Une liste de 81 cartes de développement pour faire le point

Parler de jungle inextricable quand on parle de cartes de développement est une image à peine exagérée. Dans le sillage du succès de la Raspberry Pi, des dizaines de solutions sont apparues sur le marché. Cette liste de 81 cartes rapidement détaillées devrait donc servir de coupe-coupe à tout utilisateur cherchant une solution dans laquelle investir.

Le site Hacker Boards a donc recensé 81 cartes de développement dans un long listing mis en forme dans une seule page web qui va mettre à mal vos molettes de souris. Quelques règles de base ont été nécessaires pour établir cette liste, histoire de ne pas avoir une page encore plus longue à scroller.

Odroid-C2

Par exemple, les cartes doivent avoir un minimum de communauté pour être intégrées. Certaines solutions sorties il y a quelques mois ou années n’ont finalement jamais été retenues par des makers et ne fournissent quasiment aucun support, elles ont donc été mises à l’écart. La possibilité de télécharger un système Open Source de type Linux ou Android est également un pré-requis pour faire partie de cette compilation.

Cela permet d’emblée de déterminer quelle carte sera à même s’offrir un support minimal à son acquéreur mais également de délimiter des utilisations à partir des projets existants. Le fait d’avoir une belle communauté, des forums, des pages d’aide et des informations détaillées permet aussi de déterminer quelles cartes ont le plus de chances de voir porter sur leurs composants des ajouts techniques, du suivi et pourquoi pas des extensions matérielles compatibles. Plusieurs cartes ont ainsi été écartées de la liste par manque de cohérence de leur offre, ce qui rend ce travail évidemment plus pertinent.

Enfin le prix indiqué n’est pas le prix public souvent mal communiqué pour ces produits. Il s’agit plutôt du prix le plus bas recensé au moment de la publication de la liste. Un détail qu’il faut prendre en compte quand on sait la volatilité de ce marché. Il suffit qu’un composant soit en rupture ou plus compliqué à approvisionner pour que certains fabricants fassent évoluer leurs tarifs. La positionnement géographique peut également jouer des tous aux acheteurs. Certaines cartes annoncées à 35$ flambent à plus de 50€ en traversant une simple frontière…

Minimachines

Les cartes sont toujours présentées suivant le même schéma : Un petit descriptif technique indiquant le créateur de la carte, un lien vers la page produit, le processeur employé, la mémoire vive et le tarif. Enfin, un bref commentaire vient compléter le tableau pour se faire une idée du positionnement de ces cartes de développement sur le marché.

Pour découvrir la liste, suivez ce lien qui vous mènera vers Hackerboards.com

10 commentaires sur ce sujet.
  • 7 juin 2016 - 13 h 04 min

    c’est vrai, il y a de tres bon produit, mais pas peu ou pas de suivit, c’est dommage…

    Certaine parfois un peut chers, pour ce que c’est..

    comme la Firefly-RK3288 Reload qui est une tres bonne carte, avec plein d’access I/O, mais un peu trop chers…

    ou la pixie pro, bonne carte niveau qualité/prix, mais communauté un peu mole..

    Répondre
  • CHP
    7 juin 2016 - 15 h 30 min

    Pas beaucoup de cartes basées sur du x86.
    Et celles existantes sont… comment dire… dépassées.

    Pas étonant que les chinois vendent des mini-PC par palettes entières même s’il faut pas mal bricoler après.

    Répondre
  • 7 juin 2016 - 21 h 06 min

    si il a eu 2 sortie sur KK en debut d’année… il y a la jaguar board, et l’autre au formet Rpi la up board et dernierement udoo X86 a faire un intel curie+ intel braswell ou pentium donc trop recent pour etre dans la liste.. mais les udoo quad sont dans la liste, donc l’année prochaine sans doute…

    PS: il y a la MinnowBoard qui est dans la liste, mais assez anciens en effet.

    Répondre
  • 8 juin 2016 - 7 h 21 min

    @jojolapin:
    bon recapitulatif des sbc x86 pas cher
    malheureusement, depuis qu’intel a annoncé l’arret de leur puces mobiles, je crains que ces cartes en crowd founding ne soient les dernieres.

    Répondre
  • 8 juin 2016 - 9 h 13 min

    @nobe:

    pas sur… il faut que dans le futur, une puce pas trop chers, moins de 30$ avec un tdp de moins de 5W, ca peut le faire…

    Ensuite, ça toujours etait comme ca, mais j’aime pas la politique des majors de l’industrie ou tous les Soc, sont sous Nda…

    Je penses que si il y avait moins de soc sous Nda, il y aurait plus de cartes.
    Mise a part nxp( imx) et texas instruments sont assez ouvert, le reste est sous Nda, intel il y a les docs tres complete, mais pour aller plus loin il faut signé Nda… et je penses qu’ils ratent beaucoup projet.

    Répondre
  • 8 juin 2016 - 10 h 01 min

    @jojolapin: Oui mais cela serait aussi l’arrêt de mort des industriels qui fabriquent ces puces.

    Si ton boulanger à la meilleure baguette de la région et qu’il file la recette sur sa vitrine, les autres boulangers ne vont pas tarder à la copier de A à Z ce qui lui fera perdre sa clientèle. Si Intel ou Nvidia ou Qualcomm refilaient leurs sources de manière totalement transparente il y aurait probablement des concepteurs de puces qui en reprendraient les grandes lignes à leur compte.

    C’est pour ça que cela n’existe pas, c’est clairement dommage mais c’est compréhensible également. On vit dans une société capitaliste où le secret industriel prime sur le progrès réel. C’est pour cela que certains traitements médicaux protégés sont réservés aux plus riches et leurs brevets empêchent de soigner des millions de gens ou que des industriels enterrent des technologies qui pourraient leur porter préjudice.

    Répondre
  • 8 juin 2016 - 11 h 33 min

    @Pierre Lecourt:
    je ne suis pas forcément d’accord avec toi.
    comme l’a dit jojolapin, TI and NXP proposent leur documentation (datasheet et/ou technical reference manual et/ou user manual) de leurs puces sans qu’ils n’aient à déposer le bilan.
    meme des constructeurs de puces ARM low cost s’y sont mis via leur clients :
    – amlogic (via hardkernel) pour les s805 et s905
    – allwinner (via olimex?) pour les A10 A13 A20 A33 et A64

    le truc, c’est qu’un SoC bien documenté sera probablement mieux supporté par le kernel linux et peut donc permettre aux assembleurs de proposer de meilleurs produits finis.

    Pour reprendre ton image du boulanger, je considere que la doc d’un SoC s’apparente en quelque sorte à une liste d’ingrédients.
    Et ce n’est pas parce que je sais qu’un boulanger utilise de la farine et de la levure que je vais pouvoir lui faire la moindre concurrence.

    Répondre
  • 8 juin 2016 - 11 h 47 min

    tout a fait avec toi nobe… j’en penses pas moins.

    Répondre
  • 8 juin 2016 - 11 h 47 min

    @nobe: Je suis bien d’accord pour dire que la présence d’un code source est un gros avantage… Mais il est également assez embêtant d’un point de vue compétition.

    Les solutions AllWinner et amlogic ne sont pas franchement les leurs, il s’agit de puces Cortex et Mali d’ARM… Rien à voir avec une puce Qualcomm Krait ou un Tegra de Nvidia, un PowerVR ou autre…

    Quand au TI ou NXP ce ne sont pas les puces les plus récentes non plus.

    Cela peut avoir un énorme avantage industriel (on le voit bien pour l’Amlogic S905 par exemple avec son excellent support de Kodi qui a sauvé la puce de l’anonymat) mais il faut le mettre dans la balance concurrentielle. Nvidia, Qualcomm, Apple ou Intel y auraient plus a perdre qu’a gagner.

    Je ne dis pas que c’est bien, c’est un simple constat.

    Répondre
  • 8 juin 2016 - 12 h 52 min

    c’est vrai qu’avec qualcom il y a quelques années il y avait besoin de plus de 1000€ pour acceder a leur docs et leur puce dernier cri.

    Quant a allwinner, leur soc coute 5$ pour 1000 soc pour des soc cortex a7 ou A53 mali 450, c’est pas la meme strategie,

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *