaucoup et c’est totalement assumé de la part du constructeur. La carte de développement Axiomtek KIWI310 est un « clone » de Raspberry Pi qui propose une alternative aux SoC ARM avec un processeur Intel Apollo Lake Celeron N3350. Une solution intéressante à découvrir par les possibilités qu’elle propose.

On retrouve tout ce qu’il faut sur cette Axiomtek KIWI310. Le format tout d’abord avec une carte qui mesure 8.5 x 5.6 cm. La connexion GPIO ensuite avec les 40 broches habituelles mais également deux ports USB 3.2 et deux autres en USB 2.0 Type-A, un port Ethernet Gigabit piloté par un chipset RTL8111 et un port MicroHDMI. L’ensemble est alimenté par un port USB Type-C. Bref, ça ressemble beaucoup à une Pi classique.

Minimachines-11-2021

C’est donc le processeur embarqué qui fait la différence, un Celeron Apollo Lake N3350 d’Intel. Une puce pas toute récente et que l’on a déjà retrouvée dans des solutions très compactes comme la Zima Board1 ou le Zotac ZBox PI225 par exemple. Des solutions qui ont le gros avantage de leur compacité mais également d’un fonctionnement sans ventilation active.

Minimachines-11-2021

Le Celeron N3350 n’est pas un monstre de performances, c’est un processeur double coeur cadencé de 1.1 à 2.4 Ghz avec 2 Mo de mémoire cache lancé à la fin de l’année 2016. Son gros point fort est son TDP très bas donc avec 6 watts de consommation seulement et même une possibilité de l’employer en 4 watts. Il embarque un circuit graphique Intel HD 500 cadencé de 200 à 650 MHz qui ne sera pas une merveille en 3D mais qui reste compétent en 2D et en traitement vidéo.

Sur la Axiomtek KIWI310, on retrouvera jusqu’à 4 Go de mémoire vive LPDDR4X soudée directement sur la carte accompagnée de 64 Go de stockage eMMC. Un port M.2 2230 (USB 2.0 et PCIe), compatible avec des solutions de stockage SSD ou des cartes d’extensions, sera également disponible. De quoi faire pas mal de choses avec une solution qui restera des plus compactes. Axiomtek évoque la possibilité d’adjoindre une carte d’extension disposant d’une puce Intel Movidius Myriad X vision pour accélérer des traitements de reconnaissance d’objets par IA, par exemple. Ou la possibilité d’ajouter un module 5G

Minimachines-11-2021

La carte propose un support Wake On Lan ainsi qu’une alimentation PoE pour un pilotage à distance et si le détail exact de ses 40 broches GPIO n’est pas disponible on sait qu’ils géreront les fonctions habituelles : UART, I2C, SPI, GPIO et PWM. Un châssis optionnel sera également disponible, une solution qui prendra en compte le côté fanless de la machine. Evidemment la carte disposant d’un processeur Intel x86, elle sera à même de supporter de nombreux systèmes d’exploitation. Des solutions Linux, mais également des distribution Android et la majorité des versions de Windows. Seul Windows 11 ne sera pas disponible, la solution n’ayant pas de module TPM 2.0 embarquée2.

Minimachines-11-2021

Pas de prix, la carte KIWI310 est disponible chez le constructeur mais avec une dimension industrielle. Je doute que le tarif soit très apprécié des amateurs. Je suppose que les versions les moins chères soient aussi abordables qu’une Raspberry Pi classique. Il est même probable que certains MiniPC plus compétents et complets soient au final plus accessibles.

Source : CNX Software

Notes :

  1. Que j’attend toujours ^^
  2. A moins de contourner le problème évidemment

Jaune
7 commentaires sur ce sujet.
  • 15 novembre 2021 - 12 h 58 min

    La taille de la puce est choquante,surtout pour un simple dual core pas vraiment performant. C’est la complexité des x86?

    Répondre
  • 15 novembre 2021 - 14 h 23 min

    @Molux:

    Le die en lui même n’est pas énorme, c’est plutôt le format du socket qui impose une telle surface pour assurer les branchements. Mais c’est vrai que ça laisse une impression bizarre sur une carte de ce format.

    Répondre
  • 15 novembre 2021 - 14 h 55 min

    Ce sera sans doute un peu plus haut en budget, mais on évite un peu tous les écueils des bases ARM (hors Raspberry qui assure un bon suivi logiciel pour Linux) niveau support OS. Le principal gain est aussi d’avoir un support pour un vrai stockage (on se demande en fait pourquoi avoir intégré une eMMC) M.2, tare des PI pour bien des applications.
    Par contre, niveau IO il ne faudra pas espérer faire quoi que ce soit qui exige des timings un peu précis/reproductibles sur une base Intel: Le bazar du PCH à travers lequel cela passe ne permet rien de tel. Idem pour l’interface SPI: Les contrôleurs Intel fonctionnent avec des « slots » de commandes, peu nombreux et figés par l’init BIOS (cas SW sequencer, les contrôleurs ne supportant que le mode HW sont pires encore!), pour une utilisation prenant en compte le cas d’usage boot-flash avec un emploi restreint par des considérations de sécurité… et c’est tout!
    L’I2C sera en fait via un contrôleur PMB (qui en est un dérivé avec qq trucs en plus pour le contrôle d’alims), donc on oublie aussi les trames un peu « borderline » niveau norme permises par les vrais contrôleurs I2C intelligemment conçus (ceux de Freescale/NXP depuis une dizaine d’année, en règle générale).
    Bref, attention aux usages! A se demander pourquoi le format et la connectique IO ont été conservés, vu les restrictions d’utilisation prévisibles. Pas regardé la doc de ce SoC précis, mais probable qu’il faille être extrêmement prudent si on veut transposer un cas d’usage PI et clones sur cette carte.

    Répondre
  • 15 novembre 2021 - 15 h 15 min

    Completement hors sujet, mais je ne résiste pas à ce clin d’oeil : Mais si, c’est possible avec la carte kiwi !!!

    Répondre
  • 17 novembre 2021 - 9 h 31 min

    Intéressant que l’on puisse faire de si petite carte meme si l’usage reste réservé a un projet industriel .

    Petite question Idiote ,pourquoi ne trouve pas de carte mère de format plus classique équipée du N-4100 .
    Quelques cartes en micro ITX avec un petit J-3450 pas souvent disponible ,une carte en micro ITX avec un N-4105 chez ASROCK il me semble .

    PROBLÈME ,je cherche une carte avec un N-4125 de préférence voir avec un N-4105 mais en Micro ATX .
    Deux raisons ,réutiliser une de mes cartes NVIDIA ou RADEON sur port PCI Express ,réutiliser mon boitier DESKTOP de chez LAN-LI

    Répondre
  • 17 novembre 2021 - 20 h 02 min

    @ptitpaj: Ben normalement les cartes mini-ITX peuvent aller dans un boîtier micro ATX, et elles ont pour certaines un port PCIe 16x (pas forcément câblé en 16x d’ailleurs). Mais pourquoi mixer un processeur basse consommation avec une carte graphique gourmande ? Le processeur est déjà très bien pour la vidéo, et pour la 3D il sera de toute façon vraiment juste, même avec une « vraie » carte graphique, non ?

    Répondre
  • Tof
    18 novembre 2021 - 17 h 09 min

    Ah, je connais ce genre de Celeron, je les utilise comme serveurs domestiques sous Debian, avec Docker.

    Alors certe le CPU n’est pas très performant mais sa consommation est excellente, mais son intérêt est surtout sa partie graphique prenant en charge la compression/décompression d’un certain nombre de codecs video. Donc parfait pour un serveur de media (type Jellyfin) faisant du transcodage, des téléchargeur/transcodeur type podify, youtube-dl, TVHeadend, etc…

    Mais bon, je n’achèterai pas cette carte, car je récupère pour que dalle des laptops pourris (ex: Thomson, Schneider, Peaq,.. qui étaient vendus moins de 200€ en supermarché). Ils sont tellement de mauvaise qualité qu’une bonne partie est HS (écran cassé, charnière cassée, clavier HS, batterie gonflé, etc…).
    Je les désosse et ne conserve que la carte mère, j’y ajoute un adaptateur ethernet-usb3 et hop. Pour 10 ou 20€, j’ai un super serveur, bien capable au niveau media vidéo. Niveau encombrement c’est du 8cmx16cm et pas épais. Franchement plus capable qu’un Raspbperry Pi.

    Pour exemple, « vainfo » sous Debian 11 avec le paquet « intel-media-va-driver-non-free » pour la compression/décompression matériel du N3350:

    vainfo: Supported profile and entrypoints
    VAProfileMPEG2Simple : VAEntrypointVLD
    VAProfileMPEG2Main : VAEntrypointVLD
    VAProfileH264ConstrainedBaseline: VAEntrypointVLD
    VAProfileH264ConstrainedBaseline: VAEntrypointEncSlice
    VAProfileH264ConstrainedBaseline: VAEntrypointEncSliceLP
    VAProfileH264Main : VAEntrypointVLD
    VAProfileH264Main : VAEntrypointEncSlice
    VAProfileH264Main : VAEntrypointEncSliceLP
    VAProfileH264High : VAEntrypointVLD
    VAProfileH264High : VAEntrypointEncSlice
    VAProfileH264High : VAEntrypointEncSliceLP
    VAProfileH264MultiviewHigh : VAEntrypointVLD
    VAProfileH264MultiviewHigh : VAEntrypointEncSlice
    VAProfileH264StereoHigh : VAEntrypointVLD
    VAProfileH264StereoHigh : VAEntrypointEncSlice
    VAProfileVC1Simple : VAEntrypointVLD
    VAProfileVC1Main : VAEntrypointVLD
    VAProfileVC1Advanced : VAEntrypointVLD
    VAProfileNone : VAEntrypointVideoProc
    VAProfileJPEGBaseline : VAEntrypointVLD
    VAProfileJPEGBaseline : VAEntrypointEncPicture
    VAProfileVP8Version0_3 : VAEntrypointVLD
    VAProfileVP8Version0_3 : VAEntrypointEncSlice
    VAProfileHEVCMain : VAEntrypointVLD
    VAProfileHEVCMain : VAEntrypointEncSlice
    VAProfileHEVCMain10 : VAEntrypointVLD
    VAProfileVP9Profile0 : VAEntrypointVLD

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *