Sonos met fin à son dangereux programme Trade Up

Jolie victoire des clients Sonos, la marque qui avait annoncé un programme polémique de “recyclage” de ses appareils baptisé Trade Up vient de jeter l’éponge. Elle ne rendra pas ses anciens engins inutilisables.

En Janvier dernier, Sonos annonçait un programme commercial baptisé Trade Up permettant de profiter d’une ristourne de 30% pour ses anciens clients voulant se ré-équiper de matériel audio de la marque. Petit détail pas anodin, pour bénéficier de cette généreuse ristourne, il fallait passer les appareils en mode “recyclage” ce qui signifiait qu’au bout de quelques jours, ils ne seraient simplement plus utilisables.

2020-01-23 18_49_41-minimachines.net

Le système Trade Up rendait chaque amplificateur ou enceinte de la marque ainsi programmé totalement inerte. Impossible de les employer à nouveau. Ils seraient bons pour la déchetterie… Sonos d’expliquer sa méthode en indiquant vouloir éviter que des clients achètent du matériel de sa marque qu’ils jugeaient obsolète. Grosse levée de boucliers des utilisateurs pour deux raisons.

D’abord parce qu’au lieu de recycler des produits, cela les dirigerait en réalité vers les déchetteries. Le vrai recyclage aurait justement été de leur trouver une seconde vie et donc de ne pas les détruire logiciellement. Cette pollution volontaire est mal passée auprès des utilisateurs.

Ensuite parce que Sonos forçait lourdement la main des utilisateurs en les poussant à passer en mode recyclage puisque certains des produits concernés allaient perdre tout support technique de la part de la marque. Avec tout les risques d’un piratage extérieur à moyen ou long terme sans les correctifs appliqués par Sonos, les clients pouvaient choisir de continuer à utiliser ces appareils potentiellement vecteurs d’attaque ou les rendre inutilisables pour repasser à la caisse avec les 30% de Trade Up.

2020-01-23 18_42_38-minimachines.net

Sonos vient de revenir sur sa décision et met fin à ce programme Trade Up et à cette obligation de “recycler” son vieil appareil. La marque ne “briquera” plus les enceintes et amplificateurs jugés obsolètes. Pour bénéficier de la réduction, il suffira donc de notifier à Sonos le numéro de série du précédent achat. L’appareil concerné pourra être conservé et utilisé mais également donné ou déplacé dans une pièce non équipée. Les appareils qui ne seront plus mis à jours – principalement des solutions assez anciennes mais certaines ont encore été vendues jusqu’à il y a quelques années – pourront continuer à fonctionner. Il est évident que pour certaines, il faudra veiller à ne plus leur offrir un accès total au réseau pour empêcher une intrusion externe. Ce genre de chose peut se mettre en place au travers de son routeur.

C’est dans tous les cas une très bonne nouvelle pour la planète et pour les propriétaires de ce type d’appareil. Mais pas que pour eux, la chose qui me faisait le plus peur avec cette solution était dans le précédent qu’elle créait sur le marché. Imaginez le même genre de processus avec un scanner, une imprimante, une carte graphique, une machine à laver ou… pourquoi pas, une voiture ! Rien n’empêche techniquement un constructeur de mettre en place ce genre de solution. Avec Sonos, on a donc refermé la boite de Pandore, boite qui aurait créé un précédent dangereux pour tous les objets connectés et donc tout le monde…

Source : The Register

Soutenez Minimachines, partagez le !


Soutenez Minimachines.net !
15 commentaires sur ce sujet.
  • 6 mars 2020 - 15 h 58 min

    Il n’y a pas eu un précédent avec les voitures d’occasion Tesla?

    Répondre
  • 6 mars 2020 - 16 h 01 min
  • 6 mars 2020 - 18 h 23 min

    @talex06: J’ai lu un autre article mais je ne trouve plus la source, le 1er propriétaire a revendu sa voiture à une concession.
    Pour vendre le véhicule plus vite et moins cher, le concessionnaire a demandé de désactivé ces fonctionnalités.
    Le concessionnaire n’a pas modifié son annonce.

    Répondre
  • 6 mars 2020 - 20 h 09 min

    Là, c’est beaucoup mieux, et on peut enfin parler de programme de fidélité.

    Répondre
  • 6 mars 2020 - 21 h 14 min

    boaf, ça ressemble beaucoup à une version moderne de ce qui se pratique déjà couramment pour d’autres choses de la vie.
    Prime à la casse, offre de reprise pour l’achat d’un nouveau véhicule ou d’autres objets, en retournant l’ancien, ça ne parle à personne?
    Là en plus c’était écolo, puisqu’ils n’obligeaient pas chaque client à retourner physiquement son appareil au constructeur (avec tous les coûts € et CO2 que ça implique, puisque j’imagine qu’ils ne doivent pas avoir beaucoup de boutiques physique en France…).
    Mais si ils l’avaient exigé, ils auraient aussi dû prendre à leur charge tous les coûts de la filière de recyclage, donc c’était aussi très économique pour eux, faut pas se mentir…

    Quant à l’arrêt du support des appareils anciens, c’est monnaie courante. J’ai des tas d’appareils chez moi qui n’ont plus aucune mise à jour depuis des années. Microsoft est en train de le faire pour Windows 7, et XP a été largué aux oubliette il y a bien longtemps…

    Le seul moyen d’être tranquille avec ça, ça reste le logiciel libre et le DIY. (et encore, j’ai entendu dire que le noyau linux allait abandonner le support des lecteurs disquettes , snif… Mais le code source est toujours dispo à qui veut!)

    Ce qui serait classe, ça serait que ce genre boîte ouvre les specs de leur firmwares, une fois qu’ils décident d’en d’arrêter le support (c’est ce que vient de tenter la FSF, en envoyant à Microsoft un disque dur pour qu’ils leur collent le code de source de Seven, afin que d’autres puissent prendre le relai…)

    Répondre
  • 6 mars 2020 - 22 h 28 min

    Merci le bad buzz que cela a engendré.
    Ils n’avaient plus d’autres choix que de se rétracter.

    Et pour :
    ” Imaginez le même genre de processus avec un scanner, une imprimante, une carte graphique, une machine à laver ou… ”
    Ils agissent déjà sur d’autres choses comme ne plus supporté le matériel niveau software dans les prochains drivers ou encore vendre les produits consommables (ex les cartouches d’encre) plus cher que le matériel principal (l’imprimante)
    Ou encore rendre une pièce d’usure indémontable (les roulement des machines à laver qui sont insérés à la presse dans une cuve en plastique qui pète si on essaie de le démonter)

    C’est sure que sur la question du gaspillage on n’a beaucoup (énormément) à faire.

    Répondre
  • 6 mars 2020 - 22 h 39 min

    @TiTi:
    Surtout qu’elles ne se privent pas d’ouvrir leur code avant la fin du support :)

    Répondre
  • Alf
    6 mars 2020 - 22 h 59 min

    “Imaginez le même genre de processus avec (…) une voiture !”

    C’est déjà plutôt répandu non ?

    Quand j’ai voulu changer de voiture, j’ai commencé par regarder la valeur de l’ancienne sur le marché de l’occasion, mais j’ai vite déchanté : elle valait pas grand chose de base, mais en plus il faut absolument passer un contrôle technique. Avec le durcissement récent du CT, le résultat du précédent qui était vraiment limite, et le manque d’entretien général du véhicule, c’était un coup à payer plus en CT/réparations que sa valeur sur le marché.

    Et puis je suis aller voir du côté des concessionnaires de neuf pour voir ce qu’on me proposait en offre de reprises, et j’ai pu en tirer 4000€ sans trop chercher.

    Répondre
  • 8 mars 2020 - 9 h 06 min

    @TiTi:

    Je ne vois pas en quoi le briquage d’un appareil parfaitement fonctionnel est écologique…

    Répondre
  • 9 mars 2020 - 9 h 57 min

    On parle ici de Sonos mais ce genre de pratique est récurrent chez Apple. J’ai un iPad qui n’est pas si vieux (il date de 2013) et dont le matériel fonctionne encore parfaitement : l’écran est immaculé, la batterie tient très bien la charge…
    Mais Apple en a décidé autrement : impossible de mettre à jour l’OS vers sa dernière version donc impossible de télécharger et d’installer un bon nombre d’applications. Si encore j’avais accès à certaines anciennes versions d’applications, je pourrais continuer à utiliser pleinement cet iPad. Mais non, Apple ne le permet pas non plus… C’est une manière indirecte et discrète de pousser les gens à l’achat d’un nouveau matériel quand leur ancien fonctionne encore parfaitement et c’est vraiment choquant. À bas l’obsolescence programmée !

    Répondre
  • tof
    9 mars 2020 - 19 h 49 min

    La déléguation forcée du recyclage au client… Hum ça me rappel le cas de ce bon vieux Minitel.

    Pour rappel le minitel était “propriété de France Télécom” et mis à disposition gratuitement aux abonnés en l’échange de la signature d’un contrat qui incluait une amende assez lourde si le client ne le rendait pas à France Télécom (en fin d’abonnement de la ligne téléphonique, déménagement, etc…).
    Puis un peu avant la fin du Minitel, France Télécom sentant qu’il allait devoir se récupérer plein de vieux minitels en boutique et qu’il allait devoir payer pour son recyclage, ils ont alors pris la décision unilatérale que les minitels devanit propriété des abonnés. Charge à ces derniers de la responsabilité du recyclage.

    Répondre
  • 10 mars 2020 - 18 h 05 min

    @wanou: Et moi je ne vois pas en quel honneur tu devrais pouvoir garder l’ancien appareil quand tu as un rabais de 30% pour le remplacer.
    Pour le coup Sonos aurait clairement du dire : Ok on vous fait le 30% si vous nous renvoyez l’ancien appareil, ou ne plus faire les 30%.
    Les gens veulent le beurre, l’argent du beurre et tout ce qui va avec.
    Et le pire c’est que ca trouve encore le moyen de couiner.

    Répondre
  • 10 mars 2020 - 23 h 11 min

    @Nylan: “Et moi je ne vois pas en quel honneur tu devrais pouvoir garder l’ancien appareil quand tu as un rabais de 30% pour le remplacer.”

    Apparemment, il vaut mieux poser la question à Sonos puisqu’il ont conservé la ristourne de 30%. Il m’étonnerait fort que Sonos perde sur chaque vente. Bien que tu ne vois pas pourquoi, Sonos est donc d’accord avec la ristourne *et* la conservation de l’ancien appareil.

    Répondre
  • 11 mars 2020 - 8 h 24 min

    @Nylan le problème soulevé dans cet article ne se pose pas ainsi. Une ristourne de 30% contre une reprise de l’appareil n’aurait pas fait l’objet d’un tel article!

    Sonos aurait alors eu de couteux frais de mise au rebut en filière spécialisée, ou été obligé de procéder en interne à un recyclage.

    En briquant un appareil volontairement, comme tof l’explique plus haut, Sonos force les propriétaires, ou les pouvoirs publics ( pour les particuliers les déchetteries sont en France souvent gratuites ) à prendre à leur charge ce recyclage.

    Tout est histoire de coûts donc. financiers comme environnementaux. Sonos a finalement préféré laisser leurs anciennes machines aux clients plutôt que les reprendre… ça donne une idée de la logique économique.

    Répondre
  • tof
    13 mars 2020 - 18 h 00 min

    @Alain: oui la logique économique de Sonos…

    1. Hey, on a de nouvelles enceintes. Il faut les acheter, elles sont super (certes, elle vous permettent d’écouter de la musique de la même façon que vos enceintes actuelles… mais elles sont super!).
    2. On a un super programme de “recyclage” green/vert blabla: tu nous contactes avec ton numéro de série, et on transforme instantanément ton enceinte qui fonctionne bien en un déchet électronique inutilisable. Évidement tu te charges toi-même de la responsabilité du recyclage, et pour le coût de celui-ci, ce sera à la collectivité avec tes impôts. En échange de cette monstruosité, on te gratifie de 30% de réduction sur la nouvelle enceinte. On va certes perdre un peu de marge sur cette vente, mais on fera une vente de plus, et puis surtout comme la nouvelle enceinte est bourrée de micros, on va se faire des c*uilles en or en collectant et revendant tes données, ce qui nous fera des revenus récurrents hors ventes ;)
    3. Mince, ce programme de recyclage ne prend pas assez bien…
    4. Je vais rendre vos équipement obsolètes sans prochaines mises à jours. Soyez malins, pensez à notre programme de recyclage !
    5. Tiens, et si j’attaquais Google en procès pour essayer de lui gratter une paire de milliards en accord amiable pour faire arrêter mes poursuites.

    Un indice pour comprendre cette logique: le nombre de hedge funds qui ont investi sur Sonos: https://imgur.com/a/N1pjIGZ

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *