Des Chromebooks sous Snapdragon 845 en 2019

Qualcomm va distribuer des SoC Snapdragon 845 à destination de machines sous ChromeOS en 2019. Une diversification intéressante pour la marque qui pénètre également le secteur des PC traditionnels sous Windows.

C’est au second semestre 2019 que les premiers Chromebooks sous Snapdragon 845 devraient être commercialisés. Un marché intéressant pour Qualcomm qui n’a pour le moment pas intégré le cheptel assez large des puces servant à piloter les Chromebooks.

Intel, Mediatek, Samsung, Rockchip, les solutions intégrées aux Chromebooks sont nombreuses mais Qualcomm n’avait jamais confirmé son intérêt pour ce marché. En Aout dernier, on avait pu relever des éléments pointant vers une solution Chrome OS baptisée Cheza qui employait alors un Snapdragon 845 mais aucune suite officielle n’avait  été donnée.

C’est désormais chose faite puisque lors de son Tech Summit qui a lancé son nouveau Snapdragon 8cx, la marque a également annoncé la disponibilité en 2019 de Chromebooks sous Snapdragon 845.

Un choix de puce moins ambitieux que les Snapdragon 855 et 8cx qui s’explique par une volonté de positionnement plus accessible de la machine. Les marchés émergents comme l’Inde sont particulièrement visés et les machines produites pourraient donc être très accessibles.

Cela va à l’encontre de ce que promettait “Chelza” cependant. L’engin était supposé être un hybride à écran détachable de 12.13 pouces avec prise en charge d’un stylet et disposant d’une dalle en  2160 x 140 pixels en 3:2. Il est bien sûr possible que cet engin soit décliné sous plusieurs formats avec un écran plus basse définition et vendu sans stylet ni clavier… Un format qui deviendrait probablement d’un coup beaucoup plus accessible.

Qualcomm ne cache pas son ambition : “2019 sera une bonne année car nous aurons un portefeuille de produits très diversifié et, en 2020, nous aurons encore plus d’appareils” sur le secteur traditionnel du PC. Qualcomm indique ici sa présence sur le marché Windows comme sur ce nouveau secteur.

 

16 commentaires sur ce sujet.
  • 10 décembre 2018 - 18 h 09 min

    Voilà une excellente nouvelle!
    Espérons que l’on rapidement y installer une distro Linux….voire que des fabricants d’ordi Linux l’integrent directement!

    Et en espérant que ça pave la route pour les 855 et 8cx!

    Répondre
  • 10 décembre 2018 - 22 h 16 min

    Bonne Idée si les prix restent abordables .
    C’est sur qu’une solution ARM reste la solution la plus intéressante pour faire tourner Android .
    Avec Chrome OS on dispose aussi des applications Android .
    Avec des machines disposant d’un bon écran tactile pour une bonne utilisation polyvalente et de ce bon processeur ,les clients devraient être satisfait d’oublier Windows .

    Répondre
  • 11 décembre 2018 - 8 h 59 min

    Ce n’est pas oublier Windows non plus, pas tout de suite en tout cas.

    Cela est une pénétration d’un marché ; car maintenant que ceux (surtout les jeunes et les pros) sont rodés avec le fonctionnement d’Androïd, passer Androïd sur pc (car on pourra parler de pc) est une excellente idée bien amenée au bon moment également.

    En route pour cette nouvelle aventure

    PS : un jour peut-être, l’architecture x86 x64 sera obsolète

    Répondre
  • 11 décembre 2018 - 10 h 21 min

    Qu’on me sortes déjà de bonnes tablettes et de bons portables pas trop chers sous ChromeOS,
    après on verra…

    Pour le moment, la plupart des offres sont chers ou ne font pas envies,
    car il faut au minimum un processeur N4200, 4 Go de RAM, 240 Go de SSD,
    un bon petit écran IPS, une autonomie de 10 Heures minimum…
    mais dans ce cas, autant rester sur Windows,
    pourquoi s’emmerder avec ChromeOS ?!
    Et autant avoir un double système…

    Les processeurs ARM vont bientôt perdre la bataille de l’Autonomie,
    avec les prochains processeurs x86 gravés en 7nm…
    Pas que les x86 seront meilleurs, mais leurs autonomies seront amplement suffisante,
    pour ne plus avoir envie d’aller regarder ailleurs !

    Je dirais que c’est de la faute à GOOGLE, qui à beaucoup trop tardé à vouloir
    développer et diffuser ChromeOS, maintenant ça devient un peu tard…
    la technologie x86 devrait réduire son retard…

    Répondre
  • 11 décembre 2018 - 14 h 48 min

    @J.DEBON: “il faut au minimum un processeur N4200, 4 Go de RAM, 240 Go de SSD” ?!!! Pour mon pote dont sont boulot est de faire du Blender, c’est suffisant ?! ;)

    “Les processeurs ARM vont bientôt perdre la bataille de l’Autonomie,
    avec les prochains processeurs x86 gravés en 7nm…”
    Ce genre de fantasme revenait systématiquement à chaque fois qu’Intel devait sortir un nouveau SoC pour smartphone. Ca n’est jamais arrivé.
    Intel à un paquet de retard, il met 6,5 fois moins de transistors au mm2 que du ARM. C’est pas près d’être comblé. D’autant plus que lorsqu’Intel en sera au 7nm (Intel avait dit qu’il en serait au 10nm en…2016 alors qu’aux dernières nouvelles il n’y sera pas avant l’année prochaine pour une commercialisation en 2020 !), il y aura probablement du ARM sur 5nm.

    Répondre
  • 11 décembre 2018 - 17 h 50 min

    @Skwaloo:
    Désolé, mais pour le 7nm, j’attends plutôt AMD,
    et certainement pour 2019 !
    Ca nous permettra d’avoir enfin des prix correctes
    en ultra-basses consommations…

    Répondre
  • 11 décembre 2018 - 18 h 51 min

    Intel encore au 14 nm et en galère pour le 10 nm…

    Répondre
  • 11 décembre 2018 - 19 h 05 min

    Faut pas être désolé pour moi, ça ne change rien pour moi. Quand je vois que l’AMD d’un portable Win10 tout neuf à 500€ est moins rapide que ma RockPro64, ça ne fait pas du tout envie.

    J’espère qu’AMD va s’améliorer parce que lui aussi a du retard sur ARM pour ce qui est de la gravure.
    https://www.anandtech.com/show/13687/qualcomm-snapdragon-8cx-wafer-on-7nm

    Répondre
  • 11 décembre 2018 - 19 h 23 min

    @Skwaloo:
    La RockPro64 est une carte intéressante et peu cher,
    mais en rien comparable à ce dont je parles,
    la compatibilité Windows avec une puissance
    et une autonomie suffisante, peu cher !

    Je parles du point de vue de Monsieur tout le Monde et pour moi-même,
    la compatibilité et la simplicité sont les bases du succès !

    Répondre
  • 12 décembre 2018 - 1 h 31 min

    J’en suis à un point où je soupçonne mon bon gros laptop de me lâcher (il commence à faire des faux contacts pas trop rassurants sur plusieurs ports et m’a crâmé un SSD y’a 6 mois, il a connu le pipi de chat bien corrosif qui a rongé tout le clavier que j’ai dû changer, bref il a vécu.

    Et là je me demande, quel usage j’ai d’un ordinateur. Aujourd’hui, c’est beaucoup de SSH, peu de stockage, peu de puissance. Finalement tout ce qui nécessite des gros muscles, c’est un autre PC qui le fait, au loin. Et transporter ma machine tous les jours, ça serait cool, parce que j’ai pas toujours un PC sur mon lieu de travail.

    Et je me pose des questions. Un format tablette-convertible ça convient à quels usages ? J’arrive pas bien à me représenter, dans quelle situation de la vie courante c’est plus pratique qu’un bête laptop tout assemblé. Ou bien quand est-ce qu’un écran tactile est utile au quotidien. Est-ce que 9h d’autonomie c’est utile ou 6h ça me suffit ? Je ne sais pas. (honnêtement.)
    De même, est-ce que je peux me passer de Windows, ou plutôt d’un OS complet (je travaille sous Linux) au quotidien ? est-ce que me connecter au VPN de mon labo ou de l’Université, ça se fait sous ChromeOS ? Est-ce que je peux imprimer un papier avec une imprimante toute bête en réseau LAN connectée au Wi-Fi chez moi ? Bref, des vraies questions d’usage.

    Aujourd’hui encore j’ai pas les réponses. Donc comparer un processeur, une architecture, vouloir tout comparer sur des critères chiffrables, c’est stérile, et je pense qu’on devrait vraiment pas y accorder autant de crédit que ça. Ce qui compte, c’est que j’ai un écosystème supporté par mon environnement, et est-ce que je peux au moins rester intégré dans cet écosystème quotidien, sans compromis, ça c’est la vraie question. Est-ce que je peux transporter mon outil, travailler, éventuellement me divertir (dans les limites du raisonnable par la puissance et le budget que je me fixe), garder un confort d’utilisation grâce à une longue autonomie. Tout ça, c’est des usages.

    Je manque sûrement d’imagination, parce que pour l’instant j’arrive pas à me figurer un usage où un proc ARM peut faire tout, absolument tout ce qu’on attend d’un ordinateur, dans l’imaginaire collectif (ou appelez ça l’environnement de travail global). Pareil pour ChromeOS. Si je suis bloqué à un moment parce que j’ai pas telle ou telle fonctionnalité, j’aurai acheté une brique. Et ça, c’est précisément ça qui me fait dire que pour l’instant, avec l’environnement de travail mondial qui existe, bah on a encore des technos qui datent des années ’80 comme les e-mails, des années ’90 comme les sites web, et des drivers d’imprimantes foireux qui ont besoin d’une installation manuelle de pilote (voire d’un CD), et que somme toute, si je veux pas me retrouver bloqué, je veux une machine qui puisse possiblement tout faire. Demain ça changera sûrement ; aujourd’hui ça veut encore dire, du x86.

    Répondre
  • 16 décembre 2018 - 16 h 19 min
  • 16 décembre 2018 - 16 h 50 min

    @Skwaloo:
    Je penses qu’AMD sortira pour 2019 un processeur basse consommation,
    car je doutes qu’AMD veuilles laisser à Intel le monopole sur ce marché,
    vu qu’il y aura de très importantes quantités de ventes et que les marges financières
    sur ce genre de produits sont excellentes !
    Les processeurs basses consommations sont les clés de bases de l’informatique
    d’Aujourd’hui et de demain, PC Portables, Tablettes, Nuc…
    et en passant à la très basse consommation,
    pourquoi pas, un smartphone PC ?!

    Si AMD attends 2020, il va vraiment laisser un ‘boulevard’ à Intel,
    ce qui serait très dommageable pour eux et stupide…
    car il est important d’ “étouffer” Intel par la pression sur les prix
    et ne pas lui laisser le temps de reprendre son souffle…

    Répondre
  • 16 décembre 2018 - 21 h 01 min

    Intel a du souffle, t’inquiète :

    CA au second trimestre 2018 : 17 milliards de dollars. 15% de hausse par rapport à 2017.
    Bénéfice de 5 milliards de dollars (+78 % par rapport à 2017).

    AMD sur la même période :

    CA au second trimestre 2018 : 1.76 milliard de dollars. 53% de hausse par rapport à 2017.
    Bénéfice de 116 millions de dollars (-42 millions de dollars de pertes en 2017).

    Je ne remet pas en cause la qualité des Ryzen, mais avant qu’AMD puisse faire perdre son souffle àIntel il va y avoir un peu d’eau passée sous les ponts…

    Répondre
  • 16 décembre 2018 - 22 h 04 min

    @Pierre Lecourt:
    Non, je ne m’inquiétes pas encore pour Intel…
    Mais leur mettre la pression sur l’ensemble du marché,
    serait quelques choses de bien pour les consommateurs, permettant ainsi
    une forte diminution sur les processeurs basses consommations !
    Intel est en position de monopole sur ce segment de marché depuis beaucoup trop longtemps !

    L’architecture AMD Ryzen a commencé à faire bouger les choses,
    mais il faut aussi penser aux processeurs basses et très basses consommations,
    je penses qu’AMD devrait beaucoup mieux répartir leurs développements !
    Techniquement, il n’aurait aucun mal à nous sortir un Ryzen de moins de 8 Watts,
    et une grande partie du marché attend ce genre de processeur venant d’AMD,
    avec une très grande impatience…

    Pierre, Tu connais l’intérêt d’un tel processeur pour le Monde PC,
    le potentiel du marché n’est plus à prouver, la seule chose qui limite
    encore l’explosion de ce marché sont les prix dissuasifs de la part d’Intel…
    Donc on n’est bien dans l’obligation d’attendre des solutions AMD,
    en espérant qu’il ne tarde pas trop !

    Un processeur mono-core x86 ayant un prix inférieur à 50 Usd
    et un cpu Mark de plus de 2000 ferait notre Bonheur !!!

    Oui, Intel a encore de la marge…

    Répondre
  • 17 décembre 2018 - 17 h 07 min

    Intel tient encore une bonne forme surtout grâce à la forte demande dans les serveurs qui ont une grosse progression. On le voit dans la différence de progressions en CA et bénéficies, il a vendu beaucoup + de puces à grosses marges (ce qui est possible avec les puces pour serveurs, mais qui serait difficile avec des puces basses conso).

    Répondre
  • 14 mai 2019 - 17 h 47 min

    […] Et en parlant de date de sortie, il y a fort à parier que le CES soit l’endroit idéal pour convoquer l’orchestre et lancer la poudre aux yeux des futurs consommateurs. Affaire à suivre ! (Source : HotHardware et MiniMachines) […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *