Chrome OS ne va pas disparaitre selon Google

L’annonce d’une disparition de Chrome OS fondu dans le système Android était t-elle un peu pessimiste ? Le Blog officiel de Google semble en effet en total désaccord avec le Wall Street journal qui indiquait la fin de Chrome OS au profit de son intégration dans l’autre système de la marque. Pour enfoncer le clou, le géant détaille le succès de son système.

Chrome OS sacrifié, c’est l’annonce choc du Wall Street Journal en fin de semaine dernière. Une annonce qui démontre l’intérêt de manier ce genre de nouvelles avec précaution et d’utiliser des pincettes linguistiques pour la traiter. L’emploi du conditionnel fait ici des merveilles. Car Google ne semble pas tout à fait de l’avis du WSJ…

Minimachines.net

C’est  Hiroshi Lockheimer qui le dit, le vice-président des divisions Android, Chrome OS et Chromecast, “Chrome OS est là pour rester”. Il qualifie l’intégration de ChromeOS dans Android de spéculation. Si le moteur de recherche travaille effectivement à l’établissement de ponts entre Android et Chrome OS, ce n’est pas pour autant qu’il chercherait à tuer le système lancé il y a maintenant six ans.

Minimachines.net

Hiroshi Lockheimer

Et pour étayer son propos, il annonce plusieurs éléments effectivement très positifs pour le système.  A commencer par l’énorme succès des Chromebooks dans le milieu de l’éducation. Google dénombre plus de deux millions d’enseignants et d’élèves qui emploient Chrome OS en classe.  Un chiffre très élevé et très positif pour Google puisque l’on sait qu’en général les premiers usages du monde informatique, les premiers apprentissages d’un OS, influent sur les usages de l’utilisateur dans le futur.

Lockheimer annonce également que c’est plus de 30 000 Chromebooks qui sont activés chaque jour dans les écoles américaines, plus de 10 millions de sessions chaque année donc dans le milieu éducatif. Un vrai succès pour Google. Une réussite également dans le privé avec de grands noms qui exploitent désormais les Chromebooks à titre professionnel en entreprise : Google cite Netflix, Starbucks et bien sur… Google, parmi les géants à utiliser son système. Une réussite également au niveau du grand public puisque les Chromebooks trustent régulièrement le haut du classement des meilleures ventes de systèmes sur Amazon.

A cela, on pourrait ajouter que l’ensemble des fabricants internationaux proposent désormais des solutions sous Chrome Os, de nombreux partenaires qui ont vu un intérêt économique dans la commercialisation de ce type d’engin.

Google a investi beaucoup de ressources pour développer son système et convaincre les différents acteurs du marché de l’utiliser, on le voit effectivement mal aujourd’hui réduire à néant ces efforts et tuer un de ses concepts qui fonctionne le mieux sur des marchés compliqués comme celui de l’éducation.

Minimachines.net 2015-03-31 19_21_23

Google fuite d’ailleurs une information sur une future solution low-cost en annonçant le prix US de la Chromebit. La clé-HDMI fabriquée apr Asus sera proposée à 85$ aux US, un prix hors taxe qui devrait signifier du 99€ en Europe. Pour le moment il est impossible d’avoir confirmation de ce tarif mais il se pourrait qu’une annonce soit faite dès ce mois-ci de manière globale.

Cette clé à tête pivotante, construite autour d’un SoC ARM Rockchip RK3287, propose 2 go de mémoire vive, un chipset graphique Mali 760, , 16 Go  de stockage et un Wi-Fi de type 802.11ac ainsi que du Bluetooth 4.0 et un port USB 2.0 plein format.

Bien entendu, cela ne veut pas dire que le Wall Street Journal a tort, mais plutôt que de voir la situation comme la mort de Chrome OS au profit d’Android, il est possible d’imaginer que Google intègre Chrome OS dans son système mobile pour en étendre les capacités tout en maintenant l’univers des Chromebooks, Chromebox et autres solutions externes vivant.

10 commentaires sur ce sujet.
  • 4 novembre 2015 - 11 h 03 min

    Au vue des Chromebook à écran tactile, je penche aussi pour ta conclusion.

    Mais peu être que Google travail à un concurrent à Continuum de Microsoft et cherche à intégrer (à la Windows 8 et ses tuiles) ChromeOS…

    Répondre
  • 4 novembre 2015 - 13 h 30 min

    C’est une erreur volontaire ou une faute de frappe dans le titre de cet article ?

    Répondre
  • 4 novembre 2015 - 14 h 59 min

    “plus de deux millions d’enseignants et d’élèves qui emploient Chrome OS en classe”
    les pauvres… lol

    Répondre
  • 4 novembre 2015 - 16 h 36 min
  • 5 novembre 2015 - 0 h 15 min

    Il n’a jamais été question de tuer ChromeOS en faveur d’Android selon moi, seulement de travailler à ce que les 2 OS ne fassent plus qu’un.

    Ce qui est étonnant quand l’on parle de chomeOS et de ChromeBook c’est que l’on nous sort des chiffres hallucinant de ventes, alors sans vouloir les contredire je pense que nous sommes, en France, très loin de ces chiffres.
    Pour le moment je n’ai pas croisé un seul ChromeBook en dehors d’un magasin, et du PC j’en croise pas mal tous les jours.
    Quand au choix de ces machines pour les étuidiant, c’est bien domage de les faires sortir d’un systèmes d’un géant pourt qu’ils retombent sur un système d’un autre géant, pour le coup un PC windows permet au moins d’installer un plus large pannel de logiciels tiers (libres ou non) ce qui élargis bien plus les connaissances.
    Un PC sous linux pour l’éducation me semble bien plus adapté.

    Répondre
  • 5 novembre 2015 - 11 h 33 min

    Retour sur le toshiba chromebook. Ecran superbe (IPS 1920*1080), très léger et fanless, prix pas trop élevé pour une utilisation adaptée pour taper du texte, lire des vidéos et se balader sur internet ou regarder des photos. Mais pas plus.
    Solution simple et réactive et économique mais qui nécessite une connection.
    Le mode off line est loin d’être parfait et mal expliqué. Le forum des questions sur google pas terrible.
    Mais globalement satisfait du produit sachant qu’on ne sort pas de ces champs d’application.

    Répondre
  • 5 novembre 2015 - 11 h 34 min

    Google cherche surtout à ce que les gens utilisent son service en ligne et stockent leurs fichiers chez eux, pas qu’ils achètent du hardware.

    Répondre
  • 6 novembre 2015 - 18 h 25 min

    Pour moi, c’est clairement la fin de Chrome OS ou l’absorption de ses bons côtés dans Android dès 2017, ayant eu un Asus C300MA et l’ayant brické aujourd’hui avec des mauvaises manips sur Coreboot. Dans mon cas, les aventures personnelles ont toujours préfiguré l’avenir global d’un produit :) Et puis, je reste un peu déçu de l’abandon du Chrome Dev Editor, ce qui pousse les développeurs à abandonner ce système au profit de OS X El Capitan/Windows 10/GNU/Linux (exemple : Manjaro-i3).

    Répondre
  • bob
    8 novembre 2015 - 0 h 31 min

    chromebit c’est dur à ***ler quand même en français

    Répondre
  • 7 février 2016 - 16 h 44 min

    Et bien, moi, je trouve cela regrettable, si ChromeOS disparait…et notamment pour les étudiants, les “seniors”, les noobs, bref, tous les gens qui veulent un ordi portable qui s’allume dès qu’on l’ouvre, sans virus ni maintenance , avec une looongue autonomie, tout ça pour 350 euros maximum). Vous mes direz il y a les hybrides windows genre T200, qui ressemblent beaucoup à mon C720p. MAIS ils sont sous Windows… (virus, maintenance)
    Combien de jours, de semaines, de mois de ma longue vie j’ai passé à réinstaller et maintenir ce Windows depuis la version 3.0, pour moi, pour les autres, etc ?

    Ses vrais défauts sont: pas de salut sans wifi (les applis hors ligne, c’est moyen), et pas d’impression sans Google print. Mais ils sont contournables via le Crouton des mes rêves, qui m’a permis de doucement découvrir Linux (pour la phase d’après, retirer Windows de tous mes ordis).

    Franchement, un chromebook, comme je l’ai déjà écrit, c’est un super minitel sécurisé. ça en fera rire beaucoup, mais qui ne l’ont pas utilisé. Et s’il y a beaucoup de cas d’usage qu’un chromebook ne peut traiter, surfer sur internet, ce que nous faisons 50 fois par jour, c’est BEAUCOUP plus facile sur Chromebook.
    Avec Flash, en plus, ce qui fait que ma morveuse de fille passe sa journée devant ses jeux.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *