PNY GeForce GTX 1650 : Soft Power

Avec la GeForce GTX 1650, Nvidia et PNY ne bouleversent pas le marché du jeu vidéo 3D. Ils proposent simplement une solution facile d’accès en terme de prix, de consommation et d’intégration. Un changement qui ouvrira les portes à du jeu FullHD confortable.

La PNY GeForce GTX 1650 ne vous ruinera pas, cette carte graphique PCI est un entrée de gamme qui vise une catégorie simple. Celle d’un poste milieu de gamme capable de jeu 3D comme de manipulations vidéo à condition de ne pas tenter de passer par dessus la ligne interdite. Celle du FullHD.

PNY GeForce GTX 1650 : Soft Power

159€, c’est le prix que vous coûtera cette carte graphique PNY GeForce GTX 1650 avec 4 Go de mémoire dédiée GDDR5. A son bord un processeur graphique Turing de dernière génération. Le même que celui des GeForce GTX 2060, 2070 et 2080. Avec toutefois une nuance de taille, celui de la GTX 1650 s’est méchamment fait sabrer par Nvidia pour diminuer son tarif.

PNY GeForce GTX 1650 : Soft Power

Dans la boite… rien si ce n’est un manuel d’installation

La marque a ainsi choisi de ne pas intégrer les fonctions avancées de la puce. Point de silicium dédié à l’IA ou au Raytracing par exemple. Et on sent bien que les ingénieurs de Nvidia ont joué du compte gouttes pour distribuer des performances précises. Il s’agit de l’intégrer dans la gamme sans faire de l’ombre au reste des modèles. Profiter de l’architecture Turing non pas pour ses performances brutes mais pour proposer une solution redoutable en terme d’efficacité énergétique.

PNY GeForce GTX 1650 : Soft Power

…Et la carte bien sûr.

Ces choix faits par Nvidia permettent de profiter d’une consommation très faible, d’une nuisance sonore limitée et d’une très grande facilité d’intégration. Cette PNY GeForce GTX 1650 XLR8 bénéficie d’un format court. Un encombrement rendu possible par l’emploi d’un circuit Nvidia TU117 et non pas un TU116 de GeForce GTX 1660. Il s’agit d’une évolution créée de toutes pièces pour cette formule de carte.

PNY GeForce GTX 1650 : Soft Power

PNY GeForce GTX 1650 : Soft Power     PNY GeForce GTX 1650 : Soft Power

A côté du GPU Fermi de la GTX 480 à droite, les circuits du TU117 Turing semblent vraiment minuscules

Le TU117 embarque 4,7 milliards de transistors et occupe une surface assez resserrée de 200 mm². Le TU116 occupe quand à lui un DIE de 284 mm² et affiche 6,6 milliards de transistors. On est sur un format beaucoup plus compact pour la GeForce 1650. Très loin du haut de gamme en Turing. Les GeForce RTX 2080 Ti sous TU102 grimpent à 18,6 milliards de transistors et occupent… 754 mm² ! Sur un Wafer identique en taille, il sera donc possible de produire 3,77 fois plus de puces TU117 que de TU102… Un prix de revient beaucoup plus faible donc pour ce modèle. 

PNY GeForce GTX 1650 : Soft Power

Revers de la médaille, l’espace disponible étant moins important les capacités sont évidemment inférieures. Avec 896 unités de calcul et 32 unités de rendu, on est loin des solutions haut de gamme sans que la puce n’ait à rougir pour autant. Le modèle de PNY propose une fréquence de base de 1485 MHz et un mode Boost de 1725 MHz dans cette version. La carte tient son appellation “OC” pour OverClocking du fait qu’elle soit très très légèrement sur-cadencée puisque la fréquence normale de ce circuit est de 1665 MHz seulement.

D’autres choix techniques ont été opérés comme un maximum de 4 Go de mémoire GDDR5 à 2 GHz. Cette mémoire dialogue avec le processeur graphique en 128 bits dans une bande passante limitée à 128 Go/s. Le nombre d’unités de textures est également assez faible : 56 pour la 1650. La 1660 en propose 80 et une GeForce GTX 1060 180. Des choix qui s’expliquent par le positionnement de la solution, Nvidia ne cherche évidemment pas à proposer une concurrence à ses propres cartes haut de gamme en moins cher. Il se positionne sur le marché particulier des joueurs occasionnels. La marque vise les joueurs déjà équipés d’un écran FullHD. Et probablement également propriétaire d’une machine à remettre à flot.

PNY GeForce GTX 1650 : Soft Power

La GeForce GTX 1650 propose en effet une intégration facile dans une machine existante, même celle d’un constructeur classique. Pas besoin d’une alimentation particulière ni de relier une prise dédiée en direct. La carte se satisfera parfaitement du voltage fourni par son port PCIe. Rendant plus facile le changement de carte graphique puisque vous n’aurez dans la plupart des cas pas besoin de changer d’alimentation ni de carte mère. Un simple échange de carte suffira. C’est le gros avantage de l’évolution des puces graphiques récentes, elles proposent une meilleure efficacité énergétique que les précédentes générations. Il est donc possible qu’une carte d’une ou deux gammes en arrière soit non seulement moins performante mais également plus gourmande et moins discrète.

PNY GeForce GTX 1650 : Soft Power

La faible consommation est un point capital de cette offre chez Nvidia. La PNY GeForce GTX 1650 n’est pas vorace et ne tire que très peu sur l’alimentation. Si, en pratique, la marque – comme Nvidia – conseillent d’employer une alimentation de 300 watts, chose que je vous encourage à faire. Il m’a cependant été possible de tester la solution dans une configuration avec un bloc d’alimentation de 280 watts signé HP sans que cela ne pose problème.

En pratique, la carte tourne entre 64 et 65 Watts de moyenne. Énervée par un jeu 3D gourmand, elle ne monte guère plus haut avec des pics à 69-70 Watts. La norme du port PCI Express lui autoriserait pourtant jusqu’à 75 watts de consommation mais elle ne semble jamais en avoir besoin. C’est un des points forts de la solution et si on regrettera la faible amplitude de fréquence de la PNY pour un modèle « OC », il faut la prendre dans cette perspective. Avec cette marge de 70 Watts consommés sur 75 disponibles la carte tourne donc parfaitement sur une petite configuration. Un point fort que l’on apprécie également sur la consommation globale de la machine et l’impact énergétique de l’ensemble. Le rendement est ici vraiment excellent et c’est ce qui fait la vraie force de cette proposition.

PNY GeForce GTX 1650 : Soft Power

Le second impact de cette faible consommation se ressent sur la ventilation nécessaire à la carte. Le dispositif de refroidissement embarqué par PNY n’a rien de vraiment ébouriffant. Il s’agit d’un dispositif à ailettes classique, rond, qui permet à la chaleur émise par le circuit de profiter d’une grande surface de contact avec l’air. Le ventilateur souffle vers celui-ci pour maximiser l’échange entre l’air frais, aspiré, et l’air chaud expulsé.
En pratique, dans différents usages poussant la carte dans ses retranchements comme le jeu ou le rendu de vidéo, la ventilation tourne assez vite. Émettant un souffle audible mais difficile à départager du reste d’une configuration classique en action. La machine complète tourne entre 37 et 39 dB dans un environnement sonore calme en plein rendu 3D ou dans une partie de Tomb Raider. Dans des situations plus classiques, lorsque la carte vidéo n’est pas sollicitée comme dans la rédaction d’un document sous LibreOffice Writer, la machine reste à 33-34 dB. Son ventilateur, comme celui du processeur, restant beaucoup plus sages. La PNY proposant alors un rythme très lent, la rendant probablement totalement inaudible.

PNY GeForce GTX 1650 : Soft Power

Ces résultats sont encourageants mais vous vous en doutez, ils cachent évidemment quelques bémols. Une carte qui chauffe peu et qui consomme peu, c’est évidemment une carte moins performante que celles qui demandent beaucoup plus de ressources. En pratique, la PNY GeForce GTX 1650 est finalement une affaire de choix, elle va correspondre à un profil précis et ne cherchera pas à venir marcher sur les plates bandes sur les puces les plus puissantes et autrement plus chères.

Nvidia vise ici les utilisateurs classiques d’un PC, ceux qui vont lancer de temps en temps une petite partie mais pour qui le jeu vidéo n’est pas le loisir par excellence.
La GTX 1650 est calibrée pour le jeu 3D en FullHD et n’aura pas vocation à aller plus haut. La carte se débrouille très correctement dans cet espace de calcul et propose des performances convaincantes. Il faudra parfois, sur les titres les plus gourmands jouer quelque peu sur les détails graphiques pour obtenir un nombre d’image par seconde toujours convaincant. Mais dans l’ensemble, et surtout si vous jouez à des titres très grand public, la carte ne vous fera pas défaut.
Pour être très clair, si vous avez opté pour un écran UltraHD, passez votre chemin, cette carte n’est pas pour vous. Mais si, comme la logique de cette carte le voudrait, vous cherchez une solution abordable dans laquelle investir pour faire évoluer une configuration avec un écran FullHD alors la GTX 1650 est une solution a retenir.
En pratique si un grand nombre de jeux sont parfaitement accessibles avec beaucoup de confort en FullHD, l’expérience s’écroule littéralement en cherchant à augmenter la définition demandée à la marque.

Les tests suivant ont été faits sur un PC MiniATX équipé d’un Core i7-4790K avec 16 Go de mémoire vive DDR3 et auparavant équipé d’une GeForce GTX 1050 Ti 4Go format long avec double ventilateur. La configuration y a largement gagné en performance. L’alimentation 300 Watts “noname” n’a pas eu besoin d’être changée. La machine est devenue nettement plus silencieuse et globalement moins gourmande en énergie.

PNY GeForce GTX 1650 : Soft Power
Rise of the Tomb Raider passe ainsi de 45 images par seconde tous détails activés en 1920 x 1080 à moitié moins en UltraHD. En rognant un peu sur l’antialiasing, la GTX 1650 grimpe au-delà des 60 images par seconde en FullHD. La rendant alors très confortable et surtout impressionnante par rapport à sa consommation mesurée et le bruit qu’elle génère.

Plus récent, plus gourmand, Shadow of the Tomb Raider a plus de mal à décoller en FullHD en restant souvent coincé entre 40 et 45 images par seconde.

The Witcher 3 tourne dans les mêmes eaux à 45 images par seconde en FullHD et fait très rapidement pâle figure quand on monte plus haut la définition de l’affichage. Passant alors sous les 16 images tous détails à fond en UltraHD. Là encore, en jouant sur divers réglages de lumière ou de lissage, on pourra aller grappiller 10 ou 15 images par seconde supplémentaires dans ces titres pour un 1920 x 1080 beaucoup plus confortable.

Un jeu de course comme Dirt Rally en réglages maxima est très bien géré par la solution. On tourne sur du 50 images par seconde ce qui est très jouable sur ce type de configuration. En désactivant un peu l’antialiasing, passant du MSAA 8X au 4X ou au 2X on reste constamment au dessus des 60 images par seconde tout en gardant un jeu propre et en profitant de tous ses aspects visuels.

Les titres plus grand public et notamment les jeux multijoueurs sont beaucoup mieux lotis. Ces jeux sont pensés pour être exécutés sur un maximum de configurations et souvent, sous leur aspect clinquant, demandent moins de ressources aux solutions graphiques. C’est le cas d’un titre comme Apex Legends, par exemple, qui tourne très confortablement en 1080P en haute qualité graphique avec un anti aliasing activé entre 50 et 60 images par seconde. Fortnite, tourne entre 60 et 64 images par seconde.

PNY GeForce GTX 1650 : Soft Power

Sous le logiciel de montage vidéo DaVinci Resolve, les coeurs CUDA sont bien gérés et le rendu comme le montage sont accélérés de manière convaincante. Attention, il ne s’agit pas de comparer la puce TU117 aux modèles haut de gamme, mais les films en FullHD sont bien pris en charge avec des filtres basiques gérés en temps réel. Un réglage colorimétrique ou des effets trop chargés vous rappelleront vite à l’ordre des capacités de calcul de la carte face à une RTX ou une Quadro. Mais ce n’est pas le but premier de cette solution. Vous pouvez compter sur la GeForce 1650 pour piloter le montage d’une vidéo FullHD ou UltraHD, il faudra juste être beaucoup plus patient pour le rendu qu’avec une carte beaucoup plus haut de gamme. Sous Adobe Photoshop, là encore la carte est au rendez-vous. L’accélération graphique est bien prise en compte et la fluidité globale est excellente.

PNY GeForce GTX 1650 : Soft Power

En terme de rendu vidéo, la puce se débrouille particulièrement bien. Elle sait tout décoder sans soucis et propose une excellente qualité d’image. Les formats les plus gourmands sont pris en compte jusqu’en UltraHD sans aucun problème ni de rafraîchissement ni de qualité d’image. C’est devenu un standard sur les processeurs graphiques depuis plusieurs générations désormais. D’un point de vue encodage, la puce ne bénéficie là encore pas de tout le savoir faire des puces Turing. Nvidia a choisi de placer un moteur de compression vidéo plus ancien. De génération Volta, il saura néanmoins vous assurer un encodage efficace sous Handbrake mais entre 15 et 20% inférieur à celui d’une puces GeForce 1660 par exemple. Rien de bien méchant mais un élément à noter si votre PC sert habituellement à cette tâche. On notera au passage le choix assez faible en terme de sorties vidéo : Une prise HDMI 2.0b et une sortie DVI-D. De quoi gérer du double écran sans problème avec une prise en charge du HDCP 2.2 pour les contenus protégés. Une prise DisplayPort aurait été bienvenue pour étendre les capacités de la solution même si la place manque quelque peu sur ce modèle compact.

PNY GeForce GTX 1650 : Soft Power

Qu’est ce qu’a voulu faire Nvidia avec cette GeForce GTX 1650 ? Rien de moins que de proposer une solution de mise à jour. La carte n’est pas la solution à acheter pour une machine neuve, elle se positionne sous une GTX 1060 qui embarque un processeur graphique de la génération précédente.
Elle est également assez loin de ce que peut offrir une solution comme la Radeon RX 570 proposée dans le même ordre de prix. Mais voilà, aucune de ces deux cartes ne peut venir se glisser dans une configuration à faire évoluer équipée d’une alimentation classique de 300 watts. Les deux solutions sont plus gourmandes et plus bruyantes.

Une GTX 1060 demandera plus de 110 watts au système, beaucoup plus que les 75 watts offerts par le port PCI Express. Ce qui nécessitera dans la plupart des cas un changement d’alimentation et gonflera la note en conséquence. Une Radeon RX 570 sera un meilleur choix en terme de performances avec 15 à 20 % d’images par seconde en plus en moyenne. Mais son impact en terme de consommation est sans commune mesure. Suivant les modèles une carte AMD de ce type nécessite entre 170 et 180 watts pour fonctionner, 100 watts de plus que la Nvidia ce qui forcera également un changement d’alimentation et montera la facture électrique comme le bruit généré à d’autres niveaux.

PNY GeForce GTX 1650 : Soft Power
Compacte, efficace et permettant une mise à jour simple, la PNY GeForce GTX 1650 n’est pas la carte de jeu de l’année. C’est avant tout une solution efficace et c’est le but recherché par la marque. Autant je ne suis pas du tout certain de la pertinence des modèles les plus gonflés de cette gamme de puces Turing, autant ce modèle en particulier tire son épingle du jeu par cet aspect passe partout de son intégration.

Difficile d’apprécier la valeur des GeForce GTX 1650 les plus chères du marché, avec certes plus de mémoire embarquée mais toujours les mêmes limitations de calcul, elles n’affichent pas un bon profil. Dépenser 200 ou 220€ dans une carte de ce genre est difficile à justifier. A 159€ pour cette PNY, pour qui veut faire durer encore un peu une machine ou la remettre à flot, la solution reste accessible et ne demandera souvent que quelques minutes avec un tournevis en main.

Si vous recherchez une carte plus rapide pour du FullHD et que vous possédez une alimentation plus musclée que les 300 watts demandés par ce circuit graphique, orientez vous vers des GeForce GTX 1060 6 Go que l’on peut trouver à 200-220€ plutôt que ces GTX 1650 « gonflées » inutilement de mémoire vive.
Si votre budget le permet, l’alternative GeForce GTX 1660 est peut être également une solution a envisager. Elle poussera un palier plus loin les jeux en proposant quasi systématiquement un bon 60 images par seconde en FullHD tous détails graphiques activés. Il vous en coûtera environ 230 à 240€ pour un modèle 6Go pas forcément beaucoup plus encombrtante. Enfin, si vous voulez voir un peu plus loin, toujours dans cette gamme de tarif où il faudra peut être changer votre alimentation pour un modèle 450 ou 500 watts, les GeForce GTX 1660 Ti proposent un jeu FullHD sans concessions à plus de 60 images par seconde sur la très grande majorité des titres actuels. Cela vous coûtera entre 260 et 300€.

PNY GeForce GTX 1650 : Soft Power

Compacte et sans fioritures inutiles, la PNY GeForce GTX 1650 est une bonne carte graphique de par son excellent rendement énergétique. Elle ne s’adresse pas aux joueurs patentés mais plutôt à ceux qui cherchent de quoi lancer une petite partie de leur jeu préféré de temps en temps sur leur machine. Elle sait se montrer discrète, décodera tous vos contenus multimédia, offrira ses coeurs CUDA à vos manipulations d’image ou de vidéo et ne vous ruinera pas en composants supplémentaires. C’est une solution faite pour un ordinateur dont la carte graphique vient de rendre l’âme, accablée par la chaleur. Pour des machines aux circuits graphiques trop vieillissant ou pour équiper une solution livrée sans carte mais uniquement avec la puce du processeur. Si votre machine dispose d’un port PCI Express 8X de libre et si votre écran est un FullHD, c’est une solution à considérer.

PNY GeForce GTX 1650 OC
7.2
PNY GeForce GTX 1650 OC
  • LES PLUS
  • Facilité d'intégration (compacité et faible conso)
  • Ventilation discrète
  • Prix abordable
  • LES MOINS
  • Performances limitées au FullHD "light"
  • Peu de sorties vidéo
  • Performances Globales (en jeu FullHD)
    6
  • Performances Globales (en Usage vidéo/photo)
    7
  • Bruit
    7
  • Connectique
    6
  • Compacité et intégration
    8
  • Consommation
    9
13 commentaires sur ce sujet.
  • 3 juillet 2019 - 9 h 38 min

    Bonjour, cela fait un moment que je me pose la question, mais ai-je quelque chose à gagner à changer la carte graphique de mon pc actuel par ce type de modèle? Ma config actuelle date de 2012, en mini itx avec 8Go de ram, un core i5 de 3ème génération et une gtx 660. Elle supporte plutôt bien les jeux auxquels nous jouons, comme minecraft ou rise of the tomb raider en fullHD. Ma question concerne donc un éventuel remplacement de la cg actuelle en cas de panne. Ces nouvelles cartes m’apporteront elles des performances meilleures, équivalentes ou inférieures à celles de ma 660? Les benchmarks récents ne font plus apparaître ma carte et j’ai donc du mal à me rendre compte.

    Répondre
  • 3 juillet 2019 - 9 h 50 min
  • 3 juillet 2019 - 9 h 57 min

    @Jackoz, la GTX 1650 a sur https://www.videocardbenchmark.net un score de 7500 vs 4100 pour la gtx 660.
    Ces scores sont sans doute à prendre avec des pincettes car dépendant des utilisations, néanmoins avec un tel écart peu de chances d’être déçu. D’autant plus que ton processeur semble peu brider cette carte : https://www.gpucheck.com/gpu/nvidia-geforce-gtx-1650/intel-core-i5-3570-3-40ghz/

    Tout cela pour des nuisances sans doute bien moins élevées comme évoqué par Pierre ( TDP 75 vs 140 W )

    Répondre
  • 3 juillet 2019 - 10 h 05 min

    @alain merci pour la réponse et les adresses de site. Je garde ça sous le coude. Pour les nuisances, j’ai changé le rad stock de ma 660, et du coup elle est tout de même très silencieuse.

    Répondre
  • 3 juillet 2019 - 10 h 11 min

    ( je n’avais pas vu la réponse de Pierre lorsque j’ai publié la mienne )

    Répondre
  • 3 juillet 2019 - 10 h 54 min

    Salut ! “Si votre machine dispose d’un port PCI Express 16X câblé 8X de libre et si votre écran est un FullHD, c’est une solution a considérer.”

    Répondre
  • 3 juillet 2019 - 11 h 17 min

    Mais qui joue en 4k en même temps ? Beaucoup de gens maintenant jouent à leur pc depuis leur canapé sur la tv du salon (de loin on voit pas la différence 4k fhd) et selon les stats steam seul 10% des joueurs jouent en résolution 4k
    Donc je pense que le fhd a encore de beau jour devant lui, c’est bien que ce genre de carte existe à cette tranche de prix et à l’intégration si simple dans une config existante

    Répondre
  • 3 juillet 2019 - 13 h 06 min

    @Alain:

    Moi non plus, je pense que la réponse de Pierre est arrivée après coup.

    Répondre
  • 3 juillet 2019 - 14 h 42 min

    Dans la mise à jour des vieux PC, il est aussi très important de vérifier le support de Bios.
    Ca peut très mal finir si on n’y fait pas gaffe.

    Petite anecdote personnelle :

    J’ai un PC de supermarché de 2011, avec i3 et 8Go de RAM, boosté SSD, tout à fait convenable pour mon usage, avec du jeu en occasionnel. Il était livré avec une radeon moyen de gamme pour l’époque, ce qui le rendait utilisable en 3D pour la plupart des jeux.

    Mais bon, début 2018, j’ai voulu évoluer sur une CG plus puissante, car les jeux devenaient poussifs. J’ai donc envisagé, à l’époque, une GTX 1050 pour un grand boost à pas cher.
    Avant de faire l’achat, j’ai lu un peu d’Internet et me suis rendu que certains PC ne démarraient plus avec des cartes récentes… pour apprendre que le format de bios des CG avait changé vers 2013 (il me semble).

    J’ai de la chance, je travaille dans un environnement où on dispose de plein de cartes graphiques. Un soir, je suis rentré avec une 680, une 730 et une 1070.
    Et seule la première fonctionnait. ce n’était pas une question d’alim, mais bien de bios.

    Sans la prise d’infos et les tests, je me serais fait avoir en achetant une 1050.
    Donc, finalement, j’ai trouvé une GT660 en occaze à 50 balles, et depuis tout fonctionne nickel.

    Bref, méfiez-vous des updates de cartes graphiques sur les configs assez vieilles !

    Répondre
  • 4 juillet 2019 - 7 h 45 min

    Merci pour ce test complet, c’est très intéressant pour se faire une idée.

    Répondre
  • 4 juillet 2019 - 11 h 24 min

    Salut Pierre,

    As tu eu l’occasion de tester cette carte sur une machine avec un bon vieux legacy BIOS ?

    Certains utilisateurs de de Gtx 1650 laissent penser que certaines cartes (y compris la PNY) fonctionnent avec de vieux Dell ou HP (Core2Duo ou séries “X5600” Westmere EP ).

    Si tu as possibilité de mettre la carte dans une vieille bécane et que tu pouvais avoir la gentillesse de partager le résultat :)

    Merci

    DocteurCpu ;)

    Répondre
  • 4 juillet 2019 - 11 h 52 min

    @docteurcpu: Non je crois pas avoir ce genre de machines en stock. Je regarde cependant !

    Répondre
  • 4 juillet 2019 - 22 h 46 min

    @haruhi: Perso je joue en 4K avec un pc de taille contenue.
    Par contre la 980Ti n’est pas forcement à l’aise sur tout les titres.
    Si cela rame trop je passe en FHD :)

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *