MSI MAG Trident S 5M : la première Cloud Machine ?

Si la gamme Trident de MSI existe depuis un moment, il s’agit de MiniPC musclés capable de faire tourner de nombreux jeux de manière classique. Ce MSI MAG Trident S 5M change la donne en ne cherchant plus à fournir l’effort en local mais profite des abonnements de cloud gaming.

Le MSI MAG Trident S 5M est le premier MiniPC du genre, ce n’est probablement pas le dernier même si la forme et le fond risquent de changer à terme. Si la gamme Trident est celle des minimachines de jeu de la marque depuis des années, ce nouveau modèle n’est pas construit de la même manière que ses ainés.

Le MSI MAG Trident S 5M est un MiniPC d’apparence assez classique. Il est fin et entre dans un volume de 2.6 litres de manière à pouvoir se positionner à côté d’un téléviseur ou dans un ensemble Hifi. Un design très proche d’une console moderne finalement. Avec des dimensions de 33.47 cm de large pour 18.54 cm de profondeur 9.3 cm d’épaisseur, il pèse 2.42 Kg.

Il propose une connectique classique avec en façade un USB 3.2 Gen 2 Type C, un USB 3.2 Gen 2 Type A et des entrées et sortie audio séparées au format jack 3.5 mm. A l’arrière, on retrouve un USB 2.0 Type A, un USB 3.2 Gen 2 Type A, un Ethernet Gigabit, une sortie VGA, une prise HDMI 2.0, un DisplayPort 1.4, une alimentation et un port Antivol.

Je regrette toujours l’absence d’un bête lecteur de cartes sur ce type d’engin à destination des salons. C’est toujours sympa de pouvoir glisser une carte SDXC dans son MiniPC pour montrer des films ou des images facilement.

La carte mère montée sur rail est une excellente idée

A l’intérieur, on retrouve un PC d’apparence assez classique. MSI a choisi une carte mère équipée d’un chipset AMD B300 qui l’autorise à embarquer des Ryzen. Trois puces ont été sélectionnées avec les Ryzen 3 5300G, Ryzen 5 5600G et Ryzen 7 5700G. Des solutions nativement assez performantes avec un TDP de 65 watts et un circuit graphique AMD Radeon Vega intégré. L’engin propose deux slots So-DIMM pour embarquer jusqu’à 64 Go de DDR4-3200, un emplacement 2.5″ pour un stockage SATA et deux slots M.2 2280 NVMe PCIe pour deux stockages supplémentaires. Mais rien que l’on puisse qualifier de « gaming » à proprement parler.

La machine pourra lancer des jeux et même des jeux récents, dans de bonnes conditions mais on est loin des performances d’une solution proposant un chipset graphique externe signé AMD ou Nvidia. Et pour cause, l’objectif de cette solution n’est pas uniquement de vous faire jouer en mode local classique.

Outre une application dédiée, baptisée MSI App Player, qui fonctionne comme un émulateur Android vous permettant de lancer plusieurs jeux en même temps sur différentes fenêtres comme illustré ci-dessus1. MSI proposera également une solution qui permettra de lancer vos titres directement depuis une manette de jeu sans avoir à pointer vers un menu ou une icône. Assez semblable au mode Big Picture de Valve/Steam baptisée Game Stadium Software. Un logiciel qui permettra de se connecter directement au Microsoft Game Pass pour profiter des titres de l’offre sans avoir à quitter son interface. 

Car le MSI MAG Trident S 5M a été pensé pour permettre de piloter n’importe quel type de système de jeu en streaming. Il offrira la possibilité de lancer des jeux « légers » en local, mais également les services de Microsoft, Nvidia, Google ou Amazon du même ordre. Un engin capable de tenir dans son salon et de piloter tous types de jeux sur abonnement. Une solution alternative intéressante que MSI a déjà commencé à distribuer.

Je suppose que le prix, non divulgué, ne sera pas des plus accessibles. Pas sûr non plus que cette formule soit la meilleure. Je pense que l’offre est intéressante pour toute personne qui ne serait pas déjà équipée d’une solution classique mais peut être un peu difficile à accepter si vous avez déjà un équipement de jeu. Je ne me positionnerais pas d’avantage sur l’engin puisque je ne connais pas son tarif réel mais je suppose qu’il ne sera pas des plus abordables.

Je pense que la voie à suivre pour le  Cloud Gaming est plus simple, plus évidente. Elle pourrait être plus proche d’une TV-Box classique avec un SoC ARM intégré  basique, peu gourmand et capable de piloter des contenus multimédia en local de manière exemplaire. Un produit qui permettrait de lire des films en Ultra Haute définition, de piloter du son de qualité avec une restitution sonore haute définition assurée par un DAC correct. Et une gestion des DRM avancées pour recevoir les streams de tous les acteurs de ces nouveaux marché. Aussi bien les Netflix, Disney+ et consorts que le Cloud Gaming de Microsoft, Nvidia, Facebook ou Google. Ce type de boitier ne couterait pas forcément très cher à l’achat, consommerait très peu d’énergie en fonctionnement et si il n’offrirait pas les services d’un MiniPC classique avec du jeu local et des fonctions de PC traditionnel, il serait parfait pour tout le reste à une fraction du prix probablement demandé par MSI.

Source : MSI

Faites découvrir le site en le partageant

Notes :

  1. Qui fait ça ?

Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

9 commentaires sur ce sujet.
  • 7 mars 2022 - 14 h 02 min

    Pas fanless, et processeur trop énergivore pour du jeu en streaming. Mon PN41 N6000 fonctionne parfaitement sur geforce now. pas besoin d’autant de puissance

    Répondre
  • 8 mars 2022 - 2 h 08 min

    t’as pas idée Pierre comme j’attend un écran géant (environ 80″) abordable capable d’afficher plusieurs sources en même temps

    Répondre
  • 8 mars 2022 - 9 h 35 min

    Dans le dernier paragraphe, tu ne décrirais pas la NVidia Shield par hasard ? ^_^
    À quelques détails près (DAC, Cloud Gaming Microsoft, etc.) il me semble voir une description assez fidèle de cette TVBox.

    Enjoy !

    Répondre
  • 8 mars 2022 - 11 h 35 min

    @Lionel: Oui et non, car on peut très bien imaginer un SoC ARM avec moins de performances aujourd’hui en terme de calcul mais uniquement porté sur la décompression et le transfert de données. Cela donnerait une puce moins chère et probablement 100% passive. Mais dans l’esprit oui, parfaitement.

    Répondre
  • 8 mars 2022 - 11 h 35 min

    @H2L29: Afficher plusieurs sources, oui, mais jouer à 4 jeux android en même temps ?

    Répondre
  • 8 mars 2022 - 19 h 20 min

    @Lionel: @Lionel:

    Exactement ce à quoi j’ai pensé. Et déjà là, à 200 euros, on n’est dans le haut de gamme de ce qu’une platine HTPC Android peut proposer. Alors pourquoi payer plus cher encore. Ma Shield de 2015 fait encore un taf incroyable pour NETFLIX et DISNEY+.

    Répondre
  • 21 mars 2022 - 12 h 34 min

    Pour moi c’est la bonne idée mais malheureusement pas le bon APU pour faire ça. D’abord nous sommes en 2022. Le 1080p c’est fini sauf peut-être pour quelques compétiteurs en ligne qui ont besoin de 144 fps.
    La norme c’est le 4K. Il ne sert plus à rien de parler ou de tester autre chose que le 4K. D’ailleurs Geforce Now ne se donne même pas la peine de prendre en charge – je trouve ça dommage – les résolutions 21/9.
    Or le 6700G est à la peine en 4K même pour faire tourner League of Legends. Il faut à minima une architecture RDNA 2 comme la propose le 6800H.

    Donc ce premier jet va dans la bonne direction, mais malheureusement ni Intel ni AMD ne proposent actuellement des APU corrects en 4K. Ce sera probablement le cas lors de la prochaine itération. A ce moment il est probable que je quitterai Shadow pour aller vers cette formule.

    Répondre
  • 21 mars 2022 - 12 h 42 min

    @Ibaloo: L’autre chose c’est qu’il faut IMPERATIVEMENT à 65W de TDP proposer un refroidissement passif.

    C’est inadmissible d’avoir besoin d’un ventilateur avec ce TDP.

    Répondre
  • 21 mars 2022 - 13 h 18 min

    @Ibaloo: 65 watts et passif c’est cher, bon courage pour faire rentrer ça dans une machine de petit gabarit.

    « La norme c’est le 4K. Il ne sert plus à rien de parler ou de tester autre chose que le 4K » C’est un point de vue très très élitiste mais largement différent de la réalité du marché. Les stats de Steam sont claires : Pour le jeu le FullHD c’est 67% du marché. Le 3840 x 2160 c’est 2% du marché…

    C’est un point de vue de personne riche dans un pays riche. LA grande majorité des joueurs jouent en FullHD, la très grande majorité des utilisateurs de PC sont en FullHD. En Asie par exemple, en Inde, les écran « 4K » sont très rares. Le marché informatique ne vise pas la 4K non. Elle vise le FullHD.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *