Pourquoi les soldes informatique sont devenus mauvais ?

C’est plus comme avant, les soldes informatique sont de pire en pire, je n’ai rien trouvé cette année. La ritournelle continue de soldes en soldes. Les bougonneurs passent pour de vieux ronchons mais en fait ils ont raison. Le marché a évolué et les soldes ne sont effectivement plus ce qu’elles étaient.

Billet original du 16 Juillet 2013, je le mets à jour aujourd’hui parce que la situation n’a pas évolué, elle a même largement empiré.

Le secteur est particulier, la branche informatique a énormément bougé ces dernières années. Des marges en baisse, des produits qui se bousculent aux catalogues des marchands et une offre hyper-concurrentielle où tout le monde propose les mêmes produits. Les soldes informatiques ne sont plus l’ombre de ce qu’elles ont pu être, conséquence logique des mutations de ce marché.

SOLDES informatique

Des soldes informatique pas vraiment intéressants

“Cette année, je n’ai rien trouvé d’intéressant” c’est peut être la phrase que j’ai le plus entendu depuis que je les relaye en ligne. Les soldes informatiques sont en train de mourir, c’est un fait, elles ne sont plus aussi intéressantes qu’il y a encore quelques années.

Lorsque j’ai commencé à vendre du matériel informatique à la fin des années 90, les soldes informatiques voulaient dire quelque chose. C’était tellement vrai qu’il nous arrivait d’acheter nous mêmes, en tant que revendeurs, du matériel en solde chez des concurrents. Parce que nous le trouvions alors moins cher que chez nos grossistes. Le marché a énormément changé entre temps et c’est ce qui explique cette énorme différence entre les soldes dont vous vous souvenez et celles d’aujourd’hui.

SOLDES informatique

Un catalogue hyperactif

Premier changement important ces dernières années, le rythme de sortie des produits. Alors que le gros du marché était constitué de PC de bureau sur mesure ou pré-assemblés, il est aujourd’hui largement dominé par les portables. Quand les revendeurs achetaient des pièces détachées pour monter des machines diverses, il n’y a quasiment plus que des machines pré-montées aujourd’hui.

Lorsque je commandais 50 ou 100 disques pour construire autant de machines en 2000, je pouvais jouer sur différentes cibles. En clair, il était possible de glisser le même disque dur dans 50 configurations différentes. Il ne me paraissait alors pas idiot d’acheter régulièrement ces disques en grosses quantités. Quitte à marger très peu sur une série afin de gagner plus sur les autres. On achetait 400 disques dur, on en vendait 200 en promo et les 200 autres étaient payés moins cher mais vendus au même prix que les concurrents dans des PC assemblés.

Mais avec des machines complètes qui changent désormais tous les 2 mois, des sorties de produits qui rendent “obsolètes” voire invendables des PC d’il y a seulement 3 mois, les revendeurs ne peuvent plus pratiquer ce genre de choses. Il n’y a qu’à voir le rabais proposé sur les portables de jeu chez certains revendeurs : 700€ de remise du jour au lendemain pour des engins très compétents mais remplacés par d’autres, un brin plus performants, proposés au même prix public.

Ces sorties en cascade rendent le stockage de produit et l’achat en gros totalement dépassés. Voire même carrément dangereux pour l’ensemble de la chaîne de vente. Un engin à 1500€ ou 2000€ prix public, avec une marge faible, à toutes les chances de se retrouver en soldes si un nouveau modèle sort sans prévenir. Autant en avoir un minimum de pièces.

Peu de stockage donc sur les étagères des grossistes et des revendeurs. Ce qui veut dire très peu de matériel à solder.

SOLDES informatique

Un système d’achat au compte goutte

Aujourd’hui plus aucun revendeur n’achète en gros. Ce serait une faute professionnelle. Il y a certes quelques revendeurs qui ont aussi un rôle de grossiste ou de semi-grossiste car ils ont leur propre système logistique. Mais pour la majorité et surtout ceux qui louent leur chaîne logistique, il n’y a pas de différence de prix d’achat entre un ordre sur 50 pièces et un autre de 10 pièces du même produit.

Ce qui compte, c’est d’avoir un flux tendu de stock pour ne jamais être en rupture. Tout en évitant de sur-stocker car cela coûte cher. La plupart des revendeurs et des marchands physiques n’ont que quelques pièces en magasin, personne ne veut plus risquer d’avoir trop de produits sous la main. Seules les grandes chaines de distribution le font encore. Mais elles vous en font payer le tarif toute l’année en restant collées au prix public.

Les grossistes et les fabricants se sont adaptés à ce système. Il y a encore quelques années les marques importaient en France des quantités élevées de produits qui trouvaient preneurs dans un cycle assez long : Mise en vente à prix public pendant plusieurs mois puis déstockage des produits avec des remises classiques. Enfin, des soldes pour les pièces restantes. On trouvait donc en fin de chaîne des produits en nombre à de très bon tarifs puisque tout le monde avait gagné suffisamment d’argent sur le produit sur les étapes précédentes.

Aujourd’hui les marques préfèrent ajuster les achats en fonctions de planning de ventes précis et faire jouer des réapprovisionnements en fonction des premiers volumes. A partir des chiffres de vente des premières pièces et des demandes des revendeurs, il est possible d’ajuster le tir et de commander du matériel plus rapidement. Tout comme il est possible de sabrer une livraison pour ne pas avoir un stock invendable si le produit ne se vend finalement pas.

Les grossistes se sont adaptés à ces conditions et les livraisons se font désormais de manière beaucoup plus précise et souple qu’auparavant. En 2000, il était impossible de commander uniquement 2 produits à un grossiste. D’abord le tarif aurait été très mauvais mais en plus les frais de transport auraient rendu impossible la revente au prix public des composants.

Aujourd’hui, il est possible de se faire livrer quasiment quotidiennement des composants, portables ou autres éléments à la pièce. Les prix restent les mêmes car les fournisseurs envisagent désormais les achats des revendeurs dans une “ligne de compte” mensuelle, trimestrielle ou annuelle. Il n’est donc plus intéressant de commander en gros.

C’est ce qui rend totalement obsolète le principe même de l’achat groupé, les sites proposant ce type de service n’ont plus de raison d’être depuis des années1. Les revendeurs qui ont des “comptes” chez les grossistes ont des tarifs identiques si ils achètent 1 ou 50 portables à la fois. Parce qu’ils achètent finalement le même nombre de portables au trimestre et rapportent toujours autant en moyenne.

SOLDES informatique

“On a tous les même tarifs”

Les prix d’achat sont équivalent chez tous les acteurs importants du marché. Certains ont des combines pour se démarquer mais depuis l’avènement des moteurs de comparaison de prix, il n’est plus aussi facile pour les marques et les grossistes de jouer sur différentes colonnes d’achat.

En 2000, chez certains grossistes il y avait 8 colonnes “officielles” et encore 2 officieuses pour l’achat du même matériel. Un petit revendeur avec une unique boutique de proximité commandait un produit en colonne 1. Un gros qui avait une grosse ligne de compte pouvait acheter en colonne 8, voire dans les colonnes officieuses. Ce dernier payait alors beaucoup, beaucoup moins cher que la colonne 1. C’est pour cela que beaucoup de revendeurs de petites boutiques locales se sont reportés sur la vente de  services. La vente de matériel leur était impossible face à un client lisant un comparateur de prix sur son smartphone. Ils achetaient hors taxes des produits plus chers que ce que certains de leurs clients pouvaient se payer en ligne TTC et sans frais de port…

Ce lissage des tarifs entraîne un effet positif pour l’acheteur, celui d’une concurrence acharnée. Avec le même prix d’achat pour tout le monde, les revendeurs ont très vite recours à une baisse de tarif pour séduire leur clients. Alors qu’il fallait parfois de longs mois pour qu’un prix public baisse il y a quelques années, c’est aujourd’hui l’affaire d’une poignée de jours. Dés qu’un produit apparaît en stock chez les principaux revendeurs en France, la guerre des centimes commence. Si les tarifs sont les mêmes pour tout le monde, ce qui motive aujourd’hui les revendeurs à commander plus de matériel, c’est le budget marketing qui est associé à ces produits. Les campagnes de pub qui ont fleuri sur les sites de ventes, les opérations promotionnelles et autres “mini-sites” chez certains revendeurs.

Par exemple, un acheteur qui va commander 10 portables du même fabricant n’a pas beaucoup de chances d’obtenir du “budget” pour son enseigne. Celui qui va en commander 100 aura par contre une participation de la marque pour mettre en avant ses machines. Les prix d’achats sont certes les mêmes mais celui qui aura un budget conséquent aura non seulement de quoi faire de la publicité pour les machines qu’il a stockées en quantité mais également de quoi rogner sur ses dépenses publicitaires classiques.

Dans les deux cas, les machines seront stockées en quantités appropriées à une revente adaptée à la taille du vendeur et à son engagement. Au final, aucun stock ne restera vraiment sur les bras des différents revendeurs. Et pas de stock, pas de soldes.

SOLDES informatique

Il ne reste que les produits sur lesquels tout le monde s’est planté

Les soldes informatiques  se résument donc désormais à une galerie de produits dont personne ne veut vraiment. Le portable avec un défaut. Le téléviseur pas écoulé à temps. La carte graphique mal notée car trop bruyante…

Il y a bien sur toujours quelques pépites mais rien de véritablement enthousiasmant. La raison en est simple, les matériels qui arrivent encore en soldes en informatique aujourd’hui sont le résultat d’une chaîne d’erreurs.

Cela commence généralement par une mauvaise déduction du marché chez le fabricant qui décide d’importer un produit en quantités injustifiées. Les produits seront alors mis en avant par un grossiste et influenceront les acheteurs. Ces derniers pourront céder avec un peu trop d’empressement.

Résultat, l’engin se vendra moins bien que prévu parce que le public n’en voudra finalement pas. Il restera sur les étagères malgré les tentatives de déstockage, d’ODR, de ventes privées et autres “bundles” en tout genre. Tentatives appliquées aussi bien par les marques que par les revendeurs. Il y a alors parfois de bonnes affaire à faire, malheureusement, il s’agit souvent de produits dont le public ne veut pas vraiment.

SOLDES informatique

Moins de bonnes affaires en soldes informatique mais des bons plans toute l’année

La fin d’un age d’or des prix informatique ? Pas vraiment, il y a juste désormais un énorme décalage entre la législation qui impose des soldes à dates fixes et le catalogue informatique qui bouge de semaine en semaine. Certains bons plans relayés ici ou ailleurs sont souvent plus intéressants que les soldes. Cela s’explique par des histoires de calendrier ou simplement par la compétence des revendeurs.

Lorsqu’une enseigne de VPC apprend la sortie imminente d’un nouveau modèle de portable, de carte graphique, de smartphone. Lorsqu’un acheteur découvre que le prix des puces de mémoire SSD s’écroule, il met en avant les produits qui vont devenir obsolètes ou trop chers via une opération de déstockage avec une forte promotion. Prix qui pourra dépasser celui d’une première période de soldes. Pour ne pas avoir à stocker dans la durée un produit qui sera invendable dans quelques semaines, certains revendeurs n’hésitent pas à pratiquer de vrais prix coûtants.

D’autres raisons de calendrier peuvent expliquer l’apparition de supers tarifs : La clôture trimestrielle des comptes et les bilans réclamés vont précipiter certains produits vers le bas : Pour ne pas avoir trop de fonds en stock ou augmenter plus ou moins artificiellement les chiffres de ventes par exemple. Certains revendeurs vont également sentir l’arrivée d’autres produits et avoir besoin de liquidités pour les acheter. Pour dégager les sommes nécessaires, ils sacrifient leurs marges sur une gamme de matériels. Ils récupèrent ainsi la trésorerie pour l’achat d’un autre plus lucratif ou sur lequel il est impératif de se positionner.

Les prix pratiqués en soldes dans d’autres secteurs restent intéressants. Les marges du textile allant jusqu’à 80-90% n’ont pas grand rapport avec l’informatique et les 12 à 15 points de marge qui lui reste. Impossible de croire qu’une marque info va faire une remise en soldes de 70% sur un produit alors qu’elle marge trois fois moins qu’un vendeur de pulls. Cette époque là est proprement révolue.

Les soldes informatiques restent un moment d’activité fort dans l’année. Un moment où on peut faire de bonnes affaires également mais plutôt pour des produits dont vous n’avez pas forcément besoin ou alors au prix de certaines concessions. Un portable qui ne correspond pas tout à fait à votre cahier des charges mais dont le prix exceptionnel va justifier l’achat.

Pour vraiment faire de bonnes affaires aujourd’hui en info, il faut rester connecté et affûté toute l’année. Par exemple en suivant MisterMatos sur Twitter ou en visitant régulièrement sa page Mistematos.com !

Soutenez Minimachines, partagez le !

Notes :

  1. Ils ont disparu depuis l’écriture de ce billet

Rivière
82 commentaires sur ce sujet.
  • 16 juillet 2013 - 14 h 29 min

    Une analyse aux petits oignons :)

    Il est vrai qu on dois plus attendre les soldes pour renouveler son matériels informatique, mais une bonne promo si on veux économiser quelques deniers.
    Il est loin le temps de mon pc portable acheté avec 55% de remise car c’était le design de l année passée à configuration identique a ceux en rayon (2001) depuis jamais racheté de pc en soldes, mais en remise immédiate (promo, dernier materiel…).

    Les soldes de nos jours nous servent pour les accessoires et periferiques je trouve

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 14 h 43 min

    Pas mal cette petite description des soldes. C’est vrai que je n’ai pas vraiment trouvé très passionnant les soldes cette année.
    Mais à mon avis, il manque aussi une explication du fait que les clients boudent un peu les soldes: avec l’abondance de promos toute l’année, on se retrouve bombardé de nouvelle technologie, et quand les soldes arrivent, on a déjà tout et besoin de rien.

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 14 h 46 min

    Bonjour,
    Un article qui a du fond, travaillé, ce n’est pas partout qu’on peut en lire, y compris dans les grands journaux, dans d’autres domaines.
    ;)

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 14 h 48 min

    @Fuli: Ça rejoint ce qui est décrit en conclusion du billet mais c’est très vrai.

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 14 h 48 min

    EURISKOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO :D

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 14 h 48 min

    …il faut rester connecté et affûté toute l’année… sur minimachines.net !

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 14 h 50 min

    C’est pour ça que je suis ce blog depuis plusieurs années :)

    Article de fond très intéressant. Un grand merci!

    Répondre
  • To
    16 juillet 2013 - 14 h 51 min

    Il y a meme des (gros) sites dont on peut se demander si leur but est encore de vendre quelque chose vu qu’ils sont en prix de la mort qui tue a 90% de reduction j’te jure presque tous les jours de l’annee et dont on peut se demander s’ils ne sont pas plus interesses par le trafic que cela genere afin de revendre de l’espace publicitaire (parfois a leur concurrents). Y en a un par exemple il est clairement subventionne par des ophtalmos vu comment ca brule les yeux a chaque fois que tu vas sur le site ;)

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 15 h 04 min

    @To: Tout est bon a prendre oui mais cela a des limites. Certains se sont fait une spécialité de ces “mini-sites” et opérations publicitaires ce qui fait que les bons éléments internes sont devenus des marketeurs et que beaucoup des achats sont restés aux mains de gens plus ou moins expérimentés voire à des stagiaires pas formés ni surveillés. Le problème du marketing c’est qu’il est conditionné par le trafic et le trafic naît des prix sur ces sites. On ne va pas admirer le mini-site d’un revendeur pour le plaisir mais parce qu’on cherche un produit.
    Résultat des achats pas forcément bien gérés et un trafic en baisse que les marques finissent par bouder… pour aller voir ailleurs. Certains sites connus sont en train de crever pour avoir perdu de vue l’objectif premier de la vente qui est de bien acheter pour bien vendre.

    @Totoz: Et ouai. Risko Rulez !

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 15 h 04 min

    Belle analyse.
    Merci

    Répondre
  • Pat
    16 juillet 2013 - 15 h 18 min

    Bonjour Pierre, il n’y a pas que les soldes qui soient pourris, ton orthographe aussi… En dépit de notre (fausse) intuition, c’est un terme masculin. Je suis sûr que tu le savais mais que tu l’as juste oublié… :-)

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 15 h 40 min

    @Pat: T’es sûr de ça? XD

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 15 h 40 min

    C’est assez logique vu que “les soldes” d’été et d’hiver sont faites et pensées pour les collections de prêt-à-porter avant tout.

    Cela étant la mise en perspective avec les changement des méthodes de ventes est bienvenue. Ça fait plaisir de lire un article de qualité, ça devient rare…

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 15 h 48 min

    @Pat: Mea culpa si j’ouvre un dictionnaire mais les dictionnaires sont lents, plus lents en tout cas que ceux qui cherchent a donner bonne morale grammaticale gratuitement.

    Mais en fait, au fond, ça m’amuse. Oui c’est masculin dans le dico mais pour autant cela ne veut plus rien dire. Depuis que je suis tout petit je dis une solde. C’est une faute oui. Mais ce qui m’amuse c’est de voir l’armée de champion de l’orthographe qui se pointent pour éradiquer cette faute qu’ils ont découverte après qu’un Maître Capello en puissance se soit fendu d’un commentaire pour expliquer que non Solde n’était pas féminin. Un peu comme du temps ou une émission de TF1 a permis aux gens de découvrir l’orthographe de Dilemme…

    Pour moi c’est féminin et on pourra dire que le mot solde au féminin est bien trop proche de la soldes des soldats… Ceux ci sont payés par virement en salaires depuis bien longtemps et n’entendent donc point le mot comme différent de leurs usages. La solde c’est une vente, la solde c’est une période et pour moi c’est “les soldes”, un féminin. J’y peux rien je suis né avec et depuis tout petit cela n’a choqué personne.

    Et je ne suis point le seul a le penser : http://www.ciep.fr/chroniq/chroni1n.htm

    PS : Cela dit, tu as raison sur le fond mon orthographe et ma grammaire ne sont points merveilleux.

    Répondre
  • AS
    16 juillet 2013 - 16 h 00 min

    Merci pierre tu confirme ce que je penser, il n’y a plus de solde!!

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 16 h 01 min

    J’ajoute un truc, j’aurais du le faire dans le billet. Ce genre de papier est passionnant mais long a rédiger. Parce qu’il faut poser des questions, remonter les chaines d’info etc. Il a été rendu possible parce que des lecteurs ont aidé a financer le site depuis que la nouvelle boutique a été mise en place. Merci à eux.

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 16 h 03 min

    @Nytho0: Bon, je voulais en arriver à dire que tout tes com’ étaient pourris aussi… ( comme oubliant que ‘solde’ était aussi féminin: être à la solde de qqu’un) mais cela en vaut il la peine?
    Une faute et on jette le “tout”, même un article aussi bien construit, enfin bref, ça m’attriste pour Pierre de lire de tel com’…

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 16 h 09 min

    Ce que j’ai remarqué ces dernières années c’est une hausse de prix avant les soldes pour pouvoir indiquer un prix solder, j’ai pu le constater lors de l’achat de mon reflex, je l’ai acheté 2 mois avant les soldes, prix 800€ il a pris gentiment 200€ sur les 2 mois et bim, le jour des soldes annoncé a -20% … ce qui le ramenait au prix “massacré” de 800€ !

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 16 h 32 min

    Excellent article qui me permet de raccrocher les wagons depuis que je ne suis plus dans le high tech ;)

    Et ta phrase “bien acheter pour bien vendre” devrait être gravé dans le marbre des écoles de commerce. Je me souviens des barres de rire que je me tappais en écoutant les commerciaux me raconter la politique d’achat d’une grande enseigne bien connue (Un acheteur par produit : l’acheteur clavier n’était pas le même que celui pour les manettes de jeux…). Souvenirs de l’époque où les indépendants (dont je faisais partie) se décarcassaient pour trouver LE produit que les autres n’auraient pas.

    Souvenirs aussi comme tu le soulignes des tarifs en fonction du volume, et des budgets collossaux que distribuaient les grossistes (parfois plus qu’une grosse commande… Heureusement que ça a été un peu encadré car ce devenait un peu la foire…)

    Autre chose que je constate en faisant un tour dans les hypers de ma région, c’est les tablettes low cost doivent bien plomber les jours de stock :)

    Quant aux bonnes affaires, je me demande encore comment les revendeurs font de la marge (hors crédit fournisseur bien sûr…).

    Répondre
  • Pat
    16 juillet 2013 - 16 h 39 min

    @Pierre : ma petite remarque ne méritait certainement pas la peine d’une réponse aussi longue ! Bref, pour clore le sujet, on peut lutter contre l’habitude faussement intuitive de féminiser les soldes en se rappelant que l’on dit “un solde bancaire”, qui ne choque pas. Mais bon, je sais que ce n’est là que faire pipi dans un violoncelle, ton cas n’étant ni le premier ni le dernier. Ce qui ne m’empêche pas d’être un lecteur fidèle de ton site.

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 16 h 41 min

    @Pat: osef

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 16 h 44 min

    @Pat: Mais non mais pour moi c’est au dictionnaire de changer, pas aux habitudes :D

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 16 h 46 min

    Belle analyse, très vraie

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 16 h 56 min

    Très intéressant, merci pour cet article.
    Sinon en tant que revendeur, y a t-il un intérêt ou possibilité à anticiper la valeur d’un produit et commander ce produit en grosse quantité afin d’être celui qui peut encore en écouler quand les autres sont en rupture?

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 17 h 09 min

    @maneauleau: Oui, pour certains produits pourquoi pas… Mais le jeu est dangereux. Cela peut valoir le coup si on a installé un gros parc d’imprimante par exemple et qu’on veut pouvoir fournir du consommable. Des portables et fournir des batteries… Mais pour le reste c’est très dangereux.

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 17 h 21 min

    C’est vrai que cette année a été une année de soldes (je confirme le genre masculin dans ce sens) fringues et non informatique.
    Mais par contre, toute l’année, j’ai mis en pratique ce que j’ai lu sur ton site :
    Un, je fais une recherche de prix sur les sites ;
    Deux, je passe commande jusqu’au paiement que je ne finalise pas ;
    Trois, j’attends le courriel du site : “bah, alors!?” ;
    Quatre, j’attends… ;
    Cinq, je reçois un bon d’achat incitatif ;
    Six, je commande.

    Bref, je me fais mes soldes privés (toujours masculin ;o)

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 18 h 19 min

    Merci pour cet article très intéressant. Je me rends de temps en temps à PARIS étant provincial (29). pouvez-vous me dire si les achats rue Montgallet sont encore intéressants ou pas ?

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 18 h 36 min

    […] C'est plus comme avant, les soldes informatique sont de pire en pire, je n'ai rien trouvé cette année. La ritournelle continue de soldes en soldes.  […]

  • 16 juillet 2013 - 18 h 51 min

    Merci Pierre très bon article :)

    Mais comme l’a très bien dit MrassoL, il faut aussi savoir qu’en France on est dans le pays de l’arnaque a grande échelle ou l’on paie plus cher un produit pendant la période de soldes.

    C’est à voir sur amazon DE ou Uk certains produits même avec le taux de change, les frais bancaire et les frais de livraison on arrive a un tarif plus bas que chez nous :/

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 18 h 52 min

    MA question est : pourquoi les soldes existent-elles pour l’informatique ?
    Puisque, comme le dit Pierre, il n’y pas de saisons comme pour le textile. Les soldes en informatique sont la conséquence de l’obsolescence des produits.
    Et puis, les soldes textile sont détournées aussi, mais dans l’autre sens ! : vendre plus chers certains produits pour ensuite faire de fausses soldes.
    Dans les deux cas, c’est le meme processus : moins de stock, un renouvellement plus rapide des produits… C’est le propre de notre société hyper-communicationnelle (permettant de réduite les stock) et hyper consommatrice (renouveler les produits tres souvent).

    Mais on aime les soldes, donc on continue à les faire !

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 19 h 00 min

    En France, les prix sont libres mais il est interdit de vendre à perte, sauf exceptions : liquidation, ou soldes. D’où la réglementation des soldes par l’état. Autant dire que si les commerçants ne vendent pas à perte, libre à eux de pratiquer des “promotions” sans rien devoir justifier à personne, tant qu’ils ne les appellent pas des “soldes”. En théorie seulement car souvent le fournisseur peut faire pression afin d’imposer à ses revendeurs le fameux “prix conseillé”… pratique bien réelle bien qu’illégale mais là est une autre histoire.
    En résumé, s’il n’y a pas de vente à perte, inutile d’appeler ça des soldes. Et pourtant, combien d’articles “soldés” sont réellement vendus à perte ? Allez, je parierais bien un modeste 5% tous secteurs confondus… Ainsi la période des soldes n’est aujourd’hui plus qu’une vaste supercherie, une opération marketing à l’échelle de l’état, simplement destinée à susciter un fièvre acheteuse alors que les bons plans effectivement se pratiquent en réalité toute l’année depuis bien longtemps. Les soldes ne sont qu’un mécanisme de plus, avec les promotions, cartes de fidélité, et autres cashback, destinés à faire perdre au consommateur ses repères, ses références de prix qui lui permettent de juger de la réalité d’une bonne affaire. Et l’objectif est atteint, au point qu’aujourd’hui lorsqu’on achète un bien au prix affiché, on a clairement le sentiment de s’être fait avoir !
    Bref, 1/ n’achetez que si vous en avez besoin (mais c’est pas toujours facile) 2/ négociez toujours le prix de base (mais que c’est usant à la longue…).

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 19 h 10 min

    @dude777: Oui, c’est ce qui me fait rire quand je vous des produits en soldes “en cours de réappro”

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 19 h 32 min

    @Pat: C’est pourtant très simple:
    UNE solde : Vente à bas prix d’articles. Ce caractérises par des hordes féminines campant devant les magasins, rampant sous le rideau de fer lors de l’ouverture et s’étripant pour le moindre bout de chiffon disposant d’un logo et affichant 70 % de réduction.

    UN solde : somme restante sur le compte bancaire après les soldes. Montant pouvant être négatif et que le mari, d’un air dépité, montrera à sa femme qui répondra:
    1°) je n’ai plus rien à me mettre
    2°) parce que je le vaux bien

    PS: ne pas taper…

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 20 h 16 min

    @Zotac: Sauf que personne n’a stocké d’ultrabooks ou presque. Il n’y a qu’a regarder les soldes justement. A part un ou deux modèles (Le 840W de Toshiba et son format particulier), aucun ultrabook en soldes. Tout était en flux tendu.

    Donc marges potentielles oui, marges réelles, non.

    Pour les tablettes, il n’y a qu’a voir l’état du marché. Aujourd’hui tout le monde fonce vers des modèles a 149-200€ très low-cost. Le reste de vends pas ou mal.

    Je peux te dire que les marges du temps de ma boutique info dans les années 2000 et celles d’aujourd’hui sont sans commune mesure. Avant on pouvait vivre et assumer des soldes, aujourd’hui ce n’est clairement plus possible.

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 20 h 59 min

    @Pierre :
    Merci pour cet article complet et bien documenté.

    Cependant une chose me semble-t-il,n’est pas traité, qui doit aussi tuer la notion de solde, à savoir l’absence de concurrence.

    A mon âge, j’ai du assembler des dizaines de PC depuis 25 ans, pour moi, des potes, amis et voisins. Rien qu’un hobby, mais fait sérieusement.

    Il y a encore des années, en jouant sur les prix des diverses pièces, voire en négociant des mini lots de 5/6 pièces, on pouvait vraiment faire tomber les prix et obtenir une machine <> bien moins chère qu’une intégrée de marque.

    Aujourd’hui, c’est fini.

    Entente entre grand revendeurs par Internet, je dirais.

    Bien sûr, chez l’un le HDD est moins cher de 5 € et chez l’autre la carte vidéo fait 11.65 € de moins. Au final, pas plus de 20 € sur une machine à assembler complète, hors frais de livraison.
    J’ai fait l’exercice pas plus tard qu’hier entre M….net / LDL….com / Amaz… / CDisc….
    C’est clairement anormal.

    Car, contrairement à ce que tu dis Pierre, des pièces standards qui restent en catalogue longtemps, cela existe encore (ex : HDD Caviar Blue de WD, Sapphire radéon 7850 depuis 2 ans, les DDR2 ont durées pas mal de temps, puis les RAM DDR3 sont là pour un certains temps, alimentation, etc…).

    Si les marchands voulaient, ils pourraient parfaitement stocker, faire des prix, et déstocker, donc solder.

    Mais c’est plus juteux d’accuser les flux tendus, les banquiers, etc. et ne plus être en concurrence.

    Je peux me tromper, mais on prend le client pour un gogo depuis des années.

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 21 h 23 min

    @korben:

    C’est précisément ce qu’ils veulent, qu’on consomme toute l’année. Que l’on abandonne l’idée des soldes bi-annuelle pour s’entendre sur les prix toute l’année et obliger le consommateur à acheter à un prix qu’ils estiment être le meilleur…pour eux…car ce même produit aurait été soldé à un prix inférieur.

    Répondre
  • AS
    16 juillet 2013 - 21 h 31 min

    Et ce qui et anormal c’est que des site comme RDC, PM ou CD (pour ne citer que la ou je commande par le net) te compte des frais de port en plus avec leur partenaire parce que eux n’on pas le produit, ou pour X raison (en gros dix produit acheter, dix frais de port… j’exagère un peut mais ont en est pas loin).

    Apres c’est les grande surface qui te font une superbe promo sur leur produits (loisir, informatique, culturel, électroménager).
    c’est soit il manque une chose au produit, soit c’etais un modèle d’expo.

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 21 h 56 min

    @therevenger: Entente ? Jamais la concurrence n’a été si rude, comme dis dans le billet, les prix d’achats sont les mêmes pour tous donc les prix de vente s’en trouvent forcément équilibrés.

    Pourquoi anormal, sais tu combien il y a de vrais grossistes en France et combien a avoir l’exclusivité de certaines marques. Si un seul grossiste a le meilleur prix sur une marque et qu’il distribue a tout le monde le même produit au même prix, je ne vois pas comment un marchand pourrait, sauf occasion exceptionnelle expliquée dans l’article, revendre avec une super remise.

    “Sapphire radeon 7850 depuis 2 ans” : Le GPU Pitcairn de la Radeon HD 7850 a été dévoilé en Mars 2012 et a commencé a être distribué chez les marques comme sapphire le mois d’après.

    Oui, bof, mauvais exemple elle se vends bien depuis longtemps mais on la trouve a des prix très différents puisque certains semblent justement la destocker : Ca va quand même de 133€ a 170€ pour le même modèle en 1Go !

    “Si les marchands voulaient, ils pourraient parfaitement stocker, faire des prix, et déstocker, donc solder.” Ah mais je ne crois pas que les marchands veuillent hein, je ne vois pas qui serait assez fou pour vouloir déstocker ou solder, c’est a dire perdre de l’argent sur leurs ventes, volontairement. la rationalisation du marché, la baisse des marges et la réactivité des outils de commande a permis de compenser une baisse d’activité en augmentant l’efficacité de la chaîne.

    Je ne connais pas personnellement de marchand qui cherche explicitement a solder du materiel, ils préfèrent tous préserver leurs marges et faire des bénéfices plutôt que de jouer a Surcouf, Virgin ou autres…

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 21 h 59 min

    @AS: C’est normal pour les plates formes. RDC et compagnie, ceux qui ont une “marketplace” ne stockent pas forcément le produit. quand tu commande via la Market place 10 produits à 10 fournisseurs différents, il y a 10 envois d’effectués et donc 10 frais de port. Cela n’a aucun intérêt du coup et les marchands comme RDC le savent t rès bien. Ils attirent du chaland mais en cas de grosses commande il ya toutes les chances que tu achètes tout au même marchand, RDC, parce qu’une fois décompté les frais de port, ça te reviens tout de même moins cher.

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 22 h 03 min

    @Marmottin: Le produit ne sera plus soldé non pas parce qu’ils s’entendent sur les prix mais parce qu’au lieu d’en commander 50 tous les mois ils préfèrent en commander 2 par jour… Le système leur permet, ils le font.

    Tu vas voir ton plombier, ton mécanicien ou ton buraliste ou n’importe qui d’autre il réagit de la même façon : Il ne stocke pas et gère au maximum en flux tendu pour ne pas avoir de stock sur les bras. Pour le textile c’est différent parce que quad tu achètes une robe il te la faut en 5 exemplaire dan toutes les tailles et que de toutes façons, celle que tu vends 50€ tu la payes 20% de ce prix…

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 22 h 08 min

    Je n’ai rien acheté vu la tronche des soldes cette année.
    Je suis très déçu..
    Bravo pour cet article qui explique pas mal de choses

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 22 h 15 min

    je viens de me payer une tablette a -30% + 50 euros d’ODR soit 140 euros d’économie
    what else je dirai

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 23 h 11 min

    Cela fait 3 ans que les soldes ne sont plus les soldes et dans tous les secteurs.

    Répondre
  • 16 juillet 2013 - 23 h 31 min

    Je suis une info malheureuse, la carte MicroSD qui Sandisk que tu as choisis comme illustration semble pas compatible avec l’ASUS Fonepad, j’ai acheté cette carte sur Amazon, une bonne affaire, fovntionne à merveille sur PC et dans une smartphone Wikip Cink Peax mais pas dans DEUX Fonepad acheté sur Amazon Italie (à deux caméras donc). Voila méfiance sur ce modèle en tous cas.

    Répondre
  • 17 juillet 2013 - 0 h 27 min

    @Zotac: Sauf qu’ils ne se rattrapent pas sur les ultrabooks puisque cela se vend pas ou mal. C’est la différence entre marge réelle et marge potentielle. Les revendeurs vendent moins et le fait d’augmenter les marge sur certains produits ne sauve pas leurs affaires puisqu’en vendant moins ils ne gagnent finalement pas plus…
    Vaut mieux vendre 50 portables à 300€ et 30€ de marge ou 10 ultrabooks à 1000€ et 100€ de marge ?

    Je ne prends pas le parti des revendeurs, j’explique comment ils fonctionnent. En fait il y a un truc que tu ne sembles pas comprendre dans ce billet. Tu crois que les revendeurs ne font pas de soldes pour ennuyer les clients. Non ils ne font pas de soldes car faire des soldes c’est nul du point de vue d’un revendeur !!! Faire des soldes c’est perdre de l’argent.

    Alors ils déguisent les soldes en “fete comemrciale” ou la plupart mixent des produits réellement en soldes avec des produits en promo et dans l’ensemble essayent de se tirer avec un bilan positif et non pas négatif.

    Mais si tu regardes bien les soldes aujourd’hui tu verras qu’il y a très peu de vrais produits en soldes, c’est a dire a des tarifs inférieurs aux prix déjà constatés par le passé comme le soulignent d’autres intervenants.

    Tu peux remarquer les produits soldés en terme de tablettes, pas grand chose si ce n’est Du Arnova / MPman / Polaroid. Pas la crème de la crème de ces marques en plus. Mais justement des produits premiers prix qui se prennent par cargaisons puisque ces produits sont stockables. Tu les paye 49€, tu les sors a 149€ quand tout le monde est a 249€, puis 99€ quand tout le monde est a 199€ puis 49€ en soldes. C’est du Cortex-A9, c’est amorti depuis des lustres et en acheter 200 ou 500 pièces ne te fait donc pas très peur.

    Les marchands n’ont pas lieu de solder puisqu’ils n’ont pas de stock a solder ou presque. Reste la période toujours très riche en visiteurs où ils essayent de vendre tout ce qu’ils peuvent mais pas en soldes…

    Répondre
  • 17 juillet 2013 - 3 h 48 min

    Oh merde la question anti-spam. Bah tanpis.
    Mais en gros est ce le fabricant qui l’investigateur du changement?
    En quoi le flux tendu est adequate?

    Si jamais il est possible de recup le message, je croie que j’avais eté plus precis;o)

    Répondre
  • 17 juillet 2013 - 6 h 09 min

    @Pierre + Pat + Césame :
    A propos du genre de “Soldes”.

    Pour ma part, j’ai toujours employé “Solde” au masculin. Devrais-je donc changer mes habitudes si un grand nombre l’utilise (par erreur, désolé) au féminin ?
    L’intérêt des dicos est de fixer les règles d’un langage commun à tous. Après, si ceux qui se trompent ont assez de mauvaise foi pour dire que c’est aux dicos d’avaliser leur erreur, alors ça va vite devenir le bordel total… genre “Ah ben moi je dis comme ça depuis toujours alors il faut changer le dico”.
    Ca m’empêche pas, Pierre, de lire tes articles même en vacances au Salvador :o) et de continuer à te remercier pour ton taf (malgré ta mauvaise foi ;o).
    Au fait, moi j’ai longtemps écrit “malgrés” avec un S. Crois-tu que je devrais faire changer les dicos aussi ? ;o)
    Salut tout le monde !

    Répondre
  • 17 juillet 2013 - 8 h 33 min

    @Rednick: Ah mais je reconnais ma faute volontiers, pas de soucis, j’ai juste du mal a changer et je pense que le truc devrait évoluer. Je force personne.

    @elro: C’est une chaine alimentaire, comme toute les chaines alimentaire elle évolue et ceux qui ne s’adaptent pas meurent…

    Ce n’est pas le fabricant ou le client ou le grossiste qui en sont l’instigateur, c’est le client final.

    Si le client se met a moins acheter de materiel et a être plus précis sur les prix, ben la chaîne s’adapte.

    En gros l’informatique a vécu 3 éléments importants ces dernières années. L’apparition du web et du catalogue raisonné de milliers de produits disponibles par tout le monde n’importe où, les moteurs de prix qui ont industrialisé ce que les gens faisaient plus artisanalement et une baisse des ventes.

    Le web a rendu possible d’acheter tout ce qui était disponible au catalogue des grossistes en ligne alors qu’avant tu étais limité au bon vouloir de ton distributeur local ou alors tu devais bouger parfois très loin. “Le voyage a Montgallet” rendait la visite à Paris intéressante puisque entre ton revendeur local et Montgallet tu avais un facteur prix très différent.

    Les revendeurs locaux qui ne se sont pas adaptés à ça sont morts.

    Ensuite les moteurs de prix sont apparus, d’abord sous la forme de magazines du type PC Achat qui listaient des milliers de pubs et de prix. Puis sur le web avec des outils en temps réel. Cela a parmi au client de faire jouer a plein la concurrence de manière très précise et a forcé les acheteurs a tirer les prix au maximum. cela a donc lissé les prix sur un modèle assez bas. Ceux qui ne l’ont pas fait sont morts. Ceux qui avaient de l’influence en ont profité pour demander a leurs grossistes d’ajuster leurs services. Plus question de stocker un produit sur lequel ils gagnaient le minimum concurrence oblige.

    Enfin ces dernières années le marché est en crise et les produits qui sortent ne trouvent plus aussi facilement preneur que par le passé. Dés lors le stockage devient impossible pour toute la chaîne : revendeur, grossiste et fabricant. Si l’un stocke trop, il peut perdre beaucoup d’argent.

    Exemple : http://www.rueducommerce.fr/Ordinateurs/Ordinateur-Portable/Ordinateur-Portable-Grand-Public/ASUS/4887797-VivoBook-U38N-C4011H-Ultra-Portable-Tactile-13-3-Full-HD-AMD-A10-4655M-2-0-GHz-SSD-128-Go-RAM-4-Go-AMD-Radeon-HD-7620G-Windows-8.htm

    Invendable, sorti a 999€, proposé à 849€ avant les soldes. Soldés à 799€. Le marchand est a poil, il ne gagne plus d’argent. Asus a vendu son stock au raz des pâquerettes et il lui en reste encore. Au final le produit partira sans doutes pas à ce tarif et finira discrètement chez un Brocker avec une énorme décote et plusieurs milliers d’euros de pertes pour Asus. Pour RDC c’est moins grave puisqu’ils en ont surement très peu en stock…

    Répondre
  • JLM
    17 juillet 2013 - 9 h 09 min

    Excellent article qui traite bien le problème actuel des soldes.
    Très attendu, mais pas à la hauteur des attentes.
    C’est vrai que quelque chose à changer que tu décris assez bien.
    Les promos sur l’année sont bien plus intéressantes que cette période dite des soldes. Dans le domaine de l’informatique, y a bien un changement conjoncturel qui fait que ce n’est plus les soldes d’antan.
    C’est pour ça que je suis avec application minimachines comme je le faisais déjà avec Bloggeee.
    P.S : y a toujours des petits hargneux qui trainent sur ton site ;-)
    Quelle époque où l’ingratitude est vraiment de mise, vaut mieux en rire, non ? :-)

    Répondre
  • 17 juillet 2013 - 9 h 13 min

    Merci Pierre, ca explique le ressenti croissant sur les soldes. Par contre je rejoins un autre commentaire sur les pièces: Là les cycles sont plutôt de 6 mois (HDD) voir 1 an (processeurs, boitiers) ou plus (ram).

    Alors les prix baissent parfois en cours de cycle, mais un peu (processeurs qui finissent à 10/15% de moins au bout de 6 à 9 mois, celui qui achète en nombre la nouveauté au départ ne peut-il bien se placer?), voire augmentent (certains boitiers bien conçus).

    Le jeu des différences de tarif (ou la dispo des références voulues) chez les différents revendeurs est aussi pénalisé par les frais de livraison à tout éclater.

    Au final il est un peu rageant de désormais payer plus cher un kit à monter sans OS plus cher qu’une machine intégrée, même en se disant qu’on joue la carte de la maintenabilité dans le temps avec du standard.

    Et du standard, justement et contrairement au garageot qui a parfois plusieurs réf d’embrayages pour un même modèle selon l’année de production, en pièce informatique il n’y a que cela.

    Et Intel ne revoit pas ses lignes de prod tous les jours, de même que WD ou autre: C’est des couts colossaux.

    Le gigantesque marché de la vente en ligne est a priori assez propice à ce type d’achat, pouvant proposer bcp de variété, mais aucun vendeur n’y exelle seul. Pas assez de marché? Période peu propice à ce type d’aventure (pourtant, on reste alors libre d’éviter windows 8)?

    En réalité, le seul salut relatif qui arrive depuis 2 ans c’est les livraisons en relais colis qui sont très concurrentielles et évitent trop de surcout au morcellement de la commande. En plus, si c’est son arabe du coin qui fait relais, il est ouvert jusqu’à 22h00 et évite de faire en prime 3 fois la queue à la poste car la livraison arrive en journée aux heures de travail.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *