Duke Doks présente une voiture RC à imprimer en 3D

Le vidéaste Espagnol Duke Doks vient de présenter une petite voiture radiocommandée qui exploite parfaitement bien l’impression 3D.

Quand je vois apparaitre une vidéo de Duke Doks dans mes abonnements, je sais qu’elle va être de qualité. Je ne suis pas un génie de l’espagnol et le manque de pratique depuis mes lointaines années de lycée m’ont plus grippé que rouillé sur cette magnifique langue. Mais, grâce à la traduction automatique des sous titres des vidéos et au talent de vidéaste de leur auteur, je découvre à chaque fois des merveilles.

Et sept jours après sa publication sur Youtube, je me rends compte que la dernière vidéo de Duke Doks plafonne à 50 000 vues. Un chiffre vraiment médiocre pour autant de qualité dans la production comme dans la réalisation de la vidéo. Si ce vidéaste était Américain et parlait en anglais, sa vidéo aurait déjà fait beaucoup mieux en vues, je suppose.

Dans cette vidéo, il nous propose de suivre la construction d’une voiture radiocommandée dont la structure entière a été imprimée en 3D. Point clé de ce véhicule, l’exploitation de matériaux d’impression différents suivant les postes. Des parties souples imprimées en TPU pour une partie de la structure et notamment les suspensions. Avec ce matériau combiné à des amortisseurs à ressort, l’engin peut supporter des terrains très irréguliers et assume des sauts sans sourciller. D’autres éléments sont imprimés dans des filaments PETG qui vont résister à l’abrasion et à la chauffe pour concevoir les éléments de transmission. La structure globale de l’engin est réalisée en PLA plus classique.

En gris le TPU souple, en rouge le PETG rigide

Je vous invite vraiment à jeter un oeil à la vidéo et à regarder le reste de la production de Duke Doks. Avec ce niveau de qualité et de détails à la fois dans la manière de filmer et dans l’intelligence des projets, il devrait être partagé par tout le monde.

Tous les éléments du projet sont partagés en 3D et vous pourrez imprimer votre voiture vous même. Les fichiers sont payants, mais à 7.5€ le tout ce n’est vraiment pas très cher au vu de la qualité et de l’intelligence de conception de l’ensemble. C’est encore une fois un excellent projet pour un fablab ou une année scolaire. On peut s’appuyer sur ce type de création autant pour parler de résistance des matériaux que de conception et planification des étapes de construction.

Faites découvrir le site en le partageant


Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

9 commentaires sur ce sujet.
  • 4 novembre 2022 - 18 h 03 min
  • 4 novembre 2022 - 21 h 40 min

    Merci pour cette découverte !

    Répondre
  • 4 novembre 2022 - 21 h 55 min

    Alors, j’ai un passif en RC.

    Fan de la marque française Laro (possesseur du premier Rush pour les connaisseurs https://www.qwant.com/?client=opensearch&q=laro+rush&t=images ), défunte depuis, mais dont les plans et moules ont été racheté par l’entreprise française de CNC DCM Precision (qui a sortis un modèle propre, le MD8, que je possède aussi en version full alu https://www.qwant.com/?client=opensearch&q=dcm+md8&t=images ), je connais un peu le domaine.

    Et si l’impression 3D peut être un très bon outil pour refaire des pièces vendues chères autrement, ou devenues introuvables (cas du Rush), le plastique n’est en revanche pas du tout une bonne idée pour des pièces comme les engrenages ou les cardans, fusées, amortisseurs, ou le châssis.

    Ça relève bien plus du jouet ici (pas de dénigrement, j’ai adoré ma Nikko Super Dictator https://www.qwant.com/?client=opensearch&q=nikko+super+dictator&t=images ) que de la voiture RC.

    Bon par contre pour un enfant, avec l’aide de papa et/ou maman, ça peut être un projet fabuleux, j’aurai adoré me faire ma propre « Dictator » lol.

    J’avai même retapé une tamiya délabrée avec du « meccano » ( https://www.qwant.com/?client=opensearch&t=images&q=jouet+meccano ).

    Bref tout ça pour dire que c’est surement un projet qui enjouera les plus jeunes, mais c’est pas adapté à une utilisation intensive et donc « RC ».

    Ça serait bien de partir avec des pièces de transmission d’une voiture éprouvée et largement diffusée comme une de chez Kyosho (Inferno, best seller), et de faire le reste en plastique (triangles, cellules de différenciel, etc)…

    Le plastique, c’est fantastique, mais ça ne remplace pas de vrais amorrisseurs hydrauliques, des engrenages en acier, des roulements…

    Répondre
  • 4 novembre 2022 - 22 h 04 min

    Attention, ce que je dis plus haut n’enlève rien à ce projet, il est magnifiquement réalisé, et le travail fournis par ce gars est monstrueux.

    Ça vaut bien les 7,5€ demandés pour les plans vu le travail fournis.

    Et j’ai vu la vidéo il y a des vrais roulements c’est un gros plus.

    Franchement il ne manque que les différentiels et toutes la parties de la transmission en acier pour que ce soit la perfection.

    Répondre
  • 4 novembre 2022 - 23 h 39 min

    @Keneda: Tu as écris avant de voir la vidéo :/

    Il y a des roulements et des amortisseurs métal mais aussi des pièces imprimées par un service externe en métal… Il cherche juste pas a forcer le truc et montre que l’on peut se débrouiller en 3D avec une imprimante « classique ».

    Répondre
  • 5 novembre 2022 - 0 h 08 min
  • 5 novembre 2022 - 3 h 18 min

    @Pierre Lecourt:

    Bah oui j’avais pas fait gaffe que la première image était une vidéo (oui oui de la m…. Dans les yeux) du coup j’ai vu ça juste après avoir posté mon premier message.

    Mea culpa.

    Et je le redis, c’est une très belle réalisation.

    Encore une fois, il manque juste une transmission complète en acier pour toucher à la perfection (longévité).

    Répondre
  • 5 novembre 2022 - 13 h 18 min

    Wow, encore un perle que tu nous sors là, Pierre. Merci.

    Je ne connais pas très bien la RC, donc je ne peux préjuger du travail.
    Mais, ce que j’adore dans les pages du gars, c’est qu’il y a le mode d’emploi complet, jusqu’aux liens vers les éléments à acheter.
    En fait, tu peux partir dans ce genre de projet les yeux fermés avec un tel niveau de précision.
    C’est réellement appréciable. Et ça donne envie de sauter le pas de la réalisation !

    Répondre
  • 7 novembre 2022 - 23 h 26 min

    D abord tu te dis bon il refait juste un carter a une buggy radiocommandé, c est pas trop complexe, puis il commande des pièces métalliques, c est encore plus simple mais tu commences à comprendre que c est un ingénieur ingénieux et tu commences à voir la magie de l impression 3D en accéléré, qui était réservé au petite fleur quand j étais gamin et puis les pièces qui s accumulent et le mot perfectionniste remplace le mot ingénieux, l assemblage infini et le soin du détail de chaque pièce te donne une idée de la monstruosité du travail en amont et de l expérience du bonhomme, bien sûr on ne peut pas imprimer des roulements à bille en 3d ou des bagues de fixation et puis les suspensions, la volonté d en faire un quatre roues motrices, même si c est par symétrie, l axe des roues paraît minuscule mais c est sûrement suffisant et il a quand même fait une roue imprimé..
    le carter supérieur est flexible, il manque plus qu’une GoPro et des amis pour faire des courses..

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *