Disparition d’Aukey et Tacklife… Amazon et la guerre des étoiles

Le grand ménage ? Pressé par la découverte d’une base de données exploitée par un cabinet d’analyse en sécurité, Amazon a purement et simplement fait disparaitre des marques de ses catalogues US et Européens.

Les avis sur les sites marchands, c’est l’équivalent du bouche à oreille dans la vraie vie. La bonne adresse que l’on se refile entre amis, le restaurant qu’on a déniché par hasard, la petite boutique cachée en fond de cour ou le bon plan du moment. C’est le genre d’info qui vaut de l’or et le monde de la publicité le sait bien. Le nombre de spots TV qui mettent en scène ces confidences ou de spots radio qui font parler deux personnes qui s’échangent une adresse en sont de bons exemples.


Bref, cette idée de l’avis d’un tiers, d’une personne plus que d’un marchand, c’est un point essentiel dans la transformation vers l’achat. Un point que les sites de eCommerce ont voulu proposer à leurs clients. Sollicitant au passage de toutes les manières possibles les acheteurs pour qu’ils livrent leur expérience. Et on a vu fleurir des la fin des années 90 les avis en commentaires de fiches produits, derrière les descriptions des marques et les fiches techniques.

Il est facile de comprendre pourquoi : les avis clients ont deux gros avantages. Ils laissent ce sentiment de confiance quand l’information est donnée d’un client à un autre client et non pas par une marque. Une sorte d’égal à égal comme ce type qui vous dit au rayon bricolage de ne pas prendre tel produit mais plutôt celui d’à côté. Parce qu’il a testé les deux et le second est beaucoup mieux. Mais surtout cela permet de profiter d’un conseil venant de quelqu’un qui a vraiment testé le produit. Quelqu’un capable de voir ses défauts réels ainsi que ses qualités. Au contraire des gens qui écrivent les fiches techniques en se basant sur les informations du fabricant. Les internautes voient des détails pratiques qui échappent totalement aux rédacteurs. 

Cette apparition des avis produits a immédiatement entrainé bien des dérives. De la plus classique qui consiste à classer les avis par ordre décroissant et non pas par ordre chronologique, privilégiant ainsi sur la première page les avis “5 étoiles” tout en rendant invisibles les avis négatifs. A la traditionnelle “technique”, née en même temps que la publication de ces témoignages, de censure. On ne publie que les avis positifs, les messages trop problématiques sont simplement ignorés par l’équipe de modération du marchand. La création du format “Avis client” a été biaisée dès le départ.

2021-05-13 17_42_14

La dérive des faux avis : de l’artisanat des débuts au modèle industriel actuel

Très vite, les marchands, comme les marques, ont compris le bénéfice qu’il y aurait à publier des avis positifs à la place de leurs clients. Je me souviens des débuts de cette dérive avec presque une certaine nostalgie. Les avis rédigés par les marques sur leurs produits étaient souvent dithyrambiques. On avait là une prose qui ne laissait aucun doute sur la rédaction par une équipe de communicants même si le message était signé par Marlène78 ou Jean-Mich44. D’autres copiaient-collaient le même avis, sous différents noms, sur toute leur gamme et sur tous les produits. Cela vous parait un peu gros ? Rappelez vous qu’en 2020 on surprenait toujours des adresses IP en provenance de l’Assemblée Nationale qui viennent caviarder des pages Wikipédia d’hommes politiques.

Publier un avis, quand c’était bien fait, pouvait avoir un gros impact sur les ventes. Au début des années 2000, j’étais payé – entre autres – pour donner mon avis et faire des tests de produits chez mes employeurs. Pas de manière détournée, de manière très clairement indiquée, je publiais des photos et des textes intégrés à la manière d’un blog au sein du site de vente où je travaillais. En général, ce type de test augmentait le volume de ventes de manière spectaculaire. Cela permettait également de faire découvrir des nouveaux produits ou des marques totalement inconnues. Evidemment, cela impliquait de me verser un salaire car on ne fait pas ce genre de test aussi facilement que l’on fait un copié collé de fiche produit.

Grande a été ma surprise un jour au début des années 2000 de découvrir chez un concurrent un de mes tests ré-écrit en grande partie et publié sous le pseudo d’un inconnu comme un avis client. Contacté le site de vente m’a assuré qu’il s’agissait d’un client et pas de son fait. Je ne saurai jamais qui a publié ceci, la marque en question n’ayant pas d’antenne en France, mes doutes étaient assez dirigés contre le marchand. 

Je me suis alors penché sur les avis de nombreux sites pour découvrir à quel point le fond de certaines pages web était déjà bien marécageux. Faux avis, mauvaises traductions de tests en anglais intégrés comme des témoignages client, texte sans queue ni tête pour juste donner 5 étoiles… Les marchands et les marques avaient déjà bien compris l’intérêt de mettre en avant les étoiles et de cacher les avis correspondants. Ou celui de choisir un avis très positif à pousser en avant et à le placer entre guillemets.

C’était mignon, très artisanal et cela avait probablement autant d’impact que le vendeur de bagnoles qui vous prend par l’épaule en vous expliquant que cette vieille carrosserie rouillée, c’est l’affaire du siècle. Ces avis bidons étaient tellement grossièrement trafiqués que presque personne ne pouvait les prendre pour argent comptant.

droit de rétractation

Et puis les marques ont compris. Bidonner des pseudos témoignages de cette manière ne servait a rien. Pire, cela les desservait plus qu’autre chose. Je me souviens en avoir parlé avec une marque qui m’expliquait avoir arrêté ce genre de pratiques. Pourquoi ? Pas par état d’âme mais pour des raisons très simples. Si les ventes augmentaient bel et bien sur certaines campagnes de faux avis, cela avait des impacts négatifs sur le moyen et le long terme. 

D’abord parce qu’en France les “recettes américaines” ne fonctionnaient pas. La mode du faux avis étant d’abord apparue aux US où le eCommerce s’était très vite développé. Petite différence toutefois entre les US et la France, le droit de rétractation en VPC n’existe pas là bas. Si vous publiez un avis délirant sur un produit finalement très quelconque aux US et que quelqu’un l’achète, une fois reçu il n’aura aucun moyen légal de forcer le marchand à le reprendre. Beaucoup de sites proposent aujourd’hui un droit de rétractation outre Atlantique mais, à l’époque, ce n’était pas du tout le cas. En France, les acheteurs qui découvraient un produit qui ne correspondait pas à ce qu’ils espéraient pouvaient, sans problème, forcer le marchand à le reprendre.

Ensuite parce que ces pratiques grossières agissaient comme un repoussoir auprès des gens avisés. Quand en bas de page on découvre un avis qui semble directement issu d’un brainstorming de communicants caché sous un prénom bidon, on fait moins confiance dans le produit, dans la marque. On se dit que cette publicité déguisée est un piètre moyen de duper le consommateur. 

2021-05-13 17_51_41

Cela aurait pu donc en rester là mais, comme souvent, des gens ont imaginé des moyens pour se glisser dans l’interstice entre la marque et le marchand. Des gens qui se sont dit que créer de faux avis c’était un vrai travail. Un vrai travail qui pouvait générer de l’argent. Et voilà comment est née l’industrie du faux avis en ligne.

De gros malins se sont mis à faire écrire des avis bidons en masse, contre de l’argent, pour promouvoir des produits. Des avis qu’il fallait payer mais qui ressemblaient beaucoup plus à quelque chose de naturel. Si au départ l’idée a été de recruter des gens pour “faire” amateur. Il a très vite été bien plus rentable de faire travailler monsieur ou madame tout le monde pour un résultat tout aussi efficace et bien moins coûteux.

Ces intermédiaires se sont donc mis à recruter, par différents moyens, des internautes lambda pour leur proposer de laisser leur avis – positif ou négatif – sur des produits. Certains de ces sites demandaient en effet d’écrire des avis négatifs sur des produits concurrents. Une armée d’internautes a été mise marche pour aller remplir les avis de centaines de sites à travers la planète. Grâce à des VPN et des guides techniques, des listes de mots clés, ils ont réussi à intervenir sur des milliers de produits dans toutes les langues. Avec un résultat bien plus “naturel” : des fautes d’orthographe, de grammaire, des phrases sans queue ni tête mais un message global allant dans le sens voulu par la marque. Des avis parfois impossibles à identifier comme bidonnés.

Difficile pour un marchand de faire la part du vrai et du faux quand un pseudo identifié comme habitant à Paris, d’après son IP, écrit un message pertinent techniquement sur un produit. Lui mettant 5 étoiles au passage. Le même auteur pouvant repasser le lendemain sur le même produit pour laisser un autre message positif signé d’un autre pseudo venant du Loir et Cher. Remonter la note d’un produit, le faire apparaitre comme le meilleur de la liste ou créer une foule de gens ravis de leurs achats ne prenant ainsi que quelques jours. Difficile également de refuser les avis positifs sur des produits que l’on vend quand on sait qu’ils vont participer à leur succès commercial.

2021-05-13 17_55_09

L’arrivée des “clients vérifiés”

La parade trouvée par les marchands pour lutter contre ces faux avis a été la création d’une nouvelle catégorie de clients.Les “vérifiés”. Les marchands ont mis  en avant le fait que le commentaire d’un internaute était effectué suite à l’achat du produit et non pas venu de nulle part. Cette “vérification” étant au moins la certitude que la personne écrivant le message avait bien acheté l’article en question. Un détail pas anodin du tout pour le futur client qui trouvait souvent là une réponse à des questions simples comme la qualité générale du produit, ses matériaux et son usage.

Si cela a été une parade pendant un bon moment, cela a ouvert également une belle boite de Pandore. Celle permettant simplement aux marques de communiquer directement avec la personne qui pouvait émettre un avis vérifié. Les intermédiaires ont pour beaucoup disparu et les marques ont simplement décidé de prendre les choses en main en glissant dans leurs colis des message invitant les internautes à laisser leur avis en ligne. Jusque là pas de soucis, c’est de bonne guerre. Mais au bout d’un moment, la pratique a dérivé vers autre chose. 

Proposer un remboursement, un bon d’achat ou un produit de son choix gratuitement contre un avis a été la conséquence de ces avis vérifiés. Je vous en ai déjà parlé en 2020 avec cette histoire de boite à clé contenant une offre de remboursement de 10$ en échange d’un avis positif. C’est exactement cette même méthode qui a été déployée en masse par les marques.

2020-02-19 15_49_36-Window

Suivant les produits et leur valeur, suivant la concurrence déjà présente chez le marchand qui va écouler le stock, le constructeur glisse 10, 100, 1000 petites cartes génériques indiquant la méthode pour obtenir un bon d’achat ou un remboursement de quelques euros en échange d’un avis positif. L’internaute reçoit ainsi un produit à 25€ avec la possibilité de se faire rembourser 5 ou 10€ via Paypal ou en bon d’achat en échange de 5 minutes de son temps. Il suffit de retourner sur le site du marchand, après quelques jours, de s’identifier pour écrire un “avis vérifié” en mettant le maximum d’étoiles et en expliquant combien on est ravi de son achat. Publier le tout, prendre une capture d’écran et envoyer l’ensemble à l’adresse email indiquée. Derrière, on recevra son remboursement sous forme de code ou de paiement via Paypal. 

2020-02-19 15_49_47-Window

L’internaute lisant les avis sous un produit ayant fait l’objet de ce type de campagne découvrira alors des “avis vérifiés” avec toutes les qualités recherchées : ils seront réellement écrits par des internautes, donneront le bon nombre d’étoiles, décriront vaguement l’objet tout en disant combien il est formidable avec tout l’amateurisme voulu. Tout cela en échange d’un bien maigre salaire et d’un détail qui ne reste évidemment pas inexploité.

Car en répondant à ce type de demande, l’internaute donne son nom et un email valide. Afin de recevoir sa “récompense”, il est bien obligé de s’authentifier d’une manière ou d’une autre. Les marques ont évidemment rapidement compris le bénéfice qu’ils pouvaient tirer de ce type de données. Repérer les participants les plus doués et les plus enthousiastes à ce type de tractations et leur proposer de recommencer, en direct.

La marque propose alors par email à un internaute qui a acheté un premier produit et reçu un bon d’achat contre un avis positif si il veut en tester un autre. Ce test se fera en échange d’un autre avis positif et le testeur pourra être remboursé à 100% de son produit. La marque peut en effet générer un code promo qui permet d’offrir l’objet directement à l’internaute. Celui-ci “achète” donc le produit avec un code promo unique, le reçoit et, si il veut pouvoir bénéficier d’autres largesses de la marque, laisse un avis toujours aussi vérifié et toujours aussi positif. 5 minutes de travail en échange d’un cadeau High-Tech, c’est rentable. Surtout quand la marque propose de “tester” une nouveauté toutes les semaines.

2021-05-13 18_03_25

Le “grand ménage” d’Amazon

Si Amazon a décidé de suspendre quelques marques de son catalogue en Europe et aux US, c’est parce qu’un cabinet d’analystes a mis la main sur un listing de ces internautes “partenaires”. Il y a toujours un gros malin qui se dit que regrouper les infos dans un fichier est très utile. Un gros malin incapable de sécuriser ses données et qui laisse un jour fuiter emails, noms et prénoms, pays et sites sur lesquels les internautes peuvent laisser leur avis. Le gros malin en question ayant eu l’excellente idée de mettre dans le même fichier les données glanées ça et là concernant plusieurs marques. 

Cette base de données s’est retrouvée dans la nature avant de tomber sous la loupe d’un cabinet d’expert en sécurité : Safety Detectives. Ceux-ci l’ont bien évidemment épluchée et mis à jour la redondance de certaines marques : Aukey, Mpow ou Tacklife. Avec ces éléments à charge, Amazon n’avait pas le choix que de faire le ménage en supprimant purement et simplement les magasins de ces revendeurs. Des centaines de produits ont donc instantanément disparu des pages du site. A la surprise de nombreux internautes faisant confiance à ces marques. 

A Amazon d’expliquer ensuite sa politique. Il lui importe de lutter contre les faux avis pour protéger ses clients. Préservant les “avis authentiques” des avis manipulés afin de conserver un équilibre dans son système. Aukey, Mpow et Tacklife sont donc les grands perdants de cette histoire, en essayant d’acheter les internautes pour publier des faux avis, les voilà privés de leur principal canal de distribution tout en écopant de la lourde peine de se voir exposés au public comme des fraudeurs…

Contactés par mes soins, Tacklife comme Aukey se veulent rassurants. Les deux marques indiquent être en train de résoudre le problème. Est-ce que cela va passer par un engagement de la part des marques à ne plus recourir à ce genre de pratiques ? Un contrôle accru d’Amazon qui a tout le loisir d’ouvrir des produits pour vérifier la présence de ces fameuses cartes cadeau incitant à laisser de faux avis positif ? Un retour à la normale progressif avec une période de probation ne laissant aux marques incriminées que la possibilité d’apparaitre au travers de vendeurs tiers ? Les possibilités sont nombreuses. Elle ne résoudront cependant pas le problèmes des faux avis.

2021-05-13 18_10_14

Ne pas se faire prendre

Car la principale faiblesse du système a été le gros malin qui a permis la fuite de la base de données. Sans cet évènement, le business du faux avis aurait pu continuer un moment pour ces marques. A vrai dire, il continue comme à l’accoutumée pour des dizaines de marques sur Amazon. Cette “recette” de la petite carte glissée dans les produits pour générer des bonnes notes est quasiment enseignée comme une pratique normale chez beaucoup de revendeurs de produits noname.

Dans le listing immense des produits vendus en eCommerce via des places de marché ou chez Amazon, le nombre de solutions proposant ce type de remboursement est tout simplement énorme. Pour le lancement d’un produit ou pour augmenter sa visibilité, les marques n’hésitent pas à utiliser ce canal qui reste bien moins cher qu’une campagne de publicité traditionnelle.

Quelle solution pour Amazon ? Ouvrir les boites parait impossible pour le marchand. Trop de travail, trop d’impact sur la vitesse du traitement des commandes, trop lourd à gérer. Créer une brigade anti-fraude pourrait avoir du sens. Afin de surveiller des produits en cas d’apparition d’un grand nombre de “5 étoiles” en un temps très court sur une nouveauté… Mais ce serait comme chercher une aiguille dans une botte d’aiguilles.

2021-05-13 15_58_08

L’impossible visibilité d’Amazon

Il n’ y a pas de solution miracle pour lutter contre ces faux avis. Tout comme il n’y a pas de solution miracle pour une marque de se différencier des autres sur un site comme Amazon. La recherche du mot clé “Webcam” donne un nombre hallucinant de résultats : 30 000 références indique le site. Des dizaines de produits s’étalent sur plusieurs pages.  Comment faire pour se démarquer ? Payer ou ruser.

Payer, c’est s’offrir la tête de gondole avec une présentation sponsorisée mise en avant par le site. Les produits proposés ressemblent aux autres mais ils sont en tête de liste et restent ainsi bien visibles. L’autre solution consiste à être un des produits “Amazon Choice” mis en avant par le site. Pour obtenir ce précieux label, il faut respecter certaines règles précises comme proposer son produit sous le label Amazon Prime, avoir de belles photos et une description travaillée de son offre et… avoir de bonnes notes ainsi qu’un faible taux de retour. 

Dernières solutions, jouer sur le tarif en mettant des promotions en avant qui vont démarquer vos offres d’un bandeau de couleur… Ou avoir un bon nombre d’étoiles à mettre en avant. Si vous cumulez ces éléments ensemble, vous pouvez toucher le gros lot en explosant vos ventes. Vous voyez le problème ? La mécanique interne d’Amazon incite les marques à obtenir le plus de notes positives possibles. Et donc à tout faire pour les avoir. 

2021-05-13 16_21_40

Comment croire qu’une webcam “noname” a pu obtenir 1526 évaluations avec 62% de 5 étoiles et 24% de 4 étoiles en une seule année de commercialisation ? Cela fait 4.18 évaluations par jour sur une année complète. Etonnant pour un produit totalement inconnu au bataillon. Encore plus étonnant quand on lit dans ces avis que les deux principales caractéristiques de l’objet, à savoir une capture en FullHD et une gestion autofocus, ne sont tout simplement pas disponibles sur le produit qui se contente d’un HD classique et d’une focale fixe… Ce produit suspicieux a tout de même droit au label Amazon Choice.

Pourquoi Aukey ou Tacklife ont t-il joué à ce petit jeu ?

C’est la question que j’ai le plus lu ces derniers jours en ligne. Des acheteurs de produits de ces marques satisfait de leur achat et qui se demandent pourquoi diable des marques  reconnues comme Aukey ou Tacklife ont eu recours à ces méthodes plus que douteuses ?

La réponse est double. D’abord, parce que sans jouer à ce petit jeu, ces internautes n’auraient probablement jamais entendu parler de ces marques. A leur arrivée sur le marché, elles n’avaient absolument aucune visibilité. Et elles seraient restées dans cet état, comme beaucoup d’autres, dans les profondeurs des listings des Marketplace. Pour se faire connaitre face à des solutions portées par des logos connus comme Logitech ou Microsoft pour Aukey et des produits de bricolage comme Bosch, Black et Decker et les marques de GSB pour Tacklife, il fallait trouver une solution. La première consistant à s’offrir une campagne de publicité nationale sur le long terme pour asseoir leur image. Ce qui est long et très couteux, entrainant une hausse évidente du prix des produits. La seconde étant de se faufiler dans les avis clients pour se faire connaitre. Pour remonter dans les listings.

Parce que cela fonctionne et que cela coûte moins cher qu’une campagne de publicité traditionnelle, ces marques ont donc commencé leur carrière en boostant leur image de cette manière… Puis continué à utiliser la méthode pour le lancement de nouveaux produits, pour gagner la course des premières place des catalogues.

Est-ce mal ? Assurément ! Est-ce idiot sur le long terme ? Je pense que oui. Est-ce logique au vu du fonctionnement actuel des marketplace en général et d’Amazon en particulier ? Et bien oui, c’est tout à fait logique. Car les algorithmes d’Amazon lui même sont très sensibles à ces avis.

Le risque était grand de poursuivre ces méthodes et les marques auraient plutôt dû chercher des alternatives pour continuer à consolider leur image. Le mal est fait aujourd’hui et si Amazon n’a en rien réglé son problème insoluble de la chasse aux faux avis, les marques pratiquant ce “sport” savent désormais ce qu’elles risquent.

Doit t-on encore se fier aux avis en ligne ?

C’est la conclusion de ce billet particulier. Est-ce encore pertinent de se fier aux avis des internautes en ligne ? Je n’ai pas envie de dire non car dans certains cas les éléments que l’on peut lire sur ces quelques lignes sont vraiment essentiels. Mais il faut savoir également lire entre les lignes. Se poser quelques questions est parfois nécessaire avant de décider de faire confiance à un internaute qui a laissé 5 étoiles à un produit.

-Faire un petit tour sur les profils des internautes permet de lire leurs éventuels autres avis et vérifier si l’enthousiasme rencontré est partagé sur 140 commentaires différents et des secteurs variés. Un tel engouement à partager son avis sur tout et n’importe quoi est souvent le signe d’une rémunération.

-Le vocabulaire employé est également un bon indice. Certaines marques exigeant l’emploi de mots clés spécifiques pour recevoir son remboursement, on peut repérer l’usage de ces mots dans de nombreux avis “5 étoiles”.

-Regarder également le nombre d’avis d’un produit par rapport aux concurrents. Si le ratio est de 10 pour 1, sur un produit noname, on peut se poser des questions sur cet engouement a partager des “5 étoiles” en masse.

-Pensez enfin à regarder les avis “3 étoiles” et non pas que ceux mis en avant par la plateforme. Ces avis “moyens” donnent souvent un retour plus exact des différents aspects des produits. Leurs points forts mais également leurs points faibles. 

A propos d’Aukey et de Tacklife en particulier.

Je connais bien les deux marques pour travailler depuis longtemps avec elles. Un autre moyen de se faire connaitre des internautes étant de rentrer en contact avec des blogs ou des “influenceurs”. Depuis des années, donc, je suis en contact avec ces marques qui me proposent régulièrement des codes promos que je partage avec vous dans les bons plans et sur MisterMatos

2021-05-13 17_19_27

Mon dernier achat d’un produit Aukey date du 2 mai…

J’ai acheté beaucoup de leurs produits, et quand je dis acheter, c’est acheter pour de vrai, plein pot, avec mes sous. Afin de les tester ou simplement parce que le rapport qualité/performances/prix me convenait. Je n’ai que rarement été déçu et souvent pour des raisons particulières. Telle Webcam qui fonctionnait correctement mais qui affichait un très grand angle qui ne me convenait pas. Telle autre parfaitement compatible avec Octoprint pour répondre à la question d’un lecteur, tel clavier mécanique pratique et agréable mais très bruyant… Ces achats me permettent de donner un avis, positif ou négatif, sur les produits. 

Jamais Aukey ou Tacklife ne m’on demandé un test avec un avis particulier. J’ai toujours été franc sur mon approche du marché et du refus de toute publicité. Elles ont toujours respecté mes choix. La situation actuelle me désole car j’aime beaucoup ces marques pour leur bon rapport qualité prix global. Mais qui triche avec les règles encourt une sanction, c’est dans la pure logique des choses et je soutiens à ce niveau la décision d’Amazon qui doit lutter contre ces faux avis.

Je profite tout de même de cette aventure pour vous poser la question, chers lecteurs, de la pertinence de tests rapides de ce type de produits ? Seriez vous partant pour que je teste des produits un peu plus éloignés des machines habituelles sur un format peut être court et amusant, mélangeant texte et vidéo ? Une rapide prise en main d’un produit comme un casque, un chargeur, une batterie ou une webcam afin que vous puissiez faire… votre propre avis ?


Rivière
67 commentaires sur ce sujet.
  • fpp
    13 mai 2021 - 19 h 02 min

    J’ai comme (presque) tout le monde des produits Aukey, pas tous récents et qui font le taf.
    J’ai commandé pas plus tard que ce lundi un télémètre laser Tacklife (mon premier achat je crois), et heureusement je l’ai reçu avant le “ban”, ouf ! :-)
    Et le fait que les avis virent au portnawak année après année depuis un bon bout de temps déjà… ne surprendra que les vrais naïfs :-)

    Répondre
  • 13 mai 2021 - 19 h 02 min

    C’est qd mm particulier, car amazon fait la chasse, mais accorde egalement des badges ‘club des 500 testeurs ou autre, qui, j’ai l’impression, ne donn’ent que des avis 5*.
    Comme si dans la vraie vie des gens passaient leur vie a achete des trucs inutiles sur amazon pour donner leur avis.
    Pour la question finale, le prb c’est quoi tester, les webcam sont intéressantes, mais comment financer l’achat de 5 ou 6 webcam, et la semaine suivante autant de souris sans fil.
    Mais oui sur le principe.

    Répondre
  • fpp
    13 mai 2021 - 19 h 07 min

    J’ai commandé pas plus tard que ce lundi un Télémètre Laser Tacklife, heureusement je l’ai reçu avant le “ban”, ouf !
    Des produits Aukey j’en ai comme (presque) tout le monde, pas tous récents, il font le taf.

    Quant au fait que les avis sur Amazon (et ailleurs) virent au portnawak année après année depuis déjà pas mal de temps… il ne surprendra que les vrais naïfs :-)

    Répondre
  • 13 mai 2021 - 19 h 22 min

    Merci Pierre pour cet article bien complet comme d’habitude. Où je mets 5 étoiles :-) ?
    Moi aussi j’aime bien ces deux marque qui on un bon rapport qualité prix à mon sens (et très souvent acheté par les bons plans se trouvant ici).
    Des test de produits par Pierre LECOURT 10 fois oui sans hésiter.

    Répondre
  • 13 mai 2021 - 19 h 25 min

    Voilà ce à quoi j’ai été confronté:
    Acheter un réveil sur amazon, poster un avis assez critique, être contacté au moins 10 fois par 5 interlocuteurs différents du vendeur marketplace pour que je corrige mon avis (contre remboursement, échange, etc…)
    Les mauvais avis avec ce genre de pratique n’existent pas.

    Répondre
  • 13 mai 2021 - 19 h 33 min

    La webcam est un bon exemple. Rechercher le bon produit sur Amazon est horripilant du fait des centaines de références de produits noname chinois que ne se distinguent que par leur marque à la consonance improbable et dont beaucoup d’avis sont clairement falsifiés.

    Beaucoup de ces nouvelles marques chinoises doivent de toute façon sortir de la même usine à Dongguan dont les dirigeants sont prêt à toutes les magouilles et compromissions pour écouler leur production sur le marché occidental. Quand ils se font prendre la main de le sac, ils créent une nouvelle ‘marque’ dans la journée ou changent complètement de secteur. Je doute qu’ils aient beaucoup d’intérêt pour le produit qu’ils vendent de toute façon, si ce n’est les revenus qu’ils peuvent en tirer.

    Filtrer par marques connues permet de gagner beaucoup de temps mais le risque est de passer à côté d’un nouvel entrant prometteur.

    Répondre
  • 13 mai 2021 - 19 h 52 min

    J’ai acheté rarement ces marques (que des petites choses introuvables ailleurs). De Mpow j’ai tout renvoyé (c’est l’avantage d’amazon, le retour est assez facile et on a assez de temps pour vérifier si les promesses sont tenues) – Amazon y gagne beaucoup quand même, car on aura tendance à acheter plutôt le produit envoyé par Amazon que par le vendeur lui-même. L’autre avantage d’amazon par rapport aux commentaires, c’est qu’ils sont quand même nombreux par rapport à d’autres sites et, pour qui fait une recherche minutieuse, c’est plutôt facile de repérer ceux qui font un commentaire équilibré (il y a aussi du bashing par rapport aux marques et plein de commentaires négatives qui montrent tout simplement que la personne n’a pas bien lu les les infos).
    Les sites marchands pourraient aussi exiger plus de rigueur en termes d’info sur les produits. Le plus souvent il faut faire un large parcours sur google et youtube pour essayer de trouver des infos essentiels (ici amazon c’est un des pires sites, tellement les info sont souvent frugales. Par contre, sympa de poser des questions à d’autres acheteurs). Et pas tout le monde a le temps pour ça.
    Je crois que les marques se tournent de plus en plus sur youtube! Voir le succès des videos du type unboxing. C’est souvent hilarant de voir le côté pub de videos du type “les 5 meilleurs machins à acheter en 2021”.
    À mon avis, étant donné que mistermatos propose nos propose des tuyaux sur des produits qui sortent du cadre de ce qui tu analyses quotidiennement, c’est tout à fait cohérent de les voir passer du côté test.

    Répondre
  • 13 mai 2021 - 19 h 59 min

    Intéressant comme article. Perso je regardais souvent les avis négatifs mais maintenant je me méfierais aussi vu que certains sont achetés.

    Oui ce serait intéressant d’avoir des tests de quelques lignes pour savoir au moins si le produit correspond à ce qui est annoncé.

    Répondre
  • 13 mai 2021 - 19 h 59 min

    oui clairement des test divers seraient utile, je n’achète presque que des produits tester en vidéo.

    Répondre
  • 13 mai 2021 - 20 h 03 min

    @Bob Marlone,

    j’ai oublié cet aspect dans mon commentaire. L’algorithme d’amazon transforme les recherches d’un produit en une tâche horrible pas seulement à cause des noname, mais aussi du fait que la recherche retourne souvent n’importe quoi en termes de pertinence (encore pris quand amazon sait déjà beaucoup sur nous. Il y a beaucoup de marques qui n’apparaissent pas, de produits qui ne correspondent pas aux mots recherchés et qui rendent chronophages ses recherches (plus de temps on y passe mieux pour eux).
    Je cherche depuis un moment à acheter un moniteur externe portable. La marque viewsonic tout simplement n’apparaissait pas dans mes recherches. Et quand j’ai tapé viewsonic en plus des autres mots, je ne voyait que des vrais écrans de bureau!

    Répondre
  • 13 mai 2021 - 20 h 07 min

    Si je peux me permettre une suggestion à pierre:
    parfois tu reviens sur certains produits sur lesquels tu avais déjà produit un dossier. Je trouve ça super et j’aimerais le voir plus souvent, si possible. Un exemple j’ai lu ici sur Devterm (très peux de sites on parlé de ce produit et juste des mini infos). Qu’en devient ce produit?

    Répondre
  • 13 mai 2021 - 20 h 39 min

    @zamot

    Exact, les algorithmes de recherche sur Amazon sont souvent imprévisibles ou incomplets, peut-être volontairement pour nous faire découvrir d’autres produits proches de nos précédents achats. Idem pour le simple classement par prix croissant qui donne des résultats farfelus, volontairement ici aussi je suppose.

    Je trouve eBay beaucoup plus facile à naviguer pour faire des recherches.

    Répondre
  • 13 mai 2021 - 20 h 44 min

    Ce qui me surprend le plus, c’est que ces achats d’avis c’est un secret de polichinelle :
    Beaucoup d’articles détaillés sot sortis régulièrement (un exemple qui me revient : il y a/avait un WhatsApp servant d’échange de bons procédés).
    Si Amazon souhaitais réellement s’attaquer à ce problème, il l’aurait fait depuis longtemps déjà.

    C’est donc un coup de comm? Mais pourquoi cette fois ci? Ils avaient la preuve indéniable pour la première fois ?

    Répondre
  • 13 mai 2021 - 21 h 22 min

    Il y a carrément des groupes Facebook où les vendeurs recrutent des testeurs.

    Par contre seule expérience avec tacklife pour une clé dynamométrique, pas terrible. Cassée rapidement, le sav en a renvoyée une autre mais a mon avis c’est bien trop bas de gamme.

    Répondre
  • 13 mai 2021 - 21 h 35 min

    Pierre,

    Ce n’est plus un ticket, c’est un pavé que tu nous as pondu là :)

    Fondamentalement, je ne fais pas confiance aux avis publiés, car je doute de leur véracité. Ma technique : regarder avant tout les avis très négatifs en se concentrant sur ceux qui sont détaillés. Si l’argumentation me paraît pertinente, j’en prends compte dans mes choix et exclus les produits incriminés.

    Pour Aukey : grosse surprise, car, je leur faisais confiance, non pas du fait des avis dithyrambiques sur Amazon, mais du simple fait que tu recommandais souvent leurs produits. :)

    Après, le cas Aukey constitura une leçon : l’éthique des marques s’arrêtent au guichet.

    Répondre
  • 13 mai 2021 - 21 h 54 min

    Il y a aussi autre chose dont tu ne parles pas dans ce très bon article: l’affiliation. En effet amazon paie n’importe qui une commission sur chaque vente apportée par l’affilié. D’où une multiplication des unboxing un peu partout, et beaucoup font exprès de flatter le produit pour inciter les gens à l’acheter et toucher leur comm.
    C’est tout un système qui est bancal, l’incitation n’est pas souvent productive de bonnes choses.

    Effectivement seul l’esprit critique de l’acheteur permet de déceler le faux du vrai dans cette foire aux commentaires.
    Perso je ne lis que les commentaires négatifs ça donne une très bonne idée du produit (parfois les commentaires négatifs sont injustifiés et sont la cause d’une mauvaise utilisation ou incompréhension par l’acheteur, ce qui pour moi n’est pas négatif)
    Comme toujours donc, utilisez votre cervelle.

    Répondre
  • 13 mai 2021 - 21 h 58 min

    Il y a également beaucoup de groupes fb destinés à mettre en relation marques et acheteurs pour fournir des produits gratuitement en échange d’avis positifs.

    Répondre
  • 13 mai 2021 - 22 h 04 min

    Suite à un bon plan sur MisterMatos, j’ai commandé un lot de 4 prises connectées MEROSS.
    Bon produit, fonctionnement correspondant à mes attentes, rapport qualité prix OK.
    Rien à redire.
    En regardant sur le site de Meross, je vois un onglet “Free Products” et je m’inscrit “pour voir”
    2 jours plus tard, je reçois un mail de Andy de Meross qui me propose :
    “Nous avons une multiprise connectée HomeKit à tester, vous d’abord l’achetez sur Amazon, pourriez-vous laisser un commentaire décrivant votre expérience avec ce produit sur Amazon? Nous vous rembourserons via PayPal dans les 24 heures(sauf week-end et jours fériés) après que vous me donnerez votre lien ou capture d’écran du commentaire en ligne. Voici la photo du produit:”

    En gros, j’achète le produit, je laisse un commentaire (pas de recommandation quant à la teneur du message ni à sa note), j’envoie une copie de ma facture, un lien vers mon commentaire et en effet, 2 jours après, mon compte Paypal est crédité du montant de mon achat.

    Le produit est conforme à ce qu’on peut en attendre mais je n’en avais pas “besoin”.

    Alors certes, la démarche n’est pas totalement la même car c’est moi qui suis allé m’enregistrer sur leur site mais au final, on se retrouve avec plein de “faux” avis positifs sur un produit. Et d’après ce que j’ai vu comme commentaires, je ne dois pas être le seul à avoir eu un cadeau…

    Voilà, je ne commente que très rarement mais là je me suis senti concerné et sans vouloir “passer de la pommade” à Pierre, son site et ses bons plans sont toujours pertinents et avisés.

    > DavidC

    Répondre
  • 13 mai 2021 - 22 h 14 min

    je comprends pourquoi je n’ai jamais reçu la scie circulaire promise par Tacklife suite à la panne définitive de celle achetée l’été passé !
    je pense qu’il va me falloir voir avec AMZ comment je récupère un produit réparé !

    sinon, les achats d’avis sont courants, mais franchement avec la possibilité de réexpédier la marchandise si elle ne convient pas c’est quand même un gaspillage de temps, et d’argent, enfin dans mon cas où j’ai beaucoup de mal à faire confiance à ces avis.

    Répondre
  • 13 mai 2021 - 22 h 35 min

    Il une autre facette au traffic des avis.

    Ily a deux jours j’ai reçu un mail d’un vendeur à propos d’un retour que j’ai fait sut une caméra endoscopique soit disant 1080p.

    J’avais initialement pris une 720p, relativement satisfait mais il y avait une led HS donc retourné et remboursé. Je me suis dit le 1080p vaut sans doute l’upgrade.
    Catastrophique, du 480p dégueulasse en vérité malgré l’application qui te laisse choisir. Et surtout un FOV de 30° qui rend le truc inutilisable là où tu voudrais presque un fish-eye. Brefs re retour demandé, en échange il me propose de le garder et m’envoie une version (occasion) encore au dessus prétendu 1440p mais physiquement plus gros donc potentiellement meilleur capteur.
    Le résultat me satisfait et fait ce que je lui demande et j’en reste là par dépit.
    Je laisse cependant 1 étoile au produit 1080p, captures et images démontrant par A+B l’arnaque qu’est ce modèle.

    Revenons au mail d’il y a deux jours, on me propose 30€ PayPal ou bon d’achat amazon pour supprimer mon avis (approuvé par 8 personnes seulement)

    J’ai dit non, mais la vérité c’est qu’ils m’auraient proposé 100€ j’aurai sans doute été bien moins intègre.

    Répondre
  • 13 mai 2021 - 23 h 11 min

    Bravo Pierre
    Encore 5 étoiles pour ton article fouillé
    j’attends avec impatience de lire tes tests avec ce niveau d’analyse

    Répondre
  • Xo7
    13 mai 2021 - 23 h 56 min

    @Bob Marone: il y’a mieux quand un produit accumule les mauvais avis, ils stoppent la vente puis la reprennent avec le même produit ( qui ne fonctionne pas plus) sous une référence légèrement différente ( un chiffre ou une lettre en plus ou en moins). Constaté sur Amazon avec des fournisseurs chinois.

    Répondre
  • 14 mai 2021 - 8 h 00 min

    […] Aukey et Mpow se font striker d’Amazon (+ news NI + Minimachines) […]

  • 14 mai 2021 - 8 h 23 min

    Des test de produits par Pierre LECOURT 10 fois oui, sans hésiter

    Répondre
  • 14 mai 2021 - 8 h 27 min

    Je suis 100% partant pour ce genre de tests @Pierre

    La vraie solution finalement étant d’avoir des tests écrits par des personnes de confiance, qui n’ont pas besoin d’etre achetées par des marques, ou qui sont suffisamment intègres et attachées à la vérité pour donner des avis objectifs.

    Et ce genre de tests n’ont finalement pas de place sur ces sites marchands qui sont juge et partie.

    Répondre
  • 14 mai 2021 - 9 h 14 min

    @Pierre.
    Tout comme Raph, ce n’est pas un billet, mais un énorme pavé !
    Chapeau bas.

    Oui, tout le monde est preneur(euse) de tests en tout genre, éloigné des standard habituels.
    Cela va même de soi ! :-)

    Pour le fond de l’article, m’est avis que c’est un peu le jeu du chat et de la souris.
    Un coup de balais par ci, la souris reviendra par là, sous un autre nom ou une autre forme.

    Répondre
  • 14 mai 2021 - 9 h 31 min

    En effet, ces avis sont de notoriété publique bien souvent des pièges à c..! Maintenant, les critères pour les repérer n’ont rien de très complexe (un certain nombre sont donnés par Pierre) et, sans forcément aller au filtrage, un marquage “suspicieux” serait possible par la plateforme et alors non compté dans l’étoilage moyen.
    Le vendeur qui continuerait à jouer avec 9 commentaires marqués suspicieux sur 10 par la plateforme serait vite incité à renoncer… ou se lancer dans un jeu de chat et de la souris avec un chat très très bien renseigné qui saura adapter très vite ses tactiques!

    Pour ce qui est des tests de petits produits, pour ma part je suis à contre courant d’autres et n’y suis pas favorable sauf bien entendu exceptions très bien choisies (ce qui est déjà parfois le cas, à l’occasion d’un ‘très’ bon plan): Cela va je pense être très difficile à suivre, vite périmé, donc vainement usant… et comme les journées ne vont pas se mettre à faire 48h, potentiellement limitant pour d’autres articles de fond comme celui-ci.

    Répondre
  • 14 mai 2021 - 9 h 49 min

    Du même avis que Yann
    Maintiens d’abord ce qui fait l’essentiel de mini machines
    Je reviens sur le titre de l’article : que se passera t’il pour la garantie le Sav pour les produits de ces marques que nous avons acheté sur Amazon?

    Répondre
  • 14 mai 2021 - 10 h 38 min

    Le pire c’est que 60% des avis actuels sur internet sont faux. Une marque de distribution chinoise créé un nombre incroyable de vendeurs tiers (Amazon, Cdiscount, Fnac, Darty etc…) En inondant le marché français du même produit mais avec un logo différents et nous acheteurs incrédule, on se fait avoir. Pendant ce temps là l’économie française est aux abois et notre état laisse faire. On est mal patron (pub lidl)

    Répondre
  • 14 mai 2021 - 10 h 53 min

    J’en étais arrivé a penser que Aukey et Tacklife étaient des marques de distributeurs.

    Personnellement je m’attarde plutôt sur les avis négatifs. Mais je fais aussi confiance à Pierre et ses bons plans que je n’hésite pas à partager.

    Donc oui pour touts type de tests, d’autant que je partage bien souvent le positionnement de Pierre, mais je partage aussi l’avis d’Étienne et Yann, cela ne dois pas se faire au détriment du reste.

    Répondre
  • 14 mai 2021 - 11 h 21 min

    Très bien ton article malgré quelques fautes d’orthographe…(private joke)
    Et un grand OUI pour les tests que tu proposes..

    Répondre
  • 14 mai 2021 - 11 h 30 min

    Bonjour à tous,

    Merci Pierre pour ce pavé, mais comme beaucoup je me suis dit “beau coup de com qui cache la forêt”, et pour des marques qui avaient plutôt un bon rapport qualité/prix je pense :(. Mais bon, ils l’ont bien mérité.

    Il y a une phrase dans l’article qui est toute bancale “Car le algorithmes d’Amazon lui même sont très sensibles à ces avis.” si tu veux l’arranger.

    Enfin pour les tests, j’allais répondre oui bien sûr, mais la remarque selon laquelle ça serait au détriment des autres articles me fait réfléchir et finalement… si t’as le temps.

    En tout état de cause je suis pas fan des tests videos, ça prend trop de temps de tout voir dans l’ordre surtout (je sais que ce ne sera pas ton cas) quand y’a 10mn de blabla et de déballage, dont je n’ai cure.

    Je préfère le texte que je peux lire en diagonale, les specs en tableaux et surtout pas rédigées de façon littéraires, les listes à tiret c’est bien, et je peux aller et venir, faire un Ctrl+F si je recherche un terme que j’ai lu, etc etc.

    Merci beaucoup en tout cas.

    Répondre
  • 14 mai 2021 - 12 h 19 min

    Etonné que plus de monde ne connaisse pas ReviewMeta : https://reviewmeta.com/

    Ils ont quelques heuristiques assez malignes pour estimer la quantité de faux avis sur un produit d’Amazon, en copiant-collant l’URL. C’est assez impressionnant, ça sort pas mal de métriques intéressantes.

    C’est un super site. Je l’ai découvert dans une vidéo de Horizon-Gull sur les Fake Reviews (attention c’est très long, mais c’est ce qu’il faut pour être à la fois pédagogiquement accessible et avec une méthode scientifique rigoureuse) : https://www.youtube.com/watch?v=gqCBChOJSHY

    Répondre
  • 14 mai 2021 - 13 h 21 min

    Merci pour ce roman très instructif même si c’était un secret de polichinelle :-D
    Pour les tests, je dirais oui pour ceux que tu as acheté pour toi. Mais je dirais non si c’est pour acheter juste pour tester.

    Répondre
  • 14 mai 2021 - 16 h 03 min

    @Yattoz,

    Super recommandation! Je ne connaissais pas (Horizon-Gull non plus).

    @Yann, je crois que Pierre doit bien être conscient du risque et qu’il saura bien le gérer.
    Il connait mieux que personne la finalité de son site.

    Répondre
  • 14 mai 2021 - 17 h 38 min

    Pour moi cela ressemble à un coup de com d’Amazon pour se refaire une image fortement dégradée par des comportements anti commerciaux et même délictueux :

    – la censure systématique et automatisée des avis négatifs trop bien motivés, clairs et visiblement construits,

    – la mise en vente de produits contrefaits genre clé usb 1TO à 50 eurso,

    – leur incapacité à mettre des moyens humains pour traquer et supprimer les offres frauduleuses,

    – la délégation à leurs algorithmes de connerie artificielle des moyens de tris entre les annonces réelles et les arnaques.

    Et pourtant Amazon ne sait plus quoi faire de son profit, mais cela ne les empêche pas de vouloir encore diminuer les coûts rédactionnels en laissant sciemment passer des annonces qui sont des vraies escroqueries.

    Et pour finir les autres sites de vente non font pas mieux, Amazon ayant simplement la procédure de retour (en général) la plus efficace si client est “prime”.

    Bref au dessus de 100 EUROS, je n’achète plus en ligne.

    Bel article.

    Répondre
  • 14 mai 2021 - 18 h 02 min

    Dommage pour Aukey , à chaque j’ai eu du matos plus que correct. Même les câbles USB ne faisaient pas toc du tout.

    Après un petit tour, on trouve encore les produits sur le site…

    Répondre
  • 14 mai 2021 - 20 h 24 min

    Certes, cette communication est d’actualité. Il reste que, comme toujours, l’analyse de Pierre est d’une logique et d’une objectivité inébranlables et parfaitement documentées. Merci une fois de plus et bien sûr OUI à 100% pour le plaisir de lire l’avis de Pierre sur des sujets moins centrés sur les mini-machines… si bien sûr le coeur de nos chers sujets préférés n’en pâtit pas trop :-).
    Comme tout acheteur en ligne assidu sur Amazon et occasionnel sur Aliexpress, Banggood et autres Gearbest, j’ai souvent été sollicité pour donner mon avis, selon les processus parfaitement détaillés dans l’article.
    En général, les produits proposés étaient satisfaisants et le contrat était donc rempli, de part et d’autre.
    Une fois, j’ai eu un produit franchement inutilisable et je me suis refusé à émettre un avis.
    Il s’agissait d’un convertisseur HDMI vers USB pour enregistrer la vidéo.
    Au niveau de certains fournisseurs chinois cités, j’ai personnellement vérifié que mes avis négatifs passaient à la trappe et n’étaient donc jamais publiés…
    J’ai encore dans un tiroir un Tablet PC Chuwi Hi10 Air qui a rendu l’âme après 3 semaines et dont les frais de retour en Chine et de réparation se seraient avérés prohibitifs.
    J’ai parfois eu de très bonnes expériences, notamment à propos d’un multimètre qui par erreur du fournisseur était différent du modèle commandé. Finalement je l’ai obtenu gratuitement.
    C’est un peu hors sujet, mais j’ai été confronté récemment à deux cas de fournisseurs chinois (autres que ceux cités ci-dessus) qui proposaient des robots aspirateurs laveurs avec de très belles vidéos à l’appui et qui livraient finalement la pire des camelotes sans aucun rapport avec ce qui était annoncé. Il s’agissait là franchement de publicité mensongère.
    Dernier point : pour mes propres achats, au moins sur Amazon, je commence par consulter les avis négatifs. Cela m’a évité quelques déboires.
    Bon vent à Mini Machines, toujours très apprécié et qui mérite vraiment 5 belles étoiles :-).

    Répondre
  • 14 mai 2021 - 20 h 46 min

    Bonjour, j’ai lu jusqu’au bout. Un très bon article, un ressenti similaire sur ces 2 marques que j’ai acheté et que j’apprécie pour leur rapport qualité/prix.

    Pierre : pour les tests, je te fais confiance. J’aime bien ce genre de test, surtout venant d’une personne qu’on ne peut corrompre. Donc attention à ne pas glisser dans certains pièges, parfois on ne s’en rend pas compte soi-même, et fonce pour ces tests !

    Répondre
  • 14 mai 2021 - 20 h 52 min

    Salut.
    Je suis de plus en plus gêné par les produits sponsorisés par Amazon.
    La recherche est véritablement polluée par cette pratique. Mieux vaut de faux avis clients (je pense quand même que les acheteurs ne se basent pas uniquement la dessus, ou alors ils n’ont que ce qu’ils méritent !), que des produits qui s’intercalent dans une recherche précise, qui reviennent à chaque page et qui sont validés par Amazon contre rémunération ( ça vaut presque un faux avis client non?).

    Répondre
  • bob
    14 mai 2021 - 21 h 21 min

    La vidéo ne m’intéresse pas. Je lis très vite et la faible densité de l’information dans une vidéo me gonfle et m’ennuie. J’ai pas de télé et j’en ai jamais eu.

    Répondre
  • 14 mai 2021 - 21 h 38 min

    toujours au top Pierre et pas si long!
    on ne parle même pas des avis sur aliexpress…
    c’est grâce à ton intégrité que je te suis depuis blogeee
    des petits tests pourquoi pas

    Répondre
  • 15 mai 2021 - 0 h 01 min

    On n’écrit pas : et bien, mais : eh bien !

    Je me demande si les partis politiques n’emploient pas également des gens ou des militants à écrire sous les articles de journaux. Notamment à l’approche d’élections. J’ai déjà repéré que certains éléments de langage se répétaient dans certains commentaires. On pourrait évidemment penser qu’un premier commentaire influence les commentateurs qui l’ont lu. Mais sur certains sites, les commentaires ne sont publiés qu’après modération et un certain temps d’attente, et les commentateurs n’ont pas pu s’influencer mutuellement. J’en conclus que les commentateurs se mettent d’accord avant d’écrire, ou alors que c’est le même commentateur sous des pseudos différents.

    Répondre
  • 15 mai 2021 - 6 h 04 min

    J’ai le souvenir d’un clavier haut de gamme de la marque LOGITECH qui venait tout juste de sortir il y a près de deux ans. A peine en vente je constate qu’il y a déjà 50 avis déposés, tous de 5 étoiles, tous avec photos, et des commentaires à rallonge de plus de 10 lignes pour chacun d’entres eux …
    Même les marques reconnues n’ont aucun scrupule à créer de faux avis pour attirer les consommateurs.

    Répondre
  • 15 mai 2021 - 6 h 20 min

    Faire un tour sur le profil des commentateurs Amazon est en effet le meilleur moyen de vérifier la validité d’un commentaire.
    Je fais souvent ce test sur des produits dont je désire connaître la “valeur” réelle, et je suis toujours stupéfait par la quantité de profil n’ayant quasimment que des 5 étoiles dans leurs commandes pourtant “Vérifiées”.

    Répondre
  • 15 mai 2021 - 6 h 39 min

    Hello o/

    J’ai reçu ce genre de carte en achetant un produit d’une autre marque, j’ai cru à une arnaque bidon pour récupérer mes creds ou des sous. Merci Pierre pour ton article.

    Répondre
  • 15 mai 2021 - 9 h 57 min

    @Yattoz: Je ne connaissais pas ce site reviewmeta mais après quelques tests sur des produits techniques, je ne suis pas vraiment d’accord avec leurs critères sur ce type d’avis. Pour un disque dur NAS, la répétition des mots “utilisé dans un NAS synology” n’a rien d’anormale par exemple, overrepresented participation pour une vingtaine d’avis et take back reviewer pour un avis retiré, ça me semble violent comme critère d’exclusion (à priori d’ailleurs je coche toutes cases sur mes avis, sans avoir jamais reçu de cadeaux ;-) je vais râler).

    Répondre
  • 15 mai 2021 - 18 h 32 min

    @Bernique bleue:

    Il a quelques heuristiques et il affiche des métriques, mais ça reste un outil automatique dont il faut vérifier la sortie. Tu l’as très justement remarqué, il ne ressort pas toujours des points pertinents ! Mais ça aide un peu à voir ce qui se passe. Et puis il est plus à l’aise sur des annonces vraiment douteuses, ça c’est clair x)

    Répondre
  • 15 mai 2021 - 18 h 42 min

    […] source : DISPARITION D’AUKEY ET TACKLIFE… AMAZON ET LA GUERRE DES ÉTOILES […]

  • 15 mai 2021 - 21 h 51 min

    Bonjour Pierre, encore merci pour cet article parfaitement structuré.
    Et 100% d’accord pour des articles de ta part !

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *