Nvidia RTX 40 pour portables : plus de performances et moins de consommation

La gamme Nvidia RTX 40 débarque très logiquement sur les solutions mobiles et prépare l’arrivée d’une foule de machines dans les prochains mois.

Avec des tarifs démarrant autour des 1000$,1 les portables sous Nvidia RTX 40 devraient commencer à débarquer aux alentours du mois de février. Au menu, une gamme de machines plus rapides qui seraient également plus autonomes.

L’architecture ADA Lovelace les RTX 40 embarqués dans les machines portables nous annonce l’arrivée de nouvelles technologies d’économies d’énergie Nvidia Max-Q qui seraient jusqu’à trois fois plus efficaces que la génération précédente. Une recette qui, sur le papier, fait drôlement envie puisqu’elle permettrait de combiner rapidité d’exécution mais également longévité de la batterie. L’annonce indique que les puces GeForce RTX 4050, RTX 4060 et RTX 4070 seraient en mesure de proposer des performances comparables ou supérieures à une solution RTX 3080 en exploitant tout juste un tiers de sa consommation d’énergie. Un résultat qui, si il est validé dans des conditions d’usage réelles, donne un intérêt particulièrement intéressant à la gamme.

D’autant que cette recherche d’efficacité ne se fera qu’en cas de besoin et qu’il sera toujours possible de débrider votre performance pour atteindre un niveau plus élevé en mode sédentaire. Les RTX 40 annoncent ainsi des capacités permettant de lancer des jeux récents à 80 images par seconde en 1440P avec une solution RTX 4070. Des performances que l’on retrouve en général plutôt dans des PC de bureau. Il faudra évidemment voir de quel équipement il s’agit et avec quel processeur ce résultat est obtenu. Surveiller également la consommation et la ventilation générée par ce type de performances.

  Nvidia GeForce RTX 4050 Nvidia GeForce RTX 4060 Nvidia GeForce RTX 4070 Nvidia GeForce RTX 4080 Nvidia GeForce RTX 4090
Mémoire vive 6 Go GDDR6 8 Go GDDR6 8 Go GDDR6 12 Go GDDR6 16 Go GDDR6
Puissance en Watts 35 à 115 W 35 à 140 W 35 à 140 W 60 à 175 W 80 à 175 W
Cœurs CUDA 2560 3072 4608 7424 9728
Interface mémoire 96-Bit 128-Bit 128-Bit 192-Bit 256-bit

La gamme est assez étalée en terme de compétences techniques : on passe de 6 à 16 Go de GDDR6 de la RTX4050 à la RTX 4090. La consommation maximum est également très différente en basculant de 115 à 175 watts. Mais c’est le nombre de cœurs CUDA qui reste le plus impressionnant dans son ascension. En passant de de 2560 à 9728 d’un extrême à l’autre de la gamme, il triple largement. Ces cœurs, très utilisés dans les travaux graphiques et les calculs 3D, décideront de l’orientation de chaque machine.

Toutes les puces prennent en charge la VR, la gestion Nvidia Optimus, ainsi que le Whisper Mode 2.0 qui va proposer une ventilation adaptée aux exigences de l’utilisation de la machine en temps réel. La gestion des fonctions DLSS 3.0 pour accélérer le nombre d’images par seconde avec les jeux compatibles grâce à une IA optimisée est évidemment présente dans toute la gamme. 

Ces bonnes performances se traduiront également par une meilleure capacité de traitement des outils de création. Les annonces de la marque sont en effet assez bluffantes sur certains postes. Un rendu de 2.5 heures effectué par une machine mobile « équivalente » sous RTX 3080 avec le logiciel Blender ne prendrait plus que 10 minutes avec le même engin sous RTX 4070… Un gain  de productivité énorme qui rend possible l’exploitation de ce type de machine en mobilité. Personne ne va calculer une scène pendant 2.5 heures chez un client mais il est possible de lancer ce même rendu avant une pause et de revenir voir  le résultat avec un café chaud 10 minutes plus tard. Cela change l’usage complet de ce type de machine pour des créatifs.

L’ensemble de ces éléments permettant de proposer plus de performances avec moins de consommation ont un axiome évident. Il est également possible de construire des portables un peu moins rapides. De se retrouver au niveau d’une puce moins récente, mais en diminuant drastiquement d’autres postes : moins d’énergie, moins de ventilation et un besoin d’espace beaucoup plus faible. De quoi construire des machines plus compactes et notamment des engins en 14 pouces à bordures fines et donc à l’encombrement des 13.3″ classiques. Des ultraportables qui proposeront avec ces puces RTX 40 des performances remarquables dans un encombrement plus acceptable en vraie mobilité. Nvidia annonce que ce type de machines sous RTX 4050, RTX 4060 et RTX 4070 débarqueront dès le mois de février à partir de 999$.

Attention toutefois à modérer les ardeurs de chacun. La RTX 4050 est semble t-il une bonne bonne solution mais largement en deçà des propositions du reste de la gamme. Pour autant, je me doute que quand Nvidia indique un ticket d’entrée de 999$, il s’agit bel et bien d’engins équipés de cette version moins performante de la gamme RTX 40. Il faudra nécessairement dépenser plus plus aller chatouiller les solutions RTX 4060 ou 4070 autrement plus intéressantes.

Les machines gaming plus « traditionnelles » dans leur format, grosse ventilation, gros châssis et grosses LEDs RGB, pourront quant à elles laisser libre cours à une débauche de watts et de performances. Les portables sous RTX 4080 et RTX 4090 apparaitront aux différents catalogues à partir du début février à un tarif de base de 1999$2.

Comme à chaque saut technologique des circuits graphiques, l’arrivée des RTX 40 sur mobile va permettre aux constructeurs de jouer non pas sur le seul objectif de la puissance mais aussi sur celui de l’autonomie. Le nouvel outil concocté par Nvidia est ici parfaitement calibré pour proposer une nouvelle pierre angulaire sur ce segment particulier des machines pour joueurs ou créateurs. Non seulement la possibilité de jouer ou de travailler confortablement sur des logiciels exigeants va arriver sur  des machines de plus en plus mobiles et en particulier un segment 14 pouces qui devrait largement évoluer. Mais il est plus que vraisemblable que les constructeurs s’emparent de cette nouvelle gamme de puces pour proposer des machines « à tout faire » très convaincantes.

Le tableau d’un PC portable sous Intel ou AMD de dernière génération, avec un RTX 40, 16 ou 32 Go de mémoire vive, un stockage NVMe rapide et confortable porté par un châssis de 14 ou 16 pouces compact se dresse de manière assez évidente. Ce ne sera probablement pas toujours l’engin le plus abordable mais il offrira une pérennité intéressante et des possibilités d’exploitation très compètes. On pourra faire avec ce type de machine mobile ce que l’on rêvait de faire avec un PC sédentaire il y a seulement quelques années. Mais on pourra vraisemblablement jongler facilement entre performances et mobilité. Passer d’une session de travail classique en matinée à un calcul de rendu photos ou 3D pour le boulot dans l’après midi et finir la journée en jouant à un jeu 3D sans contraintes. Tout cela en modulant de manière fluide le niveau de puissance demandé au circuit graphique à la volée.

Une promesse appétissante qui, si elle se traduit concrètement dans les faits, pourrait décider finalement assez facilement à ce type d’investissement.

Faites découvrir le site en le partageant

Notes :

  1. Tarif Hors Taxes bien entendu.
  2. Toujours Hors Taxes.

Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

7 commentaires sur ce sujet.
  • 4 janvier 2023 - 14 h 33 min

    comme d’habitude merci pour cet article !

    Est-ce que la gamme va s’appellera RTX 4***M ? car là, avoir une RTX 4080 12go sur laptop alors que la version desktop en embarque 16 ça prête à confusion.

    Répondre
  • 4 janvier 2023 - 15 h 46 min

    @Un Beau Jour: Je ne sais pas mai j’ai du mal comment on peut imaginer qu’on puisse intégrer le même circuit graphique dans les deux solutions si on considère la taille des cartes de machines de bureau.

    Répondre
  • 4 janvier 2023 - 16 h 06 min

    @pierre : en gros tous les gamers qui n s occupent pas d informatique ou de ce type de logique, ou ceux qui travaillent sur de la 3d. Ce qui apparaît évident a certains ne l est pas forcément a d’autres…

    Tout le monde ne se pose pas de question, et si on leur vend exactement la même référence, pourquoi nécessairement penser que cela n’a rien à voir ? Tu demandes a ce que tout le monde accepte que sous un même nom unique se cache différentes conceptions. Ca c est pas évident a accepter :-)

    Il y a quelques années ce genre de machine auraient été considérées comme de la science fiction sur le long terme et pourtant :-)

    Répondre
  • 4 janvier 2023 - 16 h 44 min

    @pourinfo: Ben je sais pas, j’ai toujours tendance a penser qu’avant de dépenser entre 1000 et 2000€ on se renseigne un peu sur ce qu’on achète mais peut être que je suis vieux jeu :D

    Sinon, la machine sera probablement équipée d’un sticker RTX40x0 et d’une dénomination sur son emballage. Au bon vouloir de chaque constructeur et comme depuis les… GTX ?

    Répondre
  • 4 janvier 2023 - 17 h 08 min

    Fréquence en Watts.
    Et des puissances en Hertz ?

    Répondre
  • 5 janvier 2023 - 0 h 46 min

    @pierre : je confirme tu es vieux jeu ;-) quand tu achète une voiture, je te garanti que peu de personnes regardent la technique, mais surtout le confort ou autre. pareil pour un pc a 1500 roros : on cherche ce qui ira avec ce qu on cherche, cela ne veut pas dire qu on s interroge plus profondément !

    PS: je te rassure, tu es un vieux jeu très moderne depuis blogeee ;-)

    et oui ces problèmes de nom existent partout et c est pas super juste mais faut faire avec

    Répondre
  • 5 janvier 2023 - 6 h 55 min

    @pourinfo : « […] quand tu achète une voiture, je te garanti que peu de personnes regardent la technique, mais surtout le confort ou autre. »

    Ah ? Même pour une voiture à 90 000 € ? (Parce qu’une machine à 1 500 € quand l’entrée de gamme est à 250 €, cela doit à peu près correspondre en terme de voiture.)

    Je veux bien croire que quelques uns ne se renseignent pas du tout, mais de là à en faire une généralité… j’ai du mal à y croire. Autour de moi, les gens en veulent en général pour leur argent.

    Attention : se renseigner ne veut pas dire pour autant abandonner l’aspect émotionnel du marché (et l’abandon des légendes qui va avec). Mais de là à confondre les motorisations et les boîtes de vitesse… même moi que l’automobile gave, je sais ce qu’il y a dans ma voiture.

    Je serais intéressé par avoir vos retours dans d’autres milieux sociaux et d’autres régions.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *