ChromeOS obtient plus de 50% des commandes du marché éducatif US

Il y a 5 ans seulement, ChromeOS n’existait pas. Aujourd’hui, plus de la moitié des ordinateurs livrés dans les écoles américaines sont des Chromebooks ou des Chromebox. Le succès fulgurant de la formule est très impressionnant face à des Microsoft et Apple que l’on pensait indétrônables ici comme outre Atlantique. Pour le premier semestre 2016, les chiffres sont clairs, plus de 51% des livraisons dans les écoles US sont des machines sous ChromeOS.

Microsoft n’est pas le plus touché par ce succès de ChromeOS dans l’éducation, c’est Apple la première victime. En 2013, la marque à la pomme détenait 50% des achats dans les écoles US tandis que Microsoft en avait 29%. Aujourd’hui ces deux marques ne se partagent plus que 49% des expéditions.

Acer Chromebook CB3-131

Le succès du matériel sous ChromeOS vient clairement de l’homogénéité de l’offre. D’une part le suivi logiciel proposé qui évite aux écoles d’avoir à payer et à gérer les licences de logiciels de bureautique mais également l’accès à tout l’écosystème de Google permettant de stocker des données, de dialoguer et d’envoyer des emails. Ajoutez à cela des appareils vendus à faible coût et ne demandant pas d’entretien logiciel puisqu’ils se mettent à jour tout seuls et en permanence. L’absence de virus et autres éléments très consommateurs en énergie pour les élèves, les enseignants et les personnels chargés de la gestion des réseaux informatiques scolaires doit également jouer un rôle dans les choix de matériels.

Enfin, et c’est une confidence que je tiens de plusieurs enseignants, l’absence de programmes “superflus” et “inutiles” permet aux élèves de rester concentrés sur le travail ou les tâches à effectuer. Loin des déboires rencontrés par de nombreux enseignants avec les tablettes qu’elles soient sous iOS ou Android. Un phénomène à souligner alors que de nombreuses écoles en France ainsi que divers crédits accordés pour équiper les infrastructures dans notre pays se tournent vers le monde des tablettes. De nombreux enseignants ont trouvé dans l’utilisation de Chromebooks une alternative plus efficace sur de nombreux points notamment au collège et au lycée.

HP Chromebook 13

Ces chiffres étonnants montrent un vrai succès de Google, un phénomène qui continue à aller en s’amplifiant dans le monde de l’éducation. Succès qui peut avoir des raisons d’inquiéter les parents quand à la dépendance d’un système éducatif envers une société privée dont le coeur de métier est de vendre de la publicité et de collecter des données personnelles. Mais succès qui rebat les cartes du monde logiciel et qui prouve qu’une alternative peut exister face aux géants qui dominent le monde. Personne ne donnait cher de la peau de ChromeOS et des Chromebooks à leur sortie. Probablement parce que la publicité et les habitudes avaient formaté les esprits pour voir en une informatique personnelle un couteau Suisse devant répondre à toutes les exigences logicielles possibles. ChromeOS a taillé dans le vif et ne s’est intéressé qu’à un faible nombre d’usages mais les plus essentiels. Cela paraissait déroutant et c’est maintenant une évidence. Le système a été formaté pour le monde de l’éducation et, grâce à l’appui et aux finances d’un géant comme Google, a réussi son pari.

 

23 commentaires sur ce sujet.
  • 14 septembre 2016 - 11 h 58 min

    Bonjour Monsieur Lecourt

    Un chiffre est resté dans le clavier pour le pourcentage de Apple en 2013 dans le deuxième paragraphe…

    Encore merci pour tous ces articles excllents.

    Répondre
  • 14 septembre 2016 - 12 h 02 min

    Corrigé merci, en attendant que le cache soit mis à jour !

    Répondre
  • 14 septembre 2016 - 12 h 10 min

    Merci, je n’ai pas fais exprès de louper le e d’excellent… ce qui ne diminuait pas l’intérêt que je porte à ce site. Encore merci.

    Répondre
  • 14 septembre 2016 - 12 h 27 min
  • 14 septembre 2016 - 12 h 35 min

    C’est marrant, c’est ce que j’ai vendu à des écoles : des machines sans maintenance, interchangeables, ne proposant que les applis nécessaires, avec des profils personnalisés et centralisés, et permettant un accès distant aussi bien pour les données que pour les programmes.

    Sauf que je ne m’appelle pas Google, sauf que je travaille en France dans un département rural et pauvre, et que l’équipement des écoles n’est rien d’autre qu’un choix politique…

    Etant donné ce que pensent les politiques locaux de l’indépendance en termes de gestion de leurs/nos données, vous devinez le résultat ?

    Répondre
  • 14 septembre 2016 - 12 h 54 min

    oui on devine les résultats, y compris sur la vente liée .. les lobbys sont puissants dans notre pays …

    Répondre
  • 14 septembre 2016 - 13 h 30 min

    Avec l’ouverture prochaine de Chrome Os au Play Store Android, les profs risquent de déchanter ! … et les élèves d’apprécier encore plus. Il ne manque plus que des portables éco avec écran tactile.

    Répondre
  • 14 septembre 2016 - 13 h 48 min

    Franchement, je ne comprends pas pourquoi les revendeurs ne le proposent pas en France ( a part amazon) car pour un particulier lambda, c’est franchement suffisant:
    Léger,
    pas cher
    autonome
    pas d’entretien, d’antivirus ou de mise à jour ( ces dernières sont très rapides et discrètes)
    facile d’utilisation
    parfait pour un usage web /bureautique/ visionnage de films et séries.

    Merci à @Pierre pour ce bon plan ( et découverte) il y a quelques mois.
    Je dois être hospitalisé dans qq jours, et un PC à l’hôpital ça craint toujours, alors un pc à moins de 200€ avec une carte sd remplie de films ce sera parfait.

    Répondre
  • 14 septembre 2016 - 14 h 08 min

    @Lapinou: Tu sais déjà quand tu explique en tant que parent d’élève que le choix tablette n’est pas un bon choix pour apprendre l’informatique, on te foudroie du regard alors…

    Répondre
  • 14 septembre 2016 - 14 h 08 min

    @Arnaud: J’espère que ce n’est pas trop grave ! Prompt rétablissement !

    Répondre
  • 14 septembre 2016 - 14 h 32 min

    @pierre: merci :)

    Répondre
  • 14 septembre 2016 - 15 h 37 min

    @Arnaud:
    Le manque d’infrastructure dans le Wifi, le lobbying, Hadopi,… Les exemples ne manquent pas pour expliquer le manque de succès de ChromeOS en France.
    De plus, les mentalités et les préjugés ont la vie dure. J’ai un cousin qui est convaincu que Windows est LA solution informatique et que ladite informatique n’a pas d’avenir sans MS (entres autres préjugés).
    Pour moi, heureux propriétaire d’un Chromebook, ChromeOS est une bonne solution pour une utilisation informatique de base (surfe sur le web, traitement de texte, multimédia). Sa légèreté, sa sécurité, son concept m’ont séduit.

    Et prompt rétablissement, Arnaud. ;)

    Répondre
  • 14 septembre 2016 - 17 h 28 min

    Pour sûr qu’Android dans Chrome OS, ce sera le loup dans la bergerie !

    Mais bon, il faut rappeler que les élèves n’ont pas la possibilité d’installer des applications, et que celles qui proviendraient d’Android, par le futur, seront pré-installées par l’établissement, et avec un contenu pédagogique à la clé ou favorisant les travaux pratiques culturelles.

    Par contre, l’exposition des enfants à l’hydre Google est-ce très raisonnable ?

    Quid de la pub s’insinuant en milieu scolaire, et au milieu des cours via les applications ou le seul navigateur web ?

    Répondre
  • 14 septembre 2016 - 18 h 42 min

    Bonsoir,

    personnellement je pense que Chrome OS est le parfait “minitel” internet. Il y a un peu plus d’un an, j’ai acheté un chromebook HP à ma belle-mère (de 66 ans) et cela a été – pour elle – un grand marche-pied pour la découverte d’internet grâce à la simplicité et l’absence de virus (pas de stress pour elle) de Chrome OS.

    J’ai eu l’occasion de le manipuler à moultes reprises et j’ai vraiment apprécié (sauf l’absence d’Ethernet).

    Je travaille avec Windows, j’ai chez moi un pc sous Ubuntu et une tablette sous Android et par le passé j’ai eu l’occasion de tester plusieurs versions de Linux (je n’ai pas testé d’OS Apple) et perso Chrome OS c’est le moins prise de tête.

    Il y a peu j’avais envisagé d’en acheter un pour moi mais en voyant les remises en cause de Google vis-à-vis de cet OS, je préfère attendre un peu : Android n’étant pas ma panacée.

    Répondre
  • 15 septembre 2016 - 8 h 25 min

    et ils en font quoi de l’ordinateur dans r’éducation du jeune publique !

    ça remplace celui qu’on a pas à la maison pour faire la relation entre parent et enseignant ?

    ils ouvrent des PDF pour économiser du papier ?

    envoyer les devoirs pendant les vacances ainsi que les corrections ?

    Répondre
  • 15 septembre 2016 - 9 h 09 min

    RIRES

    un peu facile pour GOOGLE de vendre ses OS .

    En premier lieu ,le système GOOGLE est apte a tourner sur divers processeurs d’architecture différente .

    C’est sur que si demain un PC peut utiliser facilement l’OS d’APPLE cela fera du tord a GOOGLE plus qu’a MICROSOFT .

    En second lieu ,le prix de ces machines est un contexte important de plus l’OS de GOOGLE tourne aussi bien sur petit portable Celeron que sur machine de bureau.
    Pour 150 a 400 euros ,il y a de quoi équiper des écoles voir des associations .

    Perso ,je suis utilisateur d’Android sur ma tablette principale et mon smartphone par obligation.

    Aujourd’hui j’aurai besoin d’une machine pour surfer et stocker aussi des images et vidéos téléchargées .

    L’OS de GOOGLE ,j’y pense pour le prix mais trouve ce matériel un poil limité en stockage .
    500 GO est un minimum de stockage qui m’est nécessaire .
    C’est sur que si GOOGLE trouve des constructeurs offrant 32 GO de SDD pour l’OS et ses applications et un minimum de stockage mécanique pour les données téléchargées j’opterai pour un appareil sous un OS de chez GOOGLE .

    é

    Répondre
  • 15 septembre 2016 - 9 h 56 min

    @zafira500:
    Merci @zafira500.
    Je pense que la majorité des gens ( on parle du grand public là) qui utilise un ordinateur le font de chez ou des connaissances, et les box sont tellement répandues que trouver du wifi n’est plus un problème. en déplacement, le smartphone peut faire borne wifi, et puis on peut l’utiliser hors ligne pour regarder ses vidéos. Je pense que le principal obstacle sont les préjugés ( on peut pas vivre sans MS / Chromebook c’est que pour internet/ Google va m’espionner [ comme si les autres ne le faisaient pas] etc …)

    Répondre
  • 15 septembre 2016 - 9 h 59 min

    @ptitpaj:
    Il existe des carte SD de 500GO à moins de 200€ ou bien un simple disque externe ( moins cher et moins pratique).

    Répondre
  • 15 septembre 2016 - 10 h 26 min

    Triste de voir qu’une version bridée et sous contrôle de Linux mais supportée par un géant rencontre un tel succès alors qu’on pourrait avoir le beurre (sécurité, légèreté, performance, maintenance aisée, coût réduit) et l’argent du beurre (évolutivité et configurabilité SI nécessaire) en installant des PCs sous os libre GNU/LINUX genre Ubuntu Mate qui est mon chouchou du moment mais il y tellement de distribution hyper légères et faciles… Enfin il vaut toujours mieux de la concurrence que subir le dictat de Redmond vivement que chrome os vienne prendre une place en Europe puisque nos politiques soutiennent la vente liée et forcée de windows avec les PCs c’est sans doute le seul moyen de créer un peu de concurrence.

    Répondre
  • 15 septembre 2016 - 15 h 48 min

    @Arnaud:
    Pas faux comme raisonnement. Et de rien. ;)

    Répondre
  • 17 septembre 2016 - 9 h 42 min

    Le modèle de Google avec Chrome OS est clairement adapté au monde de l’éducation.

    Quand ces écoliers débarqueront dans le monde du travail, habitué à Chrome OS, je pense que la pression va monter au niveau des DSI.

    On a vu l’iPhone et les smartphones Android progressivement remplacer le BlackBerry. Je me demande combien de temps il faudra à Google pour remplacer Windows dans le monde du travail.

    La compatibilité des applications Android sur Chrome OS est la clé pour la conquête de ce nouveau territoire.

    Quand je prends mon cas personnel, pour mon travail quotidien, j’ai besoin du client mail Lotus Notes, de la suite Microsoft Office, du client SAP, de Filezilla et du Remote Desktop. Je pense qu’à l’heure actuelle, il y a une application Android pour couvrir chacun de ces besoins, à part peut-être SAP Fiori Client qui nécessite de migrer vers la dernière version de l’ERP.

    Mais la venue du framework Android sur Chrome OS va s’accompagner, je l’espère, d’une transformation des applications pour s’adapter à l’ergonomie clavier/souris. Et dans 5 ans, à mon avis, il devrait être possible de migrer d’un poste de travail Windows à un chromebook/box. Les écoliers seraient alors content de retrouver un système familier dans le monde professionnel.

    Répondre
  • 19 septembre 2016 - 21 h 34 min

    Pauvre enfant

    Répondre
  • 27 septembre 2016 - 14 h 32 min

    […] ou non cette fonction d’applications Android. Le jeu est là aussi également risqué notamment avec le marché éducatif actuel qui ne verrait pas forcément d’un très bon œil l’apparition de certaines […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *