Goal Zero Nomad 7 : Un chargeur solaire portable enfin efficace ?

Vous avez déjà essayé des chargeurs solaires pour recharger une tablette ou un smartphone ? Moi j’ai déjà essayé. Souvent. Ça ne marche pas. Quelques modèles, les plus grands, arrivent péniblement à proposer assez de puissance pour permettre à votre machine de continuer à tourner sans puiser dans sa batterie. Le Goal Zero nomad 7 promet, enfin, de faire mieux.

Larges ou compacts, la plupart des chargeurs vendus pour les appareils mobiles offrent un piètre rendement. Ils délivrent effectivement un courant mais à peine assez pour offrir de quoi alimenter une partie des dépenses en énergie d’une tablette ou d’un portable.

Goal Zero Nomad 7

Des appareils de ce type j’ai du en tester une douzaine, la plupart en importation, avec toujours le même avis au final. A moins de réunir les conditions les plus optimales pour leur usage, les chargeurs ne parviennent pas à augmenter la batterie de votre dispositif. En plein soleil, panneaux bien étalés et portable éteint. Là, oui, on obtient un résultat.

Il est évidemment inutile de vous préciser que personne n’a envie d’utiliser un chargeur de cette manière et que rares sont les moments de la journée où, en balade, on peut exposer au mieux son panneau solaire pour faire le plein. LA plupart du temps les utilisateurs attendent de faire une halte pour déployer, comme ils peuvent, leur panneaux. Les plus intrépides accrochent ceux-ci au dos d’un sac à dos pendant qu’ils marchent…

Goal Zero Nomad 7

Le Goal Zero Nomad 7 propose une alternative qui semble, pour une fois, convaincante. D’abord parce que la marque est connue pour ses produits plutôt robustes et efficaces à destination des professionnels de la photo mais aussi ses partenariats avec des expéditions sérieuses tout autour du globe. On a tendance à croire que la qualité de ses produits pourrait se retrouver dans ce petit chargeur solaire à 100$.

C’est aussi le prix qui intrigue. Pour tout vous dire, j’ai testé des chargeurs vendus en Chine à 16$ pièce aux grossistes. Evidemment, à ce tarif, ils avaient un rendement particulièrement proche du néant. Mais j’ai aussi testé des solutions beaucoup plus chères qui n’arrivaient pas plus à produire assez d’énergie. Le dernier Goal Zero que j’ai croisé, et pas testé, en salon, était un modèle à 600$ pour les accrocs du bivouac à flanc de précipice. Il était composé d’un grand panneau photovoltaïque, d’une batterie mobile et proposait contre une douzaine d’heures d’ensoleillement deux recharges complètes pour un ordinateur portable (50Wh) ou une vingtaine de recharges pour une batterie de camera sportive type GoPro (5 à 6 Wh).

Goal Zero Nomad 7

Le Goal Zero Nomad 7 promet ainsi 7 watts et 1,4 ampères de charge, le tout piloté par un dispositif permettant d’éviter les mouvements de courant liés à l’exposition lumineuse de l’ensemble. Ce rendement n’est pas magique mais semble à la fois réaliste suffisant pour alimenter un engin nomade ou une batterie portable USB. Nomad indique que son chargeur est incapable de charger une tablette mais tant qu’il peut assurer une charge d’une batterie externe, celle-ci pourra ensuite venir épauler la batterie d’un dispositif à grand écran. L’objet peut par contre parfaitement recharger un smartphone, épauler un montage sur carte de développement, alimenter une GoPro ou autre GPS voire recharger une liseuse en voyage.

Goal Zero Nomad 7

Le design est soigné : Le panneau est divisé en deux partie et pliable au centre. Il mesure alors 16.5 x 22.23 x 1.9 cm contre 33 x 22.23 x 1.27 cm déplié. Le Goal Zero Nomad 7 dispose de points d’ancrage sur chacun de ses côtés pour être fixé ou accroché n’importe où et une béquille permet d’optimiser son orientation face au soleil. Il propose une prise USB pour connecter vos différents appareils. Enfin il est résistant aux intempéries : Cela ne veut pas dire qu’on peut l’oublier sous la neige ous sous la pluie mais qu’une petite bruine ou un début d’averse ne lui fait pas peur.

Voir la fiche technique du fabricant

 

13 commentaires sur ce sujet.
  • 29 mars 2016 - 14 h 17 min

    le branchement d’un panneau solaire à une batterie externe pour ensuite que celle ci recharge le telephone est une alternative plus economique nan ?

    Répondre
  • 29 mars 2016 - 14 h 38 min

    @Franam: Sauf que les rendements sont pourris : 3 jours pour recharger une 5000 mAh avec un panneau classique :/

    Répondre
  • 29 mars 2016 - 14 h 46 min

    ça n’existe toujours pas un petit chargeur à gaz ? tout les randonneurs ont leur petites buta avec eux et je ne pense pas que ça viderai grand chose (vu qu’une petite buta sort plus de 1000w pendant 2h…)

    (mon commentaire est sur un usage rando pas question d’amener sa petite bonbonne de gaz dans un parc pour recharger son kindle ^^)

    Répondre
  • 29 mars 2016 - 15 h 05 min

    J’ai deux panneaux solaires de marque differentes, un de 15w et un de 12w. Ils fonctionnent tous les deux vraiment bien. Par exememple, je charge en moins de 40 mn et en plein soleil, la 40 % de mon LG G4 qui possède une batterie de 3000mAh, pas mal hein ? J’ai acheté un deuxième panneau, car le premier de 15w est trop lourd pour le la randonnée pédestre. J’utilise une batterie Anker que je recharge avec ces panneaux, vraiment pratique : )

    Répondre
  • 29 mars 2016 - 15 h 38 min
  • 29 mars 2016 - 17 h 03 min

    La désillusion concernant les panneaux solaire vient la plupart du temps du fait qu’un panneau solaire SEUL n’est pas capable de charger une batterie ou alimenter un appareil avec un rendement correct. Il faut lui adjoindre un chargeur adapté qui le fait fonctionner à rendement optimum : un chargeur à “maximum power point tracking (MPPT)” et c’est ce qui semble incorporé au “Solar Intensity Indicator” d’après la doc GoalZero.
    Unique sortie 5 V semble t-il, dommage et un peu lourd pour les randonneurs à pieds.
    Pour ma part j’utilise avec succès un panneau Powertec PT6 et un chargeur réglable de ma conception pour recharger tous type d’accus Li-Ion (4.2 – 8.4 V) ou alimenter des périphériques USB en 5 V

    Répondre
  • 29 mars 2016 - 18 h 09 min

    @Pierre: “Powertec PT6” Tiens je ne connaissais pas !

    Répondre
  • 29 mars 2016 - 19 h 55 min

    Il faudrait qu’ils implantent la batterie rechargeable et les panneaux solaires directement dans le sac à dos… Comme ça ça chargerait pendant la journée de marche.

    Répondre
  • 29 mars 2016 - 20 h 24 min

    Sujet pertinent et abordé chez les adeptes de la “randonnée légère” notamment, dont voici la quintessence : “Voilà donc en résumé, les principes de la randonnée légère appliqués à la gestion de l’énergie en randonnée : d’abord réduire les besoins, puis choisir les solutions économes et enfin bien les utiliser.”
    Source : ( http://www.randonner-leger.org/wiki/doku.php?id=gerer_l_energie_electrique )

    Répondre
  • 30 mars 2016 - 4 h 52 min

    Les panneaux peuvent avoir une utilité à condition de les exposer longtemps donc il faut une batterie intermédiaire. Il y a notamment des sacs à dos avec panneau sur le dos et batterie tampon qui me paraissent pas mal du tout pour la rando. L’inconvénient c’est qu’on multiplie la chaine de rendement, donc il faut de l’électronique de bonne qualité, donc ça ne peut pas être “pas cher”.

    Répondre
  • 30 mars 2016 - 9 h 51 min

    Génial ces panneaux solaires, bientôt ils seront vraiment intéressant, moi pour l’instant quand je pars en rando, je ne prends pas mon smartphone android ou mes tablettes mais mon lumia 435, batterie de 1350ma, gps etc….. et une bonne batterie externe (20000ma) qui me sert de lampe et qui permet de recharger une bonne quinzaine de fois mon lumia etc…
    Mais quand la technologie photovoltaïque portative sera optimale, la mon smartphone et ma tablette m’accompagnerons en rando, un jour peut être.

    Répondre
  • 31 mars 2016 - 15 h 39 min

    @Pierre Lecourt:
    http://powertec.fr/all-products/pt6

    Quant au panneau intégré au sac, c’est à mon avis une fausse bonne idée : orientation approximative des cellules, fragilité (un sac, c’est jeté par terre, ça frotte contre les rochers…)…

    Personnellement je maintiens mon panneau ouvert grâce à 2 baguettes fibre de carbone et je le fixe sur le rabat du sac orienté vers le haut quand j’ai besoin de charger en marchant (Islande). Dans la plupart des coins bien ensoleillés (Andes, Himalaya…) je m’en tire en chargeant à la pause midi ou au bivouac.
    Et je préfère charger directement des batteries supplémentaires (GPS, frontale, réflex…) plutôt que passer par une batterie tampon lourde et avec les pertes engendrées par les cycles “charge de la batterie tampon” / “décharge dans l’appareil final”…

    Répondre
  • 30 juin 2016 - 9 h 53 min

    @Pierre:

    @Pierre Tu parles d’un chargeur réglable de ta conception mais connaîtrai-tu un chargeur similaire dans le commerce ? J’aimerais me procurer en effet le PT6 et pouvoir charger directement mes batteires (appareil réflex + caméra). Merci !

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *