Lenovo ThinkCentre Chromebox, des minimachines à 199$

Lenovo lance une nouvelle gamme de minimachines avec ses ThinkCentre Chromebox. Des engins à destination des entreprises comme des particuliers fonctionnant sous ChromeOS. Annoncés à 199$, ils proposent dans un encombrement très réduit une belle interface connectique.

Ces machines Lenovo existent depuis un moment sous Windows mais les premières versions sous ChromeOS viennent d’apparaître aux US à partir de 199$. Les machines ne sont pas encore totalement détaillées mais la principale différence risque d’être liée à la capacité de stockage des engins.

Minimachines.net 2015-04-28 15_36_10

Il est probable  que les ThinkCentre Chromebox soient équipées d’un petit SSD comme c’est la coutume sous ChromeOS.

Le Lenovo ThinkCentre Tiny-In-One, la version Windows 8.1 de la machine

Très compacts, ces engins peuvent se fixer derrière un écran avec un adaptateur VESA. La machine mesure 17.8 cm de haut sur 18.3 cm de profondeur pour 3.5 cm de largeur. Elle mesure environ 1 kilo et embarque pas mal de connecteurs : 4 ports USB 3.0, une sortie vidéo HDMI ainsi qu’un DisplayPort, un RJ45 et des ports jack audio.

Minimachines.net 2015-04-28 15_36_01

 

Lenovo propose le ThinkCentre Chromebox seul ou en bundle avec un écran Lenovo de 23 pouces.Une solution intéressante dans son évolution puisqu’il sera possible de remplacer la partie logique de l’engin assez simplement dans le futur. Le support VESA sera vendu en option pour une trentaine de dollars.

Minimachines.net 2015-04-28 15_35_44

Cette opportunité, associée au côté dématérialisé de ChromeOS, offre de belles perspectives pour des machines de travail en entreprise ou ouvertes au public. C’est également un moyen de créer un poste à peu de frais.

12 commentaires sur ce sujet.
  • 28 avril 2015 - 16 h 02 min

    C’est vrai qu’en entreprise on utilise massivement des applications client serveur basées sur des postes clients qui sont en fait de simples navigateurs.

    En fait je ne vois pratiquement que cela, et même, cela ne semble pas nouveau.

    Par contre pour l’instant je n’ai vu aucun système qui fasse confiance à chrome à cause des problèmes de sécurité de l’outil crée par Google pour servir (mais on le sait) ses propres intérêts en tout premier.

    Donc sur tous les systèmes sensibles que j’ai pu approcher, il y a soit internet explorer soit Firefox ; mais le plus souvent il y a Firefox, presque dans 80% des cas.

    Donc je ne sais pas si des sociétés vont oser, aux usa sans doute car ils ont toujours le même complexe comme quoi rien ne peut leur arriver, mais ailleurs je ne suis pas sûr.

    Sinon l’idée et son fonctionnement comme une grosse cartouche interchangeable est bonne, facile à maintenir, à uppgrader et à réparer.

    C’est intéressant.

    Répondre
  • 28 avril 2015 - 16 h 56 min

    J’imagine qu’une entreprise qui déploie 500 postes utilisateurs voit en cette solution quelque chose de plutôt sympa au niveau économie… Mais bon, on peut aussi faire plus souple et plus évolutif avec des postes clients GNU/Linux ou BSD. Aller, encore un effort et Microsoft va nous ressortir SCO en open source :D

    Répondre
  • 28 avril 2015 - 18 h 04 min

    Bha si c’est pour mettre un navigateur une rasp ou une c1 odroid ça doit suffire…

    Le problème c’est qu’il y a encore en France des dizaines de milliers de poste dont les applications métiers fonctionnent avec une vieille version d’ie.

    Répondre
  • 28 avril 2015 - 18 h 07 min

    L’important c’est ce qu’il y a dans la boîte .

    A savoir si c’est une base Intel ou ARM ?

    Le prix reste accessoire et n’est pas un critère déterminant .

    Si c’est pour avoir une machine plus grosse que la Pipo X-7 sous Chrome c’est débile .

    Si cette machine est a base d’Intel et que l’on peut acheter le modèle qui nous convient juste cela peut être intéressant .

    Répondre
  • 28 avril 2015 - 20 h 06 min

    @ptitpaj

    4 USB 3 + les memes machines sauf stockage/ram que sous windows, c’est de l’intel ;)

    Mais bon, je reste persuadé que pour moi, l’interêt des chromebox est crouton pour les passer en linux, et qu’au final, le blocage pour les non geeks sur l’os de google rappelle plutot les pratiques microsoftiennes / IBMlenovo-iennes anciennes.

    On a échangé de monopole ? :(

    @Pierre

    “Le support VESA sera vendu en option pour une trentaine de dollars.”

    Euh il est en or ou il doit juste enrichir un revendeur ? j’en ai 2 en rab de asus et gigabyte, une plaque de metal avec 6 trous à 30 dollars ? :( Tarif entreprise, quoi.

    Répondre
  • 28 avril 2015 - 22 h 51 min

    Tiens, le kilo est désormais une unité de mesure ? :)

    Bon, plus sérieusement, dans mon entreprise on va bientôt basculer sous Google Docs, donc Chrome qui était déjà déployé à côté de IE et Firefox va devenir “mainstream”.
    Par contre, ayant eu une expérience malheureuse il y a une dizaine d’année avec des clients légers (Citrix Metaframe), pour les Chromebox on n’est pas encore prêts… Mais j’imagine que d’autres entreprises doivent tenter le coût, pardon, le coup :)
    N’oublions pas celles qui sont passées de Blackberry à Android, ça joue aussi…
    Elles seront alors pieds et mains liés avec Google… Si Microsoft est suffisamment patient, elles reviendront d’elles-mêmes dans son giron… Tout est un éternel recommencement :)

    Répondre
  • 29 avril 2015 - 9 h 34 min

    Il est oû google ? dans ton “Qrouton” ;-)
    Ce serait cool de pas systématiquement réduire linux à ‘buntu (voire debian ?) & à ce bricolage..
    L’idéal serait donc un bios pas trop fermé…

    Répondre
  • 29 avril 2015 - 12 h 46 min

    @fassil: crouton c’est un juste un ‘chroot’ donc pas spécifique à une distribution donnée. Crouton a du succès car il est bien packagé et relativement simple à installer.

    Mais bon la commande chroot te permet de créer un environnement tel que le souhaite un utilisateur.

    Répondre
  • 29 avril 2015 - 14 h 06 min

    Personnellement, je me souviens d’un certain nombre d’outil en ligne, avec de belles fonctionnalités et de beaux privilèges dont Google a fermé les portes du jour au lendemain… Donc mettre sa société dans leurs mains, faut pas être futé à la direction, ce qui je vous l’accorde est souvent le cas ! Sans doute l’air qui est vicié en altitude.

    Répondre
  • 29 avril 2015 - 14 h 52 min

    @Baldarion: bien que ne l’ayant jamais utilisé, je crois avoir saisi la nature du bricolage, & je râle parce que crouton n’est jamais très loin de ‘buntu (ou l’inverse) dans les comms & surtout, si j’ai tout bien compris, parce que le *kernool*, si j’ose dire restera bien un brin imposé, mais peut-être me trompe-je…

    Répondre
  • 29 avril 2015 - 14 h 59 min

    @fassil: c’est presque ça:-) en fait le principe d’un chroot, c’est de créer une sorte d’environnement dans l’environnement original: on copie des bibliothèques, des logiciels sans que ça interfère avec le système de fichiers d’origine.

    Mais le noyau utilisé reste celui d’ Android. Pas celui d’Ubuntu.

    Répondre
  • 29 avril 2015 - 16 h 34 min

    @Baldarion -> C’est crouton que j’ai jamais utilisé, le chroot je connais, j’ai même un alias générique dans tous mes .bashrc (isos & systèmes installés) -> pwd -> hé bim, en root sur le système cible (parce que les kilomètres de ligne de commande, ça va 5 minutes ;-))

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *