In Moore we trust : Intel voit le futur (lointain) en 1.4 nm

Si Intel s’est pris les pieds dans le pourtant peu épais tapis des 14 nanomètres, le fondeur poursuit la tâche d’optimisation de ses processus et propose une vision de son avenir qui le porterait jusqu’à une finesse de gravure de 1.4 nanomètres… en 2029.

Réduire sa finesse de gravure n’est pas une mince affaire. Passer de 14 nm à 1.4 nm représente un défi tellement énorme que même si les dates annoncées par Intel sont lointaines, on reste tout de même dans le domaine de la science fiction pour le moment. Cette communication doit donc être prise pour ce qu’il en est, une simple… communication.

2019-12-12 11_36_40-minimachines.net

Prix 2019 du PDF illisible attribué à l’unanimité

Il s’agit en réalité d’une présentation issue d’un partenaire d’Intel qui reprendrait la rhétorique de ce dernier pour ouvrir la porte sur un futur possible de la marque. Intel n’est pas assez bête pour livrer ce genre de documents au public directement, sachant que derrière cette publication, il aurait à subir les remarques assassines de tout ceux qui le voient actuellement peiner à produire des puces en 10 nanomètres.

Est-ce pour autant une vision impossible du futur du fondeur ? Un simple contre feu à destination de ses clients qui pourraient se tourner vers AMD ou ARM ? Pas si sûr ou tout du moins pas si totalement irréalisable que cela. L’approche de la marque laisse à réfléchir sur ses ambitions.

2019-12-12 11_37_39-minimachines.net

En bas lmes dates, en rouge les finesses de gravure…

Ce calendrier d’Intel est très impressionnant. Le détail de son avancée technologique telle que la marque l’anticipe est étonnant. La marque prévoit d’arriver à 7 nm en 2021 puis de poursuivre soin effort vers le 5 nm en 2023, le 2 nm en 2025, le 2 nm en 2027 et le 1.4 nm en 2029. Si le 1.4 nm cristallise les regards, les précédents pas qui pavent la route des bonnes intentions d’Intel sont tout aussi impressionnants.

La marque reprendrait surtout sa mécanique de développement en deux temps, le fameux tick-Tock abandonné il y a quelques années. Passer d’une évolution de finesse de gravure la première année à une optimisation du processus la seconde. Et ainsi de suite de 2023 à 2025 puis 2027 et 2029… 

Il va sans dire qu’avec le mouvement actuel, un processus empêtré dans le 14 nm depuis 2014 et peinant a proposer du 10 nm cette année, le fondeur aura du mal à convaincre sans d’autres éléments que cette promesse de sa vision de l’avenir. Outre le fait qu’il est difficile de savoir ce qu’il se passera réellement dans le monde en 2029 et quelles seront les priorités du public, ce voyage vers une architecture extrêmement petite est un pari difficile à tenir. Il faudra insuffler une quantité phénoménale de moyens pour parvenir à ce résultat. Une perfusion en continu de Recherche et Développement intensif accompagné de montagnes de dollars en investissements dans les usines de fabrication des puces.

2019-12-12 11_48_07-minimachines.net

Le jeu en vaudra probablement la chandelle d’un point de vue résultats. Optimiser et réduire la finesse de gravure des processeurs est un enjeu important pour optimiser leur performances en condensant plus de composants au mm². C’est également un moyen de réduire leur tarif en fabricant plus de puces sur un même wafer. Enfin, c’st une façon de reprendre sa place de leader sur ce marché désormais dominé par des sociétés comme TSMC, Samsung et Global Foundries en terme de capacité de gravure.

Alors communication rassurante vers les partenaires et les actionnaires alors qu’ARM et AMD touchent du doigt le 7 nm ? Auto-encouragement interne façon plan quinquennal ? Vrai plan découlant de travaux réalisés par le fondeur qui pourraient effectivement être mis à profit ? L’avenir nous le dira. Pour le moment, il s’agit uniquement d’un document électronique interne qui n’aurait, en tout logique, jamais dû atterrir en ligne.

Source : Anandtech


Soutenez Minimachines.net !
7 commentaires sur ce sujet.
  • 12 décembre 2019 - 13 h 43 min

    Effectivement, ça ressemble à des objectifs déconnectés de la réalité. Je veux bien comprendre qu’un objectif comporte un certain challenge, mais comme tu le dis si bien, ça reviendrait à injecter considérablement dans la R&D en continu pendant 10 ans sans jamais faire de faux pas.

    C’est très difficile à faire, seul Dieu sait si Intel ou un concurrent y arrivera. On est quand même depuis quelques temps dans un contexte technologique très tendu, une sorte de guerre-froide de l’informatique et de l’économie où chaque grosse force tente de s’armer pour se préparer à dominer l’autre.

    Bref, dans l’imagination, 1.4nm quand même… j’ai du mal à réaliser mais j’imagine une bien meilleure autonomie et de meilleures perfs. J’ai un netbook dont le CPU (AMD E-450) date de 2011 et il est gravé en 40nm, et son concurrent de l’époque, l’Intel Atom N450 était gravé en 45nm, on se fait vieux !

    Répondre
  • 12 décembre 2019 - 14 h 37 min

    Comment ça ne troller sur une telle news ^^

    Répondre
  • 12 décembre 2019 - 15 h 05 min

    1.4nm serait une taille raisonnable pour un implant neuronale?? lol 2029, a la vitesse ou vont les choses, il s’en sera passées des choses…..

    Répondre
  • 12 décembre 2019 - 18 h 22 min

    Je suis pas trop intel sauf pour leur futur Pentium G3420 gravé en 22nm.

    Mais il me semble que les zen 3000 sont gravé en 7nm et que les prochains prochains seront en 5 nm.

    Il y a le feu chez intel ?

    Répondre
  • 13 décembre 2019 - 12 h 27 min

    C’est vrai qu’il est étonnant de voir Intel avec des problèmes aussi durables de fabrication, et dans le même temps avoir autant confiance dans sa capacité a mettre en œuvre une avancée technologique aussi regulière.

    Répondre
  • 13 décembre 2019 - 15 h 47 min

    Juste au passage, les atomes d’or ( cuivre / argent, c’est pareil) ne peuvent physiquement se placer a des distance inférieures à 0,15 nm environ. Donc annoncer la finesse de gravure a 1,5nm, c’est dire, selon les lois de la physique classique, qu’un courant pourra circuler dans moins de 5 atomes, et que les fuites à travers des barrières de taille similaires seront négligeables…

    Répondre
  • 18 décembre 2019 - 16 h 39 min

    @pipou:
    voilà, je suis simplement dubitatif sur les possibilités _physiques_ du truc.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *