Entre 16 et 32 Go de mémoire à bord des Intel Lunar Lake

Les processeurs Intel Lunar Lake embarqueront de la mémoire vive extrêmement rapide à hauteur de 16 et 32 Go.

Avec les puces Lunar Lake, Intel va intégrer la mémoire vive directement sur ses processeurs. Un changement technologique important qui rejoint la stratégie d’Apple et de ses puces M.

L’objectif d’Intel est assez simple, en ajoutant directement la mémoire vive à ses processeurs Lunar Lake, les performances de bande passante seront simplement décuplées avec la mémoire vive. Ce qui permet d’augmenter la vitesse de traitement des données. Un choix qui a particulièrement bien réussi à Apple et on peut imaginer que l’impact sera également très positif pour les performances des puces Intel.

Un SoC Apple M2 Max avec sa mémoire intégrée

Le problème est que cette stratégie heurte le monde PC. Elle enlève en effet une possibilité rassurante pour l’utilisateur, celle de pouvoir ajouter lui même de la mémoire vive à sa machine. C’est un des éléments majeurs de la philosophie des ordinateurs « compatibles » que de pouvoir garder la main sur certains composants afin de les faire évoluer. Même si c’est de moins en moins vrai sur les portables et en particulier ceux visés par la gamme Lunar Lake qui sont les plus fins et légers du marché. Cette possibilité reste ancrée chez beaucoup d’utilisateurs comme une condition indispensable à tout investissement. Pourvoir changer la mémoire vive, pouvoir faire évoluer son stockage et éventuellement un autre périphérique comme une carte réseau sur un port amovible, sont des gages de pérennité.

2 slots de DDR5 sur un portable

Cette manière de penser est parfaitement logique, elle tient au fait que les constructeurs de portables ont toujours eu tendance à survendre la mémoire vive et le stockage par rapport au prix du marché. On trouve encore beaucoup de machines livrées avec 8 Go de mémoire vive aujourd’hui et un prix pour passer à 16 Go en usine qui correspond à 150% du prix du composant en boutique. Certains constructeurs ayant une passion pour la micro visserie, ce passage à la caisse pour avoir la quantité de mémoire dont on a besoin est même devenu quasi indispensable. A moins de se faire peur au dessus d’un portable neuf pour accéder à ses entrailles et changer soit même la mémoire, on préfère passer à la caisse.

Un portable Lenovo avec de la mémoire vive LPDDR5 soudée.

Lunar Lake est destiné aux machines ultraportables

Lunar Lake ne sera pas intégré dans les PC de bureaux ou les station de travail mobiles, pas plus que dans les portables à destination des joueurs. Cela restera une puce destinée aux machines les plus compactes et légères du marché. Une cible qui, si on analyse les sorties de ces dernières années, fait la part de plus en plus belle aux composants soudés et inaccessibles.

De la mémoire LPDDR5 soudée sur une carte mère

Les ultraportables ressemblent de plus en plus à des coffres forts, les constructeurs ont tendance à utiliser de plus en plus de la LPDDR implantée directement sur les cartes mères. Et les grandes marques vont souvent faire sauter leurs garanties si vous tentez d’accéder aux composants. Si cela reste évidemment un plus de pouvoir mettre à jour son PC, c’est devenu un luxe de plus en plus rare sur les solutions ultramobiles. Certains tentent l’aventure de mettre à jour leurs puces en les dessoudant pour en ressouder d’autres, mais c’est évidemment une pratique qui ne correspondra pas aux possibilités de monsieur tout le monde.

Quand Intel annonce que Lunar Lake sera pourvu de sa propre mémoire vive, le premier reflexe reste donc logiquement de voir le verre à moitié vide. Se dire qu’on va perdre la possibilité de monter la mémoire que l’on veut sur son ultraportable. En pratique, cela change surtout l’endroit où est soudée la mémoire dans la machine. Savoir qu’elle passe d’une implantation directe sur la carte mère à une implantation directe sur le processeur n’est pas une nouvelle ébouriffante pour l’utilisateur final.

Source

16Go de mémoire pour le Core Ultra 5 234V
32Go de mémoire pour le Core Ultra 5 238V

Le verre à moitié plein c’est de se dire que si Intel intègre 16 Go au minimum et jusqu’à 32 Go de cette mémoire ultra rapide, cela veut dire qu’il ne sera plus possible d’avoir un modèle en 8 Go comme aujourd’hui. Les constructeurs ne pourront plus proposer 8 Go par défaut et facturer 150% du prix d’un passage à 16 Go. Ces 16 Go seront le strict minimum et cela correspondra bien aux besoins du public que les propositions d’aujourd’hui. Surtout avec un Windows 11 livré par défaut. 

Le prix des composants mémoire varie en temps réel sur DRAMeXchange

Je vois deux vraies questions à se poser autour de ce changement. La première et la plus évidente sera surtout de savoir à quel tarif sera implanté cette mémoire vive chez Intel. Sur la facture finale, on ne verra pas grande différence. La fabricant ne détaille pas le prix des composants quand il vous vend un ultraportable et vous aurez donc un prix englobant l’ensemble. Difficile de savoir donc si ces 16 à 32 Go de mémoire intégrés seront vendus plus ou moins cher que lorsqu’ils sont soudés à la carte mère. Le fait que le constructeur n’ait plus le choix entre diverses marques de mémoire aura sans doute un impact en terme de prix. Détail qui sera dur à mesurer mais qu’il faudra relativiser par rapport aux gains de vitesse obtenus. Une chose est sûre, avec Lunar Lake, Intel sortira la mémoire vive du marché de la mémoire classique. Quand un constructeur peut faire jouer la concurrence pour obtenir des composants moins chers en choisissant une marque plutôt qu’une autre. Il ne sera plus possible de le faire avec ce type de puces.

La seconde question est concurrentielle. Quand l’info d’une mémoire soudée au processeur est apparue sur Lunar Lake, la levée de boucliers a été immédiate. Beaucoup d’utilisateurs ont commencé par dire qu’ils n’achèteraient jamais de machine ainsi équipée. Préférant garder cette possibilité de passer eux-mêmes à 16 ou 32 Go de mémoire vive. Les ultraportables proposant rarement la possibilité d’aller plus haut en capacité.
Mais si les performances de Lunar Lake liées à cet échange de mémoire ultra rapide se soldent par une évolution très importante des performances obtenues, la réflexion autour de cette vraie-fausse possibilité d’évolution sur un marché désormais dominé par de la LPDDR5 soudée à la carte mère tiendra t-elle encore la route ?

Si Lunar Lake passe largement devant l’offre d’AMD sur ce segment, on peut se douter d’un mouvement similaire chez le concurrent historique d’Intel. L’apparition d’un Ryzen avec de la mémoire intégrée sur son SoC à destination des ultraportables serait alors possible, voire très probable, pour ne pas perdre ce marché.


Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

32 commentaires sur ce sujet.
  • 17 mai 2024 - 13 h 06 min

    La mémoire embarquée ça ne me gène pas si tout est fiable sur le long terme et qu’il y a 32go !

    Répondre
  • 17 mai 2024 - 13 h 32 min

    Ils n’ont aucun autre choix que de satisfaire la demande sinon ça sera un bide…
    Donc le mariage quantité de RAM et puissance du processeur devra être réaliste au besoin du type de machine.
    Leurs tests seront décisifs ;)

    Répondre
  • 17 mai 2024 - 13 h 41 min

    Je veux un Ryzen X3D avec de la RAM intégrée 😀

    Répondre
  • 17 mai 2024 - 14 h 43 min

    C’est vrai que quand tout est figé, s’acheter une machine amène à se poser des questions sur ses besoins futurs.

    Quelle est cependant la part (pas le nombre) d’utilisateurs qui mettent à jour leur machine et concernant la mémoire quelle est le gain apporté (je ne parle pas ici de machines anémiques comme par exemple celle livrées avec 8Go) ?

    En fin de compte si ce type de processeur affiche un gain de performance remarquable, cela vaut certainement le coup de passer à cette solution.

    Je garde souvent mes PC plus de 10 ans sans avoir besoin de les faire évoluer, mais le ticket d’entrée lors du renouvellement est souvent élévé car je privilégie une machine bien équipée.

    Répondre
  • 17 mai 2024 - 15 h 38 min

    Une autre question est de savoir quel sera le mouvement global si les performances de Lunar Lake liées à cet échange de mémoire ultrarapide se soldent par une évolution très importante des performances obtenues ?

    Si un ultraportable est plus performant qu’une station de travail, est-ce que le marché ne réclamera pas ce type d’architecture matérielle sur l’ensemble de son parc ?

    Également, la question de la réparation est peu abordée : il m’est arrivé plusieurs fois d’avoir une barrette de RAM qui a rendu l’âme après quelques années. La remplacer a été plutôt simple et peu coûteux : financièrement, en temps et sans aucune perte de donnée. Si demain, toutes les machines ont de la mémoire soudée, il sera impossible de s’en sortir aussi simplement (génération de CPU courante plus compatible avec le socket par exemple). Et si le processeur est aussi soudé ça va faire mal… :(

    Enjoy !

    Répondre
  • 17 mai 2024 - 15 h 50 min

    Cela va se développer au sein de l’ensemble de la gamme, à n’en pas douter.

    Répondre
  • 17 mai 2024 - 15 h 58 min

    quand même étrange de mettre de la mémoire ultra rapide sur des machines qui ne sont pas utilisé pour la performance

    le seul hic c’est toujours si un composant fail… la machine va direct à la poubelle

    Répondre
  • 17 mai 2024 - 16 h 32 min

    @Marc Collin:
    Non, ce n’est pas étrange. Si cela permet de gagner de la performance sans augmenter la puissance des CPU, c’est tt bénéf pour l’autonomie. Ce ratio perf/autonomie est du reste ce qui fait la force des puces Apple Silicon. Après, reste à attendre les tests (non synthétiques) pour vérifier la pertinence de cette solution ;)

    Répondre
  • 17 mai 2024 - 16 h 36 min

    @Marc Collin: imagine si Intel collait de la ram soudée sur des processeurs de bureau. Tu aurais des émeutes de la part des joueurs. Certains joueurs PC ont été jusqu’à insulter Apple quand ils ont mis de la RAM sur leurs M1 qui n’étaient pas dédiés à eux…

    Comme dit @sidero, si cela permet de booster les perfs aussi largement que sur les Apple Silicon, on aura peut être des machines basses conso, grande autonomie et performantes… W&S.

    Répondre
  • Alu
    17 mai 2024 - 16 h 39 min

    Alors perso la seule fois où j’ai update la ram depuis 10 ans c’était pour un Lenovo m75q tiny pour pouvoir profiter a plein du dual Channel avec le igpu Vega 11…

    Sinon tous mes pc (j’en ai 6 et un vieux MacBook air..) ont tous 4 ou 8 go de ram et ça fait bien le boulot pour mon utilisation. Bon après je suis sous linux sur toutes mes machines sauf le mac…

    Quand j’entends qu’il faut maintenant minimum 16 et même 32 go j’hallucine : vous faites quoi avec vos machines pour avoir besoin d’autant? Du jeux ? De l’édition de vidéo 4k?

    Ou alors c’est Windows qui est vraiment devenu ultra bloated pour…rien de plus?

    Répondre
  • 17 mai 2024 - 16 h 54 min

    32 go c’est pour pouvoir ouvrir 128 onglets dans le navigateur internet ;-)

    J’avoue que, sur un PC de bureau, la ram séparée est importante mais sur un ultraportable ou rien n’est facilement accessible, il n’y a que pour les réparations que ça pose problème.
    C’est sur que si il faut changer tout le processeur à chaque problème de ram, on va remplacer le matériel en entier plus souvent.

    Répondre
  • 17 mai 2024 - 16 h 55 min

    @Alu:
    On travaille aussi avec des PC.
    Par example, j’ai acheté pour notre labo plusieurs portables DELL équipés de 8Go (voir 16 Go) de RAM il y a quelques années. Largement suffisant à l’époque et encore aujourd’hui pour la majorité des tâches. Mais, récemment à cause de l’évolution des techno, nous sommes plus nombreux à utiliser R pour manipuler des données très volumineuses (Séquençage ADN ou ARN haut débit, scRNAseq….) et là même avec 16 Go on est rapidement bloqué.
    Je voulais faire un upgrade du laptop d’une doctorante….et je me suis rendu compte que sur le DELL 7421, la RAM est soudée et non évolutive…alors que sur les 7420 achetés 6 mois plus tôt, on peu faire l’upgrade.
    Bref, délicat de demander à une personne d’échanger les 2 PC (même si c’est moins cher). On va surement devoir racheter une machine.
    Et sinon, ce n’est pas la peine d’acheter une station de travail surpuissante….c’est juste la RAM qui est limitante dans ce cas.
    Ah…. et on tourne aussi bien sous Windows que sous Linux, ce n’est pas là qu’est le problème.

    Pour répondre plus sur le sujet de départ, Intel n’a pas le choix (et je pense qu’AMD non plus du coup), car effectivement il faut répondre aux Apple Silicon, et il semble que l’essentiel du gain en performance/efficacité énergétique soit dû à ce SOC qui contient la RAM. Mais serait il envisageable d’avoir une solution hybride dans l’avenir, pour des stations de travail (mobile ou non) ou des desktops ? On aurait les 16 ou 32 Go de RAM ultrarapide dans le SOC et la possibilité d’ajouter 16 ou 32 Go de RAM moins véloce pour les applications gourmandes en RAM.

    Répondre
  • 17 mai 2024 - 16 h 57 min

    @Alu: Oui. Sous Windows 10/11 c’est devenu la base. Mais c’est surtout une histoire de confort les 16/32 Go

    Tu peux très bien t’en passer mais vu le prix et le gain a passer de 8 à 16 Go de DDR5 par exemple (+20 à +30€ en gros) c’est vraiment dommage de ne pas le faire. Tu gagnes en multitâche, en nombre d’onglets ouverts, en possibilités logicielles.

    Faut quand même voir sur le segment MiniPC on a des machines en 16/512 Go à 130/150€ depuis 1 an avec un Intel N100 et que c’est plus confortable a utiliser que certains Core Gen10 avec 8 Go qui étaient vendus entre 600 et 800€. Pas plus rapide, juste plus confortable.

    Répondre
  • 17 mai 2024 - 16 h 59 min

    @Matthias: C’est une question que j’ai posée à plein de monde. Avoir une RAM de base sur le CPU et une RAM tampon supplémentaire sur la carte mère. Mais personne ne m’a répondu pour le moment.

    Répondre
  • 17 mai 2024 - 17 h 29 min

    @Pierre Lecourt & @Matthias: Une sorte de mémoire cache L4 au final non ? 😋
    Dans ce cas, pourquoi ne pas étendre la L3 à la capacité correspondante ?

    Répondre
  • 17 mai 2024 - 17 h 54 min

    @sidero:

    je préfèrerais avoir plus de ram, qu’avoir une ram légèrement plus rapide

    amd utilisera le même procédé 3nm chez tsmc que apple utilise, ce qui devrait emmener un bon gain

    Répondre
  • Alu
    17 mai 2024 - 18 h 41 min

    @Matthias:
    Ça peut pas s’exécuter dans le cloud ce genre de script de data science ? Avec un test préalable en local sur un dataset limité par exemple…

    Répondre
  • 17 mai 2024 - 19 h 18 min

    Si ça permet de faire machines mobiles aussi performantes que des iPad air dernière gen, en x86 (et donc, poser un bon linux sans se prendre la tête), je suis preneur!
    16gb de RAM, c’est déjà bien confortable pour le quidam qui veux de l’utramobilité, c’est un bon argument de vente je trouve, car plus que la techno, c’est la quantité qui va vendre.
    Après tout, une grandes majorité des machines ultra-portables ont tout leurs éléments soudés, donc, ça ne changera pas grand chose, sauf en rapidité, sur de segment.
    La seule chose que je déteste voir soudée, c’est le stockage, pour les raisons que l’on connaît.

    Répondre
  • 17 mai 2024 - 20 h 02 min

    Hors toute logique de perf qui doit être ok au fond, si c’est pour du matos pas cher, en vrai les gens se foutent de la réparabilité. Si c’est du matos cher, là, c’est pas pareil. D’autant qu’on peut attendre d’un matos cher qu’il dure longtemps. Mais un jour viendra où la jument de michao elle s’en repentira d’avoir bouffé toutes ses terres rares, et elle trouvera ça complètement con de devoir tout balancer au moindre problème, même sur le matos pas cher (ptêt qu’on codera plus efficacement ce jour là?) Ben faut croire qu’on y est pas encore… Ouf on a eu chaud!

    Répondre
  • 18 mai 2024 - 4 h 51 min

    Moi je trouve ca top pour les perfs de la puce graphique intégrée… bref il y a un maché pour ca, c’est sur

    Répondre
  • 18 mai 2024 - 5 h 52 min

    Inconvénients potentiels:
    Reparabilité et evolutivité
    Oui, si le module mémoire tombe en panne il faut changer le processeur / la carte mère (donc comme avec la ram soudée) et en même temps, je pense que le taux de panne processeur Intel vs celui des modules de ram (parfois un peu exotiques) installés par les fabricants peut entraîner une réduction des pannes ram sur les solutions intégrées
    De même, si je veux augmenter ma ram plus tard, j’aurai la même possibilité (donc aucune) qu’avec les modules soudés. Et de toute façon, sur des processeurs entrée de gamme/basse consommation, la ram d’origine est parfois proche du max autorisé.

    Avantages
    – clarification de la segmentation des gammes: entre deux références proches, la quantité de ram peut faire la différence
    – cohérence de l’offre: on ne devrait plus voir de propositions délirante d’un proc musclé avec une ram anémique (ou inversement) ou des écarts generation’els
    – gain de performance (parce que la ram intégré c’est plus rapide pour le processeur et pour le gpu)
    – baisse du prix (peut-être): cette le fabricant de la machine ne pourra pas faire jouer la concurrence entre les marques de ram mais, entre la facilité d’intégration et la négociation de volume avec Intel, ils peuvent s’y retrouver) sans compter qu’untel peut très bien vendre une puce intégrant la ram au même prix qu’ils l’auraient vendu sans (le prix d’une puce étant très peu corrélé à la matière première, leur tarif est plus une question d’étalonnement de l’offre que de pris de revient)
    – compacité et économie d’énergie

    Et oui, aujourd’hui ça va se limiter aux ultra portables et mini/mico pc
    Demain si des procs de station de travail sortent avec ram intégrée ils partirons comme des petits pains à partir du moment où la quantité de ram correspondra à la demande ou colera au max du marché (qui voudrait augmenter la ram de son côté i9 déjà doté de 128 ou 256go aujourd’hui ?) surtout si le gain de performances est au rendez-vous.

    Et si la technologie est prête, quid des circuits/cartes graphiques avec gddr intégré demain?

    Répondre
  • 18 mai 2024 - 9 h 32 min

    L’upgrade est effectivement pas toujours très pertinent sur certains matos. Mais j’ai tout de même fait durer des trucs très longtemps grâce à ça. Le second point c’est la réutilisation des pièces sur d’autres appareils. Là il ne sera plus possible de récupérer la ram pour un autre appareil. Les processeurs vont intégrer ram carte graphique ia puces de sécurité. Et les mises à jour systèmes obsoleteront tout cela au petit bonheur. Et comme les smartphones il faudra tout changer.
    On peut ajouter que l’intégration peut amener à un marché très concurrentiel au début, mais une fois la concurrence purgée sur l’entrée / milieu de gamme, c’est la fête, et plus moyen pour le consommateur de revenir en arrière.
    Certes aussi ça permet d’être plus indépendant de la chine. Pas négligeable.

    Répondre
  • 18 mai 2024 - 13 h 43 min

    C’est un début d’architecture pour du calcul IA grand public avec la RAM au plus près du CPU sans être limité par le bus de la carte mère.

    Répondre
  • 18 mai 2024 - 14 h 03 min

    @Geoffrey: Oui c’est ce que j’entend énormément, comment cela va impacter les calculs d’IA… Maintenant ce seront des plateformes ultramobiles et je ne suis pas sur que ce sera pertinent en terme de calcul massif.

    Répondre
  • 18 mai 2024 - 15 h 01 min

    Il est clair que l’évolutivité de la RAM ne concerne pas nécessairement tout le monde, mais seulement les plus geek d’entre nous. Surtout sur un portable.

    Pour ma part, j’ai un de mes portables qui a démarré sa vie avec 1Go en 2007 (!), a évolué jusqu’à 8Go (le max géré par le chipset) et fini en linux pour que le core duo puisse encore avoir une utilité (dans mon labo, il sert encore).

    A côté, j’ai eu un desktop acheté en 2011, avec un i3, 2Go de RAM et une carte graphique AMD (c’était déjà mieux que le chipset intel intégré, j’ai joué longtemps avec). Il a évolué tout doucement : doublage de la RAM au bout de qq années, en plus passage bicanal. Puis SSD pour le système (128Go à l’époque), avec passage Windows 10. Puis Ajout encore de RAM pour passer à 8Go (4 slots de ram !). Peut-être même jusqu’à 16Go, je sais plus. Le i3 a été remplacé par un xeon d’occaze sur ebay pour 20€, et un jour une GTX7xx trouvée à 40€ sur leboncoin (pourquoi série 7xx ? ben le bios ne gérait pas une 980 que j’aurais pu avoir gratos …).
    J’ai changé il y a seulement 2 ans, car je voulais jouer à des jeux plus puissants (^^) et donc avoir une CG plus moderne, sinon il faisait pas mal le taf comme PC.
    Et il trouve une seconde vie avec une autre personne de la famille qui s’éclate avec !

    Bref, un truc acheté à Carrouf 400€ à l’époque, pour 100 ou 200€ de plus, aura vécu de nombreuses années très utiles.
    Tout autant les PC avant 2010 évoluaient tellement en CPU qu’ils ne duraient que 5 ans.
    Tout autant, garder un PC plus de 10 ans, ça se fait plutôt bien ; il faut pouvoir garder la possibilité d’ajuster la RAM aux besoins modernes, et éventuellement en graphismes pour les joueurs. Même pour le disque, si c’est déjà du SSD, la capacité n’est pas une limite car on peut avoir un HDD externe ou un NAS.

    Je dois avouer que ça m’a super amusé de faire vivre très longtemps toutes ces machines (j’en ai d’autres !)

    Mais je peux comprendre que pour l’utilisateur lambda, plutôt novice en informatique, acheter une PC de supermarché, souvent portable par manque de place, c’est largement suffisant.
    Et lorsqu’il commence à souffrir au bout de 4, 5 ans, ben ils le changent.
    (rien que le fait de devoir changer d’OS, avec la pub qui force un peu le trait, ça incite à tout changer).

    Donc, oui, pour 80% des gens, sur des PC très classiques, le tout intégré à un sens économique pour les industriels, mais aussi (je l’espère) pour les clients eux-mêmes.

    Répondre
  • 18 mai 2024 - 17 h 44 min

    @Traygor:

    Nos PC vont finir par ressembler à des tablettes !!!
    Autant abandonner les X86 alors… Ma galaxy Tab S7 avec SD870 répond à une grande partie de mes besoins !

    Mais au final, les SSD vont être soudés eux aussi !!! Et là quid des données ?
    Donc exit les fichiers sensibles sur la machine en interne..

    Répondre
  • 18 mai 2024 - 17 h 49 min
  • 20 mai 2024 - 0 h 50 min

    @StarDreamer: Idem , mon précédent PC a duré 11 ans : ajout de RAM ( 4Go -> 6Go -> 8Go ) , HDD -> SSD , Geforce 560 -> 1060.
    A l’achat, j’avais accepté +100€ pour un bon boitier et une bonne alim : j’ai jamais regretté :)

    Répondre
  • 20 mai 2024 - 8 h 44 min

    franchement, j’ai réparé tellement de pc avec la ram soudée sur la carte mère que je trouve que l’intégrer au CPU sera une bonne solution pour les machine nomades, tout en apportant plus de perf aux GPU XE, entre les chassis pourris sur les pc très fin en plastic qui apporte une contrainte sur les soudures des puces ram ( voir des port ram quand il y en a un, j’ai déja eu des ports ram a ressouder car faut contact -c’était sur du HP tout fin avec un chassis en abs tout pourri )
    tant qu’on nous laisse des ports nvme c’est tout bon

    Répondre
  • 22 mai 2024 - 20 h 49 min

    Je ne sais pas si techniquement il serait possible d’avoir les 2 possibilité. La mémoire unifiée de base + une possibilité d’extension via des slots. Cela pourrait être intéressant mais techniquement il y a sûrement des complications à rendre cela possible, déjà au niveau de la mémoire qui n’aurai pas la même rapidité d’echange avec le processeur.

    Répondre
  • 27 mai 2024 - 15 h 34 min

    je crois qu’on se trompe de débat. Pour moi la ram soudé au processeur ca ne va pas changé grand chose au design des portables actuels, en terme d’évolutivité. La ram est déjà soudé. par contre ca va clairement monter le prix, réduire la consommation simplifier le design thermique donc plein d’avantage.

    Par contre ne pourrait-on pas du coup imaginé un SOC remplaçable, vue que du coup on se retrouve qu’avec les interfaces de plus basse vitesse qui vont sortir du SOC.

    Je design des solution a base de Proc Intel mobile et quand on les reçois pour les tests ils sont sur des packaging démontable (pratique pour pas changer a chaque fois nos SDK… Imaginé un pc portable ou le Proc (incluant la RAM) et le SSD peuvent évoluer…. là on aurai une solution vraiment évolutive…

    Répondre
  • 27 mai 2024 - 15 h 35 min

    monter le prix = descendre le prix dans mon précédent post ==> l’absuce oups

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *