SnapOnAir : Un projet de “Pager” OpenSource

Voilà un projet à la fois utile, intelligent, impressionnant et économique. SnapOnAir est une solution de “bipeur” pour partager des SMS librement, sans infrastructure externe.

Les plus jeunes d’entre vous et ceux qui n’ont pas parfait leur culture audiovisuelle avec l’indispensable Saison 1 de The Wire ne savent peut être pas ce qu’est un Bipeur ou un Pager en Anglais. Ces drôles d’appareils avec un écran LCD qui affichaient un court message ou un numéro à rappeler. Ces appareils, précurseurs des smartphones et de leurs échanges de messages effrénés, ont disparu du paysage aussi vite qu’ils sont arrivés quand les téléphones mobiles se sont démocratisés.

2019-09-20 00_11_04-minimachines.net

Un Pager Motorola

Et pourtant le format avait et a toujours de l’intérêt. Il va à l’essentiel en diffusant une information simple et efficace. Cette idée d’une technologie obsolète, bien que toujours utile, a fait son chemin et a mené au projet SnapOnAir dirigé par le Docteur Cadic. Médecin de son état et amoureux de nouvelles technologies dans le civil. Après avoir créé plusieurs boites High-Tech, le Docteur Cadic est revenu à son métier de coeur. La médecine. Comprenant que ce qui l’intéressait dans l’aventure technologique, c’était le frisson de la création, de la découverte et du partage, il s’est naturellement orienté vers des projets OpenSource.

Le Projet SnapOnAir est donc le travail d’une seule personne pour le moment même si de bonnes volontés s’intéressent désormais à son développement. Ouvert et libre, si l’aventure vous intéresse, SnapOnAir cherche des bonnes volontés capables de mener des projets à bien. Si vous savez dessiner et concevoir des cartes et autre matériels, si vous pouvez développer des solutions logicielles ou si vus voulez participer à la mise en lumière de l’idée, vous pouvez trouver des contacts sur le site.

2019-09-19 21_23_07-minimachines.net

SnapOnAir, qu’est ce  que c’est ?

L’idée de base, c’est donc de transmettre des données sur des fréquences assez basses et… totalement libres. Pas besoin de permis, ni de licence pour employer ces réseaux là. Le projet se base sur le système LoRa. Il s’agit d’un protocole permettant à divers appareils de communiquer entre eux des informations peu importantes en terme de volume comme du texte ou des coordonnées GPS. La solution LoRa fonctionne sur de grandes distances et ne consomme que très peu d’énergie. Le principe fonctionne en étoile. On crée un nœud de base et ce nœud va ensuite communiquer autour de lui à des dizaines ou des centaines de petits appareils à faible consommation d’énergie.

Les appareils construits par SnapOnAir fonctionnent ainsi, il s’agit toujours d’un minuscule objet qui peut afficher et émettre des données basiques vers d’autres appareils. L’idée est de créer quelque chose de physique se rapprochant de ce qu’a été Fidonet. Un réseau textuel existant avant l’apparition et la démocratisation d’internet qui partageait des données texte. Le nouveau système reprend beaucoup des principes employés alors : Structure simple, messagerie basique et esprit libre.

Car la grande différence entre SnapOnAir et un simple Pager, c’est qu’il fonctionne en dehors de tout réseau. Pas de ligne GSM et donc pas de SMS. Les messages sont portés de machine à machine sans avoir recours à la moindre intervention extérieure d’un opérateur. L’idée est ici très intéressante car elle ouvre des possibilités très larges à l’usage.

En interviewant le Docteur Cadic, il m’a indiqué avoir eu des contacts un peu partout sur la planète. Des profils intéressés par son système pour des usages on ne peut plus variés. L’exploitation de base est évidente, partager des messages d’une personne à une autre, sans passer par la bonne volonté d’un opérateur ou une infrastructure lourde. Un quartier, un village, une école, un hôpital de campagne… Un groupe d’intervention pourrait rapidement débarquer sur un lieu après une catastrophe. Déployer une antenne et permettre à différentes personnes de se coordonner efficacement.

2019-09-19 21_25_49-minimachines.net

On imagine l’intérêt d’un camion transportant une centaine de ces appareils autonomes, permettant de coordonner des recherches après un tremblement de terre par exemple. Un simple ballon à hélium pourrait permettre de couvrir une région énorme même si l’ensemble des antennes relais des réseaux classiques sont tombées.  Même idée avec une communauté isolée dans un pays qui n’a pas un bon accès aux réseaux. On déploie une unique antenne et on peut dialoguer avec tout le monde. Prévenir d’un incendie, d’un rassemblement, d’un événement… Créer du lien social. Ces appareils consommant très peu, ils peuvent être rechargés facilement avec un petit panneau solaire par exemple.

Mais ces scénarios ne sont pas les seuls à retenir l’attention. Les usages sont innombrables et le potentiel énorme. Des agriculteurs Australiens s’intéressent au concept pour piloter leurs gigantesques fermes. Envoyer des informations d’un bout à l’autre de ces immenses espaces sans devoir dépenser des fortunes d’implantation d’antennes relais. Le tourisme peut également y trouver un outil intéressant. Donner à chaque personne dans un bus de tourisme un de ces petits appareils avec des informations de rassemblement, coller une antenne sur le véhicule et les lâcher dans la nature en ayant la possibilité de leur donner des points de rendez-vous, des informations et autres… 

2019-09-19 21_30_03-minimachines.net

Les appareils peuvent également s’imaginer comme fonctionnant de manière autonome : Grâce à des durées de vie énormes, on peut les laisser actifs et capables de réagir à un événement précis voir les coupler à d’autres capteurs. La mise en marche d’un moteur, le retour d’un certain niveau d’eau sur une réserve en profondeur, l’ouverture d’une porte ou le déclenchement d’un détecteur. Pas besoin d’un énorme batterie, pas besoin d’un abonnement GSM. Donner un signal à une équipe, indiquer qu’un appareil porteur d’un de ces engins est en panne, etc.

Un bon exemple donné par le Docteur Cadic serait d’utiliser un de ces appareils couplé à un Pass de station de ski. Avec un capteur de température et de mouvements par exemple. En identifiant le porteur du pass et l’associant à un numéro de téléphone mobile, on pourrait parfaitement automatiser un appel si le pass remplit certaines conditions “anormales” en montagne. Par exemple si le Pass ne bouge plus du tout pendant 5 ou 10 minutes dans une certaine zone et que la température détectée est vraiment très basse, un appel invitant le porteur à taper un code sur son smartphone pour désactiver la mise en route de recherches pourrait être lancé. Si aucun code ne parvient au système, une triangulation précise de l’émission du Pass pourrait alors être enclenchée.

2019-09-19 20_23_14-minimachines.net

Plusieurs appareils sont déjà dans les cartons de SnapOnAir. Tous basés sur des composants très simples et accessibles. Le SnapOnAir Mini Kit V1.2 par exemple s’achète à 25€ et se base sur une solution ESP32 programmable, un transmetteur RFM95 et propose un écran 0.96″ OLED SSD1306. Il dispose de 5 boutons permettant de naviguer dans un alphabet et de pianoter des messages avant de les envoyer. Il est vendu en kit et nécessitera un peu de connaissances techniques en soudure ainsi que la réalisation d’une coque imprimée en 3D. La fiche technique liste les différents éléments nécessaires mais également les sources sur Github.

2019-09-19 20_24_48-minimachines.net

Le SnapOnAir Stick est une version plus complète du SnapOnAir Mini, elle n’est pas encore commercialisée mais propose plus de fonctions avec la présence d’un petit buzzer d’un transmetteur pouvant employer plusieurs bandes RF.

2019-09-19 20_26_22-minimachines.net

2019-09-19 20_26_33-minimachines.net   2019-09-19 20_26_40-minimachines.net

Le Discovery Communicator est une version plus complète encore avec un GPS intégré, une LED RGB et un écran à très basse consommation d’énergie.

2019-09-19 21_34_23-minimachines.net

Enfin le Communitycator qui est le modèle le plus complet de tous avec un écran beaucoup plus grand en 3.5″, un support de batterie 18650, un GPS, un connecteur SMA pour brancher une antenne externe et surtout un clavier complet en Qwerty ou Azerty. Ce dernier appareil permettrait d’entretenir une véritable correspondance entre utilisateurs.

Beaucoup de ces appareils sont en cours de développement ou d’optimisation. Tous ont une même règle de conception très légère et ont recours à des éléments simples. Le Docteur Cadic veut pousser plus loin ces expérimentations et imagine des débouchés très variés. De telle sorte que le projet SnapOnAir puisse être modifié et adapté à des milliers de tâches différentes. Du mini pager ne coûtant que quelques euros pièce à des engins aux possibilités beaucoup plus larges.

 


Soutenez Minimachines.net !
19 commentaires sur ce sujet.
  • 20 septembre 2019 - 12 h 19 min

    J’ai vu un D-pad, j’ai pensé console…
    Bah non en fait :D

    Répondre
  • 20 septembre 2019 - 12 h 32 min

    Très intéressant, connaissais pas le système LoRa. Vu l’évolution de notre société, il est bon d’utiliser aussi des systèmes libres et indépendants.

    Répondre
  • 20 septembre 2019 - 13 h 46 min

    Projet super intéressant. Un modèle avec un clavier numérique et un système T9 pour rédiger serait, je trouve, un bon compromis pour ce genre d’équipement.

    Répondre
  • 20 septembre 2019 - 13 h 48 min

    J’ai cherché un peu sur le site mais aucune info sur la portée…
    Ayant un peu joué avec des modules LoRa je pense qu’en ville on ne dépasse pas le kilomètre. Et à la campagne il faut vraiment une vue libre en plus si il commence à y avoir du monde il risque d’y avoir de plus en plus de bruit et donc des communications qui passent mal..

    Répondre
  • 20 septembre 2019 - 14 h 12 min

    Interessant, mais je crois que LORA est un protocole de communication nécessitant un abonnement auprès d’un opérateur. Un abonnement à tarif faible mais quand même, un peu comme le réseau Sygfox (0G).

    Répondre
  • 20 septembre 2019 - 15 h 14 min

    projet super intéressant et je donnerai bien de mon temps … mais dans l’état actuel, ça manque de code et d’explication sur la partie hard actuelle et soft

    Répondre
  • Yop
    20 septembre 2019 - 15 h 29 min

    @Nono49:

    oui et non :)
    oui si tu veux bénéficier du réseau déployé par un opérateur
    non si tu veux t’en servir en réseau privé ou en point à point

    pour faire un réseau communautaire, regarde TheThingNetwork

    Par contre, même si faible, la conso en réception constante est non négligeable par rapport au batterie utilisé (CR32)

    Répondre
  • 20 septembre 2019 - 16 h 10 min

    @Nono49 : pas nécessairement, on y gagne en couverture c’est sur, mais sinon on peut très bien faire son propre réseau de devices LoRa.
    https://lora-alliance.org/

    Répondre
  • 20 septembre 2019 - 17 h 06 min

    @Yop : tout à fait c’est bien le défaut des devices embarqués LoRa pour ce genre d’usage : en réception continue ça pompe… On est plus sur du capteur qui envoi des données à intervalles réguliers.
    Sinon le satellite reste plus adapté mais plus cher (même si des progrès ont été fait)

    Répondre
  • 20 septembre 2019 - 17 h 11 min

    Le modèle à clavier est super intéressant. Vu qu’on est dans le libre, j’espère à son apogée un système de cryptographie GPG pour rendre impossible l’interception des messages.
    Si j’ai bien compris, il faut tout de même une antenne à faible fréquence c’est ça ? On en trouve en ville par exemple ?

    Répondre
  • 20 septembre 2019 - 17 h 12 min

    @Yop: En effet la conso est importante en réception.
    C’est pour ça que la logique du LoRa est que les capteurs (température, gps,…) sont sur batterie et que les récepteurs sont branchés.

    Répondre
  • 20 septembre 2019 - 22 h 17 min

    Il y a un coté container qui a révolutionné le transport, ou ce qu’on espère de la blockchain, un élément suffisamment simple et pratique qu’il peut avoir de multiple utilisation qui le rende indispensable…
    Et pourtant l’informatique est encore tellement lié au self-made-man, que lorsque Piketty a croisé Bill Gates, ce dernier (bien qu’ayant un peu beaucoup déshérité ses enfants) a quand même douté d’innovation possible sans devenir milliardaire, Piketty lui a quand même fait travaillé ses souvenirs, si sérieusement à l’époque où il a crée un Dos pour IBM, où il a abandonné ses études, il espéré vraiment devenir milliardaire? où s’il sentait simplement l’époque, la nécessité de l’époque et accessoirement de la reconnaissance (ce qui arrive souvent quand on veut devenir milliardaire, même si on y arrive pas ;) )

    Répondre
  • 21 septembre 2019 - 13 h 13 min

    Depuis qu’en les réseaux e message dit pager classique ne sont plus en service est les antennes sont tomber ?

    Les réseaux sont toujours actif en VHF est UHF appeler pocsag est les fréquences ne son pas libre.

    Je vous invite à faire des recherches.

    Répondre
  • 21 septembre 2019 - 15 h 33 min

    @pager: “Depuis qu’en les réseaux e message dit pager classique ne sont plus en service est les antennes sont tomber ?”

    Depuis jamais, d’ailleurs personne n’a écrit cela.

    “Les réseaux sont toujours actif en VHF est UHF appeler pocsag est les fréquences ne son pas libre.”

    Oui, super.

    “Je vous invite à faire des recherches.”

    Je vous invite a apprendre à lire.

    Répondre
  • 21 septembre 2019 - 16 h 04 min

    @pager: Qui a dit ça?
    Je vous invite à tourner vos doigts 7 fois au fond de votre gorge avant de poster des messages inopportuns.

    Répondre
  • 21 septembre 2019 - 18 h 23 min

    En Lora j’avais tenté ceci en promo pour suivre un minimum mon vagabond de chat:
    https://www.invoxia.com/fr/pet-tracker

    Renvoyé dans les 7j de rétractation, pourtant je suis censé être en zone bien couverte Lora/Sigfox.
    Jamais su si ce tracker GPS, par ailleurs pas mal foutu (encombrement/autonomie annoncée), pêchait par son système de positionnement foireux (ou config via appli mobile buguée) ou si ces réseaux bas-débit sont en dessous de tout (limitation de messages par le réseau).

    Par contre, opérer sa propre station de base Lora permettrait sans doute un fonctionnement plus souple/configurable.Et il suffit d’une paire de km de portée.

    Car l’avantage autonomie va tout de même à ces réseaux vs GSM.

    Le pager GPS animal envoyant une position par minute (configurable de 1 à 10mn, disons, selon le ratio précision/autonomie voulu) ce serait pas mal. A combiner avec un réseau perso point à point avec un HAT PI par exemple.

    Répondre
  • 21 septembre 2019 - 18 h 37 min

    @yann: Il a pas droit à sa vie privée ton chat ? Son jardin secret ? :D

    Répondre
  • 21 septembre 2019 - 18 h 50 min

    Il est dommage de devoir tout redévelopper un hardware, alors qu’on a des tonnes de smartphones qui finissent aux oubliettes et seraient parfaitement taillés à la tâche.

    Pour la ville, on pourrait faire du SMS privatif avec une surcouche applicative sur du bluetooth par exemple. La portée de 10m permettrait peut-être de faire du réseau maillé si suffisamment de personnes emploient le logiciel.

    Pour le reste, LoRa ou tout autre type de réseau IoT est une nécessité pour propager sur de longues distances. Il faudrait alors pouvoir ajouter un module supplémentaire à un smartphone existant afin de pouvoir utiliser ce réseau IoT.
    Ou alors, prévoir des bornes IoT sur lesquelles ont pourrait se connecter en Wifi ou BT ?
    On pourrait même envisager de faire des stations de base portatives, sauf que les fréquences ne sont pas libres :(

    En tout cas, je me suis toujours demandé pourquoi un système de SMS privatifs n’était toujours pas sorti, depuis le temps. J’espère que cette initiative fonctionnera ! (un réseau SMS indépendant, c’est la liberté des peuples)

    Répondre
  • 22 septembre 2019 - 7 h 26 min

    @Pierre Lecourt:

    En fait, un logger petit et autonome utilisé occasionnellement aurait au moins suffit à savoir ou il traîne… pour le cas échéant savoir ou le chercher s’il ne revient pas. Mais ca devait être trop simple, on ne trouve plus rien d’adapté (qui se mette à un collier sans être trop gênant, en tout cas, déjà qu’il n’en porte pas d’habitude) et pas envie d’un truc à SIM.

    Il est tout le temps dehors la nuit sauf au plus froid de l’hiver et semble parfois faire de mauvaises rencontres (renards/fouines traînent occasionnellement dans le jardin ou à proximité + chiens en ballade tard ou tôt): Une fois il a dû monter dans un chêne (heureusement proche, on l’a entendu appeler) qui avait ses premières branches à 8m de haut, sans doute car sa vie était en jeu. Et incapable d’en descendre évidemment, mais je suis équipé de matos de grimpe pour mes élagages…

    Bref, expérimenter un peu avec Lora reste dans un coin de ma tête.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *