LibreOffice 6.0 est disponible, vous n’avez plus de raison de ne pas l’essayer

LibreOffice 6.0 est désormais disponible au téléchargement, la suite bureautique libre et gratuite change de version et apporte son lot d’améliorations. A vrai dire, si elle n’est pas parfaite, elle est largement suffisante pour la vie de tous les jours. Elle devrait correspondre à tous les besoins d’un poste familial classique et si c’est votre cas, vous n’avez plus de raison de payer une autre suite pour ces usages.

A  chaque fois qu’on me demande quelle suite bureautique j’utilise, je réponds LibreOffice. Et souvent, quand ce sont des questions provenant de personnes ayant une certaine compétence dans le domaine informatique, j’ai la même remarque. “Ah LibreOffice c’est bien, mais on peut pas tout faire avec”. La plupart du temps, ce n’est pas basé sur un constat précis puisque cette “expertise” ne se sert pas de l’expérience de celui qui déclare cette sentence après essais mais sur une rumeur.

libreoffice-argument-1

-Par exemple quand tu veux faire un publipostage, c’est galère.

-Tu as déjà essayé ?

-Non mais on m’a dit que c’était pas simple, tu vois pour ce genre d’opération lourde. Quand tu dois fusionner une base de 1600 noms pour faire des enveloppes…

-Ah, on t’a dit que…

-Ben oui, les fonctions de fusion et de publipostage d’Office sont quand même largement devant !

-Tu en fait souvent ? Du publipostage de 1600 enveloppes ?

-Euh…

-Donc, tu te bases sur une rumeur au sujet d’une fonction que tu n’utilises jamais pour choisir un logiciel payant plutôt qu’un logiciel gratuit !? C’est toi qui a acheté la licence Winzip non ?

La vidéo est en anglais mais évidemment LibreOffice est disponible en Français !

Bref, LibreOffice 6.0 est une suite bureautique libre, gratuite et maintenue par une véritable armée de gens compétents et désintéressés. Elle convient à tous les usages “familiaux” d’une suite bureautique avec un module de traitement de texte, un tableur, un logiciel de préAO, un logiciel de dessin et de plans, une base de données, un outils pour gérer formules et équations et même de quoi faire de jolis camemberts pour vos réunions. LibreOffice 6.0 est disponible pour Windows, Linux et MacOS et ne demande pas grand chose pour fonctionner : Un vieux Pentium III est suffisant, 512 Mo de mémoire vive et environ 1.5 Go d’espace si vous installez tous ses composants. La définition d’écran minimale est de 1024 x 768 pixels. Bref, la plupart des vieux coucous sont tout à fait suffisants pour le faire tourner.

2018-02-01 14_30_30-minimachines.net

Un document Writer avec une signature invalide indiquant un problème de sécurité

La nouvelle mouture a de nombreux avantages comme la protection de vos documents Writer grâce à une clé OpenPGP, une meilleure compatibilité avec les formats OOXML de Microsoft pour récupérer des fichiers issus d’autres programmes.  On peut, par exemple, travailler avec des ePUB ou importer des fichiers QuarkXPress.

Je ne sais pas si c’est l’outil parfait pour une entreprise de 1000 salariés, ce que je sais c’est que je n’ai pas encore réussi à coincer LibreOffice d’un point de vue de simple particulier. Et pour tout vous dire, on trouve même des tutos pour faire des publipostage avec Writer

Pour télécharger LibreOffice 6.0, ça se passe en suivant ce lien (261 Mo).

 


Soutenez Minimachines.net !
64 commentaires sur ce sujet.
  • 1 février 2018 - 14 h 56 min

    Je pense que le problème principal est qu’il y a des incompatibilités de lecture pour les fichiers venant de Word, mais peut être que ça à été réparé ?
    Sinon bon article à part une petite coquille, il y a écrit 512go de mémoire vive au lieu de 512mo,ça fait beaucoup ^^

    Répondre
  • 1 février 2018 - 15 h 03 min

    Merci pour ce billet. Utilisateur de diverses suites bureautiques sans être un expert, j’ai utilisé libre Office à une époque. Pour créer des documents, aucun problème. Le principal soucis reste la lecture et l’édition d’un document fait sur Word, formaté n’importe comment, avec des images, des tableaux et des formes (pour faire joli) un peu dans tous les sens. Même si la compatibilité a été améliorée, ça marche pas à 100% à tous les coups. Et comme la suite M$ reste très largement utilisée, je fais le mouton…à mon grand regret.

    Répondre
  • 1 février 2018 - 15 h 19 min

    Le titre de ce billet a été choisi avec soin : Il faut essayer ! La compatibilité a été améliorée… 261 Mo a télécharger et zéro risque… alors Essayez !

    Répondre
  • 1 février 2018 - 15 h 42 min

    La compatibilité des suites MS Office avec Libre Office a toujours été le principal argument des utilisateurs de MS Office.
    Et je suppose que c’est aussi l’élément qui gênent le plus les entreprises quand à l’utilisation de Libre Office : ils sont forcément amenés à traiter différents documents provenant de mises à jour différentes (2010, 2012, etc…) de MS Office. La compatibilité totale de chacune de ses versions est un impératif pour pouvoir gérer les fichiers de l’entreprise.

    Si Libre Office est en mesure d’assurer ce genre de service, aucun doute que ses utilisateurs vont augmenter drastiquement (même si ce défaut lui ai donné une mauvaise réputation…)

    Répondre
  • 1 février 2018 - 15 h 44 min

    Pour moi, le souci reste, comme bon nombre de logiciels open source, une interface qui sent souvent un peu la poussière ! Toujours ce sentiment que c’est bien développé niveau moteur mais la carrosserie est toujours à la traîne

    Répondre
  • 1 février 2018 - 15 h 57 min

    @Annoshim: Oui alors là comme argument…..
    même les différentes moutures de MS office ne sont pas compatibles entre elles. A mon boulot on “partage office 2010 et 2013 et je peux te dire que la compatibilité n’est pas au rendez-vous.

    Répondre
  • 1 février 2018 - 16 h 02 min
  • 1 février 2018 - 16 h 04 min

    Au délà de la betises humaines de la mode et des rumeurs, les arguments pour ne pas passer à Libreoffice sont plutôt :
    1- incompatibilités
    2- habitudes : je sais faire sous office mais je ne sais pas sous libreoffice

    Ces deux arguments sont rationnels…. et pire, je les expérimenté malgré le libriste que je veux être !
    Perso, je veux passer à librefoffice, j’ai donc pris le temps de contourner le point 2 (=je me suis formé et ai accepté de faire l’effort de …objectivement passer d’un office 2003 à 2010 a été tout aussi galère) mais j’ai perdu des heures de boulots avec libreoffice a-lorsque les collègues étaient sous word et que nous écrivions un doc ensemble (avec commentaires et annotations), b-lorsque les documents étaient gros : doc de plus de 100 pages et calc de millions de cases.

    Pour le point 1, re-tester régulièrement avec des documents sans valeur, ce que je vais faire de ce pas :-D
    Pour le point 2, il faudrait un mec qui pondent un document simple de correspondance des choses courantes et de celles qui le sont moins.

    du cout pour les document, je suis passé à sharelatex ^^

    Répondre
  • 1 février 2018 - 16 h 16 min

    Pierre, il faut une grosse config, mais “512 Go de mémoire vive”, actuellement peu de PC ont cette quantité de ram… D’autant plus suite à ton article sur la RAM
    ;-)
    Treve de galejade

    Répondre
  • 1 février 2018 - 16 h 46 min

    @Geppeto35:

    +1, l’article tape un peu à côté des raisons principalement évoquées en faveur de la suite MS. Geppeto35 a parfaitement bien cerné le sujet en deux lignes:


    1- incompatibilités
    2- habitudes : je sais faire sous office mais je ne sais pas sous libreoffice

    Répondre
  • 1 février 2018 - 16 h 52 min

    @fdufnews: ben déjà, partager du 2010 et 2013 en entreprise… alors qu’on est passé à 2016… et qu’office 365 est là… comment dire…
    Je suppose que vous avez aussi encore des postes sous Win7-8-10 et un vieux bouzin sous millenium :-) lol

    Sinon, LibreOffice, j’ai nagé dedans avec Calc Writer et compagnie… durant plusieurs années au boulot par choix “politique”. J’ai nagé, surnagé, 0puis coulé…
    J’ai galéré comme un dingue… avec fusion publipostage rapports croisé… des heures de formations et des mois de boulot plus tard, hop, machine arrière toute… 5200 licences MS Office déployées.

    Par contre, pour taper sa petite lettre et faire sa petite feuille de compte perso, pas de soucis pour LibreOffice ;-)

    Répondre
  • 1 février 2018 - 16 h 58 min

    Hé bien pour ma part je ne suis pas passé à Microsoft Office (2016, que mon boulot me fournit) parce que mes fichiers LibreOffice ne sont pas lus et interprétés correctement. Les feuilles de styles ne sont pas non plus respectées (voire ignorées), que le document soit simple ou compliqué.
    Comme quoi ça peut aussi être dans l’autre sens…
    Je suis très content de LibreOffice (depuis qu’il existe) et je dis un grand “Non-merci” à Microsoft.
    Entièrement d’accord avec Pierre, si c’est pour dire “oui mais le problème c’est la compatibilité”, avant même d’avoir installé le 6.0 pour tester… ne le dites pas.

    Répondre
  • 1 février 2018 - 17 h 17 min

    @brazomyna: Pas d’accord :)

    “Je ne sais pas si c’est l’outil parfait pour une entreprise de 1000 salariés, ce que je sais c’est que je n’ai pas encore réussi a coincer LibreOffice d’un point de vue de simple particulier.”

    Je vois pas ce que j’aurais besoin de réapprendre en tant que particulier qui n’est pas simplement identique entre MSOffice et LibreOffice ?

    Répondre
  • 1 février 2018 - 17 h 17 min

    Du coup, je me demande, il ne faudrait pas placer cet article dans les bons plans ?

    :o)

    Répondre
  • 1 février 2018 - 17 h 22 min

    Je suis avec Libreoffice dès le début. Je préfère en plus son interface (j’espère qu’ils ne s’inspirent jamais de word). La compatibilité a avancé énormément, au moins en ce qui concerne une utilisation courante. Writer n’a plus de problèmes avec des docs de microsoft simples, mais par contre des docs avec des notes de pied de page ou autres formatages plus spécifiques ça peut présenter des problèmes. La seule chose qui m’énerve c’est effectivement les notes de pied de page (j’en avais des centaines dans ma thèse et mes relecteurs n’avaient que Word) qu’on ne peut pas toutes sélectionner et dont le paramétrage ne fonctionne pas parfaitement à tout les coups. La sauvegarde aussi peut poser des problèmes si on utilise un clé usb et un ordi qu’on n’éteint pas pendant longtemps (mais c’est des cas de figure rares).

    Répondre
  • Fr
    1 février 2018 - 17 h 42 min

    bonjour
    Bonne idee il faut tester OpenOffice6, comme je l’ai fait pour un gerant de magasin qui ne pouvait plus utiliser sa version M$2010 qui ne voulait plus se lancer. Mis a part ce sauvetage tres rapide
    : Personnellement, Je traite des fichiers csv avec powershell (windows ou linux) pour faire des restitutions graphiques puisque je voulais les automatiser pour coller dans un rapport ensuite. Je n’ai jamais investi dans les formules de tableurs mis a part RechercheV pour un resultat rapide (openOffice fait tres bien l’affaire). ce qui m’inquiete, c’est le format M$ office 2007 qui n’est plus maintenu. (Officiel M$) Les archives de ces fichiers seront exploitables tant que M$ laisse des visionneuses word, excel, ppt mais elles ne prennent pas en compte les formats a partir d’une certaines versions office 201x (x=3 ou 6). Adieu les archives , pourquoi les laisser sur les serveurs alors que les entreprises ne financeront pas leur migration. Mais peut etre que OpenOffice continuera a les lire. De meme, les projets et applications VBA qui ont coutes cher des fois, sont perdus. Bref un gachis orchestre par M$. une strategie commerciale pour payer toujours plus pour aller sur Sharepoint le Cloud, office365. Une course en avant ou le personnel meme en informatique s’y perd. Il est temps de se rendre compte que l’on va droit dans le mur.

    Répondre
  • 1 février 2018 - 17 h 47 min

    Il y a les macros VBA avec LibreOffice 6 ?

    Répondre
  • 1 février 2018 - 17 h 57 min

    @pilef: La réponse à toutes tes questions est gratuite, derrière 261 Mo de téléchargement :)

    Répondre
  • 1 février 2018 - 18 h 31 min

    C’est sur que la taille du fichier est modeste ,de plus c’est fait pour LINUX aussi.
    AVANTAGE pour débuter un texte sous un OS et le finir sous un autre .

    La compatibilité Microsoft : déjà un problème avec les divers Word entre eux couplé aux différences des divers Office d’où un certain intérêt des solutions libres.

    Je pense que je vais certainement téléchargé cette suite qui offre l’avantage de tourner sur mes vieilles machines .

    Répondre
  • 1 février 2018 - 18 h 32 min

    Oui, alors moi j’ai un autre argument: LibreOffice est portable. Donc, il tient sur ma clé usb (tout en prennant Presque 1GB de mémoire, le bougre, au sein de Liberkey, mais je n’apprends rien au lecteur de ce blog de Geeks. Et c’est bien pratique…
    Avec un revers…c’est composé d’un paquet de petits fichiers (de merde, j’aime pas les petits fichiers, ni les routes départementales, surtout à 80km/h), qui font ramer clés usb et même mes SSD (si si).

    Côté performance, autre bizarrerie: sous Windows, ça rame au démarrage, ça fait pitié (bienvenue dans les années 90). Ce qui est suprenant, c’est qu’avec une même machine, mon Yepo 737S avec son proc de tablette et son eMMC, sous Lubuntu, il démarre quasiment 3 fois plus rapidement que sous W10. Pourquoi ? C’est Bill qui a ajouté des boucles au code avec le compilateur Windoze ?

    Bien sûr, LibreOffice ne vous vole pas vos données, comme la suite MS.
    Si l’on n’a pas ce genre de questionnement, la simplicité c’est aussi Office online (le truc gratuit qui vient avec une boite email) ou Google Drive. Notamment pour collaborez sur un doc.
    Sinon, un intéressant concurrent gratuit (mais pas libre) c’est WPS Office, très léger (bien que paraissant comparable à LibreOffice sur le trio texte-tableau-présentation), multilingue, mais avec de la pub (de merde) au démarrage.

    Mais tout ça n’encourage pas les développeurs de LibreOffice, comme Pierre s’acharne à le faire dans l’article avec un humour narquois bien à lui. Car n’oubliez pas, LibreOffice c’est 261 Mo de pur bonheur…On fait tout avec ! Et plus encore ! Et c’est pas fini ! Vous n’avez encore rien vu ! Oui, ma bonne Dame, c’est gratuit, je vous en mets bon poids. Allez, et le 2ième est gratuit aussi ! Allez, c’est cadeau pour les enfants !

    Ah j’oubliais ! il tourne sous Android…https://f-droid.org/packages/org.documentfoundation.libreoffice/
    avec les mêmes B’s & C’s que la version desktop.

    Répondre
  • 1 février 2018 - 18 h 40 min

    il y a des macros ;-)

    Répondre
  • 1 février 2018 - 18 h 43 min

    Je fuyais ce logiciel car je ne le trouvais pas assez compatible. Et comme dit plus haut, il suffit de se réadapter. Alors en milieu pro, on a pas le choix que de faire du MS quand on nous impose cette suite bureautique, mais quand on est particulier, Libre Office est génial.

    Je suis passé petit à petit sur l’open source depuis quelques temps et on trouve souvent un outil similaire à un programme privé.

    PS : je suis en train de finaliser mon brouillon sur le recyclage de pc portable (après avoir galéré sur le BIOS et quelques paramétrages). J’espère pouvoir vous le partager en tuto sur le forum.

    Répondre
  • 1 février 2018 - 18 h 54 min

    @Geppeto35,
    tu peux ajouter:
    3) esprit formaté dès les premières utilisations d’un ordinateur

    Je suis très choqué par ce titre, cela sent le produit pas fini, en béta-test.
    ** Parce que vous croyez que l’Autre suite bureautique on leur fait essayé avant de l’adopter ? **

    C’est plutot: Vous n’avez aucune raison de ne pas l’acheter avec (__votre ordinateur__) !

    Vous n’avez plus aucune raison de l’adopter aurait plus encourageant.

    Ou pour semer le doute et la crainte comme en face :
    Pirater un logiciel payant et cher peut nuire gravement à votre tranquilité !

    Répondre
  • Xo7
    1 février 2018 - 19 h 14 min

    @Geppeto35: Même expérience entre Photoshop et Gimp retour après quelques mois sous photo Même si celui-ci est incomplet de part son origine non avouable. Obligé de travailler sous MS Office au travail, je préfère MS par habitude à tout autre chose mais dans les pc secondaires j’ai libre Office en secours et cela dépanne bien ! On est jamais à l’abri d’un problème !

    Pour les seniors habitués à l’ancienne interface de MS Office je conseillais toujours libre office, moins perturbante et beaucoup moins chère !

    Tout est question d’utilisation et d’habitude car il existe une énorme fracture entre les besoins pro. et les besoins d’un particulier lambda. D’où l’intérêt pour MS d’habituer les étudiants à sa suite en abaissant le coût de la licence…

    Répondre
  • 1 février 2018 - 19 h 26 min
  • 1 février 2018 - 20 h 24 min

    Personnellement :
    – MS Office au bureau depuis toujours. Des tas de formules et de macros dans des tonnes de fichiers Excel que LibreOffice ne sait pas gérer correctement.
    – LibreOffice depuis plusieurs années à la maison pour mes besoins perso beaucoup plus limités. Il faut jongler sur certaines formules qui ne sont pas les mêmes entre les 2 outils, mais pour un usage personnel LibreOffice est très bien. Certes, je trouvais qu’il ramait beaucoup sur mon ancien PC (beaucoup plus qu’Office sur le même PC) mais avec un PC moderne, de la RAM et un SSD, ce n’est plus un handicap.

    Répondre
  • 1 février 2018 - 20 h 42 min

    J’utilise MS Office depuis toujours j’avais commencé avec Word 5.0 avant winword, j’ai beau essayer les Open et les Libre, je ne suis pas convaincu. Je fais énormément de fusions et ça se passe très bien avec MS Office.
    Par contre une fois par an, je dois faire des reçus de cotisation pour une assos d’un peu plus d’une centaine de membres: depuis un tableau je dois faire un reçu personnalisé, le mettre en pdf, et l’envoyer par courriel avec Outlook, tout ça automatisé bien entendu et avec une trace.
    Impossible avec MS Office mais possible avec Libre Office, seul inconvénient il faut que je clique sur une fenêtre pop-up qui indique l’avancement de la fusion et que je reste appuyé dessus jusque la fin de la fusion, si je ne reste pas à cliquer dessus la fenêtre se ferme et la fusion s’arrête.

    Répondre
  • 1 février 2018 - 20 h 44 min

    C’est gratuit et on trouve toujours le moyen de se plaindre.

    Répondre
  • 1 février 2018 - 21 h 01 min

    Tout ce qui peut permettre de se passer de Microsoft mérite d’être salué, testé, et adopté
    Ce sont les gros boulets de l’informatique depuis + de 10 ans, notamment dans le domaine des minimachines

    Répondre
  • fpp
    1 février 2018 - 21 h 37 min

    Perso j’utilise LibreOffice depuis le tout début, quand ça s’appelait encore OpenOffice.

    Le gag de compatibilité le plus génial que j’ai eu avec le MS-Office de l’époque :
    J’avais des schémas à faire pour une présentation (genre réseau, workflow etc.) et j’avais du mal avec Powerpoint, j’étais plus à l’aise avec Draw.

    Une fois terminé, j’enregistre le tout au format PPT (imposé pour la présentation), en m’attendant au pire:
    je vérifie les couleurs, le formatage, le texte etc. Quelques ajustements à faire, mais rien de bien méchant, j’étais heureusement surpris.

    Le jour venu, à mesure que je présentais les schémas, je voyais l’assistance me regarder d’un air de plus en plus perplexe, voire soupçonneux… à la fin un courageux se dévoue et me dit : “Heu, t’es sûr de toi, là, c’est pas une blague ?….”

    En fait la conversion Draw –> PPT avait inversé le sens de toutes les flèches (qui étaient nombreuses), et j’avais pensé à tout vérifier sauf ça :-)

    Répondre
  • 2 février 2018 - 0 h 29 min

    Merci Pierre
    Je vais re-tester LibreOffice. Sur mon Mac, la version précédente posait tellement de problèmes que j’étais retourné sous OOo, qui pose quelques soucis.
    Par ex. avec OOo, enregistrant un fichier au format Word, les derniers mets sont toujours manquants, et je suis obligé d’ajouter 1 ou 2 marques de paragraphes avec quelques tirets.
    J’espère donc que le nouveau LibreOffice sera mieux !
    Je dirais que le vrai problème, c’est la décision de MS de n’être compatible qu’avec lui-même (comme d’autres “propriétaires” d’ailleurs), et d’imposer des conversions à ceux qui utilisent des logiciels libres.

    Répondre
  • 2 février 2018 - 0 h 30 min

    Je gère depuis une quinzaine d’année le parc informatique de mon équipe (20 personnes au sein d’une PME de 50).
    D’obédiance plutôt “libriste”, j’aurais bien aimé faire basculer tout ce petit monde sur Open Office depuis longtemps déjà (dès la version 2). mais….
    Premier problème : l’argument “gratuit” ne tenait pas face aux licences MSO craquées mises à disposition sur le réseau par le boss lui-même… Bon, pas terrible je sais, mais c’était le cas de pas mal de PME à l’époque.
    Second problème : à l’époque, vraiment, la compatibilité était mauvaise, xls ou ods, il fallait choisir ton camp. (Aujourd’hui, ça s’est quand même amélioré ; un xlsx est d’ailleurs beaucoup plus proche d’un ods que d’un xls…) Et du côté de nos clients (grands groupes), personne n’avait / ne voulait entendre parler d’autre chose que MS Office.
    Troisième problème : Calc remplace Excel, Writer remplace Word, Impress PowerPoint, OK… Mais qui remplace Outlook ?… Thunderbird ? Manque le calendrier… Evolution ? Lourdingue, pas vraiment de calendrier natif non plus, et aucune interopérabilité avec Outlook dans ce domaine, pour le coup. Et à l’époque pas de Google Calendar pour gérer tout ça en ligne ou depuis un smartphone. (pas de smartphone, de toute façon…)
    Quatrième problème : les GENS. moi je suis prêt à échanger le ruban office contre un menu à l’ancienne (de toute façon je m’en f**s je bosse presque qu’au clavier) et à reprendre à zéro toutes mes macros (ça ferait pas de mal) MAIS mes collègues qui ont déjà galéré à apprivoiser l’ordi en général, (on bossait 100% papier crayon jusqu’au début des années 2000), puis MS Office en particulier (avec la “révolution” du ruban Office 2007), ne sont juste PAS disponibles pour ça. Si un avantage décisif était mis en avant, ils feraient peut-être l’effort, mais tout ce que je peux avancer leur passe au-dessus. Loin au dessus.
    J’ai mis longtemps à réaliser à quel point c’était difficile pour un utilisateur réellement lambda de travailler (au sens produire, efficacement, rapidement, et de manière reproductible) sur un ordi, de se repérer dans l’arborescence, de comprendre la différence entre un raccourci, un fichier, son icône, etc… Cela concerne (on s’y attendait) les anciens, ceux qui n’ont jamais eu d’ordi avant d’en être doté au boulot, mais presque autant (et ça je m’y attendais moins) les tous nouveaux, les “jeunes” qui sont nés assez tard pour n’avoir rien connu qui soit antérieur à windows XP et l’ADSL illimité (quand c’est pas l’iPad…). Ils n’ont connu que des ordis relativement stables avec des services plutôt bien aboutis. Bref, ils ont découvert l’informatique avant tout comme un moyen de consommer du contenu, et ne se trouvent finalement pas beaucoup plus dégourdis que les doyens quand il s’agit de sortir un peu des sentiers balisés ou de prendre des initiatives.
    J’en ai souvent l’exemple avec une appli métier qu’on utilise tous les jours, et qui affiche une fenêtre GTK quand il faut parcourir l’arborescence. Bien que la fenêtre affiche la même chose qu’une fenêtre de l’explorateur Windows (contenu du dossier courant, path en haut, raccourcis à gauche), la plupart des gars sont incapables de retrouver leurs petits via cette interface et ne voient pas le rapport entre le “bureau” indiqué ici et le bureau qu’ils utilisent si facilement dans tous les autres cas.
    Alors voilà, tout ça m’a finalement un peu découragé de passer à LibreOFfice, et au fil du temps et des changements de PC nous voilà maintenant sous Office 2016 (via de vraies licences 365), avec un domaine et un serveur Exchange bien huilé. Comme nos clients, “comme tout le monde”… Pour quelques centaines d’euros par an.

    Mais depuis Windows 10, les mises à jours de composants Office se font de plus en plus à marche forcée, et il m’est arrivé plusieurs fois de me retrouver un lundi matin avec tout le monde planté parce qu’un macro ne marchait plus… Pour être honnête, c’est aussi parce que mon setup n’est ni très standard ni très propre (j’ai appris sur le tas…), mais je commence paradoxalement à passer de plus en plus de temps à “suivre” les mises à jour pour anticiper les peaux de bananes. Et la tranquilité d’esprit pour laquelle on avait signé pour Office 365 semble appartenir au passé.

    Dans ce contexte, voilà peut-être l’avantage décisif… Ne plus avoir à craindre la mise à jour scélérate en moyennement consentie…
    Je vais de ce pas télécharger ce nouveau LibreOffice et re-benchmarker, voir ce qu’il y a de nouveau sous le soleil depuis 10 ans…

    Répondre
  • 2 février 2018 - 0 h 58 min

    Libre Office j’y ai cru. Sincèrement version 3,4 ou 5 sous Windows et Ubuntu. Mes enfants on du avoir à faire 4 ou 5 documents un peu évolué, c’est à dire avec un peu d’en mise en page et des photos mais franchement rien de très complexe. Et quand je vois les problèmes que l’on a eu, les plantages à répétition, le logiciel qui met une plombe à rafraîchir l’affichage etc… Non j’en ai conclu que ceux qui prétendent que Libre Office ou Open Office peut remplacer Microsoft Office (et son insupportable bandeau… je suis désolé je ne supporte pas ce bandeau et je n’ai pas pu m’en empêcher) ne les avaient sans doute jamais vraiment utiliser. C’est un beau rêve, je jetterai un œil à la nouvelle version. Mais avec de moins en moins d’espoir malheureusement.

    Répondre
  • 2 février 2018 - 3 h 26 min

    Sur le site officiel, la précision est apportée sur LibreOffice 6.0.0 : “Évolution” est plutôt destinée aux utilisateurs avancés impatients de tester les nouveautés de LibreOffice. Les autres choisiront la version “Stable”. Cependant à partir de la 4e mise à jour corrective (version x.y.4 par exemple) la branche Évolution est prête pour une utilisation en entreprise et des déploiements à grande échelle.

    alors, si vous êtes impatient, go! 😉

    signé : un utilisateur d’Office 2016 qui viens d’installer LibreOffice “Stable” [5.4.4.2] sur le PC “portable” de 3 kg d’une toute nouvelle petite retraitée que je viens juste de “remettre sur pied” – le PC, pas la petite retraitée 😉

    Répondre
  • 2 février 2018 - 7 h 05 min

    Je vais un peu casser l’ambiance…

    D’abord être conservateur sur les choix de version, et ne prendre que les versions stables, moins instables que les versions instables…

    Utilisateur professionnel de LO, plusieurs remarques :
    – LO continu d’être bugué et de se figer pour des problèmes mémoires.
    – La fonction d’annulation n’annule pas tout…(cf calc par exemple – cela dépend des objets).
    – L’ergonomie de nombreuses fonctions est défaillante, même comparativement aux versions en ligne.
    – Des lacunes pathétiques dans l’utilisation et l’application des styles.
    – Pas d’outil de productivité facilitant la création, l’analyse,… (cf MO).
    – Calc, Impress, Draw sont encore plus à la “ramasse”.
    – La documentation ou l’aide en ligne sont maladroitement rédigées (en anglais, et pire en français).
    – Trop d’incohérences d’interface qui transforme l’apprentissage en jeux d’aventure.
    – Pas de vision globale… On empile des pseudo ou réelles améliorations jusqu’à la nausée visuelle.
    – Il est conçu comme un ersatz, c’est MO en moins bien avec les mêmes défauts.
    – L’importation des fichiers MO n’est pas fiable (mais on annonce chaque année que cette fois c’est bon).

    LO est parfait tant que l’on ne lui demande que le minimum… Et pour le minimum, on n’a même plus besoin d’une suite numérique… Donc la messe est dite quand à son avenir, s’il n’y a pas une prise de conscience.

    Petit test. Ouvrez un fichier OpenData de 26000 lignes et dans le même fichier créez 20 rapports croisés dynamiques. L’interface est vieillotte, malaisée, et vous bloquerez possiblement au 2eme tableau… Sous Google doc, aucun problème, 15 seconde d’attente à l’ouverture du fichier, aucun bug, totalement réactif à l’usage.

    Il a des points (très) forts qui peuvent justifier cependant son utilisation :
    – Multi-plateforme, développement ouvert, et gratuité, qui facilite son usage dans des groupes de travail “ouvert”.
    – La stabilité du format de document. Extrêmement robuste. Pour moi la seule réussite incontestable.

    A+

    Répondre
  • yan
    2 février 2018 - 7 h 16 min

    Notons que cette mouture n’est pas le perdreau de l’année que certains, au vu des commentaires, semblent découvrir. Cela a démarré avec StarOffice qui avait pour but de proposer une suite bureautique sur les stations Unix dès les années 80, afin d’éviter à l’époque d’avoir bien souvent 2 machines sur les bureaux dans les métiers techniques: Une station de travail unix, pour le travail… et un PC windobe, pour la bureautique.

    Cette suite avait gagné en popularité au moment du rachat par Sun Microsystems à la fin des années 90 et qui l’avait ensuite libéré, permettant le fork OpenOffice original (puis LibreOffice après le comportement lamentable d’Oracle, fidèle à ses habitudes, après le rachat de cette belle boite comme on n’en fait plus qu’était Sun).

    Alors pour ceux qui jugent que la maturité n’est pas là, l’historique est un peu inférieur à celui de la suite office mais pas tant que cela.

    A titre personnel, je trouve l’interface des suites office post 2007 à chier. Avant j’avais tout ce qui sert tout le temps à un clic sans chercher. Désormais il en faut plusieurs et chercher.

    Je fais donc tous mes docs sous OO, dans une grande boite internationale droguée à microsoft (dont le haut management doit, tout en nous emmerdant avec des formations étique-en-toc obligatoires, se faire payer les green-fee par microsoft, entre autres?), ne faisant qu’une passe finale sous la suite office afin de dérouler les macro qui vont souvent avec les modèles de documents.

    Je n’ai aucun réel problème de stabilité depuis au moins 10 ans.

    Répondre
  • 2 février 2018 - 7 h 37 min

    Fini le temps d’utiliser ces logiciels, cela fait quelques temps que j’utilise le système Google : Docs, Docs Excel et tout le reste en ligne avec mon compte Google, plus besoin de se prendre la tête avec installation et mise à jour de logiciels ou encore de se transporter les documents car tout est en ligne. Les fichiers sont parfaitement lisible avec Word et Excel de Microsoft, possibilité d’enregistrer les documents sous plusieurs formats, comme pdf etc..

    Répondre
  • 2 février 2018 - 7 h 49 min

    @Niklaus: c’est le problème de Word. Odt est un standard normalisé, ce qui n’était pas le cas du docx. Il faut reprocher le problème au responsable !

    Répondre
  • 2 février 2018 - 8 h 46 min

    je suis dans un boite qui utilise libre office, donc ça marche
    c’est tout

    Répondre
  • 2 février 2018 - 10 h 15 min

    Une des raisons qui m’ont fait laissé tombé libre office ou plutôt openoffice a l’époque et le fait qu’il fallait java pour l’utiliser, en regardant encore aujourd’hui le wiki officiel , il faut toujours une jre. On peut me dire ce qu’on veut mais java question performance c’est à la ramasse , certes tout n’est pas en java mais apparemment encore une partie l’est.
    A l’époque pour ouvrir un fichier doc basique cela prenait un max de temps , désolé mais c’est comme internet , si tu vas voir une page web qui prend des plombes a t’afficher la page principal tu laisses tomber et tu ne reviens jamais. Pour moi c’est la même chose , j’ai essayé plusieurs fois et je suis toujours tombé sur un problème de performances.

    Oui c’est bien pour un particulier pour écrire une lettre ou faire un petit fichier texte mais après quand tu l’utilises au travail c’est une autre histoire comme dit dans l’article.
    Sincérément juste en utilisation basique j’utilise comme beaucoup les outils de google qui me vont très bien oui ce n’est pas libre ni très sécuritaire mais bon, pour ce qu’on en fait ce n’est pas très important.

    Répondre
  • 2 février 2018 - 10 h 47 min

    > Testadura j’ai la même problématique, tes solutions m’intéressent vivement !
    Meci par avance

    Répondre
  • 2 février 2018 - 10 h 59 min

    @fdufnews:

    J’ai moi aussi constaté des incompatibilités entre version de MS Office et j’ai pu m’en sortir avec OpenOffice …

    Répondre
  • 2 février 2018 - 11 h 07 min

    @Fr: Une des tâches fondamentales des archivistes, c’est justement de gérer les formats de leurs archives numériques. Ça inclut de transcoder aussi fidèlement que possible. Et de vérifier régulièrement si le résultat est toujours le bon. Là, MS nous livre un superbe cas d’école.

    Répondre
  • 2 février 2018 - 11 h 15 min

    @Racc00n: Merci pour ce témoignage très intéressant. Tiens-nous au courant de tes tests !

    Répondre
  • 2 février 2018 - 11 h 22 min

    @FabriceV: “Petit test. Ouvrez un fichier OpenData de 26000 lignes et dans le même fichier créez 20 rapports croisés dynamiques.”

    C’est àmha la source du problème. Si tu as besoin d’un tableau de bord de cette ampleur, ce n’est pas le bon outil (Ni LibreOffre, ni MS-Office).
    Si tu travailles sur un tel volume de données, tu as une problématique de mise-à-jour de tes données : tu ne devrait pas travailler avec un outil “*-Office”, il te faut travailler avec une vrai BDD, et un outil de reporting adapté.

    Idem pour l’exemple déjà cité par certains du publipostage : quand tu as une liste de 20-30 destinataires, donc à taille “humaine”, tu peux te contenter de le faire avec un outil “*-Office”. Au delà, il faut le faire avec un autre outil, tout simplement.

    Répondre
  • 2 février 2018 - 11 h 37 min
  • yan
    2 février 2018 - 12 h 48 min

    @Sabrina:
    Et d’après les conditions d’usage de ses “services” (terme qui chez google vise autant les services en ligne que l’applicatif), google se donne licence d’exploitation illimitée de tout contenu que vous y produisez. Ah, vous gardez certes la propriété intellectuelle… Mais le jour ou un de vos écrits fait tilt ou que la photo de votre petit dernier ferait une bonne illustration de pub, google a tous les droits pour l’utiliser comme bon lui semble.
    Il est important de ne pas confondre logiciel libre et gratuité… dont le prix est vos données.

    Maintenant, chacun fait ce qu’il veut et à une époque ou des tas de gens ne s’offusquent même pas de sonoriser leur salon avec des assistants vocaux en ligne directe avec les robots d’analyse des GAFA (et sans doute de la NSA s’ils sont un peu ciblés de par leurs activités/métier) c’est certes sans doute pas le plus gros problème!

    Mais de là à conseiller cette merde sans prendre les pincettes adéquates…

    Répondre
  • 2 février 2018 - 13 h 40 min

    @pipou24:

    Le problème c’est de devoir changer de procédure pour palier aux déficiences d’un logiciel… Et il est contre-productif d’utiliser une solution telle que tu l’as décrite pour un modèle exploratoire. Et d’ailleurs, un simple tableur en ligne le fait avec une meilleure ergonomie… [quand à la MAJ des données, il faut sortir des idées préconçus… Les données annuelles existent… et un import sur la feuille de calcul met à jour tout mes rapports]. Et le problème est exactement là… Les vieux utilisateurs libristes refusent de comprendre que des logiciels “nouveaux” font plus rapidement pour 95% des personnes ce que leurs idoles (GIMP, LO) font sous réserve de 10 années d’apprentissage.

    Mais je peux prendre plus simple : import pdf => plantage.
    Tableaux : l’édition entraîne des changements de style?
    etc…

    La puissance annoncée de LO est théorique : l’usage de bon nombre de fonctionnalités provoque de multiples dysfonctionnements (mais beaucoup moins de plantages “secs” qu’avant).

    LO réduit les bugs, mais à une vitesse insuffisante et sans prendre conscience qu’il perd de plus en plus de son intérêt face à la transformation des usages bureautiques et surtout à la transformation des utilisateurs.

    A+

    Répondre
  • 2 février 2018 - 14 h 06 min

    Combien d’entre ceux qui ont eu des plantages à sec a pris le temps de paramétrer LO pour qu’il utilise plus de mémoire ?

    Répondre
  • 2 février 2018 - 15 h 30 min

    @yan:

    A croire qu’il y a des personnes qui sont en colère après Google, Apple etc… alors que ce sont les premiers utilisateurs de ces soi-disant merde.

    Vivre comme une personne qui est soit disant persécuté et utiliser ne serait-ce que le téléphone ou internet, te rendrai vulnérable.

    Aujourd’hui c’est pas Google qui te demande tes empreintes pour faire une CNI mais la France.

    Si Google à envie d’utiliser ma photo pour une PUB, je serai heureuse car je suis très moche et cela me ferait de la PUB pour enfin trouver un homme.

    Rien n’est si prêt de la bêtise que l’esprit sans raison.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *