Atomi Alpha : une trottinette électrique pleine de bonnes idées

Encore une nouvelle trottinette électrique sur le marché, mais cette Atomi Alpha propose un peu de nouveautés.

L’Atomi Alpha ressemble à une trottinette électrique classique et dans les grandes lignes, c’est évidemment le cas. Format et réglementation obligent, les grandes lignes sont respectées. Mais quelques bonnes idées sont également intégrées.

La trottinette mesure 113,5 x 55,5 x 119 cm

C’est donc sur les détails que le véhicule se démarque avec des éléments assez originaux. La Atomi Alpha est une solution pliante classique avec un potence simple et un loquet de blocage solide. Le châssis métallique semble robuste et si le deck est assez étroit il est assez long pour accepter la pose traditionnelle d’un pied derrière l’autre. Avec un potence fixe, la solution sera accessible à des personnes de taille moyenne à grande.

Les roues sont des 9 pouces anti crevaison sans chambre à air. Leur rudesse est compensée par une suspension arrière, invisible à première vue mais qui est intégrée dans le châssis. Le moteur est situé dans la roue arrière et non pas à l’avant. Une petite béquille est intégrée également dans le châssis. Celle-ci ne semble pas particulièrement pratique car trop courte d’après les différents retours que j’ai pu en avoir.

C’est un modèle 350 watts capable de délivrer 650 watts en puissance de pointe pour propulser la trottinette et jusqu’à 120 kilos pour son passager. Limitée à 25 Km/h comme l’exige la législation, cette vitesse maximale ne sera atteignable que dans le mode le plus nerveux – parmi les trois disponibles – de l’engin. On pourra ainsi rester sur une vitesse basse de 6 Km/h, monter sur une solution 18 Km/h particulièrement pratique en ville sur les bandes cyclables ou pousser à 25 Km/h quand on aura le champ libre.

Rien de véritablement révolutionnaire jusqu’ici, ces éléments ont déjà été vus par le passé. Là où la Atomi Alpha se démarque, c’est par l’emploi de quelques éléments assez rares et, pour commencer, par un système de freins avant à tambour. Gros avantage de ce type de dispositif par rapport aux habituels freins à disques, ils ne subissent pas les intempéries. Pas d’eau qui vient se déposer sur le frein ou de feuille d’automne qui se glissent entre le patin et le disque. La trottinette est d’ailleurs certifiée IP65. Le « frein moteur » magnétique est également mis en marche automatiquement lorsque vous voulez décélérer. En descente, ce dispositif arrière permettra de régénérer de quelques pourcents votre batterie. Elément intéressant de cette trottinette, malgré un équipement puissant, celui-ci est quasiment invisible.

Ne faites pas ça.

Autre point original, la présence d’un antivol intégré. Ce n’est clairement pas un truc miraculeux. Un simple filin d’acier qui sort du bas du châssis et qui vient s’enfoncer dans celui-ci. La libération se fait via un code à trois chiffre. La moindre pince solide en viendra à bout en quelques secondes évidemment mais cela reste une solution intéressante pour protéger la trottinette contre les vols opportunistes. Quand on va faire une course rapide par exemple, on peut laisser l’objet à vue dehors avec ce type d’attache sans craindre de le voir disparaitre. Idem pour des déplacements où on doit laisser son véhicule en intérieur mais sans attache particulière.

Il sera possible de fixer le câble autour d’un portant de vestiaire par exemple ou de l’attacher à l’intérieur de son coffre de voiture. Enfin, une application permettra de bloquer le démarrage du moteur via Bluetooth. Une fois activée, le voleur potentiel devra se démener avec un engin de 16.4 Kg sans motorisation.

Autre point intéressant, l’éclairage proposé par le véhicule. La Atomi Alpha embarque un phare avant dans son guidon mais également un phare rouge arrière pour signaler votre présence et vos freinage. Mais un système de clignotants arrière est également présent. Si il est très très bas par rapport à un véhicule qui vous « colle », il suffit d’avoir un peu d’avance pour que ce dernier puisse voir que vous allez tourner. Sur le guidon deux boutons permettent d’enclencher le clignotement des LEDs oranges.

Des catadioptres sont également disponibles mais la trottinette propose également une bande LED RGB lumineuse à l’avant, sur la hauteur de la tige de la potence ainsi que sous le deck. Des éléments qui pourront clignoter ou rester fixes pour mieux vous signaler.

Le panneau de contrôle est classique avec un affichage de la vitesse instantanée, des barres signalant l’autonomie restante de la batterie, le mode de vitesse enclenché et l’indication des éclairages comme du Bluetooth. Un mode « croisière » permet également de pouvoir relâcher la poignée d’accélération lorsque vous restez assez longtemps à la même vitesse. Il suffira de freiner ou d’accélérer à nouveau pour le débloquer. Ce mode est désactivable via l’application.

La batterie est une 10 Ah Lithium Ion proposant en théorie jusqu’à 40 Km d’autonomie. Comme d’habitude ce chiffre est atteint en laboratoire sur un dispositif qui ne simule pas les aléas de la route. Si vous pesez plus que le gabarit utilisé, croisé des pentes et faites des freinages réguliers avant d’accélérer à nouveau cela affectera la distance réelle que vous pourrez effectuer. En général, il faut enlever 25% de l’autonomie annoncée pour obtenir un chiffre hors labo. Ce qui reste assez confortable ici.

Bref, la Atomi Alpha propose un peu de neuf sur un marché qui a été assez encombré et qui cherche de plus en plus de solutions stables et solides. Elle est vendue en ligne sur Geekbuying depuis un entrepôt Européen de la marque. Proposée à 429€ dans les trois couleurs de châssis disponible (vert, noir et blanc) elle baisse à 379€ avec le code promo NNNFRBEALPHA. L’engin est en général proposé à 459€ en VPC en France.

Voir la Atomi Alpha chez Geekbuying

 


Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

5 commentaires sur ce sujet.
  • 1 juin 2023 - 13 h 43 min

    C’est pas évident d’avoir des certitudes, mais à lire le contenu du carton la batterie n’est pas à part, ce qui semblerait confirmer l’impression résultant des photos qu’elle est totalement intégrée au plancher sans être démontable pour la recharge… ni remplaçable?
    Ahurissant quand même de voir des moteurs de 650W sur ce type d’engin intrinsèquement plus casse-gueule qu’un VAE (y compris cargo) limité à 250W, illustrant un problème de notre législation dès lors que la limitation à 25km/h est assurée (les VAE devraient AMHA avoir un switch pour autoriser 30 voir 35km/h sur route, avec une signalisation indiquant l’enclenchement du limiteur pour les zones ou les 25km/h sont requis). Car pour dépasser 25km/h avec le poids de ce type d’engin là ou on le peut, assistance coupée, il faut avoir des jambes qui ne font pas de vous un client type du VAE. En conséquence, hors zones partagées avec des piétons, leurs utilisateurs sont une perturbation plus grande pour la circulation environnante qu’avec un vélo classique. Et comme à vélo le danger vient surtout de derrière…

    Répondre
  • 1 juin 2023 - 14 h 00 min

    @yann: Le moteur est un 350 watts même si la marque indique 650 watts. Comme écrit dans le billet, c’est juste sa puissance de crète les 650 watts.

    Répondre
  • 1 juin 2023 - 16 h 34 min

    C’est drôle parcequ’il y a quelques nouveautés, mais globalement, quasiment aucune différences notables avec ma vénérable M365 qui date d’il y a quelques années

    une idée du poids ?

    Répondre
  • 1 juin 2023 - 17 h 10 min

    pierre à indiqué 16.4 kg dans l’article

    Répondre
  • 3 juin 2023 - 19 h 21 min

    il n’y a pas d’amortisseur à l’avant on dirait, pas trop usant pour les poignets du coup?

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *