Les expéditions de montres connectées chutent de moitié en une année

Lendemain difficile pour les fabricants de montres connectées, l’eldorado promis par certains en terme de ventes n’est pas vraiment au rendez-vous. Avec 50% des expéditions en moins entre 2015 et 2016, le champagne sabré à la sortie des derniers modèles a désormais un sale arrière goût de poussière. Celle qui va s’accumuler sur les boites en rayons. Avec des chutes de vente de -71% pour Apple et -73% pour Lenovo, le marché est un tantinet refroidi.

Sous-pull, pull, doudoune, bonnet et grosse écharpe en laine. Il ne fait pas super bon dans les rayons des montres connectées des grands magasins. Tellement froid qu’ils ont pour la plupart disparu. Avec une chute moyenne des expéditions de 50% entre 2015 et 2016 le marché de ces objets semble être déjà saturé. Passant de 5,6 millions d’unités expédiées en 2015 à 2,7 millions en 2016 à la même période, le temps est plus que maussade sur cette catégorie de produits.

Minimachines

Evidemment, la date importe. La disponibilité de la Apple Watch correspond à ce troisième trimestre 2015 que nous rebouclons ici, il est probable que peu d’acheteurs qui avaient attendu pour s’offrir le gadget d’Apple aient eu envie de renouveler un achat du genre en 2016. Peu probable également que ceux qui n’avaient pas craqué en 2015 n’aient pas forcément envie de craquer en 2016. Logique donc de voir la marque détenant encore 41,3% du marché s’essouffler avec une chute de 71,6% de ses expéditions. Ses parts passant de 70,2% à 41,3% du total des montres expédiées soit une chute de 3,9 millions d’unités à 1,1 million.

WatchOS 3

Logique également de voir Lenovo subir le même contrecoup, -73,3% sur ses expéditions mais pour des volumes beaucoup plus faibles. On passe de 300 000 unités en 2015 à 100 000 en 2016. les clients de la marque n’ont probablement pas voulu se ré-équiper immédiatement.

Pour Samsung, c’est un peu mieux avec une croissance légère de 9% et un volume de 400 000 unités qui reste stable. Cependant la marque augmente sa position sur le marché avec un passage de 6.4 à 14.4% des parts. Samsung profite de l’écrasement des concurrents. Pebble est également en perte de vitesse avec un recul de 54,1%. Son marché de 200 000 unités chute de moitié et ses parts tombent sous les 1%, Garmin, lui, explose avec 324,2% de croissance. Pratiquement inexistant sur ce marché précis en 2015 avec 100 000 unités expédiées il arrive donc à 20,5% de parts en 2016 et 600 000 montre connectées vendues.

LG-Watch-Urbane-2nd-Edition-01

Les prémisses d’un contre coup des ventes était déjà tangible, LG annulant sa Watch Urbane 2ND édition  dès la fin 2015.

Le reste des concurrents se partagent les 17,2% du gâteau restant soir 500 000 unités vendues et le tableau se brosse clairement dans des tons sombres en remarquant la chute notable des expéditions au global.

LG_G_WATCH_R

Pas la peine de faire un dessin sur le phénomène, il suffit de regarder le tableau pour comprendre que les acheteurs d’une montre l’ont conservé et que ceux qui n’en ont pas acheté n’ont pas jugé utile de le faire. Le taux de renouvellement va être faible et, sans innovation majeure, les indécis resteront en retrait de tout achat. Pour ma part, ma montre LG GWatch R me donne encore entière satisfaction et n’a pas bronché depuis son achat en fin d’année 2014. Depuis sa sortie, je n’ai pas vu de modèle apportant une véritable révolution en terme d’usage ou d’autonomie. Aucune raison logique d’investir à nouveau, donc.

Minimachines

A noter au passage, IDC qui livre ces chiffre d’expéditions de montres connectées, proposait en Mars dernier des chiffres assez différents avec un travail prospectif sur les ventes de ce type de montres jusqu’en 2020. Le tableau ci-dessus révèle l’état de ces “prédictions” pressenties. L’analyste prévoyait pour cette année 28,3 millions de montres vendues et une progression en nette hausse de 22% pour Apple pour obtenir près de 50% de parts de marché et 14 millions d’unités vendues. Les montres sous Android Wear devaient, quant à elles, augmenter de 48% avec un joli score de 6.1 millions d’unités. Avec 2,7 millions d’unités expédiés sur un an comparés au 28,3 millions estimés, ces chiffres paraissent difficile à atteindre. Mais le plus amusant et sans doute la prospective sur 5 ans avec les 82,5 millions de montres connectées vendues en 2020… Au vu de l’état actuel du marché les montres deviennent enfin ce qu’elles ont toujours voulu être, des fantasmes de science fiction.

Source : IDC

20 commentaires sur ce sujet.
  • 25 octobre 2016 - 9 h 46 min

    Je trouve que l’intérêt est limité.

    Répondre
  • 25 octobre 2016 - 10 h 38 min

    En même temps, il n’y a guère que des marketeux un peu benêts qui pouvaient croire en ce phénomène, qui finalement n’en est pas un.

    Mettre “un fils à la patte” entre une montre et un autre device, qui plus est très énergivore, sur un produit initialement totalement autonome et véritable “chameau” en terme de consommation (1 voir 2 ans d’autonomie), c’est faire un sacré pari sur l’éventuelle bêtise humaine de moutons consuméristes. Ce ne sont plus des services que ces montres nous rendent, c’est de sacrées contraintes !

    C’est dommage, initialement, Apple avait un sacré produit de base à faire évoluer pour accrocher les consommateurs : l’iPod Nano 6G. Je l’ai porté des années au poignet, avant que “la maladie de l’écran blanc l’emporte”. Il ne fallait pas grand chose pour le faire évoluer favorablement : un lecteur de fichiers texte, d’ePub ou de notes, quelques petits jeux simples, un rajout de “thèmes de montres”, un peu plus d’autonomie (pour ma part elle me tenait quand même facilement une semaine au poignet !). En gros, il fallait juste faire passer le Nano 6G du statut de baladeur audio-video à celui de “montre couteau Suisse”.

    Répondre
  • 25 octobre 2016 - 10 h 53 min

    L’autonomie est le premier talon d’Achille de ces montres. Seul Pebble tire son épingle du jeu à ce sujet, grâce à son utilisation d’une techno e_ink qui a aussi des inconvénients. Pour tous les autres, y compris Apple, recharger sa montre tous les jours, quelle avancée ! Je suis étonné, au passage, qu’Apple, qui a de solides connaissances en design et en intégration de technos, n’ai jamais réussi à améliorer de manière significative l’autonomie de ses appareils par rapport à ces concurrents. Les lois de la physique chimie, sans doute…

    Mais derrière ce désintérêt des consommateurs pour les montres, en dehors des early adopters, je pense aussi que beaucoup d’utilisateurs n’ont que faire de tous ces objets connectés, le fameux iOT qu’on nous promet. Chers et/ou peu durables (batterie inamovible, la planète te déteste) apportant un service peu utile (j’aimerais des exemples contraires, si des lecteurs pouvaient m’éclairer, svp), ils utilisent des protocoles de communication faillibles par nature, et fragilisent le réseau familial constituté d’une box, quand ils ne représentent pas une réelle menace, à l’heure des PC zombies qui font des DDOS de masse.
    Ajoutons à cela que la problématique des données commence à être intégrée, même si les fournisseurs de services gratuits sont assez malins pour nous rendre accros (oui Google, c’est à toi que je pense). Qui ne craint pas le vol de ses données personnelles pour usurpation d’identité, un risque de plus en plus important ?
    Pour les entreprises, c’est différent, l’industrialisation des processus pousse à tout mesurer (maintenance prédictive) et les capteurs ont de l’avenir, de même que la communication entre machines.
    Enfin, on se doute que toute cette sophistication n’a qu’un but commercial. Les imprimantes HP sont des objets connectés…et le récent scandale n’est qu’un nouveau coup de boutoir dans le contrat entre le vendeur et le client d’un objet techno.

    A la maison, le mythe du frigo qui détecte le niveau bas de la bouteille de lait et qui fait les courses sur amazon tout seul pour une livraison à domicile…Je n’y crois pas. Je suis peut-être pessimiste, mais l’étude de la disparition des grandes civilisations montre toujours une chose: elles étaient très sophistiquées, donc fragiles et un seul grain de sable à suffit pour les faire disparaître. C’était souvent une techno disruptive (genre, le fer contre le bronze) ou un fait naturel (léger changement climatique qui a fait disparaître la civilisation d’Angkor Vat).

    Résumons-nous: chère, non-disruptive, peu fiable voire risquée, intrusive, peu durable et mal recyclable…la montre connecté est le symbole des gadgets (dangereux) dont on peut se passer…

    Répondre
  • CHP
    25 octobre 2016 - 11 h 27 min

    @brousse.ouillisse

    Que c’est bien résumé. cela correspond effectivement à la pensée d’une grande majorité des gens et ça, ça rassure (un peu).

    Répondre
  • Cid
    25 octobre 2016 - 12 h 22 min

    Lenovo avait sorti une montre ?

    Répondre
  • 25 octobre 2016 - 12 h 29 min

    @Cid: Lenovo a mangé Motorola :)

    Répondre
  • 25 octobre 2016 - 13 h 05 min

    Toutes les personnes que je croise au quotidien on leur téléphone dans la poche. Quel besoin d’avoir une montre qui répète ce que le téléphone vient de dire.
    En plus avec une autonomie calamiteuse et la nécessité d’avoir le téléphone au bout du bluetooth la montre a zéro autonomie.
    Pour moi seul Pebble a un atout avec la technologie qu’il emploit.

    Répondre
  • 25 octobre 2016 - 13 h 19 min

    @fdufnews

    “Pour moi seul Pebble a un atout avec la technologie qu’il emploit. ”

    J’ajouterais Whitings avec ses montres qui restent des jolies montres classiques avant tout, et qui font dans le minimum connecté utile avec le maximum l’autonomie .

    Répondre
  • 25 octobre 2016 - 13 h 27 min

    C’est sur jusqu’en 3016, ça refroidit !!!

    Répondre
  • 25 octobre 2016 - 13 h 29 min

    Ben avec ma LG G Watch je ne me sent pas si bénet que cela, au quotidien elle me set pas mal cette montre.

    Elle évite que je sorte mon smartphone pour tout et rien avec au menu

    – Présentation des SMS, emails, twitts, Hangouts et autres notifications
    – aertes concernant le site et ses éventuels problèmes (attaques, surcharges, tentatives d’intrusion)
    – annonce des rendez-vous / planning
    – Annonces météo avec un cadran de montre spécialisé
    – plans de guidage pour voyage en transport / navigation voiture / VTT
    – Fonction pour expédier des SMS pré-enregistrés ou dictés
    – Présentation tickets avion/train 100% sans papier
    – Suivi tracking Google FIT
    – Bloc note / Alarmes / chrono / Listes de courses partagées
    – Google Authentificator
    – controle multimédia de mon player sur smartphone.
    – Lancement des enregistrements de mon smartphones sans avoir a le toucher, pratique pour les interviews
    – lecture de titres de flux RSS
    – Fonction souris sur surface tactile et pilotage VLC à distance
    – Fonction “find my phone” bien utile quand on a des mômes

    L’autonomie est de 48 heures sans recharge, le bracelet n’a pas bronché, la montre n’a pas trop vieillit et je l’ai payée pas cher grâce à un bon plan du site ^^.

    Bref, je ne vais pas réinvestir tant que j’aurais pas de panne. Mais je n’ai pas de regrets quand à mon investissement. D’autant que l’objet fait également… montre.

    Répondre
  • 25 octobre 2016 - 14 h 08 min
  • 25 octobre 2016 - 14 h 09 min
  • 25 octobre 2016 - 14 h 18 min

    les montres connectés c’est une mode , dans 2 ans on en parle plus comme les tablettes .
    Ca me fait rire les gens qui pensent que ca va concurrencer rolex et les montres suisses hahaha .

    Répondre
  • 25 octobre 2016 - 14 h 23 min

    Bah, encore un truc prévu.
    Sincèrement, entre nous, quel est l’intérêt d’acheter un truc rikiki, peu manipulable dont la charge dure 2 heures et qui tente de dupliquer le fonctionnement d’un smartphone ? Faire de l’épat ?
    2 objets pour le même usage, pfff.
    Ça me rappelle le coup de l’ipod ou des lecteurs de mp3 alors que les téléphones savaient déjà lire de la musique. Ou encore celui des téléphones alors qu’on a une tablette communicante.
    À quoi bon avoir 2 objets qui offrent les mêmes fonctions ? Disposer d’un secours ?

    J’ai l’impression que l’industrie de l’électronique grand public (comme d’autres) est partie dans une logique de faire du one shot à 1 ou 2 ans. Mais qu’on ne parle plus de petits one shots mais de lancements à plusieurs dizaines de milliards.

    Cela témoigne de 2 choses :
    – qu’il y a énormément de fric dans cette industrie (et que donc les marges sont colossales ET/OU que les boîtes sont très largement survalorisées) ;
    – que le cycle de renouvellement s’accélère drôlement !

    db

    Répondre
  • 25 octobre 2016 - 14 h 33 min

    @COLLET:
    nope j’ai la GWatch R illustrée dans le billet, mais cela revient quasiment au même.

    Répondre
  • 25 octobre 2016 - 16 h 14 min

    Bah moi j’ai un tout petit pèoignet que même une montre de femme classique, c’est limite gros. Alors ces gros machins, je ne m’y suis jamais intéressé.

    mais un bracelet vibreur ça le ferait bien, parce que j’entends jamais la sonnerie de mon téléphone et que je ne perçois pas souvent son vibreur. Et pas question de décrocher avec ce bracelet : il ne doit pas émettre, question de sécurité ! voir zombies de dyn dans l’actu.

    Répondre
  • VB
    25 octobre 2016 - 17 h 53 min

    Telle l’alchimie d’antan les prospectives chiffrées ont leurs inconditionnels pourtant rétrospectivement on s’aperçoit qu’il s’agit au pire d’ésotérisme dépassé, au encore plus pire d’essais prophétiques autoréalisateurs à finalité financière.
    Il y a qu’à constater le succès de la Raspberry Pi pour se convaincre qu’il est possible de faire plus sainement.

    Répondre
  • 25 octobre 2016 - 20 h 41 min

    Dommage qu’ils ne comptabilisent pas les Mi band…
    Parce que la Mi band 2, elle est un peu basique mais c’est quand même super chouette comme gadget pour les notification et comme tracker santé. Et pour le coup, ça va plutôt se développer je pense comme produit car avec 2 semaines d’autonomie et quelques applications sympa qui en tirent parti, ça peut faire mouche !
    D’ailleurs j’en ai profité grâce au bon plan du site ;)

    Répondre
  • 26 octobre 2016 - 0 h 43 min

    2 semaines d’autonomie pour la MiBand2 ?
    Je suis a plus de trois semaines…
    Bon effectivement, c est pas une usine a notification comme la LG G Watch de Pierre 😀 mais c est pas le même prix non plus ☺

    Répondre
  • 30 novembre 2016 - 12 h 49 min

    […] Si Intel annonce à Techcrunch que le fondeur n’a aucune intention de se retirer du marché des objets connectés portables, les licenciements annoncés dans NDG par le site ne sont pas commentés. preuve qu’ils auront bien lieu et qu’Intel a décidé d’opérer de grands changements dans sa stratégie Wearables. Racheté en 2014, Basis n’a pas réussi a faire ses preuves sur le marché des montres connectées. Recon, fabricant  de lunettes connectées orientées vers le cyclimse et le ski n’a pas spécialement non plus brillé sur le terrain et les dernières nouvelles concernant ces objets connectés ne sont pas des plus réjouissantes pour l…. […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *