Alder Lake Mobile, la gamme de processeur Intel la plus souple jamais créée

On reparle des processeurs Alder Lake Mobile avec une image qui liste pas moins de 19 déclinaisons différentes de cette 12e génération de puces chez Intel.

On sait depuis un moment que la stratégie employée par Intel pour cette gamme Alder Lake Mobile sera proche de celle des solutions big.LITTLE d’ARM. Un mélange de cœurs aux capacités différentes pour proposer des niveaux d’efficacité très étalés. Cette solution semble logique pour le fondeur qui va ainsi pouvoir proposer des puces très peu gourmandes d’un côté et des solutions très performantes de l’autre.

2021-03-11 10_13_02

Ce premier tableau publié sur Twitter par @9550pro donne un aperçu du résultat de ce développement avec pas moins de 19 configurations de processeurs différentes et de nouvelles gammes. En mélangeant des cœurs Gracemont pour leur faible consommation et des cœurs Golden Cove pour leurs performances, Intel a la possibilité de répondre finement aux besoins de chaque machine.

On retrouve donc ici des puces qui proposent des TDP très faibles avec 5 watts pour les premiers modèles et qui pourront grimper jusqu’à 55 watts pour les plus gourmands. Les configurations de processeurs iront de 5 à 16 cœurs en jouant sur les deux architectures.

Les puces à très basse consommation en 5 Watts de TDP seront classifiées “M5”, elles viseront les tablettes et les solutions les plus légères en utilisant un coeur Golden Cove plus performant et gourmand et quatre cœurs Gracemont plus économes. Déclinés en Core i3 et Core i5, ces puces proposeront des circuits graphiques de douzième génération avec de 48 à 64 Unités d’Execution suivant les modèles. A noter que les 5 Watts sont suivi d’un 7 sans indication supplémentaire. Je suppose que cela correspond à un TDP haut que ces puces pourront atteindre si elles sont configurées ainsi par le fabricant.

La gamme va ensuite crescendo suivant les TDP à atteindre. En 9W (et 15 watts en option),  on retrouvera les “U9” pour le marché des portables ultrafins qui associeront deux cœurs Golden Cove à quatre ou 8 cœurs Gracemont toujours dans cette même logique. Les circuits graphiques seront alors étagés de 80 à 86 EU suivant les modèles en Core i3 ou Core i5 et i7. Vient ensuite la gamme “U15” qui, sans surprise, développe 15 watts de TDP et reprend le même schéma mais, je suppose, à des fréquences plus élevées. Ces processeurs viseront des machines grand public classiques. Cette gamme pourra également être configurée en TDP bas en 12 watts et TDP haut en 20 Watts.

La gamme U28 – de 20 à 28 Watts de TDP – proposera des Core i5, i7 et i9 en quatre ou six cœurs Gracemont et huit coeurs Golden Cove associés à 96 EU. Ces modèles viseront un marché de machines plus performantes.

Sur le même modèle que les U28 mais avec une augmentation du nombre de coeurs pour le Core i7 qui passe de 4+8 à 6+8, on arrive à la gamme H45 et ses 35 à 45 watts de TDP. Ces processeurs là viseront les ultrabooks haut de gamme du marché.

Enfin, les processeurs H55 conçus spécifiquement pour le marché des stations de travail et des machines de jeu avec 55 watts de TDP, proposeront des configurations en 8 + 8 cœurs disposant de – seulement – 32 Unités d’Execution au niveau de leur partie graphique. Un choix logique qui permet d’alléger la puce qui n’aura pas besoin d’autant de puissance sur ce poste puisqu’elle fera appel dans tous les cas à un circuit externe pour les tâches les plus complexes au vu des segments visés. Ces processeurs pourront également être configurés en 45 Watts de TDP.

Les catégories M5, U28 et H55 sont nouvelles et vont donc permettre à Intel de proposer des puces vraiment très finement réparties suivant les besoins de chaque type. Cette logique big.LITTLE reprise ici par Intel semble la plus adaptée au marché actuel. Elle permet de proposer dans une architecture unique un éventail très large d’options. Mais fondamentalement les puces sont identiques. Le travail d’optimisation mené pour un H55 au niveau de son architecture aura des retombées sur le plus malingre des Core i3 de la gamme M5. Ce qui est un point très positif pour Intel comme pour les développeurs et les clients finaux. Un point de toutes façons nécessaire pour lutter contre ARM mais également contre AMD qui s’intéresse à cette même manière de concevoir les processeurs.

Soutenez Minimachines, partagez le !


Pas de Pub
11 commentaires sur ce sujet.
  • 11 mars 2021 - 12 h 30 min

    Merci Pierre pour cette news.
    Après des années de course à la puissance sans se préoccuper de la conso, Intel va ds le bon sens.
    Avec la gamme M5, on aura peut-être une Surface Pro X x86 plus intéressante.
    Mais face à ce line up bien garnie, quid de la disponibilité des puces? Parce si c’est pour se taper encore du N4100 sur les sympathiques minimachines chinoises par faute de disponibilité, c’est fort dommage…

    Répondre
  • 11 mars 2021 - 13 h 00 min

    Et pour parfaire l’approche en ce qui concerne les tablettes, laptops et autres machines compactes appelés à utiliser les processeurs “M5”, Intel devrait se rapprocher des éditeurs de logiciels multimédia pour labelliser ceux qui tire réellement partie de l’accélération hardware qui s’applique aux codecs photo et vidéo.

    Pour info, un processeur Intel M3 encode et décode en hardware les codecs suivants : h264, h265, HEVC (8 bit /10 bit), VP8, VP9, AVC, JPEG. Décodage seulement pour le VC-1. Propositions que l’on retrouve pour le processeur ARM M1 d’Apple avec des éditeurs d’applications qui semblent assez efficacement adopter le câblage hardware proposé pour de remarquables performances. Sur PC, c’est plus aléatoire quant à l’utilisation de l’accélération matérielle disponible, avec certes une offre logicielle plus pléthorique.

    Répondre
  • 11 mars 2021 - 13 h 32 min

    @Chouette Mâ-Mâ: Oui pléthorique… En gros tous les éditeurs sérieux (Adobe, Blackmagic mais aussi VideoLan, Plex, KODI) qui ont porté les capacités des puces M1 d’Apple portent aussi systématiquement celles des puces Intel (ou AMD). Les petits éditeurs ne le font ni sur une plateforme ni sur l’autre.

    Intel, comme AMD ou Apple, propose des codecs et un SDK. Libre aux éditeurs logiciels de se pencher dessus pour adapter les fonctions nécessaires.

    Répondre
  • 11 mars 2021 - 14 h 16 min

    @Pierre Lecourt: Hello, as-tu des news du projet similaire chez AMD ? Ton ancien billet parle d’un brevet de 2017 du coup j’ai un peu peur qu’AMD n’ait pas envie de se diriger vers le public de ce type de puces (à mon grand regret), qu’en penses-tu ? merci

    Répondre
  • 11 mars 2021 - 14 h 23 min

    Hello Pierre,

    Je me suis toujours demandé : jusqu’à quel TDP un portable type Thinkpad x280 peut se passer de ventilateur ?

    Répondre
  • 11 mars 2021 - 16 h 10 min

    @prog-amateur: Nope. On sait juste qu’ils y travaillent.

    @Etienne: En général ça vole pas très haut: 6-8 watts max suivant le physique des machines.

    Répondre
  • 11 mars 2021 - 16 h 53 min

    @Pierre Lecourt

    ah merci, effectivement c’est pas fou… Mais du coup un Apple M1 entre dans cette enveloppe thermique ? J’ai jamais vu de données là dessus

    Répondre
  • 11 mars 2021 - 17 h 04 min

    @Etienne: C’est 10 watts le M1 a priori. Mais le châssis est en métal, le Thinkpad est en ABS. La dissipation est pas la même.

    Répondre
  • Jo
    11 mars 2021 - 17 h 07 min

    @Etienne:
    Le TDP des M1 est de 10W mais le refroidissement est conçu pour être passif.
    Un Ventirad comme sur X280 n’est pas conçu pour encaisser 10w seulement avec la partie RAD.

    Répondre
  • 11 mars 2021 - 17 h 51 min

    Merci pour les réponses !

    Répondre
  • 11 mars 2021 - 18 h 39 min

    @Jo:

    le x280 a un cpu de 2017 il me semble

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *