ARM Cortex-A73 et Mali-G71 : Trouver l’équilibre de performances du futur

ARM ne se repose pas sur ses lauriers et continue de développer ses solutions pour convaincre un marché en perpétuelle évolution. Avec le Cortex-A73, le créateur propose un SoC plus évolué que l’actuel A72. Plus rapide, plus efficace en terme de consommation énergétique, il se veut également plus compact et donc plus facile à implémenter. Il est annoncé en parallèle d’une nouvelle solution graphique, le Mali-G71.

La montée en puissance des machines, et surtout des besoins pressentis des utilisateurs, ne semble pas franchement faire peur à ARM. La société fait miroiter pendant ce Computex 2016 les joyaux sortis de ses ateliers de design. Prévus pour 2017, les deux éléments dévoilés ici, seront à même de coller avec la probable exigence technique des solutions mobiles de demain.

Minimachines

Le Cortex-A73 se présente ainsi comme le nouveau SoC haut de gamme 64 Bits d’ARM. Une solution qui se veut être plus performante en calcul, plus efficace en terme de rendement énergétique mais également plus facile à intégrer avec un espace occupé plus petit que le Cortex-A72 actuel.

Minimachines

ARM annonce des performances importantes avec un gain de 30% par rapport au précédent design et une fréquence pouvant atteindre 2,8 GHz. Ce nouveau modèle toujours décliné dans une architecture ARMv8-A est également 30% moins gourmand que son prédécesseur. Attention, cela ne veut pas dire que lorsqu’il est poussé dans ses derniers retranchements de vitesse, le Cortex-A73 est moins gourmand qu’un Cortex-A72. C’est plutôt qu’avec son nouveau design, pour effectuer un calcul équivalent mené par un A72, il consommera 30% d’énergie en moins.

Minimachines

Avec 0,65 mm² par coeur contre 1,15 mm² pour le Cortex-A72, le nouveau SoC sera gravé dans le meilleur des cas en 10 nanomètres ce qui permettra une intégration plus facile de la puce au sein de divers appareils. Cette finesse associée à une consommation maîtrisée devrait également apporter à l’ensemble une meilleure amplitude d’usage. L’idée est de tenir la distance pied au plancher sans avoir besoin de relâcher la vapeur rapidement : Utile pour les jeux, les applications de calcul gourmandes mais aussi la VR. Un besoin qui se fera sentir de plus en plus avec nouveaux usages que l’on commence à sérieusement sentir se profiler.

Minimachines

La preuve en est, l’annonce en parallèle, du circuit graphique Mali-G71. En parallèle parce que les deux éléments ne cohabiteront pas forcément. Si le SoC ARM est prévu pour des solutions mobiles, le Mali-G71 est plutôt orienté vers des machines plus épaisses et nécessitant moins d’autonomie. Le but clairement visé est la VR. La phrase d’accroche est quelque peu cryptique mais sans grande ambiguïté : “Optimized for next generation, advanced, real-world content.”

Le Mali-G71 acceptera une finesse de gravure de 16 nm et se déclinera en diverses variantes alignant de 4 à 32 unités graphiques travaillant de concert. Sa fréquence théorique maximale est de 850 MHz, ce qui laisse pas mal de possibilités de productions techniques avec ce chipset.

Avec plus de bande passante, une meilleure performance comparée au Mali-T880 et la gestion des API 3D les plus performantes du moment1, on imagine bien ce genre de puce au sein de TVBox et autres solutions sédentaires mais également dans des solutions de type casque de VR.

Rien n’est prévu avant l’année prochaine et il n’est pas dit que la solution soit reprise par l’ensemble des marques exploitant les ARM. Cela veut dire que même si le projet est bien sur les rails, il faudra probablement attendre encore plusieurs trimestres avant d’avoir vent de machines employant ces ARM et Mali. Encore plus pour qu’il descende dans des gammes plus abordables et auprès de toutes les marques. Si l’annonce d’une sortie théorique est faite pour le cours de la première partie de l’année 2017, il n’est pas dit que cette puce soit vraiment déployée avant le milieu de l’année prochaine.

Source : AnandTech

Notes :

  1. Vulkan, OpenGL, OpenCL
3 commentaires sur ce sujet.
  • 31 mai 2016 - 10 h 08 min

    “parrallèle” => “parallèle” !! Grr !! :)

    Répondre
  • 31 mai 2016 - 14 h 08 min

    J’y vais aussi de ma remarque syntaxique :
    “il se veut également plus compact et donc plus facile à implémenter.” à implanter plutôt ? ou à intégrer ?

    Répondre
  • 12 septembre 2016 - 10 h 32 min

    […] dans l’évolution des processeurs ARM commerciaux avec un passage du Cortex-A72 actuel au Cortex-A73. Basé sur une architecture big.LITTLE mélangeant les performances de cœurs rapides et […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *