Installer un radar chez vous pour que les GAFAM puissent vous suivre ?

Installer un radar chez vous afin que Google ou Amazon puissent suivre vos fait et gestes, c’est l’idée de base des produits de ces deux entreprises et on ne voit pas ce qui pourrait mal se passer.

L’idée d’un état surveillant de manière totalitaire tous vos faits et gestes a fait long feu, pourquoi confier à des fonctionnaires ce qu’une IA fera parfaitement pour moins cher ? Le dernier Google Nest Hub propose un radar intégré. Un engin prévu pour, depuis votre table de nuit, surveiller votre sommeil.

Le Google Nest Hub enregistre vos mouvements grâce à un radar mais également votre toux et vos éternuements avec un micro. L’engin analyse probablement vos ronflements également. Google insiste clairement sur le fait que cette première génération de produits employant ce type de radar n’envoie aucune donnée en ligne et analyse votre sommeil en local. Une promesse qui ne concerne que cette génération et qui pourrait changer dans le futur, pour votre bien.

L’idée est t-elle bonne ? Pas vraiment. Les tests effectués outre Atlantique montrent un intérêt plus que discutable de cette technologie avec une surveillance du sommeil médiocre. Elle libère juste l’utilisateur de devoir garder à son poignet un dispositif comme une montre ou un bracelet connecté. La mauvaise qualité des mesures pouvant être imputée à un manque de remontées d’informations permettant d’affiner l’IA nécessaire à cette analyse, justement. En remontant vos données, Google pourrait donner à manger à son Intelligence Artificielle et améliorer grandement ses capacités.

La solution de Google utilise un capteur Soli longue portée, capable de mesurer finement tous les mouvements

Est-ce que le fait que la mesure soit pour le moment médiocre dans des conditions d’analyses locales, cela va empêcher Amazon de proposer la même technologie sur un de ses produits dans le futur ? Pas du tout. Le géant annonce vouloir lui aussi surveiller votre sommeil avec un radar installé dans ses prochains produits. 

Bloomberg indique avoir relevé une demande de la part d’Amazon à la FCC pour le laisser implémenter cette technologie de surveillance du sommeil avec un module en 60 GHz. Pas d’infos sur le futur produit si ce n’est qu’il s’agit d’un engin « statique » à l’instar de la solution de Google proposant la même technologie. On pose l’engin à côté de son lit et il mesure votre activité nocturne. Je pourrais même dire vos activités nocturnes. 

Et c’est souvent comme cela que les géants de l’industrie procèdent, par petites touches. Pour mieux faire passer l’idée qu’ils ont derrière la tête. Il y a quelques années encore personne n’aurait consciemment installé un micro chez soi et encore moins une caméra. Mais la séduction de l’objet, la promesse de ne pas s’en servir pour vous espionner et le « garde fou » d’un bouton physique permettant de « désactiver » l’appareil, sont autant d’éléments qui finissent par faire craquer les gens. A l’usure.

Google Nest Hub

Et si le Radaring était le nouvel Orwelling ?

Le Google Nest Hub propose un résultat de surveillance du sommeil médiocre et il est possible que la solution d’Amazon soit meilleure. Elle devrait en tout cas être assez fine puisque le produit parle de possibilité de piloter le service en question avec des gestes. Ce qui est, il faut bien l’avouer, très inquiétant.

Dans le sens le plus basique, le plus strict, d’une utilisation la plus sage. Laisser un appareil de ce type ayant le pouvoir d’enregistrer votre voix, vos ronflements ou le rythme de votre respiration est déjà problématique. Mais le laisser également libre pour certains de vous filmer et ou de suivre vos mouvements devient délirant. On sait que, de génération en génération, Amazon et Google intègrent de plus  en plus de technologies et ce qui était optionnel ou local dans une première génération pourra devenir intégré et connecté dans la suivante. Sans être trop paranoïaque, on sait que le but de ces sociétés n’est pas de conserver vos données au chaud sans rien en faire. Une compagnie d’assurance santé sera ravie de faire correspondre un profil parfaitement identifié à des données de surveillance du sommeil. Histoire d’adapter ses polices en conséquence.

Google Nest Hub

Mais c’est également une approche totalement monstrueuse en terme de surveillance tout court, piloter un appareil avec des mouvements suppose la reconnaissance de vos bras et de votre corps. Si on peut faire coïncider ces mouvements à une vidéo et du son cela donne un mouchard capable d’une surveillance parfaite de vos faits et gestes dans votre foyer ou votre entreprise. Une solution qui saura non seulement enregistrer ces informations mais pourra également les trier et en tirer les informations les plus pertinentes.

La police Américaine n’hésite plus désormais à demander à Amazon et Google des données enregistrées en continu par ces dispositifs afin de savoir exactement ce qu’il s’est passé avant un crime. Certains avocats de la défense se servent également de ces informations pour innocenter leurs clients. On n’a pas encore eu le cas d’une demande de vidéo de ce type mais le recours à ces éléments audio a vraiment explosé aux US. Cela se compte en milliers de procédures et devient une ressource de scène de crime au même titre que d’autres éléments comme le relevé d’empreintes ou l’interrogation de témoins.

Ces données enregistrées existent donc et on imagine que la  surveillance radar de ces dispositifs se fera sur le même principe de tout enregistrer pour être performant. Quitte à avoir beaucoup d’informations secondaires en trop. Cet avenir là est assez terrible, celui où des gens installent consciemment un dispositif d’écoute, de surveillance vidéo et même de surveillance de mouvements, au profit de sociétés dont le but est clairement de collecter des données pour les revendre aux plus offrants, me fait même assez peur. Mais c’est dans la possibilité que cette solution offrirait à un état totalitaire pour surveiller ses habitants que la technologie est la pire. Si un appareil sait réagir aux mots clés « Ok Google » ou « Alexa » pour se mettre en phase d’écoute, rien pourrait empêcher une programmation pour se concentrer sur d’autres mots clés. Et enclencher une surveillance pointue de ses citoyens au nom d’un opposant politique, d’une idéologie ou d’un lieu de manifestation.


Rivière
37 commentaires sur ce sujet.
  • 12 juillet 2021 - 14 h 37 min

    J’imagine le jour où le fait de ne pas avoir ce genre de cochonneries chez soi, pas de compte sur les réseaux sociaux nous rendra automatiquement suspect.

    Répondre
  • 12 juillet 2021 - 14 h 44 min

    Pierre, tu oublies quelques étapes: à la manière d’un pass sanitaire, le risque est aussi que petit à petit ces objets deviennent de facto nécessaires pour accéder à des services, d’abord en faisant surpayer ceux qui ne fournissent pas leurs données, puis en les refusant. A terme, celui qui n’en aurait pas deviendrait suspect, « il a des choses à cacher ». Un superbe et horrible retournement de situation.

    Si vous ne connaissez pas, aller lire le roman « Les furtifs » d’Alain Damasio, un excellent livre de 2019 sur ce thème, la ville d’Orange en 2030 (par l’auteur du non-moins excellent Horde du Contrevent).

    Répondre
  • 12 juillet 2021 - 15 h 35 min

    Comme d’habitude, il suffirait que les gens n’achètent pas… Mais je dois dire que ce combat me parait perdu d’avance au vu de ce que je lis régulièrement dans des forums domotique pour intégrer des alexa/google-home pour des action sur commandes vocales.

    Pourtant le problème est loin d’être limité à ces espions à peine voilés: Même des caméras IP à moi et ne pouvant sortir directement de mon LAN (seules des captures sur mouvement sont envoyées par mail, en absence, dans des archives chiffrées), j’en ai à l’extérieur (facades) et dans le garage (surtout pour voir si le chat rentre bien régulièrement, surtout quand on est en vacances). Mais aucune à l’intérieur, je m’y refuse.

    Raison: Toutes essaient de communiquer au dehors. Alors on peut certes mettre une config DNS/passerelle foireuse (quand elles se configurent encore d’un navigateur PC, non uniquement par une appli smartphone passant alors presque toujours par un serveur du fabricant), en plus d’un blocage sur le FW de la box (ceinture et bretelles, car parfois ces config sautent sans prévenir suite à un upgrade ou un changement de config initié par l’opérateur ; J’ai eu le cas en juin avec une mauvaise transcription des config FW IPv4 vers v6 de la Livebox: Toutes les redirections UDP devenaient TCP et se retrouvaient assignées au petit bonheur)… Mais on comme peut imaginer sans peine des parades (UPNP, voir VPN qu’on doit laisser passer pour le télétravail combiné à l’utilisation d’adresses IP fixes…), pas de ça chez moi.

    Quand on attire l’attention de ceux qui, pour une simplicité évitable (une automatisation, déclencher des scènes programmées via une interface tactile ou des interrupteurs, font généralement le job et ça marche encore quand internet tombe), collent ça souvent jusque dans leur chambre (dans les logs Amazon: Machin a niqué à 23h, ca avait l’air bon… ou pas! Et pour la qualité de sommeil ensuite?), on se fait limite traiter de néandertalien!

    Alors je te souhaite bon courage, Pierre, pour l’éducation vis à vis de ces saloperies!

    Et le problème ne se limite AMHA pas au tarif d’une assurance santé ou autre.

    Quand on voit que même le CE d’Airbus-Défense en a offert pour noël 2020 (ou 2019?), on se dit qu’il faut vraiment aimer donner le bâton pour se faire mettre: Quand des contrats étaient autrefois perdus car les USA étaient en mesure, dans la toute dernière ligne droite, de faire une contre-proposition étrangement bien ciblée qui renversait la table on accusait alors les écoutes du réseau Echelon. On n’en est désormais plus là, le gens achetant et installant leur espion infiniment pire eux mêmes! Je ne sais pas, au vu du retournement de situation du moins de juin en Suisse, si le CE de Dassault avait été aussi idiot que celui d’Airbus?

    Répondre
  • 12 juillet 2021 - 15 h 35 min

    Amazon Sidewalk pas mal aussi, un chip radio intégré à beaucoup d’appareils = un intranet mondial pour amazon ?

    Répondre
  • 12 juillet 2021 - 16 h 05 min

    @yann « on se fait limite traiter de néandertalien! »
    j’ai aussi ce type d’échange avec mes collègues de travail (qui ont tous une décennie de moins que moi) sur le streaming vs. fichier audio. Ils m’expliquent le confort, le choix, plus besoin d’espace de stockage en local, etc. Je leur explique la dépendance vis à vis du réseau (surtout quand le volume de donnée est compté comme avec les forfaits xG), des plateformes qui peuvent à tout moment changer de politique commerciale.
    Je vois bien les regards « ouais laisse tomber c’est un vieux ».
    Le hasard est parfois cruel: 2 jours après cette « discussion » le réseau est tombé et avec lui tout leur environnement: photos, agendas, audio, etc. Au début ils n’ont pas compris, dans leur yeux je voyais que cela n’était pas du domaine du possible. Après ils se sont auto rassurés en se disant que cela ne pouvait pas durer bien longtemps. Donc au final aucune leçon n’a été retenue.

    Bref seuls les paranoïaques survivront.

    Répondre
  • 12 juillet 2021 - 17 h 14 min

    @R2D2:
    Ouais, j’ai justement eu une petite discussion ce WE à ce propos avec ma fille: Faut dire que, consultant sur mon PC (qu’elle n’utilise jamais mais branché sur le même accès internet) un twitter d’un compte de fana de météo extrême avec un navigateur configuré à mon image (cad en mode un peu parano pour rincer tout sur fermeture, compromis fonctionnant mieux que la navigation privée)… j’avais quand même dans les suggestions « pour vous » de la K-Pop coréenne (le retour local des boys-band, en résumé)!

    Forcément, je savais à qui je devais cette sélection! L’occasion aussi de lui expliquer combien ses actions en ligne sont tracées, avec tout ce qui va derrière niveau ciblage. Et pourtant, leur ex-collège puis le lycée sont déjà plutôt bien passés sur le sujet: Sur ce coup, l’éducation nationale a fait ici un bon job (avec des intervenants externes etc).

    Mes CDs (version physique ou en FLAC sur le HDD connecté à la chaîne) n’ont pas cet inconvénient notable de me voir proposer l’écoute de jeunes coréens épilés de près…

    On verra si j’ai un de ces jours j’ai les girls-band-le-retour en résultat de la navigation de mon fils?

    Répondre
  • JCB
    12 juillet 2021 - 17 h 17 min

    Si demain un dictateur était élu en France, la première chose qu’il ferait serait de couper tous les GAFAM pour mettre ses propres technos (moins puissantes, mais plus intrusives) et un intranet et cloud national. Les GAFAM obéissent aux états en trainant des pieds car cela leur fait de la mauvaise pub, et donc moins de clients. Je crains bien moins Google que les états. Les GAFAM sont plutôt ennemis des dictateurs ou des autoritaires, on l’a vu avec Trump qui n’a pas été bien servi par les GAFAM.

    Répondre
  • 12 juillet 2021 - 17 h 43 min

    @JCB:
    Tous se sont couchés pour opérer en Chine… alors il faut arrêter de croire aux fables, parce qu’ils ont fini par bannir durablement un Trump devenu « looser » non réélu (quel courage, vraiment!), sur les GAFAM ennemis des autoritaires. Ils sont, « business first », leurs alliés.

    Répondre
  • JCB
    12 juillet 2021 - 17 h 49 min

    @Yann : c’est l’état qui contrôle informatiquement en Chine, pas les GAFAM. Evidemment. CQFD.

    Répondre
  • 12 juillet 2021 - 18 h 31 min

    @yann:
    Même si le forum est anonyme et ton nom n’est qu’un pseudo, je serai toi, j’éviterais de lâcher ou je bosse. Je ne suis pas surpris, ceci dit: l’inculture sur ces sujets est flagrante dans toutes les boites occidentales, et particulièrement en France, AERO/défense incluse. Mais aux USA aussi ou l’appareil décisionnaire est plus aux mains de brasse pognons sortis de yale que de gens sortis du MIT ou de Berkeley. la différence aux USA, c’est une surveillance très étroite par l’état de ses secteurs stratégiques. La France s’y met doucement, entre autre avec le concours de l’ANSSI, mais le compte n’y est pas encore, en particulier sur la façon de se protéger lors des déplacements
    Pour la suisse, il y a certainement eu de l’espionnage, mais ce sont surtout des leviers
    – juridiques (au hasard abandons de poursuites à venir de grandes banques suisses?)
    – Commerciaux (un soutien façon « vente FMS », prélèvement sur le flux de production destiné à l’US Airforce pour une dispo rapide )
    – Diplomatiques
    – Officieux (Monsieur le ministre, voici les photos de vous dans le plus simple appareil en compagnie de deux jeunes demoiselles dont aucune n’est votre femme, sur la terrasse de la villa de Mr Berlusconni l’année dernière)
    qui ont certainement joué.
    Il y a quelque jours ça gueulait sévère au parlement fédéral, mais bizarrement, on en entend plus parler

    Répondre
  • 12 juillet 2021 - 18 h 34 min

    @JCB: Ca dépend quels états: quand la chine demande de l’autocensure, ça vient plus facilement que quand le FBI demande un code de dévérouillage. Les perspectives de marché, peut être

    Répondre
  • 12 juillet 2021 - 18 h 49 min

    Pierre, je ne comprends pas ton point de vue, si l’on a rien a cacher, pas de soucis? lol…désolé pour cette mauvaise blague.

    Je ne parlerais que de mon pays, la France, pays dans le quel nos gouvernants s’évertuent a vouloir faire péter la secu pour une privatisation totale de l’assurance santé (AXA et ses amis…) et pour être sure de maximiser les profits a venir, faire sauter le secret médical (le covid, du pain béni!), mais voila, on ne va pas voir le doc parce qu’on pète au lit, alors, heureusement, les GAFAM sont la pour nourrirent les données manquantes a leurs bases ;)

    Je vois bien le gars qui ramène une femme chez lui, fier de montrer son réveil high tech a sa conquette, se réveillant le lendemain avec une notification de sa mutuelle lui indiquant une augmentation de sa cotisation, « pourquoi???!!! », bah parce que Alexa a dit a Amazon qui a dit a AXA que le gars avais dit a la femme: « je n’ai plus de capotes, pas grave, fais moi confiance » donc, client a risque lol (mon exemple est un peu cru mais il est généralement efficace pour faire prendre conscience du problème, il touche a vraiment a l’intime)

    Tellement de choses a dire sur ce sujet, de craintes a avoir et bientôt, de combats a mener, surtout que notre démocratie va de plus en plus mal, entre les intérêts des politiques et des multinationales, toujours intimement liés.

    Que d’exemples édifiants: https://www.laquadrature.net/

    @JCB: La différence entre la le gouvernement chinois et les gouvernements occidentaux, c’est l’hypocrisie de ces derniers… Pour prendre l’exemple de la France, je citerai simplement l’exemple de la mise en place de fichiers sur les opinions politique/religieuse/syndical/philo (délit d’opinion a venir?) et pour cela, les GAFAM sont les fournisseurs d’infos (possible négociation d’avantages fiscaux ou autres), et un-e potentiel-le dictateur-rice ne se privera certainement pas de leur aides, bien au contraire.

    Répondre
  • Tof
    12 juillet 2021 - 23 h 17 min

    Si on jette une grenouille dans une casserole d’eau bouillante, elle en sautera direct.
    Par contre si on la met dans une casserole d’eau tiède pour l’acclimater et que l’on monte la température progressivement, elle se laissera cuire.
    Les fournisseurs de ces technologies intrusives, connaissent bien la courbe de montée de température à adopter…

    Répondre
  • JCB
    13 juillet 2021 - 7 h 59 min

    En tout cas, Cuba vient de couper les GAFAM, et se « prive de leur aide ». Comme prévu. Les GAFAM ont plus à perdre qu’à gagner à fricoter avec la vie privée et ils le savent.

    Répondre
  • 13 juillet 2021 - 10 h 03 min

    @Madwill:
    En France, dés lors que tu as une présence « publique » tu es fiché sur ta vie, tes croyances, tes opinions, …dépuis Napoléon premier. Autant que je sache, si on met de côté l’intermède vichiste et deux trois tumultes de jeunesse au siècle dernier, nous vivons toujours en démocratie

    Répondre
  • 13 juillet 2021 - 12 h 31 min

    @Bastien B.: Je n’ai pas dit que nous n’etions plus en democratie mais qu’elle allait de plus en plus mal, nuance…. réalité denoncée par plusieurs ONG

    Répondre
  • 13 juillet 2021 - 17 h 15 min

    @JCB:
    Cuba a coupé tout son internet mobile (il n’y a guère de fixe là bas)! Les GAFAM se retrouvent donc bloqués avec tout le reste!
    Mais le cas Cuba est tout de même un peu particulier vis à vis des USA: Entre presque 60 ans d’embargo à peine assoupli sous Obama et l’impact de la diaspora ayant réussi à atteindre la Floride (160km de traversée vers les Keys) à étouffer… Cela en ressemblerait de ce point de vue presque à l’Iran: Un pouvoir profondément anti américain avec une part non négligeable de la population qui n’a pas vraiment le même avis et aspire surtout à enfin vivre normalement, bien consciente que ce ne sera pas possible sans renversement du pouvoir. D’autant plus tentant que les leaders historiques qui avaient quand même su brosser la fierté nationale dans le sens du poil ne sont plus là.

    Répondre
  • Tof
    13 juillet 2021 - 17 h 29 min

    Le pire de cette technologie de radar, c’est qu’elle pénètre aiésment les matériaux, et traverse facilement les murs. Donc elle anlaysera les mouvements et comportements même au-delà des murs, et donc aussi ceux de vos voisins, si vous habitez en appartement.

    Quid du consentement du voisin, qui de-facto se fait aussi tracker à son insus?… Parce que Google et consort pourront très bien savoir qui est votre voisin puisque vos smartphone et autres appareils connectés (Google, Apple et autres) analysent et répertorient déjà le voisinage wifi et bluetooth de vos appareils (c’est d’ailleurs sur ce réseau géant de mouchards qu’est développé le programme « Find my Mac »).

    Répondre
  • 13 juillet 2021 - 17 h 54 min

    @Tof: C’est le même problème que les réseaux sociaux avec les photos, on a beaux ne pas y être, si quelqu’un d’autre poste une photo ou l’on se trouve dessus et que quelqu’un d’autre nous y reconnaît et nous nomme…c’est cuit, on se retrouve sur Yandex et consorts sans notre consentement.

    Ce qui m’attriste avec ces « avancées » technologique, c’est que le public est déjà formaté, surtout chez la jeune génération qui a perdu tout sens de l’intime, qui n’en est même plus au « je n’ai rien a cacher » mais déjà au « j’ai tout a exhiber ».

    Concrètement, ce n’est plus l’outil au service de l’utilisateur mais l’inverse.

    enfin…autre temps, autres mœurs.

    Répondre
  • 13 juillet 2021 - 18 h 42 min

    J’ai l’impression que c’est une question de mentalité, et elle évolue au gré de l’adoption de la technologie.

    Rappelez vous, il n’y a pas si longtemps, la phobie de laisser son ordinateur connecté H24 à Internet. Puis les smartphones. Aujourd’hui, qui débranche son PC du réseau, coupe sa box quand il n’en a pas besoin, ou est retourné au 3310 ?
    Que dire du Linky ? Notre consommation horaire est tracée, permettant à Enedis se savoir si on est chez soi, si on cuisine, etc…
    Ou la Carte Bleue/compte bancaire ? Grâce aux logs des transactions, on sais où vous êtes, vos habitudes d’achat, et j’en passe.

    La technologie est de plus en plus connectée, donc de plus en plus intrusive. Et on n’a pas attendu les GAFAM pour ça.

    Répondre
  • 13 juillet 2021 - 21 h 08 min

    @Cédric: Pour toutes ces situations il y a encore des solutions. Mais bien sur, « c’est pas user friendly »:
    Moi Citoyen, je débranche ma multiprise qui alimente plusieurs appareils, dont la box, tous les soirs (expérience des orages en campagne).
    Moi Citoyen, je coupe les radios dont je n’ai pas besoin (wifi, bluetooth), et je laisse mon mobile la nuit dans une pièce qui n’est pas ma chambre à coucher (quel besoin de faire des sex tapes aussi ?)
    Moi Citoyen, je ne choisis pas un iphone, mais un modèle Android précis sur lequel j’installe une rom custom sans les Google services et quelques outils bien ciblés pour limiter le traçage numérique.
    Moi Citoyen, j’en ai rien à cirer d’Enedis, le problème est ailleurs.
    Moi Citoyen, je n’ai aucun objet connecté (à part des ordis, quand ils fonctionnent, évidemment), ma montre connectée n’a aucun radio allumé et ne communique avec aucune application, que je n’ai d’ailleurs pas installée. Et pourtant, elle tourne !
    Moi Citoyen, si je ne veux pas que mon banquier connaisse mes dépenses, je retire du fric toutes les semaines dans un distributeur et je paye en liquide. Ou avec une carte type Nickel ou Hello, autre sur mon compte régulier, quand je n’ai pas le choix. Ou par chèque ou virement SEPA. Et je consomme peu, bien sûr.
    Et bien sur, je mets des bloqueurs de trackeurs ou scripts malicieux ou je peux, je n’utilise pas de NAS, je n’utilise aucun réseau social (sauf Signal).
    Bref, la sobriété élargie à tous les domaines de ma vie. Réduire la surface d’emprise. Arrêter de consommer des trucs qui finissent par nous pourrir la vie, et la planète, puisque Wall-E n’a pas été inventé.

    Mais la jeune génération ne comprend pas de quoi on parle. Elle ne voit que des bénéfices à ces outils et leur cerveau reçoit son shoot de sérotonine dès qu’elle touche à ‘son précieux’. Et on pourrait penser comme elle, si les ingénieurs n’avaient pas pervertis ce qui semblait prometteur au tournant du siècle (internet, les assistants personnels, type Palm, le début de la digitalisation, qui se développaient SANS contrepartie).

    Le plus fascinant est de voir que ces engins, sont conçus par des personnes hyper intelligentes, qui adorent manipuler les foules moins bien loties. A l’échelle planétaire. 1984 n’était pas un manuel d’opération à suivre, hein!

    Répondre
  • 13 juillet 2021 - 21 h 11 min

    J’ajoute qu’il y a aussi les vieux cons, en plus de la jeunesse. Ces gens qui n’ont qu’un smartphone et pas de PC et qui ont la bonne idée, par exemple, de communiquer les infos de la mairie sur Facebook. Comme ça, ceux qui n’ont pas Facebook l’ont dans l’os, en plein COVID et misère sociale.
    Tout ça parce que c’est facile. Idiocracy !

    Répondre
  • 13 juillet 2021 - 21 h 58 min

    @JCB
    « Si demain un dictateur était élu en France… »

    ;-)

    Répondre
  • 13 juillet 2021 - 22 h 59 min

    Merci pour ce billet très instructif !

    Répondre
  • Tof
    14 juillet 2021 - 9 h 12 min

    @brousse.ouillisse: oui tout à fait, on ne peut pas réduire à un aspect purement générationnel. Et je peux trouver des exemples et contre-exemples dans chaque génération.

    Je connais des jeunes de 18 ans qui n’utilisent que LineageOS (sans GAPPS et sans MicroG) sur leur smartphone, d’autres qui refusent le smartphone et n’ont qu’un simple GMS de base, utilisent Pi-Hole et DuckduckGo, et au https://fosdem.org la moyenne d’age du public y est très jeune.
    D’un autre côté, je connais des septuagénaire qui ont leur smartphone bourrés d’applis gadget en tout genre à en faire peur, l’enceinte Alexa et le dernier gadget chinois d’Aliexpress avec controle dans le cloud chinois (caméra IP dans leur salon, prise connectée, etc…), et côté piratage utilisent sans vergogne des box chinoises avec abonnement IPTV…
    Et que dire de ma génération, entre les deux: je passe au mieux pour un extra-terrestre aux yeux de mes co-générationnaires à chaque fois que je parle de Linux et de système libre, de connaissance et maitrise de ses ojets connectés, de collectage de données, de système alternatif pour son smartphone, de regarder un peu les autorisations de ses applis ou si je n’utilise pas la dernière appli à la mode pour communiquer. Et au pire, je passe pour un rabat-joie qui refuse le progrès.

    Répondre
  • 14 juillet 2021 - 10 h 08 min

    Brousse.ouillisse, je fais presque tout comme toi, mais c’est de plus en plus difficile, tout dans ce monde à la con est conçu pour nous empêcher de vivre librement :/

    Sinon j’allais dire, pourquoi s’émouvoir de l’apparition de cette nouvelle génération d’appareils espions alors que presque tout le monde (je n’en fais pas partie :p ) possède en permanence sur lui un smartphone qui enregistre à peu près tout de sa vie en temps réel ?

    Répondre
  • 14 juillet 2021 - 10 h 47 min

    @Cyberfox: Je confirme, rien que l’apps FB semble écouter en permanence les conversations (j’ai fait l’expérience….), depuis que je l’ai supprimé du smartphone de ma femme et remplacé par une webapp via Firefox, certaines choses étranges ont cessé…

    Répondre
  • 14 juillet 2021 - 13 h 03 min

    @yann: « Quand des contrats étaient autrefois perdus car les USA étaient en mesure, dans la toute dernière ligne droite, de faire une contre-proposition étrangement bien ciblée qui renversait la table on accusait alors les écoutes du réseau Echelon. »
    Je reste convaincu que les révélations issues de Edward Snowden ont « sauvé » l’industrie française notamment car elle perdait trop souvent des contrats aux derniers moments. Mais dernièrement, j’ai aussi l’impression qu’on a trop vite oublié tout ça, ou que d’autre moyens ont été trouvé pour s’informer en toute discretion. :(

    Répondre
  • 14 juillet 2021 - 13 h 37 min

    @ Kris
    la comparaison avec le pass sanitaire est assez spécieuse… Le Pass, en fait le vaccin, est une réponse collective à une menace qui concernent toute la population. Il est la seule solution raisonnable pour mettre fin à la plus meurtrière pandémie depuis la grippe espagnole du siècle dernier. Les instruments de surveillance des GAFAM ne répondent à aucune menace, aucune pandémie. Ils ne sont que des objets commerciaux dont le but est in fine de dégager du profit.

    Répondre
  • K1
    15 juillet 2021 - 8 h 47 min

    @Madwill: Totalement d’accord j’ai fait la même chose aussi avec l’app Amazon et j’ai beaucoup moins de publicités ciblées bizarres sur des choses dont je n’ai fait que parler.

    Répondre
  • Tof
    15 juillet 2021 - 11 h 06 min

    @MacGivre: d’autres moyens oui.
    1. les changements de la legislation américaine amenant l’extra-territorialité, comme le Cloud-Act où USA peuvent récolter des données n’importe où dans le monde et dans n’importe quel datacenter du moment oû il y a un lien de près ou de loin avec une entreprise ou filiale américaine (la filiale française d’une filiale d’une filiale où Google aurait 1% des parts et stockant des données en France est considérée comme relevant des USA).
    2. les pressions sur les entreprises américaines pour ouvrir les portes aux services de renseignement, avec des amendes très élevées par jour si refus (Yahoo avait tenu à peine quelques jours son refus face aux sommes demandées).
    3. et pour les trucs plus borderline, comme l’espionnage de nos dirigeants politiques, ils peuvent toujours compter sur l’aide de certains de nos alliés: https://www.lemonde.fr/pixels/article/2021/05/30/comment-des-dirigeants-europeens-ont-ete-espionnes-par-la-nsa-depuis-le-danemark_6082102_4408996.html
    Et tout ça se passe après les révélations de Snowden.

    Répondre
  • 17 juillet 2021 - 10 h 44 min

    @K1: Exactement la même chose avant que je ne fasse enlevé l’apps FB a ma femme, sur son tel, que je lui ai remplacé par une webapp via firefox.
    Depuis, je ne vois plus de pubs en rapport avec des conversations oral….

    Répondre
  • Dim
    21 juillet 2021 - 11 h 59 min

    Dommage de mélanger autant dans l’article l’aspect technologique aux lieux communs habituels et éculés sur la menace des GAFAM sur la vie privée (Orwell & co).
    C’est un vrai sujet, mais je trouve qu’on mélange un peut tout. Algos à des fins de ciblage publicitaire, accès aux données dans le cadre d’une enquête criminelle dans un état de droit et surveillance de masse par un état autoritaire sont des choses très différentes.
    Cela alimente les délires conspirationnistes de certains commentateurs persuadés que nous vivons déjà dans une dictature en France…
    Je pense que le vrai risque c’est surtout le hacking des données par des états espions. Si j’étais un opposant politique iranien en exil ou un fonctionnaire du ministère de la défense en effet je prendrais mes précautions. Dans mon cas, si c’est pour essayer de me vendre un nouvel oreiller aux mille vertus pour améliorer mon sommeil ça ne me pose pas grand problème.

    Répondre
  • 21 juillet 2021 - 14 h 14 min

    @Dim: Dommage de se dire que l’on doit se censurer pour éviter d’alimenter les délires conspirationnistes. Si on doit se réduire à écrire ce qui parait le plus évident pour lutter contre le conspirationnisme, je pense qu’on marche totalement à côté de l’objectif d’information.

    Le fait qu’un élément soit connu et reconnu n’en fait pas par magie un élément contrôlable ou anodin. Que les GAFAM se servent de leurs algorithmes pour créer des profils publicitaire est un lieu commun éculé. Au même titre que le fait de dégoupiller une grenade dans un ascenseur ne soit pas très bon pour la santé. Est-ce que cela fait de ce profilage un élément moins important ? Moins grave ? Je ne le pense pas. Cela fait quelques centaines de milliers d’années que l’Homo Sapiens a pris conscience que le feu brûle et pourtant il évite toujours de poser ses fesses au milieu du foyer.

    Le fait que les éléments soient très différents n’empêche en rien qu’ils utilisent tous le même vecteur. Et ici on parle surtout du vecteur, de la source des données qui seront ensuite analysées.

    Enfin et surtout il suffit de lire le Pendule de Foucault d’Umberto Eco pour comprendre que TOUT va alimenter les délires des conspirationnistes. Ne pas écrire quelque chose a autant de poids en double lecture que de l’écrire.

    Ne pas voir le problème d’une analyse de santé des données récoltées et le profilage que cela propose, c’est à mon sens légèrement embêtant tout de même. Si le but était juste de faire correspondre le profil à un client susceptible d’acheter un système anti-ronflement ce serait merveilleux. Mais les données de santé, corrélées à toutes celles récoltées par le reste du profilage fait par les les GAFAM, ont beaucoup plus de valeur pour d’autres acheteurs que les vendeurs d’oreillers. Ce n’est pas aussi monstrueux que les conséquences d’une surveillance par un état autoritaire mais cela utilise le même vecteur, le même principe d’algorithmes et les mêmes canaux.

    Répondre
  • Dim
    21 juillet 2021 - 14 h 53 min

    @Pierre Lecourt: Je respecte ton opinion et pas question de se censurer, tu as raison les complotistes voient toujours midi à leur porte. Et les commentateurs expriment ce qu’ils veulent ! C’est sur le fond que je trouve le réflexe GAFAM=big brother trop simpliste. Apparemment cette nouvelle technologie n’a pas l’air encore très au point mais si on fait l’analogie avec les smart watches, on remonte déjà beaucoup de données de santé, de géoloc. Si ça inquiète de nombreuses personnes (à juste titre), de fait elles elles ont été adoptées par des millions de personnes. Alors on peut jeter le bébé avec l’eau du bain et dire qu’on en portera jamais, on entendait la même chose sur les GSM il y a 30 ans…
    On peut aussi regarder comment les données sont capturées, transmises, à qui, etc. Que font Google, Apple, Samsung, et surtout les fabricants chinois chez qui tu nous trouves souvent de bonnes affaires en étant (je crois) pas aussi regardant.
    Apple et Google prennent des mesures assez drastiques sur la confidentialité de leurs écosystèmes, sont-elles suffisantes pour permettre à ces technologies de se développer sans risques démesurés et avec quelles garanties ?

    Répondre
  • 21 juillet 2021 - 15 h 45 min

    @Dim: Tu respectes mon opinion mais tu n’hésites pas à un petit tacle de côté sur les produits Chinois ? Du reste je vois mal quels produits chinois récoltant des données tu parles ? Une montre Amazfit ? Un Mi Band de Xiaomi ? Se protéger de toute récolte de données est des plus facile sur ces produits.

    La solution la plus simple pour contourner le profilage de ces objets étant de ne pas créer le profil valide demandé par les marques. Si un fabricant te demande un compte quelconque pour profiter de ta montre connectée, tu peux facilement détourner les informations vers un compte factice. Un email bidon, un nom bidon, un pays du même fuseau que le tient. Le reste peut être vrai : âge, poids, taille… Les données récoltées ne pourront pas être exploitées.

    C’est très différent d’un assistant personnel qui demande, comme c’est le cas d’Amazon et Google, de créer un profil personnel valide pour profiter des services embarqués. Pas possible de suivre ses commandes Amazon ou de profiter de la musique et autres fonctionnalités proposées sans indiquer précisément qui tu es et où tu vis. Le fait qu’Amazon ait accès à ta liste de courses, tes choix d’achat et autres informations permet de créer un profil précis de qui tu es, comment tu vis et d’autres éléments comme ton niveau de vie par exemple. Ce n’est pas du tout anodin.

    Les assureurs US ont commencé a proposer des mutuelles de santé moins chères à leurs clients acceptant de porter une montre connectée en permanence pour mesurer leur activité physique depuis 2018. Le fait que ces technologies soient acceptées par de nombreuses personnes ne garanti en rien leur innocuité.

    Apple et Google prennent des mesures de sécurité pour éviter de faire fuiter leurs données, Amazon également. Mais aucun ne considère la vente ou l’exploitation de ces données pour un profilage leur permettant de recevoir une rémunération comme une fuite, c’est juste un marché comme un autre. Quand à savoir a qui elles sont proposées, on eput essayer de regarder mais là aussi il y a une énorme sécurité de confidentialité qui a été mise en place…

    Répondre
  • Dim
    22 juillet 2021 - 15 h 44 min

    @Pierre Lecourt: oui je pensais à ces produits mais ce n’était pas un tacle, je pointais un paradoxe dont nous tous sommes souvent sujets : on se méfie de nouvelles technologies qui paraissent très intrusives, mais un jour ou l’autre on achète un produit moins exposé mais qui peut s’avérer tout aussi dangereux. J’ai par exemple un point d’accès Zixel qui ping constamment le serveur du fabricant, aucune idée ce se qu’il envoie, mais il connait mon trafic internet et a accès à mon réseau local… On se méfie de certaines technologies qui paraissent intrusives mais nous sommes constamment exposés à des risques sur la confidentialité encore plus importants par ailleurs. J’ai conscience que c’est du whataboutisme mais j’ai quand même plus confiance en Google et Apple par exemple que dans beaucoup d’autres acteurs, à commencer les opérateurs téléphoniques / internet.
    En clair je ne pense pas qu’il faille dénoncer automatiquement ce type de technos, qui ont un gros potentiel d’innovation en termes de santé individuelle et publique. Mais dans le cadre d’une réglementation stricte de la confidentialité et de la sécurité des data.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *