Une nouvelle Samsung Galaxy Tab A Kids Edition

Samsung lance une nouvelle tablette pour les enfants aussi bien équipée que sa dernière tablette en date. La Samsung Galaxy Tab A Kids Edition 2019 se démarque uniquement par ses interfaces.

Chez les chefs produits Samsung, on sait manifestement comment cela se passe. Lorsque vous achetez une tablette de qualité pour vous en tant que parent et que vous ne laissez à vos enfants qu’un modèle bas de gamme… Et bien vos enfants ne vont vouloir utiliser que votre tablette. La solution trouvée est donc assez simple, la Samsung Galaxy Tab A Kids Edition est basée exactement sur le même matériel que la Samsung Galaxy Tab 8.0 dans sa dernière version.

2019-10-11 10_46_04-minimachines.net

Evidemment, Samsung a procédé à quelques aménagements avec notamment une protection souple qui vient coiffer la tablette et qui est censée la protéger des chocs. Comme toujours, il s’agit de rassurer les parents plus qu’autre chose puisque, par essence, une tablette c’est avant tout une vitre tactile et il faut pouvoir y accéder. La vitre sera donc toujours exposée aux chutes, aux écrasements et autres preuves d’inventivité enfantines pour ce qui est de casser des trucs sans “faire exprès”.

A noter que cette “housse” de silicone peut être retirée de la tablette pour retrouver donc une solution similaire à la version classique. La Samsung Galaxy Tab A Kids Edition redevient alors une solution 8″ en 1280 x 800 pixels propulsée par un Soc Qualcomm Snapdragon 429 associée à 2 Go de mémoire vive et 32 Go de stockage eMMC. Elle tourne sous Android 9.0 Pie. Un lecteur de cartes MicroSDXC permettra de rajouter des contenus et un jack stéréo d’y brancher un casque. On retrouve la même batterie de 5100 mAh que la version “pour adultes” de la marque. La recharge se fera grâce à un port MicroUSB et l’autonomie annoncée est de 10 heures selon Samsung. 

2019-10-11 10_45_35-minimachines.net

Une webcam dorsale de 8 mégapixels et une frontale de 2 mégapixels permettront de prendre des photos ou de faire de la visio-conférence. Un module wifi5 et du Bluetooth 4.2 de communiquer avec l’extérieur. 

2019-10-11 10_45_46-minimachines.net

Autre particularité de cette Samsung Galaxy Tab A Kids Edition, la présence par défaut de l’offre d’applications Samsung pour enfants qui permettra de retrouver des livres, des histoires, des vidéos, des applications éducatives et des jeux pour les plus petits. Une offre que l’on retrouve sur le Google Play Store et qui demandera, dans les deux cas, de passer à la caisse mensuellement ou annuellement pour y accéder.

Enfin, un système de “supervision” parentale permettra de régler les heures d’utilisation de l’engin, à la fois en durée journalière mais également en définissant des heures précises d’utilisation de la tablette.


Soutenez Minimachines.net !
12 commentaires sur ce sujet.
  • 11 octobre 2019 - 12 h 05 min

    C’est sympa, même si je reste partagé d’acheter une tablette à mes enfants je pense que j’y viendrais. Pour à partir de quelle âge est destinée cette tablette ?

    Répondre
  • 11 octobre 2019 - 12 h 27 min

    Déçu .. Si ils avaient rajoutés 3/4 boutons physiques et un pad, comme l’infecte Storio Max Baby que j’ai, j’aurais pris immédiatement et remis les APK de la sus nommée dessus .. La c’est juste une tablette classique avec une housse en silicone à 10 balles sur Amazon ..

    Répondre
  • 11 octobre 2019 - 13 h 23 min

    mes drôles (presque 5 ans et 3ans) ont récupéré nos anciennes tablettes chinoises (talk 9x) et aucub soucis pour les 2 pour lancer quelques jeux, regarder des dessins animés (sur netflix ou zouzou)

    et ça coute beaucoup moins cher à réparer (j’ai déjà changé la vitre sur l’une d’elles)

    Répondre
  • 11 octobre 2019 - 15 h 42 min

    Quand on voit les ravages sur ces dernières générations d’ados et jeunes adultes, je préfère carrément interdire l’accès de ces outils à mes enfants. FYI : https://sergetisseron.com/

    Dès que j’aurais 5 min je mets un linux minimaliste sur mon vieil eeepc pour que le plus grand apprenne arduino/programmation.

    Sinon, livres, jeux et jouets classiques et écoute de musique. Et dès qu’il fait beau : tout le monde dehors!

    Répondre
  • 11 octobre 2019 - 22 h 00 min

    @eeegr: Pareil chez moi!! Et ce n’est pas une lutte facile lol

    Répondre
  • 12 octobre 2019 - 9 h 14 min

    @eeegr : c’est comme pour la clop on est dans le déni en prétendant qu’on ne savait pas. D’ici quelque années les pédopsychiatres parlerons de ces machines de 2020 comme d’un poison pour les enfants. Hyperactivité, manque de concentration, perte de mémoire… L’utilisation d’écran par des personnes dont le cerveau n’est pas mature est un problème, mais on ne sait pas bien sur… :)

    Répondre
  • 12 octobre 2019 - 10 h 43 min

    @eeegr: Étrange : le lien que tu donnes conseille justement de ne pas interdire totalement l’accès à ces outils justement.

    Il donne d’ailleurs plutôt des conseils de bons sens, valables aussi bien pour les objets connectés que pour d’autres plus classiques.

    Entendons nous bien : je ne prétends que ton attitude est erronée, cela te concerne et je n’ai aucune légitimité pour cela. Mais je ne vois pas bien comment tu passes de ce que tu nous présentes à travers ce lien à ton refus des tablettes.

    Répondre
  • 12 octobre 2019 - 11 h 13 min

    @Dadoo: Ton analogie est plus alarmiste que réaliste. La cigarette et l’utilisation des écrans ne peuvent pas être sérieusement comparés.

    Les preuves statistiques du danger du tabac est établie depuis très longtemps. Depuis le milieu des années quatre-vingt-dix on sait par quel mécanisme les goudrons du tabac provoquent le cancer. La cigarette fait l’objet de recherche et développement depuis des décennies pour en améliorer “l’efficacité”. Il meurt d’ailleurs 200 personnes chaque jour en France à cause du tabac.

    En comparaison, des études statistiques sur la téléphonie durent depuis deux décennies et portent sur des milliards d’usagers sans parvenir à établir de risque patent sur le court et le long terme. Reste le très long terme sur lequel les chercheurs restent réservés. Et il est bon qu’ils rappellent que la question reste ouverte.

    On peut ne pas aimer la tournure que prend la société dans laquelle on vit et vouloir se démarquer. Mais il est contreproductif d’alarmer pour rien et d’accuser tous les autres d’être dans le déni : ne serait-ce que parce qu’il n’y aura plus personne pour croire au risque si un tel risque devait s’avérer réel. À force de crier au loup…

    Répondre
  • 12 octobre 2019 - 12 h 17 min

    C’est ton avis. Je ne vois pas comment tu peux citer des études sur la téléphonie quand on a vu ce que valent celles sur le glyphosate, les lobbies etc. Je pense qu’il faut protéger les enfants.

    Répondre
  • 12 octobre 2019 - 13 h 33 min

    “La surexposition aux écrans des tout-petits : un vrai danger”

    https://www.francetvinfo.fr/sante/enfant-ado/la-surexposition-aux-ecrans-des-tout-petits-un-probleme-de-sante-publique_2215350.html

    Extrait : “Pour les médecins, un bébé ne peut se développer normalement sans stimulation des parents. “Il ne peut accéder à une conscience de soi et développer un langage humain de communication et d’échange avec l’adulte.” Dès que l’écran est retiré, une amélioration est observée au niveau de l’attention, du langage et du comportement.”

    Boris Cyrulnik : «  Un enfant heureux est un enfant sécurisé  »

    https://www.lepoint.fr/dossiers/hors-series/le-guide-de-l-enfant-heureux-et-bien-portant/boris-cyrulnik-un-enfant-heureux-est-un-enfant-securise-23-01-2018-2189006_3532.php?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&link_time=1517331803#xtor=CS1-31-%5BEchobox%5D

    Extrait : “Beaucoup de publications scientifiques montrent que l’hyperconnexion produit non seulement des adultes différents, mais des cerveaux différents. Les adolescents ont des cerveaux plus vifs pour la communication et l’image que les nôtres, mais moins aptes ­à la parole et aux relations. Cela engendre une autre manière de s’engager dans la société. Les jeunes sont de plus en plus centrés sur eux-mêmes et se mettent de moins en moins à la place des autres. Les psychanalystes appellent ça le narcissisme. Les écrans les préservent de la souffrance quand ils s’ennuient, mais altèrent leurs capacités d’empathie. Or, l’empathie est un signe de solidarité et d’attention aux autres.”

    On disait partiellement la même chose de la télévision. Mais il y a aujourd’hui une plus grosse addition en temps cumulé devant les écrans. Probablement que les enfants qui s’en sortiront mieux seront ceux bien encadrés par les parents en terme de pratiques. Lesquelles pratiques dans le domaine des loisirs devra trouver des équilibres entre les activités de plein air, la lecture, les écrans….

    Répondre
  • 12 octobre 2019 - 14 h 39 min

    @Kikimoo : aucun lien en effet, je cite juste un de ces pédopsychiatre qui commence à prendre conscience du soucis. Ce qui est navrant c’est que des évidences comme cela apparaissent telle une révélation à bien des parents…

    Répondre
  • Xo7
    13 octobre 2019 - 19 h 46 min

    @Chouette Mâ-Mâ: Je doute quand je croise des parents devant leur smartphone alors que leur enfant braille dans la poussette ou gambade joyeusement à 30 m devant eux en pleine circulation……le “on se savait pas” perdure environ 15 ans après la publication des premiers résultats fermes voir plus pour le réchauffement climatique. Les enfants miment leur parents, a treize ans certains vapotent déjà…à la vue de tous, sans aucune gène ou honte…
    Aucun écran avant 3 ans (vision enfantile non terminée).Pas de tablette avant la primaire ! Et au-delà un accompagnement est obligatoire par les parents sur des temps de consultation se comptant en minutes ! Aucun accès libre des écrans avant le collège et la surveillance est toujours recommandée ne serait-ce que pour les temps de consultation et de la navigation réalisée.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *