Pi18650 HAT : Une solution pour monter votre Raspberry Pi sur batterie

Le Pi18650 HAT est une extension qui vient coiffer votre carte Raspberry Pi en se posant sur ses pins d’extension pour lui permettre de fonctionner sans être relié sur secteur. La solution utilise pour cela les cellules classiques de batteries 18650 Lithium ion qui lui donnent son nom.

Le Pi18650 HAT utilise le format d’extension inventé par la fondation Raspberry Pi pour coiffer ses Pi. La solution permet de glisser une batterie et d’alimenter votre Pi. Elle permet évidemment, en outre, de gérer la charge de la batterie et peut donc se transformer en une sorte d’onduleur pour une Pio opérant en permanence.

Avec une simple batterie classique de 3000 mAh, l’autonomie proposée par la solution atteint les 34.5 heures en continu pour une Raspberry Pi sans extension comme clé USB en fonction connectée dessus. La Pi consomme 87ma dans ces conditions, avec une clé USB elle monte à 103 mA ce qui diminuera l’autonomie proposée mais restera probablement intéressant pour de nombreux usages.

Minimachines.net

Le Pi18650 HAT communique vers la Pi qui l’accueille pour l’informer de la charge disponible, un script Python permettra de suivre la mise en charge et l’autonomie restante à votre Pi. Une solution intéressante pour être averti en cas de coupure de courant de votre installation par exemple. Des leds témoins indiquent où en est la charge de la batterie et si les conditions de charge sont remplies.

Il est possible d’utiliser le  Pi18650 HAT avec un chargeur secteur comme un panneau solaire ou toute autre solution permettant d’alimenter proprement l’ensemble et par exemple une autre batterie mise en relais du dispositif. Un dispositif qui ouvre des perspectives intéressantes d’usage pour des solutions embarquées. Un capteur solaire peut alimenter une batterie qui alimentera elle même la batterie du HAT avant de se connecter à la Raspbeerry Pi, ce genre de dispositif peut parfaitement convenir à un détecteur environnemental laissé en pleine nature par exemple.

Proposé à 40$CAN en 26 pins ou en 40 pins la solution est en financement participatif pour 13 jours encore sur Kickstarter. La livraison est prévue pour Mars prochain, la campagne a déjà été financée à hauteur de 5000$CAN pour les 800 demandés.

18 commentaires sur ce sujet.
  • 20 février 2017 - 12 h 21 min
  • 20 février 2017 - 13 h 40 min
  • 20 février 2017 - 13 h 59 min

    Ca dépend des besoins, mais si on n’a pas spécialement besoin du reporting de la charge en cours, on a pléthore de batteries de secours pour smartphones ; surtout elles proposent 5x à 10x plus de capacité pour sensiblement le même prix.

    Exemple la batterie externe 16750mAh TeckNet à 30€ sur amazon (qui est capable de se recharger quand du courant est dispo, et de prendre instantanément le relais en cas de coupure de courant, comme un onduleur)

    Répondre
  • 20 février 2017 - 16 h 21 min

    Est-ce que quelqu’un a déjà fait un projet un peu comparable ?

    En gros, je voudrais via un pi zero envoyer sur le réseau l’état du réseau éléctrique (pas coupé / coupé).

    Je pensais à une mini power bank + alimentation chargeur du pi, et vérifier l’état des deux alimentations.

    Des idées?

    Répondre
  • 20 février 2017 - 17 h 07 min

    40$CAN ? Je trouve cela cher comme solution comparée à une power bank en USB qui coûtera bien moins cher et sera réutilisable dans un autre cadre (c’est ce que j’ai utilisé pour faire tourner mon Rpi 2 en timelapse avec le module photo)

    Répondre
  • 20 février 2017 - 17 h 17 min

    @Fred: Oui mais cela n’a pas grand chose à voir en fait. Avec cette extension et un panneau solaire, on a une solution qui va informer l’utilisateur de sa charge et de son chargement, enregistrer les informations de charge. ce n’est pas que une batterie en fait, c’est un outil autonome qui permet de communiquer avec l’utilisateur à distance via un script python basique.

    Répondre
  • 20 février 2017 - 19 h 44 min

    Comme le dit Pierre ça n’a pas grand chose à voir. Il s’agit plutôt d’un système UPS dans le cas présent. La batterie prend le relais lorsqu’il n’y a plus d’alimentation principal.
    Le seul produit dont j’ai connaissance et ayant des fonctionnalités similaires (bien que de plus grosse capacité) est OpenUPS2. (https://www.logicsupply.com/fr-fr/openups2/)
    Par contre il est à plus de 100€!

    Répondre
  • jfc
    20 février 2017 - 21 h 21 min
  • 20 février 2017 - 21 h 55 min

    Je sais pas comment ils ont fait pour trouver 34 heures d’autonomie avec une (pile) de 3000mha.
    j’y trouve 20heures sans compter la conversion 5v -30% et la perte de rendement 10-15%

    soit 12-14 heures

    Répondre
  • 21 février 2017 - 1 h 04 min

    @Jerome : pour un objet qui ne doit rien consommer et pour un machin aussi simple que l’état du réseau, rien ne vaut un Arduino qui dispose en plus d’instructions permettant de gérer un mode veille (à plusieurs niveau) et dont la consommation doit être environ 200uA en forçant un peu. La consommation dépend du modèle, 5V ou 3.3V et 20 ou 16 ou 8MHz. Un Arduino Pro Mini c’est autour de 2€ sur Aliexpress…

    Si tu as besoin de Wifi il y a des modules à base de ESP8266 mais là je ne connais pas la consommation.

    Répondre
  • bob
    21 février 2017 - 2 h 01 min

    C’est vrai que les 35H annoncés sont parfaitement tres optimiste, ca annonce pas du serieux de leur part.
    Bref tant mieux si leur campagne fontionne mais un esp8266 qui consommme 15ma sans wifi (beaucoup moins en veille) dispose d’une entree ADC pour mesurer la tension de la 18650, rien de compliquer pour piloter l’activation dun petit chargeur usb et d’un step up pour revenir de la 18650 à nos 5V requis.
    La seule difficulté est l’interface, serial, i2c, spi vers le pi, il faut pouvoir choisir celui qui nous arrange sinon il y a des projets irrealisables = cout de dev x 3 = pas d’amateur motivé;

    Répondre
  • 21 février 2017 - 6 h 02 min

    @Starlord : j’ai les 3 sous la main justement, un pi zero, un arduino et un ESP8266 (un Node).

    Il faut que je me penche sur le problème pour voir comment gérer la double alimentation, et comment détecter le basculement de l’un à l’autre.

    Répondre
  • 21 février 2017 - 7 h 34 min

    Mmm… Le problème du Node c’est qu’il consomme aussi. Rien ne vaut un petit Atmel qui ne consomme rien et que l’on peut réveiller sur événement extérieur ou a intervalles. Mais si les considérations de consommation ne sont pas trop importantes, alors le Node ça le fait très confortablement.

    Répondre
  • 21 février 2017 - 7 h 37 min
  • 21 février 2017 - 8 h 15 min

    @Starlord : merci pour le lien, même si c’est surment au dessus de mon petit niveau au niveau du maniement du fer :)

    En fait, ce que je veux faire c’est monitorer les coupures d’électricité qui sont assez courantes, et aussi utilisé le système pour alerter l’ensemble des mes serveurs (à la maison) qui sont sur des onduleurs sans port série pour qu’ils s’éteignent après 5 minutes de coupure.

    Est-ce que tu sais si c’est possible assez simplement d’avoir une double alimentation sur le NodeMCU (une principal branché sur le secteur et une secondaire sur une powerbank par ex.) et savoir si l’une ou l’autre est coupée ?

    Répondre
  • 21 février 2017 - 9 h 08 min

    @Dimitri26: toutes ne le font pas, mais il y en a plusieurs qui le font. La batterie externe 16750mAh TeckNet que j’ai mentionné fait partie de celles là: elle prend instantanément le relais en cas de défaillance de l’alimentation principale, tout comme un onduleur le fait pour un système plus gros (style les onduleurs APC). Le raspberry qui est branché dessus n’y voit que du feu et continue de fonctionner normalement, comme si de rien n’était. Et quand l’alimentation principale revient, elle reprend la main pour alimenter le pi et recharge ce que la batterie a perdu dans l’intervalle.

    J’en ai une à la maison, et je peux te garantir que ça fonctionne à la perfection ; il m’est souvent arrivé d’avoir à déplacer mon raspberry d’une prise à une autre, ou pour associer des périphériques domotiques pour lesquels le raspberry doit se trouver physiquement à côté du périphérique à inclure dans le réseau domotique.

    Répondre
  • 22 février 2017 - 16 h 32 min

    Wha Jérôme tu branches une alim de smartphone portable que tu allais bazarder avec une LED qui s’allume… Tu vires la led et tu connectes l’Arduino : le détecteur de 220V du pauvre. Et pour alimenter ton Arduino, tu prends le jus sur l’onduleur. Voilà, tout le zinzin pour un coût égal à zéro.

    Répondre
  • 28 février 2017 - 21 h 56 min

    @brazomyna: Merci pour l’info! Je ne savais pas que certaines batteries externes pouvaient faire ça.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *