Hamoa : la nouvelle solution ARM pour PC de Qualcomm

Cela fait des années que Qualcomm planche pour proposer une solution ARM pour Windows. Hamoa serait le nom de code de sa nouvelle tentative.

Hamoa, un nom de travail pour une nouvelle puce ARM qui emploierait le savoir faire de Qualcomm mais également celui de Nuvia, la société rachetée par le géant du silicium. Hamoa serait la clé de voute d’une nouvelle génération de SoC capables de venir se positionner de manière efficace sur le segment Windows. Un pari difficile, pour le moment jamais tenu en terme de performances par rapport aux propositions concurrentes.

Le problème pour Qualcomm est toujours le même, pour faire tourner efficacement Windows il doit tenir une équation difficile. Etre concurrentiel en terme de tarif face aux propositions de ses concurrents tout en étant au moins aussi efficace. Un défi intéressant mais compliqué notamment par le fait qu’il s’agit de réussir à apporter une solution convaincante en terme d’émulation des puces traditionnelles du monde PC. Autrement dit, Qualcomm doit se battre contre AMD et Intel qui proposent des performances élevées mais également des puces capables de fonctionner dans des consommations très faibles. Mais également Apple qui développe désormais toute une gamme de produits ARM qui offrent une excellente compatibilité avec les applications Windows en émulation.

La solution serait dans ce nouveau projet « Hamoa », un SoC ARM à la fois puissant et peu gourmand. WinFuture indique que la puce serait en cours de développement dans une architecture composée de 12 cœurs. 8 coeurs hautes performances avec une consommation assez élevée et 4 cœurs moins rapides mais également moins gourmands. Ce sera probablement les premiers développements des fameux cœurs « Oryon » et d’une nouvelle architecture pour la marque. Actuellement en phase de test, ce nouveau SoC pourrait être décliné en plusieurs variations et prendrait la suite des actuels Snapdragon 8cx pour venir s’imposer dans de nouvelles solutions sous Windows.

Epaulé par de la mémoire LPDDR5X, pouvant utiliser des stockages UFS 4.0, ce SoC Hamoa serait gravé en 4 nanomètres et associé à un modem 5G de Qualcomm. Un CV qui en dit déjà long sur la cible potentielle des machines visées. Le prix d’un engin de ce type devant être assez élevé pour justifier ces choix, le segment serait probablement celui de machines ultra légères, très connectées et haut de gamme. Un segment intéressant et compréhensible mais qui limite par essence l’essor des ventes de ce type de puce et de ce fait la rentabilité d’un développement lourd.

Difficile de voir si Hamoa aura un quelconque impact sur le marché. Son arrivée devrait signer le début d’une véritable symbiose entre Qualcomm et Nuvia et peut être une solution pour cette expérience ARM après les échecs répétés des précédentes puces. En attendant, le pari de Qualcomm lancé en 2021 d’une solution équivalente aux Apple M1 dès 2022 semble bien avoir été perdu. Ce qui n’est pas une très bonne nouvelle à priori. En 2023, si Qualcomm parvient à sortir un nouveau Snapdragon équivalent au M1, Apple lancera probablement une solution M3 plus puissante et les concurrents naturels du marché Windows que sont AMD et Intel sortiront eux aussi des nouveautés plus performantes.

 

Qualcomm Oryon : Le SOC des futur PC s’annonce

Faites découvrir le site en le partageant


Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

9 commentaires sur ce sujet.
  • 30 décembre 2022 - 17 h 29 min
  • bob
    30 décembre 2022 - 23 h 01 min

    Merci pour l’article.

    J’ai une question :
    « réussir à apporter une solution convaincante en terme d’émulation des puces traditionnelles »…

    Je e pensais que Windows tornaut nativement sur Arm, qu’il ne s’agissait pas d’émulation. C’est vraiment le projet, de l’arm pour émuler AMD64 ?

    Répondre
  • 30 décembre 2022 - 23 h 29 min

    @bob:
    Windows ARM tourne sous ARM mais toutes les appli Win (x86/AMD64) ne sont pas compilé pour Win ARM, donc passage obligé par l’émulation ;)

    Répondre
  • 30 décembre 2022 - 23 h 54 min

    @bob: Oui, comme dit @sidero, les applis natives pour ARM ne sont pas légion. Et c’est tout le problème. Avec des ordis proposés à des prix Premium on a des machines qui se comportent extrêmement bien pour des usages très classiques mais pas question d’installer une application métier exigeante sans passer par de l’émulation. C’est un gros soucis de se rendre compte qu’un portable milieu de gamme proposera de meilleures performances et moins de problèmes en étant sous AMD ou Intel qu’un engin deux fois plus cher sous ARM.

    Répondre
  • 31 décembre 2022 - 11 h 25 min

    Pour un usage bureautique standard (office + navigateur) les machines windows arm font parfaitement le boulot mais le problème c’est qu’elles ne sont pas compétitives par rapport à une machine basée sur simple celeron.

    Répondre
  • 31 décembre 2022 - 19 h 23 min

    Punaise que j’aimerais être une petite souris et voir comment les designers de puces travaillent dans leurs salles blanches et leurs bureaux de dév ! :)

    Répondre
  • bob
    2 janvier 2023 - 0 h 48 min

    Merci pour les explications de l’émulation requise sous Arm.

    @wanou : je suppose qu’il s’agit de bureautique sous windows.

    Les derniers Mac sont sous arm et ils me semblent très très performants.

    Sous Linux on commence à avoir de l’arm avec de belles performances, enfin c’est l’impression que ça donne.

    Répondre
  • 2 janvier 2023 - 15 h 30 min

    je me posais la question: si pour émuler du x86, Ils doivent placer 12 coeurs arm… pourquoi ne pas alors tenter une solution hybride avec un soc arm épaulé par des coeurs x86?

    Attention! j’ai pas dit que c’était facile, mais ce serait au final plus simple que de délirer autant que l’émulation.
    soit hybrider le soc(Intel sait faire, mais c’est pas son intérêt) soit rajouter un petit proc x86 supplémentaire juste pour l’émulation.

    une solution en intérim le temps que les gros éditeurs logiciels soient rassurés et migrent leur binaire vers de l’arm ?

    Répondre
  • 3 janvier 2023 - 9 h 25 min
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *