Les promesses enchanteresses du Braswell Refresh

Les promesses n’engagent que ceux qui y croient et si certains constructeurs commencent à sortir les trompettes pour annoncer les qualités des puces Braswell Refresh, il faut évidemment prendre un peu de recul. Biostar est ainsi à la fois juge et partie puisqu’il propose des cartes mères exploitant ces puces. Le fait qu’il se mette à en vanter subitement les mérites n’a donc rien d’innocent.

De là à jeter ses arguments au feu sans y jeter un œil me semble pour autant un petit peu précipité, la marque est malgré tout bien placée pour sentir la différence apportée par les puces et son travail de synthèse, tout orienté qu’il soit, mérite qu’on s’y attarde.

Ainsi, Braswell Refresh désigne ici la nouvelle gamme de Celerons d’Intel de nouvelle génération. Les puces Celeron J3060 et Celeron J3160 tout juste sorties de lithogravure et qui apparaissent chez différents constructeurs.

Minimachines

Parmi leurs points forts, on notera leur très faible dissipation, le J3160 annonce un TDP de 6 watts seulement, un dégagement qui sera dissipé par un radiateur sans avoir recours à une quelconque ventilation active. Une base saine et solide pour construire des engins fanless absolument inaudibles au  quotidien donc.

Minimachines

Mais Biostar insiste sur de nombreux autres points et même si il le fait de manière assez alambiquée, ce n’est pas spécialement inutile de jeter un œil critique à son argumentaire. Pourquoi alambiqué ? Parce qu’il aurait été logique de comparer les deux révisions de puces Braswell entre elles au lieu d’invoquer les Celeron Bay-Trail d’Intel, plus vieux d’une génération. C’est pourtant le choix qui a été fait par Biostar et qui montre le chemin parcouru entre un Celeron sorti à la fin de l’année 2013 et le Braswell Refresh qui est lancé au premier trimestre 2016.

Minimachines

Premier point, la différence de gravure. On passe d’un 22 nanomètres de finesse de gravure pour les Celeron J1800 et Celeron J1900 à du 14 nanomètres pour les nouveaux Celeron J3060 et Celeron J3160. Ce changement de finesse se traduit par une baisse de consommation énergétique et de dissipation.

Minimachines

Des performances évidemment en nette hausse entre les deux génération de processeurs.

Là où un J1800 proposait 2 coeurs et 2 threads cadencés de 2,41 à 2,58 GHz pour 10 Watts de TDP, le J3060 offre le même nombre de coeurs et de threads mais cadencés moins haut : De 1.6 à 2.48 GHz pour 6 watts de TDP. La baisse de consommation s’explique donc en partie par la meilleure gravure de la puce mais également par… une baisse de fréquence de fonctionnement.

Pour le reste, on aura du mal à ne pas voir les bénéfices apportés par la nouvelle solution d’Intel : La mémoire cache L2 est doublée avec 2 Mo, le passage à un circuit graphique Gen8 avec 12 EU aura évidemment un meilleur rendu que la Gen7 à 4 EU du Bay Trail. L’augmentation de fréquence de la DDR3L supportée est bonne à prendre et le support du SATA 6Gb/s comme de 4 ports USB 3.0 au lieu de 1 est positif même si ce n’est pas du luxe. Oui, le J1800 sera probablement moins rapide qu’un J3060 ce qui, ma foi, est somme toute assez logique. Même constat pour le J3160 face au J1900 qui reprend les mêmes arguments pour mettre en valeur cette évolution.

J3150-vs-J3160

Mais face à Braswell V1 ? Les Celeron J3050 ou J3150 lancés au premier trimestre 2015 ? Quel gain réel face à ce Braswell Refresh ? J’ai donc fait mon petit tableau avec face à face les spécifications des deux puces issues des pages d’Intel. Les différences entre ces deux faux jumeaux sont – beaucoup – moins claires qu’avec Bay Trail.

Les similitudes sont évidentes entre le Celeron 3050 et le J3060 : Même finesse de gravure, même cache L2, fréquence en légère augmentation de 320 MHz en Turbo pour le CPU  et 100 MHz pour le GPU, même TDP, même support mémoire, même nombre d’unités d’exécution et mêmes fonctionnalités. Enfin pas tout à fait puisque à la différence du Celeron J3050, le nouveau J3060 ne sait plus gérer le Widi…

J3150-vs-J3160

Un travail identique entre les  Celeron 3150 et le J3160 montre la même logique d’évolution que l’on pourrait qualifier de pointilliste. Quelques Mhz de plus mais rien de révolutionnaire et au passage une fonction Widi qui passe à la trappe.

Qu’en conclure ? Pas grand chose à vrai dire, si ce n’est que Biostar s’y connait en marketing. Le Celeron Braswell V2 a surement beaucoup de sens pour construire des solutions familiales fanless. Mais la révolution mise en perspective entre deux puces éloignées de 3 ans l’une de l’autre semble logique. A vrai dire le Braswell premier du nom n’a pas eu beaucoup d’échos ni de sorties de produits à mon goût sur le marché des cartes mères et les annonces de Biostar et d’Asrock ont le mérite de présenter des solutions prête à l’emploi très intéressantes pour le moment. Il faudrait que je me penche plus à fond sur ces solutions qui devraient séduire la majorité des utilisateurs de PC aujourd’hui. Construire un petit PC fanless autour d’une carte mère Braswell Celeron J3160 par exemple, et voir ce qu’elle a vraiment dans le ventre.

Source : Fanlesstech et Biostar

4 commentaires sur ce sujet.
  • 4 mai 2016 - 13 h 21 min

    Bonjour,
    Merci pour l’article. Petite retouche de texte :
    radiateur sana voir recours => radiateur sans avoir recours

    Répondre
  • 4 mai 2016 - 17 h 20 min

    Oh les coquins :)

    Répondre
  • 4 mai 2016 - 23 h 32 min

    J’ai rien compris.
    D’ailleurs je retiens même plus les noms à la con de tous ces processeurs.
    Et le suivant dans 3 mois sera meilleur que l’ancien.

    Répondre
  • 6 mai 2016 - 19 h 53 min

    Pas mal pour faire de la petite machine sympa .

    C’est sur que si cela est vendu sous du format classique genre micro ATX c’est une solution envisageable face a certain nini PC a 150/200 euros .

    Je dis cela dans un esprit de recyclage de certaines pieces de PC déja acquise .
    Pas de mal si l’on peut réutiliser ,sa mémoire ,son boitier son alimentation .

    Pouvoir se monter un PC doter de plusieurs systemes d’exploitation par exemple .
    Utiliser une machine dans laquelle les 150 watts de l’alimentation neservernt pas a limenter une carte graphique devenant poussive mais utiliser cette energie pour alimenter des disques durs voir recharger par les ports USB .

    C’est sur qu’INTEL a une nouvelle gamme tous les 6 mois et augmente la puissance de chaque processeur tout les 3 mois .

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *