Asus VivoMini VC65-C1 : Une minimachine compacte et performante

Avec la VivoMini VC65-C1, Asus a construit un engin robuste et compact à destination d’un public exigeant des performances constantes. Le recours à des processeurs Intel “T” offre ici les ressources suffisantes pour concevoir des engins multimédia efficaces.

Le site d’Asus vient d’étrenner une nouvelle page web autour de sa mini station VivoMini VC65-C1. Un engin qui fait suite au précédents VC65 en rebootant un peu ses composants. Le constructeur pioche dans la gamme “T” d’Intel reconnue pour ses limitations techniques volontaires. Les puces de cette gamme étant un parti pris technique d’Intel de limiter leurs fréquences et leur consommation pour proposer des solutions robustes et plus facilement intégrables avec des TDP stables.

2019-01-30 17_45_32-minimachines.net

Dans le VivoMini VC65-C1, on retrouvera donc cinq choix de puces. Des Celeron G4900T et Pentium G5400T aux Core i3-8100T, i5-8400T et pour finir i7-8700T. Chacune de ces puces augmentera les performances globales de l’engin, tout en apportant leur circuit graphique, leurs cœurs et leurs fréquences respectives mais toutes dans un TDP fixe de 35 watts.

La mémoire vive pourra atteindre, quant à elle, 32 Go de DDR4 via deux slots SoDIMM. Le stockage variera suivant les modèles pour gérer jusqu’à 4 unités différentes suivant les options. Deux emplacements 2.5″ sont disponibles, le premier occupé par un disque mécanique allant de 500 Go à 1 To. Le second un SSD SATA de 32 à 64 Go. Un support M.2 de 128 à 512 Go sera également possible. Enfin, la machine pourra embarquer un stockage Intel Optane de 32 Go pour améliorer les performances du stockage mécanique par exemple. Particularité de ce modèle, il peut être livré avec une solution optique. Soit un Graveur SuperMulti, soit  un Blu-Ray. 

2019-01-30 17_45_45-minimachines.net

On retrouve une connectique complète avec en façade deux ports USB 3.1 Type-A, le premier en Gen 1 et le second en Gen 2. Un lecteur de  cartes SDXC est positionné sur le côté de la machine.

2019-01-30 17_43_55-minimachines.net

La majeure partie des connecteurs se retrouve en face arrière où Asus a fait un festival. On retrouve trois ports USB Type-A, deux en USB 3.1 Gen 1 et un en USB 3.1 Gen 2. Un USB 3.1 Gen 2 Type-C, une sortie VGA, une sortie Display Port et une autre en HDMI, un port COM série, un port Ethernet pour le module Gigabit intégré, un antivol Kensington Lock et deux prises jack 3.5 mm. La première pour une sortie audio stéréo propre et la seconde en combiné casque et micro.

 

2019-01-30 17_49_25-minimachines.net

Le tout dans un boitier de 19.75 x 19.63 cm de côtés et une épaisseur suivant les options allant de 4.93 cm à 6.19 cm. Un encombrement très réduit qui comprend l’alimentation de l’engin. Un bloc classique de portable qu’Asus a choisi d’intégrer directement dans le boitier. On pourra positionner le VC65-C1 debout, à plat ou profiter de sa compatibilité VESA pour le fixer derrière un écran ou contre un meuble facilement.

Il faudra juste veiller à sa connexion Wifi si on veut l’utiliser, les antennes étant intégrées, le module Wifi5 devra capter correctement le signal pour pouvoir le place où on le veut. Un module Bluetooth 5.0 fait également partie du dispositif.

La vocation de l’engin est assez vaste, certains éléments montrent une volonté professionnelle quant à son usage. Avec un Celeron, on pourra le connecter à un écran VGA et un port série pour remplacer un PC essoufflé sur un automate. En version Core i7, il sera possible de piloter trois  écrans en UltraHD grâce aux ports USB Type-C, HDMI et DisplayPort. Avec son lecteur optique, on peut également considérer cet engin comme une solution “à tout faire” pour un poste n’ayant pas la place d’embarquer un format tour traditionnel.

Le VivoMini VC65-C1 n’a pas encore de tarif pour le moment. Chaque antenne d’Asus définissant les versions qu’elle souhaite implanter dans chaque pays, on devrait connaitre les modèles destinés à la France plus tard.

9 commentaires sur ce sujet.
  • 30 janvier 2019 - 21 h 39 min

    Si le lecteur Bluray devenait un lecteur/graveur Bluray, si les prises jack et le lecteur de carte SDXC étaient placés devant et si les prises jack de derrière étaient remplacées par de meilleurs sorties audio (dont numérique) alors ça deviendrait de vraies machines multimédia (je sais, ce terme fait vieux) et donc susceptibles de toucher le grand public.
    Asus est sur une très bonne voie avec cette ligne de machine, faut-il encore bien les distribuer en les faisant sortir des réseaux dédiés aux professionnels.

    Répondre
  • 30 janvier 2019 - 22 h 07 min

    Pour la sortie audio, un machin sur le port USB doit pouvoir faire l’affaire, genre une M2Tech ou un module Amanero, non ?

    Répondre
  • 30 janvier 2019 - 22 h 51 min

    35W… à priori, ça doit être ventilé activement.

    Ce quui est bien, c’est le display post et l’utb 3.1.

    Répondre
  • 31 janvier 2019 - 9 h 31 min

    La connectique est larges impressionnante pour la taille de la bécanne. Et l’ajout d’un lecteur bluray est bien vu par Asus. C’est le genre de bécanne que j’imagine facilement chez un particulier, qui n’a pas bcp de place, mais veut un poste fixe tout petit (type nuc). Même un étudiant (non gamer) en cité U avec juste une petite TV pourrait profiter de ce boitier sympatoche. Reste à voir le prix.

    Répondre
  • 31 janvier 2019 - 14 h 22 min

    Et bah ! Ça fait longtemps que j’avais pas vu un modèle ASUS intéressant. Il peut rendre pas mal de services avec ses CPU, les 2 emplacements 2,5″, le lecteur Blueray/graveur, et la connectique. Un engin à tout faire (multimédia/NAS/autre ?) relativement costaud pour sa compacité en fait.

    Répondre
  • 31 janvier 2019 - 14 h 56 min

    je cherche justement un engin très silencieux donc à priori fanless. Pour rebondir sur l’introduction du billet, comment toutes ces mini-machines se comportent-elles réellement en pleine canicule estivale –mais à l’ombre tout de même : se mettent-elles en mode dégradé dans un endroit à 35° ? qqu’un a-t-il de retours positifs ou négatifs réels –je me méfie des prospectus publiciatires ?

    Répondre
  • 31 janvier 2019 - 16 h 39 min

    J’ai acheté l’année dernière un VC68V très similaire à celui-ci.
    Je cherchais aussi une versions avec lecteur DVD/Bluray, mais impossible à trouver :-( . J’espère qu’Asus France fera le bon choix cette fois.

    Il n’est pas fanless, mais assez silencieux (sauf en encodage video sans accélération HW par exemple), mais je n’ai pas testé avec 35°.
    J’ai les mêmes reproches que Xavier, en particulier sur l’emplacement des prises jack.
    Un autre reproche : l’emplacement M.2 est très difficilement accessible, et pas du tout prévu pour que l’utilisateur puisse y accéder lui-même. J’ai galéré pendant longtemps avec le support Asus avant qu’ils acceptent de me dire comment s’ouvre la bécane…
    Sinon c’est plutôt une bonne bécane.

    Répondre
  • PM
    1 février 2019 - 10 h 44 min

    @xavier Pour parfaire mon éducation; je pensais que via la prise HDMI on avait du “audio numérique”. “On m’aurait menti !” ?

    Répondre
  • 1 février 2019 - 10 h 54 min

    @PM: Non, mais si tu veux du son très haute qualité, sans perte, 7.1 stéréos full dolby de la mort qui tue, souvent une bonne carte son, interne ou externe, constituera une solution plus performante que les chipsets intégrés à la carte mère. Maintenant en as-tu besoin nécessairement, et tes enceintes te permettront elle de voir la différence réellement avec le chipset intégré, c’est une autre question.
    Mais si tu as une bonne solution audio home cinéma, un truc un moyen ou haut de gamme, ça peut vraiment valoir le coup d’investir 80 ou 100e dans une carte son ext. J’avais pris une carte son créative y a quelques années pour un kit son 500 watts, 5.1 de chez Logitech (z5500, avec entrée optique). Je n’ai pas regretté mes brousoufs (€) ! La différence était flagrante, même pour mon voisin du dessus !

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *