Asus Vivobook Slate 13 : une tablette 13.3″ OLED à partir de 499€ ?

La Asus Vivobook Slate 13 se présente comme une solution abordable et complète vendue à un prix intéressant. 499€ pour l’entrée de gamme de ce modèle, un futur Best Seller ?

Diagonale confortable, écran OLED, le format tablette de la Asus Vivobook Slate 13 est impressionnant pour son prix. A 499€, on a plus l’habitude de voir des solutions IPS que des machines avec ce type de technologie. L’écran 13.3 pouces FullHD de ce modèle promet un accès à des contenus multimédia de qualité et on sent bien que la volonté de la marque est surtout liée à ces usages « basiques ».

Asus Vivobook Slate 13

Livrée sans son dock clavier optionnel, la Asus Vivobook Slate 13 est une tablette avant tout. C’est comme cela qu’Asus va présenter cet engin, un écran portable pour regarder vos séries ou films préférés au fond de votre lit, jouer dans votre canapé ou surfer vers des recettes depuis votre cuisine. Munie d’une béquille arrière, l’écran de cette tablette peut être orienté aussi bien en paysage qu’en portrait et correspondre à des activités multimédia classiques, à de la consultation de document et même se transformer en outil de vidéo conférence tout à fait performant.

Asus Vivobook Slate 13

Ce sera d’autant plus agréable qu’Asus n’a pas choisi les fonds de tiroir pour sa dalle OLED. Le modèle est généreux avec une luminosité de 550 nits adaptée à un usage de tablette mais également des certifications Pantone et 100% DCI-P3. Les couleurs affichées par cet écran mobile seront donc, à priori, magnifiques. La certification DisplayHDR assurera un rendu très contrasté agréable pour les usages cinéma comme pour regarder des contenus en streaming.

Asus Vivobook Slate 13

Toujours dans cette optique de consommation multimédia, Asus a intégré un système Audio Dolby Atmos composé de quatre haut-parleurs pour un rendu immersif et suffisamment puissant. Les intégrations audio de ce type n’étant pas toujours très simples, multiplier les sources est une bonne solution pour compenser l’étroitesse d’espace laissé par le format.

Asus Vivobook Slate 13

Une webcam 5 mégapixels est prévue en face avant pour la vidéoconférence, autre atout d’usage de ce type de machine. A l’arrière on retrouvera une 13 mégapixels pour capturer des clichés et des documents. On profitera également d’une connectique assez sympathique avec deux ports USB 3.2 Type-C 3.2. Chacun prenant en charge les données, l’alimentation Power Delivery et un affichage vidéo mais pas l’entrée vidéo… On pourra donc recharger l’appareil tout en continuant à l’utiliser sur une double écran. Mais pas de profiter de cette superbe dalle pour étendre l’affichage d’une solution portable classique. Une prise jack audio est également de la partie ainsi qu’un module sans fil Wifi6 et Bluetooth 5.2. La tablette proposera une batterie de 50 Whr avec une autonomie tenue secrète mais une charge rapide capable de la remettre d’aplomb à 60% de sa capacité en moins de 40 minute de connexion.

A noter que la tablette est livrée par défaut sous Windows 11 S, la version « pédiluve » du système d’exploitation, limitée aux applications du Store Microsoft. Un mode que l’on pourra quitter facilement, en quelques clics pour le grand bain d’un Windows traditionnel.

Asus Vivobook Slate 13

Des accessoires pour étendre ses possibilités

La partie tablette peut être associée à un clavier amovible jouant le double rôle habituel de protection d’écran et de périphérique de saisie. Avec ce dispositif, on retrouvera l’aspect classique d’un ultraportable 13.3″. L’engin permettra alors de pianoter des emails, des documents et de profiter d’un large pavé tactile. Enfin, un stylet offrira à la machine la possibilité de dessiner ou de prendre des notes directement à l’écran. Egalement proposé en option, un stylet actif Asus Pen 2.0 restera aimanté sur le côté du cadre de l’engin.

Dans cette configuration, la Asus Vivobook Slate 13 se posera donc comme une sorte de machine classique sous Windows, un engin capable des mêmes choses qu’un portable standard mais que l’on va pouvoir prendre en main pour le manipuler plus légèrement, sans contraintes. Complète, avec le clavier optionnel, la tablette pèsera 785 grammes pour des dimensions avantageuses de 30.99 cm de large sur 19 cm de haut et 7,9 mm d’épaisseur.

Asus Vivobook Slate 13

Le problème des compétences de la machine

Reste que ce n’est pas une merveille technique. Asus a fait des choix clairs pour cette solution, et cela se sent. Une bonne partie du budget est partie dans le superbe écran OLED, laissant peu de crédit pour le reste des composants. Le processeur embarqué est ainsi un Pentium Silver N6000. Une puce lancée en début d’année avec un TDP de 6 watts, parfaitement adaptée à ce type de machine ultracompacte mais pas forcément très compétente dans tous les domaines.

Avec 4 cœurs cadencés de 1.1 à 3 GHz, le N6000 n’est pas un foudre de guerre. C’est une solution qui propose environ 50% de performances de plus qu’un Celeron N4100 en terme de calcul. Dans la version à 499€ de la tablette Asus Vivobook Slate 13, il sera proposé avec… 4 Go de mémoire vive. Un duo qui fonctionnera et qui sera capable d’une foule de choses mais qui n’aura ni la réactivité ni les performances que l’on demande à une tablette classique. Le stockage du modèle à 499€ sera de 128 Go en eMMC. Un stockage combiné à un lecteur de cartes MicroSDXC qui permettra d’étendre ses capacités. Une version plus aboutie, et plus onéreuse, proposera un stockage de même capacité mais en PCIe NVMe Gen 3.0 x4 bien plus rapide.

Je ne doute pas qu’Asus saura proposer des versions en promo, des offres partenaires avec différents revendeurs pour obtenir l’engin au meilleur prix, avec plus de mémoire vive, un clavier offert ou autre… mais dans l’absolu, cette version Pentium N6000 avec 4 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage à 499€ ne sera pas forcément une bonne affaire. Ses limitations techniques seront nombreuses pour un usage plus évolué que le simple multimédia. 

D’un point de vue compétences pures, on pourra faire plein de choses avec cet engin comme on pouvait faire plein de choses avec un Transformer Book T100 de la même marque en 2013. Le souci est plus lié à l’interface et aux besoins particuliers d’une tablette. On ne demande pas à ce type de machine ce que l’on demande à un PC classique, à vrai dire, l’usage multimédia de l’objet sera parfaitement géré par le Pentium N6000 qui est une solution solide en matière de décompression vidéo. En FullHD, le processeur d’Intel associé à 4 Go de m:émoire vive se défend sans soucis avec tous les formats de vidéo locaux ou en streaming. Aucun problème pour un vrai et bon rendu multimédia de votre série préférée. Ce qui va poser soucis, c’est le reste, les « à côtés ». A vrai dire, le format tablette est tout sauf clément en matière de retour utilisateur. On ne pardonne aucune lenteur, aucun ralentissement ou micro gel de l’interface à l’écran. La moindre hésitation ruine totalement l’aspect ludique de ce type de surface tactile. On pardonnera sans soucis à un ordinateur portable de ralentir de temps en temps pour charger une interface complexe, de lancer un programme lourd ou de finir une tâche de fond gourmande. On ne pardonnera pas le même manque de réactivité à une solution  tablette.

Et cela d’autant plus que les services qui ne poseront aucun problème à la Asus Vivobook Slate 13 en version 4 Go de mémoire vive seront les mêmes que ceux d’une tablette Android classique. Si il s’agit de Surf, de vidéo ou de jeux basiques, la moindre solution Android en 4/64 Go se débrouillera également fort bien. La solution d’Asus a certes l’avantage de son excellent écran mais mon petit doigt me dit que l’acheteur  potentiel d’une solution sous Windows voudra autre chose qu’un simple composant multimédia. Et c’est là que cela risque de coincer. En version tablette à 499€ 4/128 Go eMMC, la Asus Vivobook Slate 13 sera juste une solution de consultation multimédia. En ajoutant le clavier détachable, l’ensemble passe à 599€… Ce qui est à mon avis pas forcément la meilleure offre qui soit. Pour 699€, on peut trouver des machines, certes sans écran OLED haut de gamme, mais avec de nombreuses autres compétences grâce à des processeurs plus performants qu’un Pentium N6000, un minimum de 8 Go de mémoire vive et un stockage plus rapide et évolutif. 

La version la plus aboutie à 699€ comprendra le stylet, le clavier, 8 Go de ram et 128 Go de stockage SSD PCIe mais toujours ce Pentium N6000 qui limitera drastiquement les usages.

Asus Vivobook Slate 13

Je ne sais pas vraiment quoi penser de cette Asus Vivobook Slate 13 ?

Est-ce un produit recommandable dans sa version à 499€ ? Oui pour son affichage mais en prenant bien conscience qu’on aura surtout un engin de consultation multimédia, pas forcément bien équipée pour d’autres choses. Le jeu sous Windows 11 avec ces compétences techniques sera limité. Les usages professionnels seront maigres et si en théorie ce genre de puce est capable de grandes choses, vraiment, je ne suis pas sûr de la pertinence du rapport performances / prix de l’engin. C’est tout le débat ici. Est-ce que l’on doit craquer pour cette tablette à cause de son écran et « oublier » son mauvais rapport performances / prix ? Ou est-ce que la rareté d’un tel engin avec ce type d’écran OLED justifie ce tarif et peu importe la performance réelle de la machine. Cela vaut t-il le coût de pousser l’investissement jusqu’à 699€ pour le kit complet quand on voit ce que le marché propose en portables classiques pour le même prix ? Avec des puces Ryzen ou Core, de 8 à 16 Go de mémoire vive, des SSD qui démarrent à 256 Go et parfois des circuits graphiques secondaires ? Est-ce que l’option vraie tablette sous Windows 11 justifie vraiment l’investissement ?

Sur un MiniPC classique, un Pentium N6000 avec 4 Go de mémoire vive, cela n’existe plus car ce serait invendable. Ce genre de minimachine de bureau est généralement proposé  à des prix assez bas et permet de recycler son équipement. On n’est pas coincé en mémoire ni en stockage, pas avec une solution eMMC en tout cas. Ce qui permet d’ajuster les compétences de son engin, de le faire durer et donc de pardonner plus facilement un manque de vitesse d’exécution. Sur une tablette, c’est l’inverse, on reste coincé dans une solution fixe et non évolutive avec une patience très limitée due à l’interface de l’engin qui supporte mal les ralentissements.

Il faut qu’Asus oublie sa version de la tablette en 4 Go de mémoire vive qui n’a pas de raisons d’être aujourd’hui, je comprends que le moment est difficile d’un point de vue composants et marché mais cet engin en 4 Go sera une mauvaise publicité permanente pour la gamme complète de ces produits. 

L’autre solution qui pourrait gommer d’éventuels défauts de lenteur à cette Asus Vivobook Slate 13 aux yeux de ses clients, c’est bien une entrée vidéo USB Type-C ou MiniHDMI sur sa tranche. Quelque chose qui permette d’exploiter son très bel écran avec un autre engin. Une manière de compenser les usages en développant d’autres possibilités.


Rivière
11 commentaires sur ce sujet.
  • 4 novembre 2021 - 13 h 31 min

    Pourauoi du 16 9 !!!! Ca va limiter toute utilisation en tablette, format tres inconfortable pour ecrire et avoir une utulisation tablette

    Répondre
  • 4 novembre 2021 - 15 h 10 min

    @Onsenfou:

    Je suis bien d’accord, 16/10 ou 3/2 uniquement sur tablette :) !

    Répondre
  • 4 novembre 2021 - 15 h 49 min

    J’ai un Asus PN41 avec un N6000 et 16Go de ram.
    Sur ce genre d’appareil, il faut également prendre en compte le côté économie d’énergie. Ca ne consomme que 6 watts!
    Le seul soucis sous Windows avec un processeur basse conso comme le N6000, c’est YouTube.
    Faire défiler les commentaires et les vidéos similaires, c’est l’horreur.
    Je pense que c’est vraiment un problème de YouTube, qui est codé avec les pieds.

    Sinon, rien à dire. Aucun soucis avec n’importe quel autre site web, ou plateforme vidéo (twitch, qui peut sembler très lourd, fonctionne très bien…).
    C’est devenu mon ordi de travail (eclipse php, xampp, aucun pb), de divertissement, et de jeux avec GeForce Now, tout est fluide.
    J’utilise également Yousician, avec une carte son usb et une basse, aucun problème.

    Personnellement, je trouve ce petit appareil très intéressant.
    Certes, plus cher qu’un PN41, mais portable et avec un écran OLED tactile.
    Côté multimédia, chez soi, c’est largement suffisant pour balancer un film via chromecast sur une tv 4k ou un vidéoprojecteur.
    Avec GeForce Now ou Stadia, on peut jouer à presque n’importe quel jeu récent jusqu’à 4k, avec un bon écran sur le display port, et une manette xbox en bluetooth, c’est parfait.
    Je ne vois rien qui ne pourrait pas être fait sur cet appareil très faible consommation (batterie de 50wh pour 9.5h d’autonomie), si ce n’est lancer un gros jeu sur la machine elle même.

    Répondre
  • 4 novembre 2021 - 16 h 13 min

    @Cédric: Et bien enlève 12 Go de mémoire vive de ta config et tu auras la réponse de ce qui ne pourra plus être fait avec ton MiniPC. C’est littéralement ce que je décris dans le billet. Avec 4 Go cet engin à la mémoire partagée va torturer le propriétaire pour des usages basiques.

    Passer de 4 Go à 16 Go de ram pour ce genre d’usage, c’est plus du tout le même monde.

    Répondre
  • 4 novembre 2021 - 16 h 16 min

    Hello, en revanche ils ont eu une super idée pour la béquille, celle-ci semble avoir une forme « en flèche » et donc on peut poser la tablette en mode portrait sans que ça ne fasse un angle de 90° avec la table (le problème que j’ai avec les Surface Pro).

    Répondre
  • 4 novembre 2021 - 16 h 30 min

    @prog-amateur: Oui le produit est super et peut être qu’en l’absence de la crise actuelle il n’existe qu’en version 8Go ce qui serait beaucoup mieux.

    Répondre
  • 5 novembre 2021 - 19 h 17 min

    « L’autre solution qui pourrait gommer d’éventuels défauts de lenteur à cette Asus Vivobook Slate 13 aux yeux de ses clients, c’est bien une entrée vidéo USB Type-C ou MiniHDMI sur sa tranche. »

    tout à fait mon avis.. à quoi bon avoir un magnifique écran pour le voir limité ou ne pas pouvoir l’exploiter.

    Ils devraient aussi songer à nous proposer ces dalles en simples écrans externes afin qu’on puisse construire nous même nos mini-pc :)

    Répondre
  • 6 novembre 2021 - 11 h 00 min

    Pour les 4g de ram, la crise a bon dos, quand on voit un téléphone comme le Realme c21 à 99€ avec 3g de ram …

    Répondre
  • 8 novembre 2021 - 11 h 27 min

    @Pierre Lecourt: ah ça ne sort qu’en 8go de ram max ! effectivement, je me suis un peu emballé. dommage… pour moi, 16go c’est le minimum, surtout sur une machine avec un si petit processeur. La 8Go, ça peu passer pour un usage pas trop intensif, en évitant le multitâche d’applications trop gourmandes. Perso, j’arrive vite à 7go consommés. et le 4Go, je suis d’accord avec toi, ça risque de ramer sévère, quel qu’en soit l’usage…

    Répondre
  • 8 novembre 2021 - 11 h 35 min

    @Pierre Lecourt: « mais toujours ce Pentium N6000 qui limitera drastiquement les usages »

    C’est sur ce point, que je ne suis pas d’accord avec toi. effectivement, pour faire du montage vidéo, ce n’est pas le bon processeur, mais pour monsieur tout le monde, c’est un très bon processeur. Il lui faut juste suffisamment de ram pour fonctionner correctement

    Répondre
  • 8 novembre 2021 - 12 h 21 min

    @Cédric: Oui, c’est tout le soucis ici. Cela conjugué avec le côté « tactile » de l’engin. Parce qu’on ne réagit pas de la même manière avec une machine tactile et un PC classique. Et le N6000 n’est pas le CPU le plus nerveux qui soit. L’immédiateté qu’on attend d’une tablette n’est pas forcément garantie.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *