Razer Zephyr pro ou quand le marketing devient dangereux

Au CES, il est bien difficile d’attirer les regards, surtout en ne jouant que sur son propre terrain. Pour tirer la couverture, Razer a présenté un masque High Tech baptisé Zephyr Pro. Et la marque a fait là une très grosse bêtise.

Le Razer Zephyr Pro est une solution originale, la seconde dans le genre de la part de la marque. Je ne couvre pas ce genre de gadget en général mais l’aventure de ce modèle particulier est importante à analyser à mes yeux.

Pas mal de sociétés high-tech ont tenté à leur mesure de participer aux efforts pour lutter contre la pandémie de Covid 19. Certaines ont fait des chèques, d’autres ont financé des achats de matériel de secours ou de quoi sauver des patients à l’hopital. D’autres ont acheté des masques par centaines de milliers… C’est assez classique de la part des entreprises et c’est un coup à jouer plutôt positif pour elles. Dans un contexte qui empêchait de dépenser tout budget pour des salons, des rencontres et autres évènements publics, donner de l’argent pour sauver des vies et en faire un élément de communication était sans doute la meilleure chose à faire.

Zephyr Pro

Pour Razer, une partie du problème a été vue comme une de ces opportunités. La conception d’un masque de protection avec des LEDs colorés n’est sans doute pas la meilleure idée qui soit, coller des LEDs RGB sur un appareil de ce genre n’a aucun intérêt médical, mais cela pouvait être cool et la marque s’est donc appliqué à développer ce Zephyr Pro. C’est le second masque de la marque après un premier modèle en 2021.

Les idées ne manquent pas pour cet appareil : il propose une face avant translucide qui permet de voir la bouche de l’interlocuteur qui le porte, des LEDs RGB peuvent l’illuminer, il propose deux prises d’air munies de filtres qui peuvent être changés. Le reste du masque est en silicone pour être facilement lavable. Un système de micro et de haut parleur permet de mieux entendre ce que vous dites, la marque parle d’un volume de 60 dB à 1 mètre, c’est la différence d’avec le premier modèle de la marque qui étouffait totalement les sons.

Razer propose le Zephyr Pro à 150$ avec 10 filtres conseillés pour une utilisation de 30 jours. Ou à 200$ avec 33 filtres pour 99 jours d’usage. 

Zephyr Pro

Zephyr Pro : le problème d’une certification bidon.

Razer a fait l’annonce du Zéphyr Pro au CES 2022 en mettant en avant le fait que le masque était à la norme N95. Et il l’a fait d’une manière tout à fait particulière puisqu’il s’est appuyé sur un organisme de certification reconnu appelé Intertek. Cette norme N95, censée certifier que le masque allait filtrer 95% des particules lors de la respiration, n’est pourtant pas respectée par le masque.

Cette certification particulière est délivrée par les USA et construite autour de normes et de tests élaborés par un organisme baptisé NIOSH pour National Institute for Occupational Safety and Health. Cet organisme délivre des protocoles de tests spécifiques que des laboratoires comme Intertek suivent à la lettre, et sous surveillance, pour valider les produits.

Problème, le Razer Zéphyr n’apparait pas dans les produits certifiés par Intertek, tout simplement parce que la société n’a pas fait certifier son produit par Intertek… Peut être que la société se base sur le fait qu’Intertek a certifié les filtres employés par le masque et que par conséquent Razer a décidé que l’ensemble du masque était certifié… Ce qui ne correspond pas à la norme de ce type de produit. On fait passer les tests à un ensemble, un tout. Le masque et les filtres, pour obtenir la dite certification. Razer ne l’a pas obtenue et a donc utilisé frauduleusement celle-ci pour ce produit. Il est également possible que Razer ait conduit ses propres tests avec ses propres protocoles et estimé de son côté et sans contre expertise que l’ensemble des qualité supposées étaient équivalentes à la norme N95. Ce qui ne donne toujours pas droit à cette appellation.

Si une certification indépendante existe, c’est que cela a un impact direct sur la santé des gens. Quand on porte un masque N95, bien plus protecteur qu’un simple masque classique, c’est généralement pour une bonne raison. Croire qu’on porte une solution de ce type alors qu’il n’en est rien est vraiment très problématique. Si cela apporte de la crédibilité au produit et booste ses ventes, cela booste également la transmission des virus.

Cette découverte a été faite par la vidéaste Naomi Wu qui a testé la solution dans une vidéo.

Razer n’a pas trainé et retiré toute mention de cette certification sur ses communications, gommant ainsi après coup cette appellation N95 et rentrant quelque peu dans les clous. Un message a également été posté le 8 janvier sur le blog de la marque mettant en avant les éléments techniques de la solution et les tests effectués par Razer lui même. Sans contre expertise par un labo assermenté donc.

Le 10 janvier, un ajout a été fait sur la page, en tout petit et difficilement lisible, précisant que le masque n’est pas une solution médicale ni certifié N95. Une mise à jour faite avec une publicité bien inférieure aux communiqués de presse d’annonce du produit. Evidemment, une bonne partie du mal est fait et cela a comme premier effet d’avoir fait la solution comme certifiée. Avec une reprise en long et en large des communiqués de presse de la marque sur le Web. Sans esprit critique ni autre volonté de répondre à un pseudo appétit Geek.

Zephyr Pro

Les effets de bords du Zephyr Pro

Mais la vidéaste s’est surtout fendue d’un thread sur Twitter dénonçant les effets secondaires de cet abus. Des effets que j’ai par moi même pu constater de nombreuses fois sur le marché informatique sur d’autres sujets moins graves. Des produits correspondant à telle ou telle norme militaire US sans passer par les tests standardisés. Des produits compatibles avec des normes logicielles ou matérielles avantageuses mais ne respectant finalement qu’une partie de celles-ci.

Le problème, ici, c’est qu’il s’agit d’effets non maitrisés par Razer, la marque n’étant là que pour ouvrir la mauvaise voie. Naomi Wu annonce un futur plus que probable si les autorités ne se saisissent pas immédiatement du problème. La difficulté ouverte par Razer est simple, elle a fait croire à la population que des masques de ce type pouvaient être à la norme N95. Les protégeant efficacement contre le COVID 19. Ce qui peut être le cas si et seulement si ils passent correctement les tests de certification ad hoc. 

Mais ce que va retenir le marché, surtout le marché noname, c’est le côté esbrouffe du système. Celui consistant à construire un truc en silicone avec des filtres, des LEDs RGB et un système audio intégré alimenté par une batterie. Ce dispositif peu cher à produire une fois les moules fabriqués, pourra recevoir les filtres disponibles sur le marché et devenir ainsi des concurrents low-cost de la solution de Razer. 

Le problème étant que de nombreuses personnes ne vont pas avoir lu la mauvaise nouvelle. En retirant les éléments incriminants de sa communication, Razer ne disqualifie pas le côté santé de son Zephyr Pro. Il ne fait que se protéger de toute attaque sur ce point. Les masques restent auréolés de cette efficacité à cause de leur communication initiale massive et des acheteurs potentiels vont les obtenir et les porter en toute bonne foi. Même si la documentation commerciale aura sans doute gommé toute mention d’un indice de protection comme une certification N95.

Mais c’est surtout la suite qui est potentiellement terrible. Maintenant que la boite de Pandore a été ouverte, ce sont des fabricants noname qui vont s’emparer du projet, acheter des pastilles filtrantes au kilo, certifiées N95 ou non, et les coller dans des assemblages divers. Des masques cyberpunks, des trucs futuristico-cosplay et autres copies pures et simples du Zephyr pro vont débarquer. Des copies coutant bien moins cher que les prix réclamés par Razer. Ces marques auront sans doute beaucoup moins de scrupules à afficher les qualités supposées du produit et écriront N95 partout sur leur packaging.

Et si rien n’est fait, le marché va être inondé de ce genre de produits faussement sécurisants. Outre le fait qu’embarquer des batteries et des LEDs dans un masque est par essence assez peu utile, laisser penser à des gens qu’ils sont protégés ou qu’ils vont protéger les autres est absolument catastrophique.

Razer doit faire immédiatement marche arrière et tout d’abord cesser toute commercialisation de ce produit. La marque doit annoncer par voie de presse qu’ils se sont trompés et que leur Zephyr Pro n’est pas conforme à la norme N95. Cela de manière active, en payant de la publicité activement et non pas en gommant simplement quelques pages web.


Pas de Pub
44 commentaires sur ce sujet.
  • 13 janvier 2022 - 13 h 20 min

    Ce qui est étonnant, c’est qu’il n’y ait pas eu la moindre poursuite judiciaire de la part des autorités fédérales. Aux US ils ne blaguent pas avec ces choses là. Parce que comme vous l’avez dit, les organismes de contrôle américains, sont indépendants, c’est un pays de contre-pouvoirs.
    Je suppose que ça risque de leur tomber dessus plus tard, lorsque des gens seront contaminés parce qu’ils auront acheté qu’ils pensaient à la norme N95 en toute bonne foi.

    Répondre
  • 13 janvier 2022 - 13 h 52 min

    @Zozoo: Le produit a pas été encore commercialisé…

    Répondre
  • 13 janvier 2022 - 14 h 25 min

    Cool, on peu y mettre des dosettes Senseo !!!

    Répondre
  • 13 janvier 2022 - 14 h 25 min
  • 13 janvier 2022 - 14 h 44 min

    Punaise…
    Tu mets le doigt sur une pratique très répandue Pierre : on affiche une norme pour un produit commercial alors que c’est une juste une toute petite partie qui est certifiée…
    Le danger est aussi de s’asphyxier avec ça sur la bouche toute la journée.

    P.S. vu les poumons de la dame sur la photo, vaut mieux pas qu’elle attrape une infection respiratoire, en effet ;-)

    Répondre
  • 13 janvier 2022 - 16 h 10 min

    Hello, dans l’actualité hi-tech, une autre pratique que j’aimerais voir apparaître et qui perdure au fil des années est l’autonomie des appareils. Ce n’est certes pas une certification face à un standard, mais j’aimerais savoir dans quelles conditions (luminosité, wifi, durée de telle activité) ont été menés ces tests. À l’époque du Lab Blogeee, j’aimais bien les infographies réalisées pour ces tests.

    Répondre
  • Cid
    13 janvier 2022 - 16 h 44 min

    Les protections à bas cout estampillées N95 pullulaient déjà au début de la pandémie. Masques en tout genre sur Aliexpress, sans compter nos couturières qui s’en sont donné à co€ur joi€ sur €tsy. Ils n’ont pas attendu Razer…

    Est-ce que ce modèle Razer a raté le test de certification N95 ? ou ils ne l’ont tout simplement pas fait ? Dans le premier cas c’est embêtant, dans le deuxième, c’est p’tet un contre-temps pour l’annonce au CES. A suivre donc.

    Répondre
  • 13 janvier 2022 - 17 h 39 min

    suis je le seul que la certification bidon laisse de marbre au vu de la video de madame wu?

    Répondre
  • 13 janvier 2022 - 18 h 01 min

    @prog-amateur: J’aimerais bien mais il est loin le temps où je pouvais me permettre de passer 1 semaine a tester des autonomies et juste des autonomies…

    Répondre
  • 13 janvier 2022 - 18 h 05 min

    @frederic: Madame Wu est une personne hautement intéressante mais moins par sa plastique que par ses compétences techniques. C’est une hackeuse, codeuse et makeuse de talent.

    Répondre
  • 13 janvier 2022 - 19 h 22 min

    @prog-amateur: la pratique de la « fausse » autonomie existe aussi, depuis des décennies, pour les véhicules…et perdure!
    Alors, pas de raison qu’il en soit autrement pour l’high tech 😉

    Sinon, pour aller dans le sens de @Cid: , on voit encore des gens avec des masques a valve (notamment pour le vélo) vendus comme plus efficaces et plus stylés, une vraie catastrophe! c’est même plus des postillons que l’on expulse avec mais des gros glaviots…

    Répondre
  • 13 janvier 2022 - 20 h 58 min

    je bosse dans une usine => 80 à 100 personnes dans le bâtiment (grand bâtiment), pas mal de non vaccinés, environ 20 à 30 personnes absentes en ce moment à cause du covid.
    Nous avions droit à UN masque jetable par jour et par période de 8 h.
    Depuis le 01/01/22, ce n’est plus obligatoire de fournir les masques aux salariés donc c’est à nous de nous équiper. Un tas de masques en tissus, lavables, lavés … sont réapparus. De toute façon, en 8 heures nous avons droit à une pause et comme il est interdit d’avoir des affaires personnelles sur sa paillasse, on ne risque pas de changer de masque toutes les 2 heures !

    La gestion de la pandémie a été une vaste blague par une équipe de bras cassés et ça continue.

    Une blague lue sur un tchat sur l’écran de mon fils de 16 ans au début de la pandémie, suite à une conférence du gouvernement
    – en cas de catastrophe nucléaire, c’est la même équipe qui gère, ou une autre ?
    – la même
    – d’accord,je comprends pourquoi certains veulent cesser le nucléaire

    Répondre
  • 14 janvier 2022 - 0 h 58 min

    Les masques ne servent strictement à rien depuis le début. Tout comme la ventilation ou l’oxygène en rea, ca tie + que cela ne sauce.

    Répondre
  • 14 janvier 2022 - 0 h 59 min

    Tue*
    Sauve*
    (Haha foutu correcteur)

    Répondre
  • 14 janvier 2022 - 3 h 09 min

    @ Albert
    Oui bien sûr… Et la terre est plate, on a jamais marché sur la lune, ils sont parmi nous, etc.

    Répondre
  • 14 janvier 2022 - 3 h 24 min

    @Albert: Ah oui les fameuses études scientifiques de Reddit :D

    Il me semble que tu conseillais de mettre les gens dans un caisson hyperbare au début de la pandémie pour les sauver. Très bonne idée pour les faire mourir plus vite.
    https://www.minimachines.net/actu/un-respirateur-pilote-par-raspberry-pi-88484/comment-page-1#comment-174857

    Il me semble que ton argumentation était basée sur le fait que des médecins ayant reçu des respirateurs non adaptés à la réanimation et avaient dit que l’utilisation de ces respirateurs était contre productive avec les patients atteints de Covid. Et donc tu avais décrété que les tous respirateurs étaient inutiles et dangereux ?
    https://www.minimachines.net/actu/un-respirateur-pilote-par-raspberry-pi-88484/comment-page-1#comment-175352

    Il me semble que tu citais des articles en Anglais sans en comprendre un traitre mot ni la moindre mathématique de pourcentage ?
    https://www.minimachines.net/actu/un-respirateur-pilote-par-raspberry-pi-88484/comment-page-1#comment-175236 »

    Le consensus scientifique et médical est clair : Les masques sont efficaces, la ventilation sauve des vies en réanimation. Et cela tous les jours depuis le début de la pandémie.

    La désinformation anti-science ne sera pas tolérée sur un site qui se base sur la science pour exister. Si un jour un thread Reddit explique que les ordinateurs fonctionnent grâce à des cailloux quantiques et pas des processeurs ou que des petits lutins magiques dessinent sur les écrans à la place des processeurs graphiques, ne compte pas plus avoir la malchance de pouvoir le lire ici. Les théories farfelues basées sur du Bullshit interstellaire sans aucun autre fondement que des élucubrations complotistes c’est niet. Et le mot complotiste n’est pas trop fort. Car croire que l’ensemble du monde médical fait des intubations contre productives c’est croire qu’il y a un complot pour maltraiter des gens, c’est complotiste.

    Va jusqu’au bout de ta logique et essaye d’analyser les conséquences complètes de tes théories. C’est une vision terrible de l’humanité que d’imaginer tous les personnels médicaux se tenir main dans la main pour exterminer des millions de personnes volontairement.

    Répondre
  • 14 janvier 2022 - 10 h 23 min

    Attention @Pierre, le « consensus scientifique » ça n’existe jamais, ou alors on devra un jour s’arrêter de penser. On est entrain justement d’assister à l’effritement d’un « consensus scientifique »…
    Ce n’est pas le sujet ici, mais beaucoup d’études (revues médicales à comités de lecture, hein, pas du reddit) ont montré l’inutilité du masque en population générale… surtout chez les gens non malades !
    Faut penser aux enfants qui supportent ça toute la journée à l’école (avec des enseignants qui en redemandent)…

    Répondre
  • 14 janvier 2022 - 11 h 28 min

    @eeegr: Alors je suis pas d’accord sur le principe. Parce que le mot consensus défini justement un accord et non pas une règle. Un consensus scientifique c’est par définition quelque chose d’ouvert. C’est un accord entre des personnes qui se tient dans le moment. La terre plate et le soleil qui tourne autour de la terre ça a été un consensus scientifique. Cet accord est tombé quand les minoritaires, ceux qui pensaient que la terre était ronde et que le la terre tournait autour du soleil, l’ont prouvé. Le nouveau consensus scientifique est donc celui là. C’est l’accord du plus grand nombre de scientifiques. Mais il reste des gens minoritaires qui pensent que la terre est plate

    Comme on ne brûle plus les gens qui pensent différemment du consensus majoritaire, rien n’empêche une nouvelle théorie d’émerger. On pourrait proposer que nous soyons à l’intérieur d’une boule de Noël géante et que ce que nous voyons comme des galaxies lointaines ne soient que des reflets sur les parois de la boule. Mais faute de preuves scientifiques et démontrables, le consensus, l’accord actuel de la science sur le fonctionnement de l’univers, ne bougera pas.

    Il y a donc un consensus, un accord entre une majorité de scientifiques, qui dit qu’un masque FFP2 ou N95 permet à des soignants, par exemple, d’être dans la même pièce qu’un malade du Covid avec très peu de chance de tomber malade. C’est un consensus surtout parce que l’expérience montre la validité de cette théorie et elle a pu être répétée de nombreuses fois. Au quotidien même depuis le début de cette pandémie. Ca n’empêche pas les soignants de cas d’Ebola de lui préférer la combinaison Hazmat.

    Que les gens non malades n’aient pas besoin de masques me parait tout à fait pertinent. Moi même je ne me traite pas contre le paludisme en résidant en France et je ne m’inflige pas de chimiothérapie en n’étant pas atteint d’un cancer. Est-ce à dire que les médicaments traitant ces maladies sont inutiles ? La théorie qui explique qu’un poisson n’a pas besoin de bicyclette a t-elle du sens ? Evidemment les gens non malades n’ont pas besoin de masque mais cela suppose qu’il soient testés en permanence pour être sûr qu’ils n’aient pas besoin de ce masque.

    Mes enfants portent leur masque toute la journée à l’école et mis à part fermer les écoles – ce qui aurait sans doute été souhaitable en décalant cette rentrée vu les chiffres – je ne vois pas bien quoi faire d’autre ?

    Répondre
  • Cid
    14 janvier 2022 - 12 h 10 min

    @Emmanuel: Tu bosses en France ? 8 heures avec une seule pause ? pas d’EPI fourni par l’employeur ? Euh vous avez des syndicats ? Un CSE (le CHSCT n’existant plus) ? Le droit de grève ? :)

    Répondre
  • 14 janvier 2022 - 12 h 43 min

    @Pierre :
    Concernant le masque on est a peu près d’accord, vu que je précisais bien « en population générale ». Pour les malades et le personnel soignant au contact bien entendu que ça a une utilité.

    Pour le reste, désolé mais tu ne me convainc pas : on ne peut pas baser un « consensus scientifique » sur le fait qu’une majorité de « scientifiques » (i.e. ceux qui sont mis le plus en avant médiatiquement) soit d’accord entre eux. C’est peut être à la minorité que les faits donneront finalement raison…

    Quant à dire qu’on ne brûle plus les gens qui pensent différemment de la majorité, permet-moi de te dire qu’on en est plus très loin.

    @Cid : les syndicats ont été les grands absents dans toute cette affaire…

    Répondre
  • 14 janvier 2022 - 13 h 42 min

    @eeegr: Un consensus c’est un accord. La majorité des scientifiques sont d’accord avec les lois de l’attraction terrestre par exemple, cela fait consensus.

    Pour le Covid, étant donné que c’est plus récent et qu’on découvre encore les mécanismes de fonctionnement du virus, il n’y a pas de véritables consensus sur la totalité de la maladie. Au contraire de la rage ou de la variole. Il y a uniquement des théories et des débats. Certaines théories et expériences sont émises avant d’être approuvées ou écartées par la majorité devant leur échec ou leur réussite en cas de tentative de reproduction.

    Les scientifiques qui font consensus ne sont pas les « plus mis en avant » non, ce sont ceux qui peuvent soumettre une hypothèse qui tient la route et qui est reproductible par l’expérience par des pairs qui vont étudier cette hypothèse. Mais pour ceux qui ont des hypothèses qui ne tiennent pas la route ou qui sont démontées factuellement, c’est plus facile et confortable de dire que c’est parce que la majorité des autres scientifiques sont contre eux. Le fait d’être en minorité ne rentre pas en ligne de compte. Albert Einstein a commencé par être en totale minorité à une époque, avec de nombreux adversaires contre sa théorie de la relativité générale… Avant de l’emporter parce que ses calculs et projections étaient démontrées encore et encore dans le temps au contraires des approximations des autres.

    Et oui, je répète, on n’est plus à une époque où on mettait les scientifiques dans des cellules avant de les torturer puis de les faire monter sur un tas de bois imbibé d’huile et d’y mettre le feu en public. On en est même très très loin.

    Un scientifique qui propose aujourd’hui une théorie sait qu’il va se faire relire par des confrères qui la valideront ou qui démontreront qu’elle ne tient pas. Il se prête à ce fonctionnement logique de la science. Mais aujourd’hui le scientifique a deux choix. Il peut dire « ok je me suis trompé et puisque ma théorie n’a pas pu être reproduite par l’expérience, les faits me donnent tord ou mes calculs sont faux. » Et il al retire pour la retravailler ou passer à autre chose.

    Ou alors il peut dire « on me met a l’écart alors que j’ai raison même si je ne peux pas le prouver » puis à crier partout « on peut plus rien dire » et « on veut me faire taire » dans les médias. Ce qui est aussi antagoniste que triste. L’étape d’après étant d’en faire un business lucratif comme Andrew Wakefield avec ses études bidonnées sur le vaccin et l’autisme.

    Tant que la preuve scientifique n’est pas faite, on ne bougera pas le consensus. C’est comme ça que la marche la science depuis un bon moment déjà.

    Si un jour une étude montre que les masques ne servent à rien, elle sera reproduite par des labos différents. Si ces labos valident cette théorie alors le consensus bougera. Pour des maladies comme le cancer, le masque ne sert à rien par exemple. Personne ne force les cancéreux a porter de masque inutilement. Aujourd’hui de nombreuses études montrent l’efficacité des masques contre le Covid en intérieur et le consensus ne bouge donc pas.

    Après c’est une question de bon sens. Les études qui disent le masque efficace disent aussi les conditions de cetet efficacité. Mettre 30 élèves dans une classe non aérée avec des masques chirurgicaux pendant 3 heures durant n’a aucun intérêt. Si ce n’est peut être d’éviter que Paul n’éternue sur 5 ou 6 camarades et partage ses « microbes » à vitesse grand V. Mais on sait que le COVID passera d’un élève masqué à un autre dans ces conditions. On le sait et on el voit statistiquement d’ailleurs. Cela n’est pas plus efficace que de faire monter des centaines de personnes dans une rame de métro en dessinant des zones d’espacement au sol pour se donner bonne conscience. Et là le consensus scientifique est aussi établi : Le masque est utile mais il n’est pas magique.

    Répondre
  • 14 janvier 2022 - 15 h 50 min

    Tu sais Pierre, j’ai travaillé 15 ans en tant que chercheur, en plus dans des domaines corrélés à cette épidémie (microbiologie, nanoparticules, lipides synthétiques) avec pas mal de publis pair reviewed dont certaines avec un facteur d’impact pas dégueu. J’ai connu d’une part la médiocrité de mes pairs mais d’autre part, et surtout, beaucoup beaucoup de bidonnages (pour avoir plus de crédits de l’état, pour faire plaisir à l’indu qui finance la thèse…).
    J’ai quitté le domaine sans regret mais avec cette histoire de covid j’ai pu constater que maintenant le nouveau soucis c’était le dogmatisme, voire le scientisme de certains.

    Autre soucis, cette histoire de covid constitue un contexte ultra complexe avec énormément de publications, bcp de données (cas, hospi, réa, décès…) pas toujours « brutes », bref un vrai sujet de spécialiste : j’ai essayé de suivre un peu au début mais j’ai renoncé car ça aurait un boulot à temps plein. Et là où est le soucis c’est que tout le monde veut donner son avis… Je t’invite à voir une itw de Etienne Klein d’il y a quelques semaines sur je sujet…

    Bref, moi je préfère retourner aux vidéos de Mme Wu et je ferai les comptes quand tout cela sera fini !

    Répondre
  • 14 janvier 2022 - 16 h 23 min

    @eeegr: J’ai pas dit que c’était parfait. Comme dans toutes affaires humaines il y a du drame, de la jalousie et des personnes peu scrupuleuses. Mais je ne vois pas meilleure méthode que celle d’un consensus pour avancer.

    Je reste persuadé que le consensus est la bonne méthode, celle qui fait avancer les choses. Un accord de la majorité qui ne ferme pas la porte à un nouvel éclairage des faits. Si ça se trouve le nouveau télescope James Webb va prouver qu’on est dans une boule à neige géante ? En fait l’intérêt du consensus c’est justement de ne pas être un dogme. Tout ce qu’on risque a être un scientifique dogmatique, c’est de passer pour un imbécile rétrograde un jour.

    Quand à Madame Wu, tu verras c’est plus intéressant que superficiel.

    Répondre
  • 14 janvier 2022 - 16 h 59 min

    c’est quoi le sujet déja ? #bloqué sur la vidéo

    Répondre
  • 14 janvier 2022 - 19 h 01 min

    Les batteries pour faire fonctionner le masque sont dans les semelles de ses chaussures ?

    Répondre
  • 14 janvier 2022 - 19 h 52 min

    Bon mais si ça se trouve, s’ils le faisaient vraiment certifier il passerait les tests en plus…

    Répondre
  • 14 janvier 2022 - 20 h 56 min

    @IvanP.: C’est possible… Et ça fait partie du problème. Il se fichent de la certification en fait. Ils ne s’intéressent qu’à son côté marketing.

    Répondre
  • 14 janvier 2022 - 21 h 52 min

    @Pierre Lecourt: Non Pierre, nous ne sommes pas dans une boule a neige mais dans une simple bille a jouer, la preuve a la fin de « Men In Black » !

    Répondre
  • 15 janvier 2022 - 16 h 28 min

    @Pierre Lecourt:

    Je me garderais bien d’évaluer les compétences de Madame Wu, d’autant que les miennes sont sans doute très inférieures. Cela dit, je trouve aussi qu’on peut hésiter sur le vrai sujet de la vidéo : il y a quand même des prises de vue, au début notamment, qui ne mettent en valeur que la plastique de cette jeune femme et en particulier son appartenance à la classe des mammifères. Quant à son exposé, je crois qu’il ne serait pas moins clair si son décolleté ne s’ouvrait pas sur la moitié de l’écran.
    Je ne sais pas si le choix de copier le physique improbable d’une fille de manga est celui de Madame Wu ou des gens qui la filment, mais d’autres (voir celle qui présente les NUC 12 dans le billet du 7 janvier) ne font valoir que leurs compétences.
    Bref, je ne suis pas pudibond, encore moins féministe ultra-orthodoxe, mais je ne comprends pas la nécessité d’érotiser un sujet aussi peu sexy que les certifications en vigueur pour les masques (si ce n’est pour gratter des followers ?). Si j’étais une femme, je me sentirais sans doute agacée ; en tant qu’homme, j’ai un peu l’impression que Madame Wu me prend pour une buse. En tout cas, le fait que les lecteurs de ce billet ne soient pas arrivés à éviter le sujet sur un site… dont ce n’est pas le sujet montre bien qu’il y a un malaise.

    Répondre
  • 15 janvier 2022 - 17 h 36 min

    @Daemon: Naomi Wu a ses propres vues sur son corps et sur le pouvoir qu’il a. Je ne m’interesse ni à son apparence, ni à celle d’autres vidéaste. Qu’il s’agisse d’enfants, de retraités, de néophytes ou d’experts. Seul l’apport de leur vidéo m’intéresse en fait. Et le contenu numérique de Naomi Wu est souvent de très grande qualité.

    Elle défie l’image bien policée de la censure Chinoise avec une plastique hors norme. elle met les pieds dans le plat face à un monde totalement dominé par les hommes et a subit de nombreuses attaques remettant en cause ses compétences réelles. Certains allant jusqu’à dire qu’il s’agissait d’une marionnette posée là pour sa plastique et qu’un autre était derrière elle pour réaliser ses hacks et son code. elle a démontré le contraire à plusieurs reprises.

    Je comprend que cela puisse être « gênant » dans le sens ou cela brouille le message et moi même j’avoue avoir perdu le fil à plusieurs reprises au début de ses vidéos. Mais avec du recul et un peu plus d’habitude, c’est le contenu final qui prime. La plastique n’est pas le plus important de son message.

    La page Wikipédia sur Wu est intéressante pour comprendre le personnage.
    https://en.wikipedia.org/wiki/Naomi_Wu

    Répondre
  • 15 janvier 2022 - 17 h 43 min

    @Daemon: Dans le même état d’esprit on peut se demander si quelqu’un avec une malformation physique ou d’une laideur étonnante pourrait faire des vidéos ? Je pense au nombre de fois où j’ai été perdu dans des vidéos présentant Stephen Hawking dans les dernières phases de sa maladie.

    Si on considère que la laideur ou l’handicap d’une personne pourrait perturber la lisibilité du message, doit t-elle se restreindre a publier des vidéos ?

    Ce n’est pas une question si vaine ? Naomi Wu a décidé d’avoir cette plastique, est-ce que cela doit l’empêcher de vivre sa vie ? Je pense que non personnellement. Et surtout j’imagine que les gens que cela pourrait déranger ou émouvoir peuvent se passer de ses vidéos. Moi je considère cela comme une ressource précieuse parce qu’elle vit à Shenzhen et qu’elle connait pas mal les rouages de ce monde particulier de part sa position… particulière.

    Répondre
  • 15 janvier 2022 - 19 h 50 min

    Parlons en de la norme N95. On trouve en France des masques jetables importés à cette norme, labélés KN95, et c’est de la merde. Ils filtrent que dalle et sur le sachet est noté « pas pour usage médical ». Et ce sont ceux-ci que les sociétés privées comme RAMSAY Santé fournissent à leur personnel soignant, ca doit être les moins chers.

    Vous voulez savoir ce que vaut un masque ? Aspirez une taff ou vapotez, portez le masque et expirez, vous verrez si cela filtre ou si cela fuit de partout !

    Répondre
  • 15 janvier 2022 - 20 h 39 min

    @Pierre Lecourt:

    C’est une attitude très louable de se demander ce que les gens disent et non du haut de quelle autorité ils parlent. À cet égard, je suis d’accord, si certains doutent de la capacité de Madame Wu à coder parce qu’elle a de gros seins et un joli minois, c’est un problème qu’ils doivent régler avec eux-mêmes.

    J’aurais davantage de réserves sur le parallèle avec des personnes handicapées ou au physique désavantageux. Hawking a fait une carrière scientifique grâce à sa cervelle et malgré sa maladie. Certains comiques ou acteurs ont l’habileté de tirer parti de leur physique désavantageux. Et il est sain que ces personnes puissent se faire une place dans l’espace médiatique. Le cas de Madame Wu est différent, à mon sens, parce que dans l’ensemble des possibilités qui s’offrent à elle, elle choisit d’en faire des tonnes dans le registre « boy toy ». Et à partir du moment où elle se met en scène dans des vidéos accessibles à tous, ce n’est plus seulement un choix de vie (à supposer qu’elle soit sapée et coiffée comme ça quand elle va faire ses courses), ça devient ipso facto une stratégie de communication : on est quand même en train de parler de « SexyCyborg », pas d’une fille « accessoirement » sexy, en plus de connaître son sujet.

    De là, on en vient quand même à se demander à quoi tend cette stratégie, quel est le contenu de son message et en quoi il est subversif, si subvertir est bien l’intention de Madame Wu. D’une part, j’ai cru comprendre que les autorités chinoises s’inquiétaient davantage des propos qu’elle tenait sur la censure que de la profondeur de son décolleté. D’autre part, je ne vois pas bien en quoi s’efforcer de coïncider avec les filles fantasmées par les mangakas (autre milieu largement dominé par les hommes) pourrait déstabiliser la domination masculine dans son milieu, au contraire.

    Ça ne me dérange pas plus que ça, ça ne m’émeut pas non plus. Je trouve ça juste inutile, hors sujet, un peu contre-productif aussi. Soustraire les femmes à la domination masculine, ça pourrait signifier par exemple qu’elles usent de leur droit à ne pas être sexy hors d’un contexte de séduction, non ? Ou alors il faut admettre que voir les fesses de Maïté quand elle fait frire des anguilles déstabilise le patriarcat. Ou pour le dire autrement, entre Nabilla et Aung San Suu Kyi…

    Bref, Madame Wu fait bien ce qu’elle veut et on en pense bien ce qu’on veut. Ce que je commente ici, ce sont les choix que fait cette jeune femme, pas tes choix éditoriaux. Mais je note en passant, et ça me paraît intéressant, qu’encore une fois, le technologique n’est jamais loin du politique.

    Répondre
  • 15 janvier 2022 - 20 h 42 min

    @Cid:
    durée journalière : 7h30 et une pause de 20 min après 3 h de boulot.
    Le minimum prévu dans le code du travail.
    EPI fournis par l’employeur :
    chaussures de sécu : nous sommes susceptibles d’utiliser des transpal
    gants : obligatoires sur certains postes à cause de certains produits utilisés, obligatoires sur tous les postes depuis le début de la pandémie.
    nous devons nettoyer, avec des produits désinfectants nos postes de travail en arrivant et en repartant
    des bouchons d’oreilles sont disponibles
    Mais, confirmé par des notes trouvées sur l’intranet, depuis au minimum sept 2021, l’employeur n’a pas à fournir les masques chirurgicaux obligatoires.
    donc, chaque jour des absents supplémentaires, mais surtout de plus en plus de masques lavables qui réapparaissent, dont ceux fournis par l’entreprise en 2020 au début de la pandémie. Ils sont reconnaissables : de noirs ils sont devenus gris/marron foncé à force de lavages !
    Je préfère ne pas parier sur la qualité de la filtration ;)

    Répondre
  • 15 janvier 2022 - 21 h 01 min

    @Dadoo:

    Les masques chirurgicaux sont juste destinés à empêcher que le soignant projette des gouttelettes sur le patient en cours de soins. ça n’a jamais été prévu pour être étanche sur les cotés, ni de protéger le porteur.
    Les masques EPI, FFP1, FFP2 et FFP3 sont prévus pour protéger le porteur, mais ils ne protègent pas les voisins du porteurs puisqu’il y a le plus souvent une soupape d’expiration.
    Mais, grâce à la pandémie, des masques de qualités à filtres interchangeables sont maintenant fabriqués et vendus. Mais leurs tarifs les destinent plutôt à l’environnement professionnel.
    Ou alors il faudrait tenir compte de l’ACV complet des masques pour que les versions à filtres amovibles deviennent compétitif par rapport aux masques non recyclables fabriqués dans les pays asiatiques à bas coûts salariaux.

    Répondre
  • 15 janvier 2022 - 21 h 52 min

    Faut franchement être à côté de la plaque pour affirmer que les masques ne sont utiles qu’aux personnes malades et encore plus quand on se dit chercheur durant 15 ans.
    Que ça plaise ou non aux énervés du masque et des restrictions, le masque est utile autant pour protéger les autres que pour se protéger !

    Quand vous êtes dans les transports, dans une salle d’attente, dans une classe d’école, dans un restaurant etc, vous pouvez passer juste après une personne contaminée qui a mal mis son masque ou pire qui en a rien à cirer et qui se ballade sans masque. La covid peut se transmettre par des aérosols infectieux en suspension dans l’air, ça fait déjà 2 ans qu’on est courant de se mode de transmission et que TOUTES les agences sanitaires et quasi tous les épidémiologistes préconisent le port du masque pour éviter d’être infecter.

    Alors on peut toujours dire le contraire, mais ça ne met qu’une seule chose en évidence, son ignorance en la matière au mieux, son adhésion aux thèses complotistes au pire.

    Répondre
  • 15 janvier 2022 - 21 h 57 min

    @Daemon: Je t’encourage a lire ce ci pour mieux comprendre qui elle est : https://www.vice.com/en/article/3kjqdb/naomi-wu-sexy-cyborg-profile-shenzhen-maker-scene

    Ce que je veux dire avec Hawking c’est : peu importe le flacon… Certains trouvent que son physique est troublant mais d’autres faisaient la même remarque sur le physique de Hawking. Déclarant que sa place n’était pas vraiment sur scène en l’état. Je me souviens à la fin des années 80, quand Hawking n’était pas encore le grand Hawking, que certains renâclaient a présenter le bonhomme déjà sévèrement atteint pas la maladie. Il n’était pas assez photogénique pour faire la une de ses publications reprises par la presse. On lui préférait des « trous noirs ».

    Là pour moi c’est la même chose. Cette jeune femme publie des vidéos validées par la censure chatouilleuse de Google en matière de nudité. Derrière cela, ce qu’elle publie m’intéresse. Le truc étant que son être a cristallisé assez d’attention pour la rendre moins sensible aux soucis des vidéastes en général. En clair sa plastique a surement contribué a lui apporter sa communauté et cela lui permet d’être plus libre et indépendante vis à vis du secteur. Chose qui lui permet d’avoir de quoi vivre ET de dire que Razer fait du caca.

    Le technologique est et sera de plus en plus proche du politique oui.

    Répondre
  • 16 janvier 2022 - 13 h 00 min

    @Zozoo:
    Les organismes de certifications aux US sont « un contrepouvoir independant »?
    Euhh… oui.. bien sur.. les recentes affaires concernant Boing,ou le moultes affaires en rapport avec l’industrie pharmacologique nous le rapelle bien. Totalement independants!

    Répondre
  • 16 janvier 2022 - 13 h 12 min

    @Daemon: Honnetement les problemes que tu as avec le physique de cette You-tubeuse n’interesse personne. Essaye de voir un psy si tu en ressens le besoin? Franchement tu es completement hors sujet la. Bonne journee a toi.

    Répondre
  • 16 janvier 2022 - 17 h 54 min

    @Dadoo : la norme KN95, malgré son nom, est totalement indépendante de la norme N95, et n a pas les mêmes exigences globales de certification. certess, le ,95 représente le filtrage d un certain type de particule, sauf que ce n est ni sur les même vilumes, ni dans le même sens (la norme KN95 ne s occupe pas des fuites vers l intérieur par exemple).
    De même le test de la cigarette n est pas un bon test pour divers raison (un gaz saturé par la cigarette n a pas le même comportement qu’un gaz neutre).

    Juste pour dire qu’on ne peut pas condamner une norme N95 sur une expérience d un masque KN95…

    Pour le physique de la dame, c est son choix. Cela peut perturber ou non, dans cette video , je n ai vu que sa vision de la santé et des masques, qu’on soit d accord ou non avec elle.

    @pierre : meme si les mangas sont dominés par les hommes, sa plastique peut aussi être un pied de nez a la règle chinoise qu on corps doit clairement indiquer le genre de la personne (en clair personne ne doit avoir un doute même mineur sur le genre au premier regard). On peut penser que dans son cas, il n y a que peu de doute. Ce type de physique ne semble pas gêner le gouvernement (puisqu’il ne viole pas de règle connue) mais peut permettre de faire passer un message sur la notion de « genre clair » en le pôussant a l extrème…

    Pour les masques, Pierre, tu fais une erreur importante en pensant qu ils ne doivent être mis que sur les malades et que c est une évidence… Je pense que bcp de personnes confondent virus et poison et pensent qu un virus se comporte comme un poison.
    Ce n’est pas l endroit pour développer (mais pas de soucis au cas ou), mais pour faire simple, le masque ne marche que si tout humain présent dans un endroit peu aéré porte le masque quel que soit sa situation. Dans le cas contraire, le virus utilisera le point faible pour se dupliquer.
    Et juste pour info, un système immunitaire (sauf celui qui est au niveau du nez) ne peut réagir que si l assaillant est présent et actif dans le corps. Il empêche le plus de sortie mais cela reste un pourcentage. Et un virus, contrairmeent au poison, peut être actif quelque soit le pourcentage selon l’efficacité du système immunitaire rencontré. C’est pour ca, que chaque masque supplémentaire compte pour éviter l’effet de rebond…

    Répondre
  • 16 janvier 2022 - 23 h 11 min

    @pourech: Quand je dis que les gens non malades ne doivent pas porter de masque je le met en avant comme une idée aussi vraie que les poissons n’ont pas besoin de bicyclette. Oui les non malades n’ont aucune raison de porter un masque. Tant qu’ils sont entre eux. Chez moi, tant que personne n’est malade, je ne porte pas de masque avec ma famille par exemple.

    Les gens non malades évoluant dans une communauté comportant des inconnues quand à la positivité des autres se doivent évidemment de porter un masque. Ou alors on teste tout le monde en permanence. Note qu’en chine c’est masque + prises de température quasiment en permanence !

    Répondre
  • 17 janvier 2022 - 14 h 54 min

    @ Sebastien
    J’ai du mal à voir de quoi tu parles. Donne des exemples concrets soulignant la soumission aux autorités fédérales des organismes de certifications, en particulier les liens organiques que présupposent une telle affirmation.
    Défaillance n’est pas synonyme de dépendance.

    Répondre
  • 18 janvier 2022 - 3 h 42 min

    @Sebastien:

    Bonjour Sébastien, je n’ai pas le plaisir de te connaître, mais je voudrais t’adresser mes remerciements. En deux lignes bien senties, tu as trouvé mes failles et leur remède : c’était donc ça ! Mon rapport avec les femmes relève d’une psychothérapie ! Une chance de t’avoir croisé !

    Puisque tu as lu mes messages avec l’attention nécessaire, tu as remarqué que nous sommes d’accord : sur un fil consacré aux masques ne devrait se trouver que des messages comme ceux que tu échanges avec Zozoo. Tu as aussi noté que je n’intéressais personne, pas même Pierre, maître des lieux, qui n’a pas pris le temps de me répondre, et a fortiori pas de façon courtoise, ni sourcée, ni argumentée. De même, tu as relevé que le hors sujet au milieu des masques, c’était justement le tout petit haut de la youtubeuse, ma position étant que c’est un peu dérisoire tout en faisant le jeu de la domination masculine ; celle de Pierre (sauf erreur), qu’on pouvait passer outre, que la tenue de Madame Wu restait un choix individuel et contestaire.

    Rien de tout ça ne t’a échappé, car on ne te prendrait pas à poster deux lignes expéditives et discourtoises au lieu de faire comme tout le monde et d’ignorer les messages par lesquels tu ne te sens pas concerné.

    Au fond, tu as sans doute raison : si une jeune femme éprouve le besoin d’érotiser ses vidéos parce qu’elle part avec un déficit de crédibilité dans son domaine d’expertise et qu’elle veut, de cette façon, assurer son indépendance financière en même temps que sa liberté de jugement, ça ne suscite aucun commentaire.

    Ce qui me ramène à ce que Pierre et moi écrivions plus haut : le technologique n’est jamais loin du politique. En l’occurrence, avec Internet, les humains ont démultiplié leurs moyens de communiquer. Mais avaient-ils vraiment des choses à se dire ?

    Au plaisir de te lire.

    Répondre
  • 18 janvier 2022 - 11 h 27 min

    Hé hé hé 😅

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *