Beelink KT03, un MiniPC Celeron J3455 qui vise les professionnels

La marque Beelink s’est fait une spécialité des minimachines compactes de salon avec des engins qui s’égrènent au fil des mois depuis 2014. En quatre ans pourtant , jamais un seul n’a visé un usage pro. Ce Beelink KT03 est donc, à mon sens, une première.

Le Beelink KT03 est de prime abord un engin totalement dans la lignée des machines de la marque. Une petite boîte compacte et sobre qui embarque un processeur entrée de gamme mais capable de multiples usages, des connecteurs pour faire évoluer ses composants et une connectique typique de ce type d’engin…

2018-04-13 15_52_42-minimachines.net

Typique ? A bien y regarder le Beelink KT03 dénote finalement quelque peu sur ce point. L’engin de 14.4 cm sur 13 cm de côté et 3.5 cm de hauteur propose une panoplie de connecteurs inhabituelle pour un PC de la marque : On peut y distinguer deux ports COM mais également deux sorties HDMI et deux prises réseau Ethernet… Des connecteurs qui, ensemble, sont plus souvents observés sur les machines professionnelles de Shuttle ou d’autres marques de ce type.

2018-04-13 15_54_02-minimachines.net

Ce Beelink KT03 vise donc les pros et s’entoure des connecteurs dont ils ont besoin. Grosse différence entre cette solution et les concurrents habituels sur ce marché, le tarif ! Cet engin est proposé à petit tarif face aux exigences habituelles. A moins de 140€ pour son lancement, il se place à une échelle très basse malgré un équipement correct et évolutif. Il faut dire que l’engin est, pour une fois, un barebone et non pas une machine prête à l’emploi. Il faudra lui ajouter de la mémoire vive SoDIMM DDR3L et un stockage à réception pour l’exploiter.

2018-04-13 15_53_54-minimachines.net

Le processeur embarqué est un Intel Celeron Apollo Lake J3455 : Une puce quadruple coeurs et quadruple threads cadencée de 1.5 à 2.3 GHz avec 2 Mo de cache qui embarque un coeur graphique Intel HD 500 cadencé de 250 à 750 MHz avec 12 unités d’exécution. Un processeur à faible TDP puisque culminant à 10 watts, ce qui permet dans certains cas une dissipation totalement passive. Cela n’est pas précisé sur la fiche technique du Beelink KT03, ce qui me laisse croire qu’il ne s’agit pas d’une solution fanless. La présence d’un connecteur de ventilateur sur la carte mère peut également être vue comme indice, même si il peut s’agir d’une option non exploitée par défaut.

2018-07-03 10_52_39-minimachines.net

Un seul slot de mémoire est embarqué, par contre deux connecteurs permettront d’ajouter des stockages : Un SSD au format mSATA au travers d’un connecteur implanté sur la carte mère mais également un connecteur SATA classique qui autorisera l’ajout d’un stockage externe. Attention, il ne semble pas y avoir la place physiquement dans le boitier pour insérer un stockage 2.5″, cette option est donc à réserver à ceux qui veulent profiter de la carte mère de l’engin au sein d’un autre châssis.

2018-07-03 10_51_53-minimachines.net

Pour finir sur les évolutions possibles, un connecteur permettant d’ajouter une carte Wifi/Bluetooth est également disponible et, chose rare, il sera également possible de lui substituer une carte Wifi puisque la carte mère montre la présence d’un lecteur de cartes SIM. Un très bon point pour des usages industriels puisque ces machines ont parfois besoin d’un accès à distance ou d’envoyer des informations régulières sur leur état de santé. Pouvoir compter sur un réseau 3G est évidemment un gros plus.

Pour finir, le Beelink KT03 propose deux sorties HDMI, quatre ports USB 3.0, deux ports réseau Ethernet Gigabit et deux ports COM. Une connectique classique des machines industrielles : Les ports COM serviront à piloter des machines à ce format. Distributeurs automatiques, caisses enregistreuses et autres robots qui communiquent encore et toujours avec cette connectique robuste. Les deux ports réseau permettront d’étanchéifier un accès à Internet d’un réseau local et le double HDMI d’afficher sur deux écrans. Des ports jack classiques casque et micro sont également disponibles.

2018-07-03 10_53_00-minimachines.net

Il semble clair que le Beelink KT03 a été pensé dans une visée industrielle et la lecture de ses caractéristiques très détaillées indique que l’objectif est même de proposer un engin qui pourra être désolidarisé de son châssis d’origine pour fonctionner dans un autre : Tous les connecteurs sont accessibles directement, le bouton de démarrage, par exemple, n’est pas soudé mais branché sur un connecteur. On retrouve un connecteur VGA sur la carte mère ainsi qu’un port USB supplémentaire, le connecteur SATA et une alimentation 5 volts ou un connecteur de démarrage automatique dès que l’alimentation est enclenchée pour éviter les pannes en cas de coupure de courant.

2018-07-03 10_53_15-minimachines.net

De qui semer le trouble chez les  fabricants habituels de ce monde industriel ? Pas du tout à mon sens, cet engin illustre bien la formule “l’habit ne fait pas le moine”. Il est certes équipé des atours des solutions industrielles des machines pro de Shuttle ou du récent MintBox Mini 2… Mais cela s’arrête là. La garantie ne sera pas la même mais surtout la robustesse ne devrait pas être au même niveau. Les composants choisis par ces marques sont en général de très bonne qualité et l’accent est mis sur leur résistance à tout type de soucis : surtensions électrique, chauffe, durée dans le temps. Quand certaines machines industrielles sont garanties pour fonctionner en continu sur cinq années avec des amplitudes de température de fonctionnement allant jusqu’à 85°C, c’est que les composants internes sont très haut de gamme.

Alors une mauvaise affaire ce Beelink KT03 ? Oui et non. Oui si vous cherchez un MiniPC à intégrer à un distributeur qui sera situé à quelques centaines de kilomètres de votre entreprise, ce n’est pas un bon calcul. La moindre panne sera coûteuse et entraînera un dépense qui justifie l’investissement dans du matériel plus robuste. Par contre, pour piloter un engin local, c’est certainement une machine à étudier. Vous êtes quelques uns à me signaler être en recherche d’un engin de ce type pour piloter une machine industrielle à titre d’entreprise ou simplement parce que vous avez pu mettre la main sur une fraiseuse industrielle des années 80 et qu’elle ne se satisfait que d’un vieux PC asthmatique parce qu’il possède un port COM. Pour vous, cet engin sera du pain béni car vous retrouverez des performances plus modernes, un démarrage hyper rapide et la possibilité d’un pilotage à distance ou l’envoi de fichiers via réseau.

2018-07-03 11_03_06-minimachines.net

Affichage dynamique

C’est également une solution qui pourra intéresser certains autres usages et je pense en particulier à toutes les sociétés qui cherchent une machine pour de l’affichage dynamique. Restaurants, agences immobilières, hôtels, musées, PME… Toutes ces sociétés qui veulent communiquer au travers d’affichage dynamique qu’ils pourront gérer en direct pourront être intéressées par cet engin. Placer un écran de grande taille en vitrine et l’alimenter en données n’est plus bien compliqué et cela peut transformer radicalement la dynamique de votre entreprise. Afficher la carte de votre restaurant en ajoutant une recette depuis votre smartphone tout en faisant votre marché, adapter les tarifs de vos prestations suivant la saison, ajouter un bien immobilier à vendre à distance ou diffuser des vidéos promotionnelles avec un écran dans l’accueil de votre entreprise, tout cela est possible avec ce type d’engin. Et cela ne coûte plus bien cher.

2018-07-03 11_01_31-minimachines.net

Une fraiseuse industrielle chez un particulier…

Si vous avez une vieille machine industrielle (CNC, presse, robot programmable, que sais-je encore) un peu dépassée et pilotée avec un PC lui aussi très poussiéreux, vous pouvez ranimer le muscle en remplaçant son cerveau à moindre frais avec ce Beelink KT03.

MiniPC Beelink KT03 : Barebone Celeron J3455

MiniPC Beelink KT03 : Barebone Celeron J3455

MiniPC avec connectique industrielle : Celeron J3455 - 1 slot SoDIMM DDR3L - 1 support mSATA - 1 port Wifi/3G - lecteur de cartes SIM - 2 ports COM - 2 HDMI - 1 VGA - 4 USB 3.0 - 2 RJ45 Gigabit. Pour en savoir plus.

Disponible à 129€


Particuliers, passez votre chemin à moins d’avoir une idée très précise de comment utiliser les caractéristiques particulières de la machine, il vaudra mieux se concentrer sur des interfaces plus classiques et plus adaptées à des besoins de salon. Pourquoi pas chez Beelink, il y a l’embarras du choix.

 

2 commentaires sur ce sujet.
  • 3 juillet 2018 - 16 h 27 min

    Intéressant comme concept ,ENFIN un Mini PC d’entrée de Gamme évolutif .
    Autre avantage incité d’autres constructeurs a entrée dans la brèche .
    C’est sur qu’il y a un poil trop de connectique et qu’il manque deux emplacements pour la mémoire .

    Ceci dit ,le prix et la mémoire doit faire un PC a 170/180 euros en recyclant son SDD ou son disque dur de portable .
    J’attendrais un modèle un poil plus léger en connectique et un poil plus gros en format avant d’acheter si un fabricant veut bien le sortir .

    Répondre
  • 4 juillet 2018 - 3 h 04 min

    Quoi ? Pas de port Centronics ? Ni de GPIB IEEE-488 ? Mais où va t’on ?

    Bientôt on ne pourra même plus brancher un lecteur de disquettes !

    ;-)

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *