Amazon AWS IoT : Un bouton pour les développeurs

Alors que des dizaines de milliers de boutons Dash ont été vendus par Amazon pour commander de la lessive, des couches ou du papier toilette outre Atlantique, une bonne partie de ceux-ci ont été décortiqués pour être modifiés par des utilisateurs. Amazon décide de prendre le taureau par les cornes en proposant un bouton destiné à la programmation pour moins de 20$ l’Amazon AWS IoT.

Ce bouton est clairement destiné à créer des objets connectés, ou plutôt à lancer des interactions à distance d’une simple pression sur l’interrupteur proposé.  Simple à utiliser, vendu 19,95$ aux US, il permet de piloter par défaut des applications et systèmes d’Amazon. Les fonctions de base sont assez simples, une fois connecté à votre réseau Wifi, il permet de déclencher des événements basiques : Compter des appuis sur le bouton, appeler quelqu’un, démarrer une action à distance qu’elle soit logicielle ou matérielle, commander le produit de votre choix ou mixer les combinaisons que vous souhaitez avec une solution domotique.

L’interface de l’Amazon AWS IoT est simple et l’ouverture du système assez large : Si l’objet ne fait rien de particulier si ce n’est envoyer un ordre via Wifi, il profite de nombreuses interactions avec des applications et objets connectés. Compatible avec les ampoules Philips Hue, les solutions Belkin ou Nest, il est également capable de piloter les APIs Twitter ou Facebook. Bref le bouton permet des interactions simples et des tonnes d’usages peuvent être imaginés.

Amazon Dash

Les entrailles du bouton Amazon Dash classique.

Un bouton dans l’entrée pour signaler qu’il y a quelqu’un à la maison, un bouton pour commander le service de votre choix, lancer de la musique, tout éteindre en partant ou que sais-je encore. La programmation est simple, c’est d’ailleurs le principal point fort de la solution puisqu’une petite carte de développement peut faire le même travail pour moins cher.

La configuration du Wifi effectuée, le bouton Amazon AWS IoT enregistré, il est possible de récupérer un certificat et une clé privée pour l’identifier dans ses services. On peut ensuite commencer à éditer les règles désirées de sa programmation. Trois ordres spécifiques peuvent être donnés : Un clic court, un clic long ou un double clic. Chacun pouvant être interprété différemment.

Un hack classique d’un bouton commercial.

Le clic est alors détecté par les services d’Amazon et peut renvoyer vers l’ordre de votre choix, être incrémenté dans une base de données. Il est également possible de programmer des actions en Python, en Node.js, ou en Java. On comprend bien sûr l’intérêt pour Amazon de voir de nouveaux services être mis en place autour de ses services et de sa technologie. Si il semble amusant de passer par le web pour lancer sa cafetière à l’étage du dessous, le fond du problème est surtout de devoir passer par Amazon pur pouvoir le faire. Si l’économie de quelques millilitres de sueur est alléchante en codant très simplement et rapidement des actions adossées à l’interface du marchand en ligne, le revers de la médaille est que l’on reste ensuite lié à l’Amazon Web Service. A la merci d’un passage du gratuit au payant ou à un changement de conditions générales de vente.

Cette démarche d’Amazon est peut être également une manière de satisfaire ses partenaires qui ont investi dans sa solution de commande “les yeux fermés”. Que l’on s’appelle Epson, Pampers, Coca Cola, Durex ou Heineken, le fait de voir ses boutons commerciaux être transformés en solutions pour alerter maman ou papa que l’on a fini de faire ce que l’on avait à faire n’est pas forcément à leur goût. Je n’ai aucune idée des partenariats commerciaux qui lient ces marques à Amazon, mais les boutons commerciaux étant vendus 4,99$, il est probable que cela ne soit pas rentable à court terme mais uniquement si l’on achète régulièrement des couches, des préservatifs, des boissons ou de l’encre.

Le stock de ces premiers boutons Amazon AWS IoT est parti très rapidement aux US, Amazon devrait le renouveler rapidement. Peut être verrons nous ce produit chez nous plus tard dans l’année, contrairement aux boutons Amazon habituels, il n’est pas lié à la présence d’un service particulier et peut être commercialisé n’importe où.

4 commentaires sur ce sujet.
  • 17 mai 2016 - 14 h 52 min

    Je trouve l’ESP8266 bien plus intéressant pour bricoler et surtout non propriétaire. Sinon le boiter est joli et c’est bien tenté de la part d’amazon

    PS: Je n’avais pas vu le JTAG, gros manque sur l’ESP8266.

    Répondre
  • 18 mai 2016 - 4 h 49 min

    Merci pour l’article Pierre.

    Et comme Molux, je pensais à l’ESP8266 et Arduino pour en démultiplier les possibilités. Un ESP8266 c’est 1.5€ (et pareil pour un Arduino Nano Pro), loin des 20€ demandés par Amazon pour son bouton.

    Je pense que le bouton commercial à 5$ était rentable pour Amazon, et du côté client aussi si le modèle économique change, on peut toujours le hacker.

    Répondre
  • 18 mai 2016 - 9 h 53 min

    Pour les personnes à mobilités réduites cela ouvre une foule d’idées… Vraiment chouette :-)

    Au plaisir de vous relire.

    Répondre
  • 19 mai 2016 - 10 h 37 min

    D’accord avec @Sky roller, peut être allons nous pouvoir domotiser nos logements à moindre coût ! :)

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *