Mediatek Helio P90 : Un SoC pour la réalité virtuelle et l’IA

Le Mediatek Helio P90 est un nouveau SoC de la marque qui vise d’autres objectifs que la simple et classique évolution de performances. La marque veut innover dans une autre direction et fait donc un pas de côté.

Le mur de la performance brute arrive pour les solutions ARM comme il est arrivé pour toutes les autres solutions. Le moment se rapproche où, pour pouvoir augmenter significativement la performance d’une puce, il faudra soit un énorme bond technologique, soit une augmentation considérable de la consommation énergétique. 

Le nouveau SoC Mediatek Helio P90 n’affichera donc pas des performances révolutionnaires mais s’oriente vers d’autres perspectives. Combinaison originale de huit coeurs ARM Cortex, il s’associe à des fonctions avancées sur d’autres postes comme la “Réalité Virtuelle” ou “l’Intelligence Artificielle”.

2018-12-17 16_06_39-minimachines.net

Les huit coeurs fonctionnent de manière originale. Tout en se rapprochant des big.LITTLE classiques, ils ne fonctionnent pas en deux groupes de quatre coeurs différents mais en un double coeur ARM Cortex-A75 cadencés à 2.2 GHz et six coeurs ARM Cortex-A55 à 2 GHz. En mode simple coeur, avec le A75 à 2.2 GHz actif, la puce sera donc plus performante que les Helios précédents. En multi coeurs, par contre, elle sera moins rapide même si je doute que cela se ressente réellement à l’usage.

La marque a eu la sagesse d’ajouter à cette base des éléments intéressants, à commencer par un circuit graphique PowerVR GM 9446 cadencé à 970 MHz. Une pouce qui devrait offrir de très bons résultats en 2D et en 3D mais également en décompression vidéo à la volée. La puce affichera jusqu’en 2520 x 1080 pixels.

L’ensemble du SoC pourra prendre en charge jusqu’à 8 Go de mémoire vive DDR4 sur deux canaux, ce qui lui offrira une excellente bande passante pour le traitement des données.

Une prise en charge de l’UFS 2.1 devrait encore accélérer les traitements avec des débits rapides entre le stockage et l’ensemble des processeurs et de la mémoire vive. 

D’autres postes sont intéressants comme l’inclusion dans le SoC d’un modem 4G LTE et d’un Wifi5 + Bluetooth 5.0. D’un module GPS indépendant et même d’un tuner FM. Le Mediatek Helio P90 pourra accepter des capteurs photo allant jusqu’à 48 mégapixels, ce qui n’arrivera pas en pratique mais qui pourrait donner du choix aux constructeurs. Adrian me fait gentiment remarquer une erreur d’analyse de ma part ici, si les derniers SoC sont tous conçus pour prendre en charge des capteurs 48 Mégapixels ce n’est pas pour piloter du 48 Mégapixels mais pour générer des images plus fines et détaillées en 12 Mégapixels via un capteur adapté. Avec cette technique on profite d’une meilleurs image, de plus de détails, d’une meilleure gestion du bruit et des basses lumières. Il sera également possible de combiner des capteurs comme un 24 + 16 MP.

2018-12-17 16_08_56-minimachines.net

Mediatek insiste sur  d’autres postes et en particulier sur le traitement de machine learning de ce nouveau SoC. Avec un circuit dédié de nouvelle génération, il devrait être capable de gérer des traitements incluant de l’intelligence artificielle quatre fois plus rapidement que ses prédécesseurs. Là encore, cela demandera vérification et remise en question. Sur les appareils actuels, la tâche la plus demandée en AI est de reconnaître une empreinte ou un visage. La reconnaissance est déjà très rapide, de l’ordre du quart de seconde. Passer de un quart à un huitième de seconde ne changera finalement pas grand chose pour ce type d’usages.

Mais l’ouverture de l’AI à des solutions plus performantes incitera peut être les éditeurs à proposer des applications tirant plus partie de ces fonctions : En imagerie par exemple, pouvoir identifier le fond d’une image du sujet central pour proposer un flou est une tâche typique de ce que pourrait proposer un appareil photo et son logiciel de traitement. Supprimer des éléments dans l’image, reconnaître des visages et autres pourraient prendre beaucoup moins de temps.

Cette fonction du Mediatek Helio P90 sera également exploitée pour l’autre talent de la puce, à savoir la réalité virtuelle. La présence d’une solution d’IA au sein du SoC permettra par exemple de reconnaître facilement des marqueurs et de les interpréter. QRCode, graphismes variés ou visages, la solution pour prendre en compte des éléments de son environnement et les traiter en temps réel. Cela permettra de créer des avatars mais également de créer des interactions entre des objets et des formes virtuelles. Mediatek  pour ce poste travaillé avec Google de manière à optimiser son expérience VR avec les projets de l’éditeur et en particulier ARCore et Google Lens.

Un commentaire.
  • 18 décembre 2018 - 4 h 02 min

    “Le mur de la performance brute arrive pour les solutions ARM”
    Sur cette puce il y a encore de la marge quand on voit le A12 d’Apple.
    Si ImgTech fait un bon pilote Linux pour ce GPU alors j’aimerais bien un SBC avec ça.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *