GenBook RK3588 : un portable 14″ ouvert et réparable

Le GenBook RK3588 est lancé en financement participatif comme l’expérience materielle d’un portable ARM en Open Hardware.

Le GenBook RK3588 est un ordinateur portable de 14 pouces de diagonale à l’aspect des plus classiques : large écran FullHD, bordures relativement fines, clavier chiclet et énorme pavé tactile. Le tout dans un châssis de 32.3 cm de large, 22 cm de profondeur et 2 cm d’épaisseur pour un poids de 1.5 Kg.

C’est à l’intérieur, dans ses entrailles, que la machine cache son jeu. En effet, le GenBook RK3588 n’embarque pas de puce AMD ou Intel mais un SoC ARM monté sur un module lui même installé sur une carte destiné à le recevoir. But de la manoeuvre, proposer un engin à la fois modulaire et évolutif.

Le module sur la carte mère.

Le SoC Rochip RK3588 embarqué est associé avec un maximum de 32 Go de mémoire vive LPDDR5x, 64 Go de stockage eMMC, un port M.2 2280 NVMe PCIe 3.0 X4 et un circuit Wi-Fi6 et Bluetooth 5.2 Realtek RTL8852BE sur un port M.2 2242. Le portable peut profiter d’extensions intéressantes comme de la 5G. Mais surtout la documentation technique de l’engin est complète et permettra à qui veut s’y pencher de construire les extensions qu’il souhaite. Compatible avec le noyau Linux, le GenBook RK3588 permettra d’installer tout type de distribution et de faire évoluer son matériel dans la durée.

Il sera possible de changer le module intégrant le SoC ARM et la mémoire vive très facilement mais également de changer la carte mère globale du dispositif. C’est d’ailleurs la seconde version de ce portable qui est présentée ici en financement participatif. L’engin précédent s’appelait le Cool Pi ARM Notebook et se basait sur la même coque extérieure. La carte mère qui accueille le module a simplement été mise à jour avec de  quoi accepter de la mémoire plus rapide, une meilleure batterie et diverses améliorations dont un module TPM pour plus de sécurité logicielle.

Le reste est très classique avec des enceintes stéréo 1.2 watt,  une webcam construite derrière un interrupteur permettant de déconnecter son alimentation physique et une connectique très classique. Un port d’alimentation au format jack suivi d’un HDMI, un USB 3.2 Gen1 Type-A, un USB 3.2 Gen1 Type-C avec DisplayPort et un port jack audio combo 3.5 mm sont présents sur la tranche gauche de l’appareil. A droite, on retrouve… rien du tout si ce n’est un Antivol type Kensington Lock.

L’idée est de diminuer les coûts en ne disposant pas de connecteurs de l’autre côté de la carte mère ce qui laissera de la place en interne pour d’éventuelles extensions. Un port 50 broches sur la carte proposera de multiples possibilités. A commencer par un trio composé d’une ligne PCIe 2.0 x1, un USB 3.0 et un SATA 3.0 qu’on ne pourra mixer que par deux à la fois. Cela veut dire qu’il ne sera pas possible de piloter trois éléments en SATA, USB et PCIe ensemble mais que deux seulement pourront dialoguer avec le système en même temps.

D’autres fonctionnalités pourront par contre être pilotées de concert avec leur propre liaison directe vers le SoC ARM : un Ethernet Gigabit, deux USB 2.0 et divers GPIO. D’autres cartes d’extensions, en plus du module 5G, sont en préparation comme une solution FPGA, un module de chiffrement ou une solution permettant de connecter des périphériques PCIe. Livrée par défaut sous Debian, d’autres systèmes devraient être portés sur la machine à court terme.

Le portable sera proposé en financement participatif sur Crowd Supply très bientôt.

Source : Liliputing


Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

10 commentaires sur ce sujet.
  • 11 juillet 2024 - 14 h 24 min

    J’apprécie grandement le concept et je me dis que la carte mère (ou fille), avec sa flexibilité, pour également trouver sa place dans netbook 10″ ou mieux (a mon goût lol) dans une tablette 8-9″ 4/3 😁

    Répondre
  • 11 juillet 2024 - 15 h 35 min

    Ce qui est dommage dans ce genre de projets c’est qu’on est très souvent sur des matériel extrêmement peu performant, comme le RK3588 ici. Je comprends tout à fait pourquoi c’est fait comme ça mais ça en limite quand même grandement l’intérêt…

    Répondre
  • 11 juillet 2024 - 15 h 43 min

    Je ne comprends pas comment fonctionnent les cartes avec des I/O (USB, Ethernet) branchées sur le port 50 broches.
    Il y a un élément du châssis à changer en plus ?

    Répondre
  • Luc
    11 juillet 2024 - 17 h 26 min

    Sur le principe je me réjouis de cette annonce. Joie qui sera peut être gâchée par le prix demandé. Wait and see.

    J’aime bien la modularité annoncée mais existe-t-il seulement un standard permettant de changer le SOM par un autre comme on changerait de chaussettes (niveau matériel j’entends : dimensions, compatibilité pin To pin, alimentation électrique etc).

    @Clément Nerma: le rk3588 me convient tout à fait dans mon utilisation quotidienne, certes peu exigeante.

    Répondre
  • 11 juillet 2024 - 21 h 05 min

    @Clément Nerma: Oui et Non puisque le 3588 égale le Intel N100 en Multi coeur et donc permet potentiellement un usage bureautique tres performant

    Répondre
  • 12 juillet 2024 - 1 h 06 min

    @Luc: Sur le papier oui, c’est un peu la poule dans l’histoire de la poule et de l’oeuf. Ici le projet cherche a amorcer la pompe pour que d’autres s’emparent de la plate forme et se lancent en proposant leur propre carte. C’est un pari difficile mais c’est l’idée de ces solutions Open Hardware.

    @Lionel: C’est documenté, si tu veux créer une carte « fille » tu dois te procurer le connecteur adéquat et créer ton interface en reprenant les broches qui t’intéresse sur la connectique.

    Répondre
  • 12 juillet 2024 - 8 h 59 min

    @Pierre Lecourt: Je pense que je me suis mal exprimé.
    Si on ajoute une carte fille avec un port ethernet par exemple, où est le connecteur pour brancher le câble ?
    Il faut découper le châssis à la Dremel ou il y a un panneau à adapter ?

    Répondre
  • 12 juillet 2024 - 9 h 46 min

    @Lionel: Clairement il va falloir sacrifier le boîtier.

    Autrement ça me rappelle ce que MNT fait déjà en Europe (donc avec des prix correspondant).
    J’attends la sortie du « Reform Next » pour peut être sauter le pas.

    Répondre
  • 12 juillet 2024 - 12 h 27 min

    @Lionel: Ah oui pardon, oui c’est ptet compliqué à ce niveau effectivement.

    Répondre
  • 13 juillet 2024 - 9 h 12 min

    @Cinos: Oui, peut être auraient ils pu faire un emplacement modulaire, sur la tranche, façon Framework…
    Mais je pense qu’il y ai problème de coût, difficicle de faire modifier la coque auprès du fabricant OEM (qui doit en sortir des wagons pour les différentes marques « no name » chinoise) sans exploser le prix.

    Accessoirement, j’ose espérer que le prix sera contenu, comme pour les machines Pine64 ou Olimex, après tout, le RK3588, bien que suffisant pour pas mal d’usages, commence a bien dater.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *