MintBox 3 : Un PC haut de gamme et fanless sous Linux Mint

Le MintBox 3 poursuit la tradition établie depuis plusieurs années d’un partenariat entre la distribution Mint et la société Compulab. Les deux entités travaillent à proposer des machines compactes et réactives équipées du système Linux.

Ces machines n’ont jamais vraiment été données, si leurs tarifs n’étaient pas des plus accessibles, il correspondait au matériel proposé et à l’échelle de commercialisation de ce type d’engin qui ne peut pas jouer sur la même échelle qu’un PC grand public. On retrouvait donc très souvent des machines ultra compactes, dépourvues de ventilation et distribuées suivant les modèles en AMD ou en Intel.

Mintbox Mini 2

Le MintBox Mini 2

Cette année le duo revient avec un produit plus ambitieux. Le petit boitier compact a été mis de côté pour retrouver la solution haut de gamme de Compulab, le AirTop 3. Un boitier fanless présenté en Avril dernier capable d’encaisser des configurations autrement plus musclées que les engins habituels sagement coincés avec des puces à très bas TDP.

2019-04-24 15_12_34-minimachines.netUn Compulab Airtop 3 grand ouvert

Le MintBox 3 pourra par exemple être acheté en version très haut de gamme avec un processeur Intel Core i9-9900K associé à 32 Go de mémoire vive DDR4 et 1 To de SSD NVMe PCIe et épaulé par une carte graphique Nvidia GeForce GTX 1660 Ti. De quoi offrir à la distribution Linux Mint installée des performances très haut de gamme… et un trou dans votre compte en banque. Cette machine sera en effet commercialisée à 2698$ soit environ 2400€.

2019-04-24 15_12_41-minimachines.net

Un modèle plus accessible sera proposé mais il vous coûtera tout de même 1543$ soit 1370€. Pour ce tarif, le Mintbox 3 proposera un Core i5 six coeurs non détaillé, 16 Go de mémoire vive et 256 Go de SSD PCIe NVMe… Pas donné mais il faut se rappeler que le Airtop 3 de Compulab est un boitier de PC évolutif et assez cher à la base. Il demande un assemblage soigné ainsi que la production d’un nombre important de pièces par rapport à un boitier classique. Son système de dissipation passif est également complexe à mettre en oeuvre, bref il est difficile de le comparer à la machine disponible sur les pages d’un vendeur classique.

mintbox3

Le boitier proposera en plus du logo Linux Mint et de l’appellation MintBox 3 un panneau avant FM-AT3. Ce module de base de Compulab propose un connectique complète comprenant deux ports USB 3.0, un USB type-C, des prises jack casque et micro séparées et un système de diagnostic par LED. La partie arrière restera identique aux modèles classiques de Compulab, c’est à dire très très complète. A noter que le boitier mesure 10 cm de large pour 30 cm de haut et 25.5 cm de profondeur, ce qui en fait un engin très compact pour une telle performance fanless. L’enveloppe en aluminium occupe 7.5 litres seulement.

L’engin pourra accepter jusqu’à 32 Go de mémoire vive, embarquera un maximum de 4 stockages 2.5″ et deux stockages M.2 2280 PCIe NVMe. Il proposera une connectique complète avec deux DisplayPort 1.2, un HDMI 1.4, deux sorties réseau Gigabit et six ports USB 3.1 Gen1 Type-A supplémentaires.

Bref, l’idée derrière cet appareil est de fournir une machine fiable, stable et efficace pour longtemps. Si vous ne l’équipez que de  composants dépourvus de moteurs mécaniques, elle ne fera en outre pas un bruit. De quoi jouer ou travailler très confortablement sans avoir à subir de soufflerie permanente pour les années à venir.

Source : LinuxMint via FanlessTech

 

20 commentaires sur ce sujet.
  • 3 juillet 2019 - 14 h 02 min

    Je vous d’ici certains intégristes du monde Linux hurler au scandale, à l’arnaque et autres joyeusetés au vu du prix du PC. Il est vrai que ces mêmes personnes semblent limiter l’usage de Linux à des PC anciens ou bas de gamme.

    A+

    Répondre
  • 3 juillet 2019 - 14 h 39 min

    Petit sourire moqueur au regard des tarifs .
    Je pense pas que l’utilisateur a forcément besoins d’une solution 100% clé en mains ,ni d’une solution mini PC a tout prix .

    Que ce soit chez INTEL ou la concurrence ,le format NUC reste abordable,je pense donc qu’entre NUC et Mini ITX ,il doit être possible d’offrir solution entre 350 et 500 très correcte sous LINUX .

    Répondre
  • 3 juillet 2019 - 15 h 41 min

    On parle ici de station de travail, donc plutôt destiné à des entreprises et en plus avec un gros processeur et un petit form factor. Le tarif n’a rien de choquant pour le marché visé, ça rivalise plutôt avec les nouveaux Mac Mini.
    L’enthousiaste qui veut une machine similaire aura plutôt tendance à prendre un boîtier standard et un proc Ryzen.

    Répondre
  • 3 juillet 2019 - 16 h 51 min

    “sagement coincés avec des pouces à très bas TDP”
    (quelqu’un par ici s’est coincé les pouces ou a des puces sous la touche o)

    ;)

    Répondre
  • 3 juillet 2019 - 19 h 57 min

    @Loïc:
    Et tu fais quoi avec une station de travail sous linux? ( déjà que c’est du linuxmint et pas du redhat entre autre …donc le côté pro est discutable ) .
    Moi linux je le vois plutôt sur des serveurs ou des petites config .Bref des trucs qui ne demandent pas de grosse puissance .

    Répondre
  • 3 juillet 2019 - 20 h 53 min

    Salute,

    @gloup “Et tu fais quoi avec une station de travail sous linux ?” => On bosse peut-être ?

    Je suis sysadmin, mon pc portable et fixe sont sur Mint, des collègues sont sur Arch. À titre personnel je n’ai pas besoin de puissance mais on peut avoir besoin de compiler, de machines virtuelles ou jouer avec Docker. Ce sont des besoins très courants et bcp de gens dont le job est de bosser sur Linux utilisent naturellement Linux comme système d’exploitation sur leur poste de travail.

    Tcho !

    Répondre
  • 3 juillet 2019 - 21 h 24 min

    @Cascador:

    Ok :)

    M’enfin bon ça reste cher quoiqu’on dise même pour faire de la virtualisation , à ce tarif je préfère acheter une carte mère de la gamme workstation d’asus ou une ASUS Z10PA-D8 ou une carte mère supermicro sur lequel je colle des xeon d’intel si c’est pour mettre 2400 € et après je colle le linux qui me plait .

    Répondre
  • 3 juillet 2019 - 21 h 39 min

    Un Linux de luxe ! 😎(Pinaise, ça rime ! 😁)

    A ce prix là, je vais chez .

    Répondre
  • 3 juillet 2019 - 23 h 14 min

    @Cascador: A ce compte, la moindre merde en pc peut être appelé “station de travail”
    Personellement, je réserve ce terme pour des machines qui ont une utilité très spécifique et bénéficient de ressources plus imposante.
    J’ai bossé sur Catia v3/V4 sur des stations IBM sous AIX et Sun sous Solaris.
    Même si aujourd’hui je suis sur la v5 sous Win7, j’ai un processeur de serveur sous le capot d’un HP. ^^

    Répondre
  • 4 juillet 2019 - 8 h 11 min

    @Cascador:

    Non mais là tu lui répond avec des cas “de geek”, c’est pas forcément le meilleurs exemple à mon avis car pour lui c’est plus des exceptions.

    En exemple pas mal tu as la Gendarmerie sous GendBuntu. Plus petit tu as aussi ma coiffeuse qui tourne sous Ubuntu.

    Donc c’est pas déconnant en fonction de l’activité, si tu as pas d’appli bloqué sous Win (et encore, tu as des moyens de rendre ça transparent maintenant sous Linux) tu bosses efficacement avec nunux.

    Répondre
  • 4 juillet 2019 - 13 h 40 min

    @Cascador:

    Je viens de penser à un truc à l’instant .En tant qu’administrateur tu dois passer des tests pour avoir des certifications concernant ( y a des bouquins proprio à apprendre pour ça ) . Redhat c’est pareil ( utilisé à la maison blanche ).openbsd aussi ( https://linuxfr.org/news/pr%C3%A9paration-dune-certification-bsd ) .
    Tu dis que tu utilises linuxmint sur ton/tes serveurs .Le jour où tu as un problème ( perte de fichier , hacking… ) avec , l’assurance de ton entreprise va mener une enquête et s’apercevra que tu ne t’es pas servis d’un système d’exploitation professionnel puisque pas de certificat , elle sera pas forcer d’indemniser ton patron .
    C’est pas très sérieux ce que tu me dis moi je trouve .

    Répondre
  • 4 juillet 2019 - 13 h 42 min

    COORECTION :

    “[…] En tant qu’administrateur tu dois passer des tests pour avoir des certifications concernant la sécurité ( y a des bouquins proprio à apprendre pour ça )et ton habilitation pro .[…]”

    Répondre
  • 4 juillet 2019 - 14 h 44 min

    Yo,

    @choukky: D’après l’article “Pour ce tarif, le Mintbox 3 proposera un Core i5 six coeurs non détaillé, 16 Go de mémoire vive et 256 Go de SSD PCIe NVMe”, ils appellent ça tout de même une “station de travail”, j’ai des copains qui ont plus gros en pc portable pro : core i7, 32 Go, 1 To de SSD sur Arch. Je te rejoins sur l’appellation “station de travail”, ça dépend comment on l’interprète

    @gloup: Tu mélanges tout. Je me cite : “mon pc portable et fixe sont sur Mint, des collègues sont sur Arch”, où tu me vois parler de serveurs ?

    Tcho !

    Répondre
  • 4 juillet 2019 - 17 h 26 min

    Oups ! Désolé :) La chaleur ne me réussit pas .C’est moi le fautif .

    Répondre
  • 4 juillet 2019 - 17 h 33 min

    cette machine est magnifique, elle a été testée? genre chez fanlesstech?

    @Daniel: détrompe toi, bcp de linuxiens ont des configs récentes et puissantes (ils ralent plutôt sur le retard du support ACPI :D)

    y a moyen d’avoir la même avec le logo Debian? :p

    c’est pas une config dans mes moyens mais y en a sûrement à qui ça plairait, après la plupart des linuxiens ont tendance à monter leurs configs eux même, ce qui ferait probablement baisser la facture moyennant une prise de risque de se foirer sur le montage

    moi c’est le coté fanless puissant et compact qui me choque, à moins que la machine soit dans un environnement climatisé … c’est cuit haha surtout par cette grosse vague de chaleur

    en tout cas j’espère que ce type de boitier sera repris à plus grande échelle, y a de très bonnes idées

    Répondre
  • 4 juillet 2019 - 23 h 59 min

    @gloup: Dans mon environnement de travail professionnel, c’est Linux partout (Ubuntu en serveur et KUbuntu en desktop), que ce soit en bureautique ou station de travail, et se sont de grosses configs Desktop (en Xeon avec 64 ou 128 Go de mémoire). Windows lui n’est toléré que dans des machines virtuelles (pour des questions de sécurité).

    Comme quoi, Linux en desktop en environnement pro, ce n’est pas la norme, mais ça existe.

    Répondre
  • 5 juillet 2019 - 7 h 45 min

    @gloup: Quelle assurance ? Tu racontes n’importe quoi. Une certification veut juste dire que tu es expert dans le domaine.
    Un hacking ou perte de fichier n’est en général pas en rapport avec l’OS mais avec son paramétrage (mauvaise gestion des droits, ports ouverts) ou sa maintenance (pas à jour).

    Répondre
  • 6 juillet 2019 - 14 h 25 min

    J’ai un Airtop 1, cette bécane, même un peu ancienne est une tuerie… assez surprenante en taille par sa compacité et en poids (très lourde) et très robuste. C’est mon ordinateur de bureau sous Linux Mint.
    Pour info, le responsable du projet Linux Mint utilise le même matériel.
    Il a un coût mais on ne regrette pas à l’usage.
    Ce qui est à souhaiter est une meilleure distribution internationale du produit…

    Répondre
  • Nex
    10 juillet 2019 - 16 h 52 min

    J’ai la chance d’utiliser une station de travail Linux Gentoo, à base de 4770S, depuis 2015 je crois. Full fanless, full SSD SATA, c’était top.
    Je l’ai remplacée par une machine à base de 6700k stock, fanless également, mais avec SSD nvme, puis encore par un AMD 1700X stock, nvme + SSD SATA, nvdia GTX 1060 EVGA, encore une fois full passif.

    Le tout sous Gentoo, avec un cluster de virtualisation.

    Ça fonctionne nickel.

    Vive le fanless.

    Répondre
  • Nex
    10 juillet 2019 - 16 h 53 min

    Et vive Linux

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *