Anycubic Kobra et Photon M3 : de nouvelles imprimantes 3D

Anycubic annonce deux nouvelles gammes d’imprimantes 3D avec les Kobra et Kobra Max en filament ainsi que les Photon M3, M3 Plus et M3 Max en résine.

Je suis toujours aussi satisfait de mon imprimante 3D Vyper de la marque, aussi l’arrivée des Kobra et Photon M3 ne me laisse pas indifférent. Anycubic annonce donc 5 nouvelles imprimantes 3D avec 2 modèles à filament et 3 modèles résine.

Les Anycubic Kobra et Kobra Mx sont deux solutions assez classiques qui se positionnent sur un segment milieu de gamme sur la première et grand volume pour la seconde. On retrouve beaucoup des atouts de la solution Vyper pour un prix plus abordable. La machine est lancée à 359$ lorsque la Vyper a été annoncée à 459$. Et pour ce tarif, l’engin semble très intéressant.

Anycubic propose par exemple une solution de leveling automatique baptisée LeviQ. L’imprimante va aller détecter automatiquement la hauteur du plateau sur 25 points répartis sur tout le plateau pour ne pas avoir à régler celui-ci manuellement. Un service qui permet de ne pas se soucier de cette étape frustrante et fastidieuse et qui permet de se concentrer sur l’impression et non pas la maintenance de l’appareil. 

Associée à un plateau magnétique détachable qui permet une bonne accroche et un détachement aisé des pièces imprimées, la Anycubic Kobra offre une prise en main facilitée sur deux des aspects les plus souvent décriés de ces appareils. Autre point clé, la présence d’un extrudeur directement intégré à la tâte d’impression, juste avant la buse. Ce type d’extrudeur qui se situe avant le corps de chauffe évite de pousser le filament dans un long tube avant qu’il ne parvienne au corps de chauffe. Cela ne change pas grand chose en pratique si ce n’est pour l’impression de filaments souples et élastiques. Ces filaments ont bien du mal à être « poussés » de part leur nature et le fait de les envoyer directement dans le corps de chauffe est, en général, bien plus efficace qu’au travers d’un tube de 20 à 30 cm où ils peuvent se tasser.

Autre avantage, la stabilité de l’approvisionnement en filament est meilleure et permet d’imprimer plus vite. La Kobra propose une vitesse maximale de 180 mm/s. Cette vitesse est très théorique et je ne conseille jamais d’atteindre le maximum des capacités de ce type d’engin mais cela veut dire qu’en 100 ou 120 mm/s, l’imprimante devrait pouvoir proposer un service efficace. A noter que la Anycubic Kobra, au contraire de la Vyper, n’a pas par défaut de détecteur de fin de filament. Le reste est plus classique avec une buse capable de monter à 260°C, un plateau chauffant à 110°C et un panneau de contrôle 4.3″ LCD tactile. La machine imprime sur un volume maximal de 22 cm de largeur comme de profondeur pour 25 cm de hauteur1

Il s’agit clairement d’un modèle de milieu de gamme parfait pour débuter dans l’impression 3D mais qui permettra une bonne productivité d’ensemble. A noter que la marque ne met pas du tout l’emphase sur le bruit généré par l’engin. Il est donc possible que celle-ci soit largement plus bruyante que la Vyper proposée aux alentours de 320€ désormais. On note également la présence de molettes – en rouge sur les différents axes – permettant de tendre facilement les courroies qui déplacent les différents axes. Le montage, enfin, est annoncé comme très facile avec quelques vis à installer pour rendre l’imprimante opérationnelle.

Voir la fiche technique

La Kobra Max reprend la même philosophie avec une surface d’impression (et un encombrement) beaucoup plus important. Proposée à 649$, elle permet d’imprimer dans un volume de 40 cm de large comme de profondeur pour 45 cm de hauteur. Elle propose le même système d’autoleveling LeviQ sur 25 points mais ajoute pas mal d’autres fonctionnalités aux fonctions du modèle Kobra de base.

Un détecteur de fin de filament est présent et on retrouve un extrudeur en amont de la buse. C’est d’ailleurs, semble t-il, la même tête d’impression que la Vyper qui a été choisie pour  ce modèle. Les molettes de tension des courroies sont toujours présentes et des renforts classiques pour garder une structure solide ont été ajoutés pour compenser la hauteur plus importante de la structure.

L’écran choisi est le même avec un modèle tactile couleur de 4.3″ et, là encore, Anycubic annonce une facilité de montage en quelques minutes avec des éléments pré-assemblés. La Kobra Max vise un marché plus spécifique qui va chercher des pièces de grand gabarit. Elle a été pensée dans cette optique avec un double axe Z pour plus de stabilité.

Elle est annoncée à 649$ directement chez le constructeur.

Minimachines-03-2022

Viennent ensuite les Anycubic Photo M3 avec 3 modèles différents. La Photon M3 de base est une solution d’impression résine, là encore très classique mais proposant un beau volume avec une finesse d’impression avancée. La machine annonce la possibilité d’imprimer sur 16.3 cm de haut pour 10.2 cm de profondeur et 18 cm de largeur.

Minimachines-03-2022

Son écran d’impression 7.6″ propose une définition de 4096 x 2560 pixels pour des détails vraiment fins accrochés par un plateau texturé par une graveuse laser pour éviter tout décrochage.

La vitesse d’impression est de 5 cm de hauteur de volume par heure avec une source lumineuse de réaction à la résine large et homogène. Le contrôle de l’imprimante est fait au travers d’un petit écran tactile 2.8″ situé en façade. A noter que l’écran est résistif et non pas capacitif. Et cela pour une bonne raison, l’impression résine exige que vous portiez des gants pour protéger vos mains. Avec une paire de gants jetables en silicone ou latex, il est impossible de manipuler un écran capacitif classique. Le recours à une solution résistive est donc plus adapté. et permettra, en outre, de positionner par dessus un éventuel film de protection pour éviter de la salir.

Une solution très classique donc, proposée à 369$ chez le constructeur.

Minimachines-03-2022

 

La Photo M3 Plus est… plus grande. Annoncée à 759$, elle offre surtout une plus grande surface d’impression avec un écran de 9.25″ de 5760 x 3600 pixels et une surface de 24.5 cm de large pour 19.7 cm de profondeur  et 12.2 cm de hauteur. Un volume qui atteint presque les 6 litres au total et qui double la vitesse d’impression avec 10 cm de volume par heure.

Minimachines-03-2022

Autre nuance de taille, ce modèle supporte les impressions depuis un port USB mais également via réseau Ethernet ou Wifi. Ce qui permet de lancer une impression facilement à distance. Son écran de contrôle est plus grand avec une diagonale de 5 pouces et surtout, elle propose un système intelligent de gestion de la résine.

Minimachines-03-2022

Si vous avez déjà imprimé avec une solution résine, vous savez que la gestion du liquide à déposer dans le bac est une source de problèmes variés. Si il manque du liquide l’impression s’arrête, si il yen a trop il faut le reverser dans la bouteille… C’est compliqué d’autant que ce n’est pas une solution très agréable à respirer. Anycubic propose une solution originale qui consiste en un système de pompe qui vient chercher la résine directement dans la bouteille pour remplir la cuve en cas de besoin et ainsi imprimer de grands objets sans avoir à surveiller l’ensemble heure par heure. Cette pompe s’actionne quand le volume et trop faible et s’arrête automatiquement. Le tuyau qui va pomper la résine se positionne sur un bouchon au format de celui des bouteilles de la marque.

Minimachines-03-2022

Vous vous en doutez, le modèle Anycubic Photon M3 Max va encore plus loin.. L’écran est désormais un 13.6″ de diagonale et le volume d’impression est encore plus important avec un volume global de 17.7 litres ! La fonction d’auto remplissage de résine est présente avec le même système que précédemment. Avec un volume maximal de 30 cm de large pour 28.9 cm de profondeur et 16.4 cm de hauteur, l’engin imprime 6 cm par heure environ.

Minimachines-03-2022

La dalle affiche en 6480 x 3600 pixels pour conserver une grande finesse de détails malgré la grande diagonale proposée. On perdra, par contre, des options par rapport à la version précédente. Plus de Wifi ni d’Ethernet, uniquement de l’impression autonome en USB. L’écran résistif est toujours un 4.3″ de diagonale.

Minimachines-03-2022  

Bref, la Anycubic Photo Max pousse les curseurs encore un peu plus loin avec un prix de 1199$… Je suppose que le choix de ne pas intégrer certains fonctions comme le Wifi et autres est lié à une volonté de garder un engin encore abordable. 

Une gamme complète, donc, et assez attrayante chez le constructeur. 

Faites découvrir le site en le partageant

Notes :

  1. 24.5 x 24.5 x 26 pour la Vyper

Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

8 commentaires sur ce sujet.
  • 28 mars 2022 - 22 h 59 min

    Hello, les Photo M3 et Photo M3 Plus ont l’air vraiment sympa, surtout la M3 Plus avec son système de pompe. La résine, c’est pas trop conseillé pour la santé donc autant la manipuler le moins possible.

    Répondre
  • 29 mars 2022 - 8 h 40 min

    La Photon M3 Max à l’air pas mal du tout, grande taille, le coup de la pompe … vraiment sympa.

    Répondre
  • Luc
    29 mars 2022 - 12 h 14 min

    Bonjour,
    Je n’y connais rien en la matière.

    Quelle est la rigidité obtenue par ces imprimantes à résine.

    Genre dans l’idée de faire un boîtier pour projets DIY avec prises (alim, usb, audio etc), des boutons, un écran 3,5 à 7 pouces, des potentiomètres, …donc pas mal de trous et de dimensions maximales 20x16x6 cm.

    Répondre
  • SGT
    29 mars 2022 - 13 h 05 min

    J’avoue (pour ma part) avoir un sentiment mitigé sur les imprimantes Anycubic résine

    Possédant une Photon Mono X dans l’ensemble c’est une bonne machine mais avec des détails relativement agaçants :

    Les plus :
    – le plus grand format abordable de l’époque (mieux que l’Eleego Saturn) ; c’était le critère qui a fait pencher la balance en faveur d’Anycubic.
    – une qualité d’impression acceptable (une fois la planéité réglée, cf. ci-dessous)
    – une des meilleures vitesses d’impression dans sa gamme

    Les moins :
    – un plateau livré concave d’origine (0,5 mm au centre tout de même) . J’en avais commandé un autre mais concave également. Difficile de comprendre pourquoi Anycubic n’est pas plus rigoureux sur une pièce aussi critique. Obligé de le poncer (longuement) avec différents grains de papier.
    – une liaison Wifi mal implémentée
    -la dalle LCD non protégée ce qui oblige à acheter et poser un film de protection
    – un des pires services client que j’ai rencontré (je patrle de celui celui sur AliExpress boutique officielle) ; ils avaient perdu ma commande et ils ont mis presque 3 mois pour nous rembourser, afin de procéder à une nouvelle commande. Je suis peut-être le seul à avoir eu cette mésaventure mais cela laisse un goût amer. Quand ça va mal avec eux, ça va vraiment très mal…

    Pour faire écho à la news je serai tenté par la M3 Max mais je vais sérieusement regarder la Eleego Jupiter qui est très proche https://www.lesimprimantes3d.fr/comparateur/imprimante3d/elegoo/jupiter/ ou les autres marques
    La M3 n’a pas de port Ethernet, c’est totalement incompréhensible vu son positionnement semi pro. Et contrairement à la Jupiter, la M3 n’a pas de porte d’accès ; on doit manipuler un capot qui est fragile.

    Au passage je rejoins les autres avis : soyez extrêmement prudents dans la manipulation de la résine pour vous et votre entourage. On voit même des charlots irresponsables sur Youtube qui conseillent de projeter de la résine au pistolet pour lisser des pièces en PLA !!!

    Répondre
  • SGT
    29 mars 2022 - 14 h 19 min

    @luc

    La résine est relativement cassante, tout dépend donc de l’usage du boitier. Avantage l’aspect surface est très bon. Il existe des résines plus techniques mais le coût est élevé

    Si on veut plus de résistance et que la finition importe moins, il vaut mieux se tourner vers une imprimante 3D FDM et choisir les filaments les plus adaptés : intérieur, extérieur, température, résistance cf. https://www.makershop.fr/content/43-guide-achat-filament-resine-impression-3d

    Répondre
  • Luc
    29 mars 2022 - 23 h 20 min

    Merci @SGT pour la réponse.

    Concernant l’usage: dans un contexte de création/production musicale avec des montages DIY à base de RBPi, Arduino micro, ESP32… Donc en intérieur essentiellement, posé sur un support fixe, occasionnellement déplacé. Pas trop de problèmes de chocs (et de fragilité) à priori mais plutôt

    – des sollicitations assez conséquentes et fréquentes sur le boitier au niveau des connexions (exemples: la prise MIDI DIN 5 broches standard, le connecteur HDMI)

    – la présence d’un écran qui occupe 40 a 60% de la surface du panneau supérieur + des trous pour boutons et potentiomètres

    et finalement, ma question est de connaitre les épaisseurs à mettre en oeuvre (et les éventuels raidisseurs/renforts) pour garantir une rigidité et une résistance suffisante. Que ce soit dans le cadre d’une impression 3D à filament où à base de résine.

    J’avoue toutefois que c’est pour cette dernière que mon choix se porterait, pour la finesse de la finition et aussi parce que cela me fait trop penser à une invention du Professeur Tournesol dans « Le Lac aux Requins »

    https://www.tintin.com/fr/news/4168/tintin-en-impression-3d#

    « qui cette fois, expérimente un appareil permettant de reproduire les objets en trois dimensions ! »

    Répondre
  • SGT
    30 mars 2022 - 12 h 36 min

    @Luc

    Si la finesse de finition est le critère N°1, le choix est sans conteste la résine. Attention toutefois à ne pas trop serrer les vis et écrous. Il est possible de rajouter les renforts nécessaires au moment de la conception des boitiers, il existe d’excellents logiciels de conception 3D comme Fusion 360.

    Comme mentionné la résine oblige à une protocole de fonctionnement rigoureux : gants, masques, pièce aérée, pas d’enfants à proximité… Et le nettoyage à l’isopropanol est fastidieux, prévoir l’achat d’une station de « lavage » et UV.

    L’Elegoo Saturn S peut être un bon choix de départ si son format convient.

    Polyworkshop est une excellente chaine Youtube pour aider au choix et se former à l’impression résine ou FDM :
    https://www.youtube.com/c/PolyWorkshop/videos

    Répondre
  • Luc
    30 mars 2022 - 19 h 16 min

    @SGT: merci beaucoup pour les conseils avisés.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *