TEST : ASUS VivoBook X202E / S200

L’ASUS VivoBook c’est la relève, c’est comme cela que la gamme est présentée. Des machines à mi chemin entre les netbooks d’origine et les ultrabooks d’aujourd’hui. Mi chemin d’un point de vue performances mais aussi d’un point de vue prix et positionnement : On garde l’idée de mobilité, de légèreté et d’usage au quotidien mais avec des fonctionnalités en plus.

Les gens ne veulent plus de netbooks, les EeePC sont morts et enterrés chez Asus. Ces engins étouffés dans leur immobilisme ont fait long feu. Pour les remplacer  le constructeur dégaine de nouveaux modèles et en particulier les ASUS VivoBook censés présenter une alternative abordable aux monde encore excessivement cher des Ultrabooks. Décliné en plusieurs modèles il propose une diagonale de 11.6″ mobile et plus performante que celle des netbooks sous Atom.

Vidéo

Une petite prise en main de la machine en 10 minutes pour présenter ses points forts et ses points faibles.

Design

Asus vante l’engin comme un renouveau plus qualitatif du netbook. Un chaînon manquant entre ces machines et les ultraportables plus haut de gamme. De fait la gamme de VivoBook est assez large chez Asus puisqu’elle va d’un prix très entrée de gamme à 299€ à du beaucoup plus performant avec un modèle Core i3 au prix public de 529€. Le modèle testé ici est la version Pentium 987, tous les modèles reprennent le même équipement et seules les capacités de stockage et les puces internes changent.

Reste à savoir si ce positionnement à cheval entre les netbooks et leur public avant tout séduit par le prix et la portabilité  d’un côté et le marché de l’Ultrabook bien plus cher de l’autre, peut faire une bonne machine.

    

La première prise en main de cet Asus VivoBook X202E fait fort bonne impression, l’engin est sobre, a l’air solide et bien construit. Entièrement carrossé en aluminium, l’engin est très réussi : La coque prend bien la lumière qui joue sur la surface en métal brossé. Le logo Asus visible au centre du capot, en léger relief, est le seul élément distinctif, le reste est d’une totale sobriété même si l’aluminium brossé à tendance a quelque peu se couvrir d’empreintes au fil d’une journée de manipulation.

En haut du capot on remarque une fine bande de plastique ABS ajoutée au métal : Il s’agit probablement d’un sacrifice esthétique fait pour une meilleure exploitation du Wifi, la coque en aluminium pouvant bloquer en partie le signal.
Le reste de l’engin est tout aussi réussi, sans fausses notes et avec un emploi particulièrement bien maîtrisé de l’aluminium. Les jonctions entre la dalle tactile et le contour de la machine sont particulièrement soignées et tous les détails d’intégration sont bien maîtrisés.
   
Mention particulière pour la robustesse de la charnière qui montre une belle résistance et une certaine solidité. L’ouverture reste pour autant souple et agréable. S’il est impossible d’ouvrir cette machine d’une seule main, cela augure tout de même un bon comportement global dans le temps.
La finesse de la coque, le fait que certains éléments doivent se déplier pour y avoir accès comme cette prise réseau, ou que d’autres trouvent juste la place de s’y insérer confortablement comme la prise VGA dénote d’une vraie volonté d’optimisation de l’espace de la part du constructeur.
Dans l’ensemble, d’un point de vue esthétique, cette gamme est donc plutôt du côté des Ultrabook dont elle hérite de beaucoup de points. On apprécie évidemment le grand soin apporté à l’assemblage qui se ressent dans l’ensemble des petits détails d’une machine et qui rassure sur sa longévité.
Asus VivoBook X202E
Asus VivoBook X202E   Asus VivoBook X202E
Le poids global du VivoBook est de 1.42 Kg, c’est très correct pour un engin de cette diagonale même s’il ne s’agit que d’une batterie 2 cellules seulement. Avec son chargeur le X202E grimpe à 1.55 kg. Un chargeur bien construit par Asus, compact même si un peu épais il ne chauffe pas et propose en plus d’un long câble un petit velcro et une prise coudée qui, au vu de l’emplacement du connecteur d’alimentation permettra d’utiliser une prise secteur à droite ou à gauche de l’engin sans jamais le gêner.

Connectique

     
Les points positifs se poursuivent avec la connectique proposée par cet Asus VivoBook X202E. Le constructeur a choisi de faire des efforts en intégrant une belle série de fonctions et connecteurs autour de ce maigre châssis. On y découvre donc un port réseau qui n’a pas été oublié au profit d’un adaptateur USB, chose devenue trop fréquente chez les constructeurs d’Ultrabooks. Par contre Asus n’embarque qu’un modèle Ethernet 10/100 et non pas Gigabit, un premier faux pas pour l’engin qui aurait gagné à plus de largesse sur  sa bande passante filaire. Asus se rattrape en proposant sur ce côté gauche un port HDMI plein format : Pas besoin de câbles spécifiques ou d’adaptateurs pour se connecter.
Cette bonne volonté se poursuit avec double port USB dont un des deux est en USB 3.0, reconnaissable à sa couleur bleue. Les deux autres ports USB sont eux classiques au standard 2.0 et situés de chaque côté de la machine. Un port antivol est également présent sur la tranche gauche de l’engin.
   
Asus a choisi d’intégrer un port audio jack combo pour casque et micro. Un casque classique sera bien évidemment compatible. On retrouve également un port VGA qui dépasse légèrement du châssis ainsi qu’un lecteur de cartes SDHC.
A noter que ce lecteur SDHC ne permet pas d’insérer totalement la carte dans l’engin, elle dépasse même très nettement du châssis ce qui n’est pas toujours agréable à l’usage.

Clavier et pavé tactile

   
Large, fiable et agréable, le clavier de ce VivoBook X202E est un véritable outil de travail. La diagonale de 11.6″ permet d’intégrer un très beau format qui fait 26.5 cm de large. Un tout petit peu moins qu’une feuille de papier A4 mais suffisant pour pianoter confortablement. Les touches sont larges, très lisibles et leur course est suffisamment profonde pour être bien ressentie à la frappe. Le chiclet est bien employé ici pour gagner en confort sur un clavier qui reste compact.
   
   
Les touches les plus importantes sont bien construites, larges et bien pensées : Entrée, Majuscule ou Tabulation sont facilement pianotées. Les touches fléchées haut et bas sont un peu trop collées pour être parfaitement exploitées comme souvent sur ce type d’engin. A noter une belle disposition de raccourcis en haut du clavier qui permettent d’augmenter le volume ou désactiver par exemple le pavé tactile rapidement. Malheureusement il s’agit de demi touches qui, malgré leur visibilité, ne se laissent pas forcément attraper facilement.
   
Le pavé tactile est très large, 10.5 cm au total et assez haut avec 6 cm mesurés. Il est multi touch et permet de manipuler à 1, 2 ou 3 doigts pour effectuer de nombreuses tâches. Asus livre un logiciel de gestion complet baptisé Smart Gesture qui permet de nombreux réglages allant des traditionnels outils de zoom et de défilement mais aussi de navigation entre les pages ou de retour sur le bureau.
Les boutons de clic sont bien présents, cachés sous la partie basse de la surface tactile qui s’enfonce pour déclencher un petit interrupteur au bruit net. C’est une solution élégante mais pas forcément des plus pratique. Si le clic gauche de sélection est évidemment obtenu en tapotant la surface du pavé, le clic droit n’est disponible qu’avec cette option mécanique pas toujours évidente a venir chercher. Dans la pratique des sessions de travail nécessitant les 2 boutons du pavé sont généralement aidées par une souris.
La sensibilité de cette zone tactile  n’est pas toujours exceptionnelle et certaines manipulations laissent à désirer comme la sélection qui se fait parfois de manière chaotique. Il faut s’y reprendre à 2 ou 3 fois avant de faire le bon geste avec suffisamment de force pour le maîtriser.  Un défaut qui se guérit en persévérant et on finit par dompter l’engin en quelques jours.
Asus VivoBook X202E

Ecran tactile

L’écran choisi par Asus est très réactif et agréable au toucher : Nerveux, efficace et précis, il offre une nouvelle dimension d’usage. S’il est inconcevable de rester des heures durant le bras tendu vers l’écran pour l’utiliser, si la précision du tactile  n’est pas adaptée à la grande majorité des applications Windows, il faut reconnaître que l’interactivité proposée est parfois séduisante. Dans un environnement très sombre, le clavier tactile permet de saisir un mot de passe sans s’écarquiller les yeux sur les touches non rétro éclairées du clavier mécanique. Avec de jeunes enfants, une séance photo se déroule du bout des doigts et on s’amuse beaucoup à zoomer ou dé-zoomer sur l’engin.
Asus VivoBook X202E
Les applications de cartographie ou de lecture vidéo ou audio gagnent aussi en confort puisqu’on n’est plus obligé de se concentrer sur les menus mais on se laisse porter par l’interface proposée.
Reste que l’usage est très limité, très gadget et n’apporte pas grand chose à cet engin au quotidien. Enfin pas grand chose mise à part la gestion de Windows 8 qui est pénible sans cette couche tactile et ses raccourcis vers les charm bars et autres gadgets gestuels.  La forte impression de se payer un écran tactile pour compenser le fait qu’un système d’exploitation l’a rendu nécessaire reste néanmoins en travers de la gorge. La même machine sous Windows 7 aurait très bien pu se passer de tactile…

Affichage et Audio

C’est avec l’affichage que les problèmes commencent réellement : Asus a fait le très mauvais choix d’une dalle de type TN aux angles assez courts et particulièrement brillante. Le résultat est désastreux. A moins de se positionner face à l’engin et dans un angle pas trop éloigné de ce centre en haut et en bas de la dalle : l’affichage est correct. Si l’écran est trop penché vers l’avant l’image tourne au blanc, vers le bas elle s’assombrit. Sans être un vrai problème en général, il arrive que dans certaines situations de mobilité, ce faible angle de vision soit un vrai souci pour travailler ou regarder un film.
Et ce problème est aggravé par la présence d’une dalle vraiment très brillante sur le VivoBook X202E, une dalle qui, si elle offre une ergonomie tactile agréable et efficace, n’arrange en rien l’affichage global de l’engin. Il devrait être très difficile voire impossible de travailler dans un environnement particulièrement lumineux avec cette minimachine. Un voyage en train avec des changements constants de luminosité devrait être particulièrement pénible.
Dans de bonnes conditions l’écran 11.6″ affiche un 1366 x 768 correct, pas forcément des plus lumineux cependant. Il faut le pousser à fond dans cette option pour obtenir ce que propose un IPS moyen de gamme sur tablette. Cette solution s’avère  satisfaisante mais tire sur la batterie quasi en permanence ce qui n’arrange pas l’autonomie moyenne de l’engin.
Un affichage décevant donc, qui contraste beaucoup avec les solutions ultrabooks de la marque. La question reste donc toujours la même : Et si Asus avait choisi de proposer un meilleur écran plutôt que d’ajouter du tactile, sa mission ergonomique n’aurait-elle pas été mieux remplie ?
La partie audio est assurée par une petite paire d’enceintes situées sur les côtés de la machine sous les reposes poignets. Le son proposé est sans surprises, il est souvent trop neutre, froid et parfois métallique. Si les dialogues d’un film sont clairs et compréhensibles c’est au détriment des divers effets proposés pour poser une ambiance : Un son lourd ou sombre reste étouffé et gras. Les aigus sont un peu trop secs, s’atténuant trop vite à l’écoute ce qui ne donne pas de très bons résultats sur des instruments diffus. Impossible d’écouter des balais sur une caisse claire dans un morceau de Jazz par exemple.  Cela bruite trop.
La technologie Asus SonicMaster est bien là mais on n’a pas ici le même rendu que sur les machines plus haut de gamme de la marque. Il faut dire que l’engin a peu de place pour s’exprimer et qu’Asus n’a vraisemblablement pas pu hériter ici des coûteuses compétences mises en place sur sa gamme Ultrabook.
C’est cependant mieux que sur beaucoup d’autres machines de cette diagonale, même plus épaisses. On a la possibilité de suivre une série sur l’écran et de comprendre le sens de ce qui est dit : Les mélomanes passeront leur tour ou exploiteront les sorties de l’engin : via la prise HDMI 1.4a qui gère le son parfaitement évidemment. Mais aussi par la sortie casque qui, par une amplification correcte, offre un son propre, qui sera bien relayé par un bon casque.

Composants et performances

Rien d’exceptionnel mais des éléments bien choisis pour cet Asus VivoBook X202E : Une webcam HD classique 1.3 mégapixel est intégrée. Suffisante pour une conférence vidéo et de toutes manière bien incapable de servir à autre chose. Le micro associé est utile car il dépanne mais n’apporte pas vraiment un support suffisant pour une session confortable pour votre interlocuteur. A moins d’être dans un environnement très calme, il sature vite. Oubliez le fantasme de la vidéoconférence en extérieur sans casque, vos voisins au Starbucks seraient étonnés de vous voir parler aussi fort à votre écran.

 Intel a décliné sa gamme en plusieurs modèles qui offrent des performances différentes suivant les équipements. Le X202E-CT006H testé ici est la machine moyenne, il est équipé d’un processeur Intel Pentium 987 double coeur cadencé à 1.5 GHz. Une solution intéressante issue de la génération Sandy Bridge d’Intel et qui propose un bon ratio de performances graphiques grâce à un chipset Intel HD efficace.

Il est épaulé par 4 Go de mémoire vive et un stockage de 500 Go 5400 tours, tous deux inaccessibles. Avec un TDP de 17 watts, cette puce est un compromis de tarif : l’engin existe également sous d’autres processeurs et jusqu’au Core i3 avec l’Asus VivoBook S200.

En pratique cette gamme de minimachines est relativement performante pour bien des tâches courantes mais s’avère un peu “juste” pour le jeu 3D. La vidéo, HD ou non, Streamée ou non, ne lui pose pas de soucis tant qu’on reste dans les critères du quotidien. Les films 1080P avec un bitrate très lourds saccadent régulièrement notamment dans les scènes de travelling ou très détaillées.

Pour le jeu il faut rester sur des titres relativement anciens avec cette version Pentium. Si la machine offre plus de perspectives qu’une solution basique de type Atom, ce sont les versions les plus évoluées de cet engin, la Core i3 du VivoBook S200 qui auront le plus de souffle. N’espérez pas pour autant acheter une machine de jeu. Beaucoup de titres tourneront efficacement sur cette gamme  mais souvent au détriment d’une résolution tirant parti de la totalité des possibilité de l’engin et nécessitant des réglages fins des détails d’un jeu.

Pour le reste, et notamment pour le surf et la bureautique, cette gamme Asus VivoBook est très agréable à exploiter : Rapide, stable, performant et agréable, il offre une belle robustesse sous Google Chrome qui peut accumuler une belle ribambelle d’onglets sans broncher. Les 4 Go de mémoire vive donnent du souffle à l’engin qui répond bien même en multitâche lourd. OpenOffice ou Photoshop tournent admirablement bien même si au sortir d’une configuration sous SSD on trouve que le disque dur choisi, un 5400 tours, manque clairement de vivacité.

 Il sera d’ailleurs impossible d’accéder aux composants de l’engin, cachés derrière une coque en ABS monobloc et protégée par une série de 9 vis cruciformes. Si on prend le risque d’ouvrir cette coque, ce qui n’est pas sorcier en théorie, on découvre que la mémoire est soudée à la carte mère. Il n’est pas utile de toutes façons de passer à 6 ou 8 Go sur ce type de machine, et ce choix fait par Asus n’est donc pas dramatique. Le disque dur 2.5″ choisi est quant à lui accessible et pourra être remplacé par un SSD plus véloce très facilement.

Attention cependant à réaliser ce type d’opération en prenant grand soin de ne laisser aucune trace de votre passage, le Service Après Vente d’Asus n’autorise pas ces changements, et en cas de souci cela pourrait rendre votre garantie caduque. Si les 9 vis s’ôtent facilement, déclipser l’ensemble des ergots sans casse n’est pas aisé. Une fois la période de garantie d’une année passée, vous pourrez effectuer les changements que vous désirez sans problèmes.

Wifi et Réseaux

Le Wifi de type N de la machine est très performant, non seulement sa portée est bonne mais il propose une connexion très stable : J’ai rarement eu à déplorer un ralentissement du Wifi ni une baisse du signal même en déplaçant le portable.
Le Bluetooth 4.0 offre également une belle portée d’exploitation : Avec un périphérique à ce format, il est possible d’utiliser le VivoBook comme lecteur de vidéo sur un grand écran via sa prise HDMI et de le piloter du fond de son canapé sans souci. Mon test habituel avec un GPS Bluetooth permet de capter un signal à plusieurs mètres et au travers d’une vitre sans broncher.

Autonomie

La batterie  2 cellules peut faire peur mais sa capacité est en réalité supérieure à beaucoup de batteries 4 ou 6 cellules d’engins plus entrée de gamme. C’est une 5136 mAh qui se comporte très honorablement au final au vu du poids global de la machine. A noter que le modèle testé en Pentium propose le même TDP que les versions Core i3 ou Celeron, les autonomies doivent donc être quasiment les même quelle que soit la puce embarquée.
  • En usage normal bureautique et surf, luminosité au maximum, wifi et bluetooth activé et en mode économie d’énergie, le vivoBook offre 3H56 d’autonomie.
  • En coupant le Wifi pour passer en mode vidéo, toujours avec une luminosité à 100/ et en mode éco on dépasse de peu les 3 heures d’autonomie avec 3H06.
  • Enfin en mode 3D, sur un titre comme Torchlight II, Wifi coupé mais  toujours la luminosité poussée à fond, ce VivoBook offre 2H46 de jeu.
Je n’ai pas voulu tester la machine en conditions de luminosité dégradées pour les raisons évoquées plus haut : A cause de la brillance de l’écran et de la technologie employée, celui-ci n’est exploitable qu’à 70% de luminosité uniquement si l’on est en intérieur, dans un milieu où l’on peut choisir l’exposition de la machine ou gérer totalement la lumière. Milieu où on retrouve souvent de quoi alimenter l’engin sur secteur et où l’on a pas à se préoccuper de la batterie.
 A 30% de luminosité, comme j’ai pu le faire sur de nombreux netbooks (Un Samsung NC10 à écran mat donne toujours d’excellents résultats en faible rétro-éclairage par exemple), l’image est trop peu lumineuse pour être vraiment confortable. A moins de travailler dans un environnement très sombre et n’avoir aucun reflet venant gêner l’affichage, l’utilisateur aura tendance à pousser le rétro-éclairage bien au delà de ces 30%. Il ne me semblait donc pas pertinent d’exploiter ces modes dans mes tests. A noter que la machine se recharge totalement en 2H20.
Ces résultats ne sont pas exceptionnels par rapport à de nombreuses autres machines plus anciennes mais le processeur est plus véloce qu’un Atom par exemple et permet de faire donc pas mal de choses durant le temps proposé. Le fait que l’engin soit beaucoup plus réactif à l’allumage ou en sortie de veille joue également beaucoup :
Allumage, arrivée sur Metro avec Wifi opérationnel : 12.3 secondes.
Mise en veille : 5 secondes.
Mise en hibernation : 13 secondes.
Sortie de veille simple : 5 à 6 secondes.
Sortie d’hibernation : 12 secondes.
Extinction complète : 19 secondes
Au final l’engin est efficace et rapide avec une autonomie contenue mais révélant un très bon potentiel de travail. Ce n’est pas la machine qui vous suivra toute une journée mais qui permettra de travailler en saut de puce d’une prise électrique à l’autre. Elle est capable de gérer de gros fichiers Photoshop comme d’énormes documents textes et en général toutes activités ne demandant pas un traitement de données en temps réel comme peut l’être un jeu 3D.

Chauffe et bruit

L’agencement proposé par Asus pour sa série VivoBook est original, une petite ouïe d’aération est située sous la machine, elle aspire de l’air frais qui traverse les composants pour finir sa course sur la partie haute de l’engin. Ce schéma semble très classique en apparence mais cache une petite surprise.
Asus VivoBook X202E
L’air  chaud est repoussé derrière la charnière haute de l’engin, sous l’écran. Une sensation de chaleur se ressent donc à la base de celui-ci. Ce n’est pas un souci en soi mais le bruit produit par la ventilation du VivoBook suit le même chemin et rebondit donc sur l’écran pour venir perturber votre environnement. Je me demande ce qu’aurait donné une inversion du systeme audio et de la ventilation : Des enceintes placées à cet endroit sous l’écran et une ventilation sur les côtés du châssis bas ?
Asus VivoBook X202E
A noter qu’il est indispensable de mettre à jour le BIOS du VivoBook pour passer à la dernière version : La liste des Bios Asus est disponible et le logiciel de mise à jour sous Windows sont disponibles à cette adresse. Attention à bien vérifier quelle version de machine vous avez comme indiqué sur le site d’Asus. Une fois cette mise à jour faite, la ventilation qui se fait entendre en permanence devient beaucoup plus supportable, presque inaudible.
En pratique l’Asus VivoBook X202E est très agréable, silencieux et discret en utilisation bureautique ou en surf. Même en lecture vidéo Youtube il sait se faire oublier et seule la lecture de fichiers vidéo HD très lourds ou le jeu 3D forcent la ventilation à se mettre en marche à plein régime.

Offre logicielle

Windows 8 se comporte très bien sur l’engin, il est souple et réactif, propose une très bonne prise en charge des réseau et du DLNA tout en apportant l’expertise de Microsoft en matière de pilotes. L’Asus VivoBook X202E offre une belle nervosité à l’usage, son multitâche est plaisant et une fois les réflexes d’ergonomie appris, on finit par ne plus trop se heurter à son ‘interface.
Il y aurait bien sur énormément de choses à dire sur l’ergonomie globale du système en lui même mais ce test se focalise sur la machine aussi je me contenterai de mettre l’accent sur les fonctionnalités qu’Asus propose à l’utilisateur.
Asus VivoBook X202E
Une tuile Asus VivoBook est proposée sur le menu d’accueil Metro de Microsoft. Elle offre sur un seul panneau de grandes icônes qui proposent les différents réglages et services de la marque. On retrouve un raccourci vers les réglages système, un gestionnaire d’ambiances sonores avec plusieurs pré-réglages d’environnement ( Musique, film, enregistrement, jeu, voix ou aucun). Un gros bouton pour basculer d’un mode performances à un mode économie d’énergie. Des informations comme la taille de la mémoire vive libre et également des raccourcis pour baisser ou monter le son, bloquer le pavé tactile pour passer en mode avion …  En bref des répétitions des raccourcis clavier existants.
Asus VivoBook X202E
Asus Smart Gesture, le logiciel qui vous permet de régler le pavé tactile et les raccourcis à 1, 2 ou 3 doigts qu’il prend en compte est plutôt bien conçu et finit sur beaucoup de points à remplacer l’écran tactile pour plus de productivité.

Conclusion

La gamme vivoBook a beaucoup de potentiel et va sans doute évoluer dans le futur. A l’heure ou j’écris ces lignes le VivoBook X202E sous Pentium 987 est introuvable ou presque en magasin. Il a été remplacé par le VivoBook S200. Un engin au design identique mais qui passe pour moins cher sous Intel Core i3. Une évolution de performances bienvenue donc de la part d’Asus. Reste ce double souci posé par un écran TN très étroit et une autonomie un peu faible.

La gamme semble donc être destinée à des utilisateurs voulant embarquer un engin avec eux mais qui ne s’en serviront pas outre mesure en extérieur, loin d’une prise de courant ou en plein air. Peut être qu’une future version finira de régler ces détails.

La meilleure offre actuelle en version haut de gamme est l’Asus VivoBook S200 en Core i3 / 4Go / 500 Go tactile sous Windows 8 64 bits à 483.99€ chez CDiscount.

TopAchat propose également un VivoBook X201E sous Ubuntu, non tactile et en Core i3 (100% ABS, pas d’aluminium) toujours en 4 Go / 500 Go à 394€. Un très bon prix.

66 commentaires sur ce sujet.
  • 22 février 2013 - 15 h 24 min
  • 22 février 2013 - 15 h 30 min
  • 22 février 2013 - 15 h 33 min

    très bon test, mais 4 heurs d’autonomie au max, avec un écran ultra-brillant, ca détruit le produit …

    Répondre
  • 22 février 2013 - 15 h 39 min

    “Les gens ne veulent plus de netbooks …” rhôooooo la laaaaa !

    Il n’y a eu que 2 netbooks en tout, l’EeePC 701, premier essai presque réussi, et l’EeePC 900 (le même, Celeron, 9 pouces dans presque les mêmes dimensions). Le reste, c’est du pipeau ! (ça n’engage que moi, hein).

    Alors si Asus me sort un C70/16Go 9″ 1280 pixels dans le même volume que l’EeePC 900, avec une barette de mémoire non soudée et sans OS, le tout à un prix de netbook (200€, de nos jours), je prends !

    J’en-veux ! J’en-veux ! J’en-veux !!!

    Répondre
  • 22 février 2013 - 16 h 32 min

    Le meme sous les prochains apu d’AMD et je pense qu’il serait parfait ! Par contre il vaudrait mieux retirer le tactile et mettre un ecran moin brillant et de mailleure qualité !

    Répondre
  • 22 février 2013 - 16 h 59 min

    @Lapinou: Wow, et le 901 alors ? Quand même…

    Répondre
  • 22 février 2013 - 17 h 17 min

    contrairement à @lapinou, moi, je considère qu’il n’y a eu qu’un véritable netbook, le 901. avant, ce n’était que des prototypes, après… je préfère ne pas en parler ;-)
    d’ailleurs, je ne sais toujours pas comment remplacer mes 901 qui commencent à fatiguer :(

    Répondre
  • A
    22 février 2013 - 18 h 32 min

    Le test est très bien fait (même le passage sur W8 qui ‘reste en travers de la gorge’ car je peux comprendre le point de vue) mais je ne serais pas aussi indulgent que l’est Pierre.

    Cet écran et cette batterie tuent le produit et c’est vraiment dommage.
    On peut s’en servir en extérieur car on y voit rien ni réellement en mobilité vu qu’il ne tient même pas 4h.

    Mai, en plus, si on s’en sert en intérieur et branché sur secteur, on le tue car la batterie se détruira très rapidement du fait de devoir etre branchée constamment et/ou en multipliant les cycles batterie.

    Après un an et demi au gran max, on peut le jeter (sans quasimment jamais avoir pu en profiter en mobilité) car pour remplacer la batterie il faudra l’envoyer à Asus et ça coutera un bras. On aura mieux fait d’acheter un produit (différent pour ne pas avoir à subir les mêmes inconvénients) et neuf.

    Alors, cette machine semble vraiment séduisante et une affaire pour le prix (et c’est le but) mais, en fait ne l’est pas du tout quand on se projette sur une utilisation réelle (3 heures en vidéo, c’est très faible en plus) et dans le moyen (même pas long) terme.

    Répondre
  • uko
    22 février 2013 - 18 h 39 min

    Merci d’avoir fini le test de ces machines que je trouve particulièrement intéressantes ! Une belle relève pour les netbooks, et un bon compromis aux ultrabooks.

    Au sujet de ton appréciation sur W8 et le tactile, il y a un point sur lequel je veux bien des éclaircissements:
    “Enfin pas grand chose mis à part la gestion de Windows 8 qui est pénible sans cette couche tactile et ses raccourcis vers les charms bar et autres gadgets gestuels.”

    J’utilise W8 sur ma machine principale sans écran tactile et l’interface me semble fonctionnelle à la souris:
    – L’interface Métro remplace le menu démarrer. C’est déstabilisant mais pas si pénible à l’usage, je prends même plaisir à la lancer pour cliquer sur un raccourci.
    – Les raccourcis dans les coins sont très accessibles à la souris: Un click dans le coin bas-gauche pour accéder à Métro, un glissement sur la bordure droite pour les paramètres.
    – Dans Métro, un coup de molette permet de faire défiler l’écran alors qu’à l’intérieur d’une application il est possible d’attraper le bord de supérieur pour la faire glisser vers le bas et la fermer.

    Aucune de ces manœuvres ne me pose problème à la souris, alors que j’ai eu du mal à les réaliser sur écran tactile en magasin. J’ai probablement manqué une étape: Est-ce que certains raccourcis que je n’utilise pas sont plus accessibles sur le tactile ? Et quels sont les mouvements à effectuer, sur la version tactile ?

    Répondre
  • 22 février 2013 - 18 h 44 min

    @uko: Alors à la souris je suis bien d’accord, mais avec un pavé tactile standard c’est vraiment vraiment vraiment pénible.

    Pour l’écran il faut juste bien prendre en compte les mouvements extérieurs de l’écran ers l’intérieur, c’est ce qui active tout : charms , retour bureau etc…

    Répondre
  • 22 février 2013 - 19 h 05 min

    Merci pour le test Pierre, super comme d’hab.

    Le produit par contre… 4h c’est peu, sinon ca fait plaisir devoir des PC pas en plastique.

    Répondre
  • uko
    22 février 2013 - 19 h 14 min

    @Pierre Lecourt: Ahhh effectivement je n’ai pas pensé au pavé tactile, que je n’utilise pour ainsi dire pas sur cette machine. En effet, après quelques tests il ne s’avère pas des plus pratiques, surtout pour réorganiser les icônes de l’accueil ou naviguer dans les apps Métro.

    Répondre
  • 22 février 2013 - 19 h 48 min

    Que dire de plus après ce test très complet ? Peut-être l’étonnante ampleur de la stéréo, l’aspect impeccable de la finition et l’autonomie qui chez moi est bien meilleure. Enfin, la sortie de veille est chez le mien instantannée. Dernier bios bien sur.

    Seul la qualité de l’écran détonne avec la qualité globale du produit, mais reste très comparable à ce qu’on trouve sur tous les pc de surpermarché. Le réglage de la luminosité est quand même très précis et permet d’avoir une image très sombre, très utile pour les cessions de planétarium pour ne pas interférer avec les projections… Aucune machine ne permet de régler la luminosité à 1% avec une telle efficacité.

    Répondre
  • A
    22 février 2013 - 19 h 50 min

    Ouais, en fin, quand on a un écran tactile, le but c’est de remplacer une souris ou même le touchpad pour les gestures que vous citez.
    Alors faire ce type de reproche (le touchpad n’est pas pratique pour certains gestes) sur une machine W8 sans écran tactile je comprends, mais avec pas trop quand même.

    Répondre
  • 22 février 2013 - 19 h 58 min

    @Dadoo: C’est vrai chez toi c’est bon le son, moi franchement je m’attendais à mieux !

    Quand à la sortie de veille, c’est en comptant la récup du wifi bien accroché et c’est déjà énorme comme score je trouve. Si Asus avait remplacé l’investissement tactile par un IPS et 200 grammes de batterie en plus, ca aurait été une tuerie :/

    Répondre
  • uko
    22 février 2013 - 21 h 05 min

    @A: Pierre a précisé, en parlant de l’écran tactile:
    “Si il est inconcevable de rester des heures durant le bras tendu vers l’écran pour l’utiliser, si la précision du tactile n’est pas adaptée à la grande majorité des applications Windows, il faut reconnaître que l’interactivité proposée est parfois séduisante. ”
    et
    “Reste que l’usage est très limité, très gadget et n’apporte pas grand chose à cet engin au quotidien. Enfin pas grand chose mis à part la gestion de Windows 8 qui est pénible sans cette couche tactile et ses raccourcis vers les charms bar et autres gadgets gestuels.”

    Je le rejoins sur cette analyse: L’écran tactile ne remplace pas efficacement le touchpad, et le touchpad ne remplace pas efficacement l’écran tactile. En clair, il faut jongler entre les deux méthodes pour optimiser l’ergonomie, ce qui me semble plutôt rébarbatif à l’usage.
    Il me semble donc justifié de mettre en avant le fait que le pavé tactile en lui-même n’est pas des plus efficaces sous W8.

    En outre, cette couche tactile alourdit la machine ainsi que la facture tout en imposant une dalle brillante. Beaucoup de sacrifices pour compenser de manière bancale une mauvaise ergonomie de W8 au touchpad, et qui justifient d’autant plus la grogne sur ce dernier point.

    @Pierre Lecourt:
    Au sujet de la sortie de mise en veille et du meilleur temps de chargement de l’OS, il me semble qu’il s’agit d’améliorations apportées par W8 ?

    Ces améliorations couplées à la meilleure fluidité de W8 justifient à mon sens de passer à cette version, surtout sur des machines peu puissantes qui bénéficient d’une réactivité ressentie bien plus agréable que sous W7. Du moins à condition que l’utilisation de ressources de W8 ne grève pas les performances des applications lancées sur la machine, bien entendu.

    Répondre
  • 22 février 2013 - 21 h 32 min

    J’en ai acheté un à Noël(version i3 hd400) je le trouve pas mal, perso. Avec un ssd c’est excellent pour la réactivité, et même pour l’autonomie, je trouve.
    Pour le trackpad il faut mettre les drivers elantech et bidouiller quelques valeurs dans la base de registre. La on obtient un track pas précis avec toutes les options d’un trackpad de MacBook. Pour windows 8 c’est le top avec les balayages depuis les bords on a les barres de charmes etc, tap avec un doigt pour le click gauche, tap avec deux doigts pour le click gauche, scrolling inversé et inertiel, comme sous osx, c’est bien foutu.

    Répondre
  • 22 février 2013 - 23 h 28 min

    @hilde toi aussi tu avais plusieurs 901???
    Il faut les garder car on ne verra plus jamais de mini pc comme celà

    Répondre
  • A
    22 février 2013 - 23 h 36 min

    @uko:

    Je comprends bien ce que tu et pierre disent. Mais sur ce point, il semble plutot, et comme le sous-entend nuss, qu’il s’agisse d’une question d’optimisation et de qualité du touchpad (sensibilité, nombre de points de contact, calibration, geste reconnus…) plutot que d’un problème de Windows 8.

    Il n’en reste pas moins, il est vrai, que tout ne peut pas etre fait via l’écran tactile, car c’est pas forcément le plus ergonomique, précis ou même le moins ‘fatiguant’. Ok.

    Répondre
  • 23 février 2013 - 0 h 11 min

    @uko: Windows 8 me dérange pas, Windows me dérange pas, Metro me dérange pas, le tactile me dérange pas. J’ai juste la grosse impression, comme beaucoup de mes contemporains, d’une chose désagréable.

    Que ca me dérange ou pas, Microsoft et les fabricants n’en ont plus rien a foutre. Que ca me dérange ou pas, ils vont tenter de me l’imposer. Ils vont m’imposer Metro qui ne me dérange pas mais dont je n’ai que faire. Ils vont m’imposer une couche tactile morte-née dont je ne me servirais jamais sur un portable, ils vont m’imposer des coûts que je ne veux pas payer et ils vont m’imposer leur vision sur mon achat.

    Je ne veux pas me faire “forcer la main” alors je n’achète plus RIEN. Plus de PC j’entends, pas avec un système intégré. J’ai remis à jour un GROS PC de travail mais depuis Windows 8 je n’ai pas acheté quoi que ce soit comme machine de constructeur. Je ne le ferais plus jusqu’à nouvel ordre, j’ai les moyens de ne pas le faire, j’ai Windows 7 qui marche du feu de dieu, Windows XP qui tiens encore la route et des distros Linux meilleures a chaque version qui passe.

    C’est toiut le probleme des machines sous Windows 8, quand les nouvelles technos compliquées pour XP sont arrivées (gestion des SSD, USB 3.0 et autres pilotes complexes, DiurectX ou UEFI que ce bon vieil XP avait du mal a identifier ou gérer, il est sorti Windows 7. Mais Windows 8 sort très peu de temps après et Seven n’est pas du tout à la ramasse sur les pilotes ou autres. Aucun fabricant de materiel ne va sortir un périphérique ne tournant que sur Windows 8…

    Je ne veux pas acheter un engin tactile au détriment d’un engin plus adapté à mes usages (ici le prix de la couche tactile aurait pu payer de l’IPS par exemple), Intel va rendre l’ultrabook tactile obligatoire, ils vont se manger une année 2013 plus catastrophique encore que 2012. Tant pis pour eux.

    Le pire c’est que TOUS les revendeurs leur disent, que les chiffres sont cata et qu’ils restent droits dans leurs bottes… Les fabricants vont se faire très mal cette année et je pense qu’il peut même y avoir des acteurs qui vont jeter l’éponge.

    Répondre
  • 23 février 2013 - 1 h 04 min

    @ Pierre : ça n’est pas un très bon son car il manque de basses, mais il est très clair et surtout c’est la stéréo qui est étonnante, la meilleure séparation stéréo que j’ai pu entendre sur un portable. La saturation est également très faible.

    Ne t’inquiète pas, metro finira problablement comme active desktop, aux oubliettes, mais cela prendra un peu de temps.

    Répondre
  • 23 février 2013 - 1 h 08 min

    @Dadoo: Niveau clarté oui c’est bien, dans le sens ou on peut bien suivre un dialogue. Je suis d’accord. Pour la stéréo j’ai entendu bien meilleur mais avec d’autres tarifs ou d’autres choix techno.

    Répondre
  • 23 février 2013 - 2 h 06 min

    Moi je comprend ce qui à pris microsoft avec Windows 8 autant sur ce type d’engin avec écran tactile je comprend mais sur un pc portable ou de bureau classique ces une grosse connerie je trouve j’ai acheter un pc portable sous Windows 8 et je les repasser sous seven .
    Car en gros la on impose un interface tactile su toutes les machines avec ou sans écran tactiles .

    Répondre
  • uko
    23 février 2013 - 2 h 15 min

    @Pierre Lecourt:
    Je te rejoins complètement sur les choix technologiques des constructeurs. Je suis définitivement contre la couche tactile sur les ultrabooks, comme d’ailleurs sur toute machine non hybride: Un écran maintenu à la verticale, ça n’est pas une interface utilisateur ergonomique.

    Je déteste aussi la manière dont le marché est “bouclé” et cette impression qu’au lieu d’optimiser pour produire le meilleur matériel possible, les différents intervenants cherchent à verrouiller le marché à leur avantage. La manière dont Intel et MS ont tué le netbook en sont un triste exemple, et j’espère qu’ils ne remettront pas ça avec l’ultrabook. Au pire, je suis très content de mon Samsung S900 (obtenu à vil prix grâce à toi) et je n’ai aucune intention de le remplacer par un mauvais compromis.

    En ce qui concerne Windows 8, je suis plus mitigé. Je ne serais jamais allé l’acheter pour l’installer sur un PC sans OS, mais s’il fait partie d’un bundle laptop+OS dont le rapport prix/performances/ergonomie me convient, je n’y vois pas un obstacle. Je le trouve confortable et s’il n’a rien d’indispensable, il apporte quelques nouveautés agréables au niveau de la gestion de la veille.

    La double interface Metro/Desktop n’est pas optimisée, on est bien d’accord. Il s’agit d’un OS bâtard entre le monde du PC et celui des tablettes, et ses évolutions n’ont pas beaucoup de sens sur un PC de bureau ou un laptop traditionnel.

    Par contre, je comprends et fondamentalement approuve la direction de MS: Cet OS capable de faire tourner à la fois les apps X86 traditionnelles et les apps tablette va permettre de démocratiser des machines convertibles dont l’écran détachable se transforme en tablette. Je trouve cette possibilité fantastique, le meilleur des deux mondes réunis sur une seule machine et sous un OS unique. Cet usage est encore marginal mais représente à mon avis le futur des machines ultraportables.

    On voit déjà les prémisses de machines prometteuses qui bénéficient d’une autonomie de plus de 10h, de dalles IPS encore rares dans le monde PC, ainsi que de designs Fanless qui me laissent rêveur.

    S’il reste des progrès à faire sur les systèmes de fixation clavier/écran, sur le ratio performances/TDP des processeurs et dans une moindre mesure sur l’espace stockage des SSD, les technologies évoluent vite. On devrait voir arriver d’ici quelques mois des machines double usage tout à fait convaincantes et sur lesquelles les compromis devrait être bien plus raisonnable.

    Peut-être que je me trompe, mais je pense que c’est ce que MS a voulu anticiper. Bien sur W8 souffre de défauts de jeunesse, bien sur il sort un peu tôt pour qu’on bénéficie vraiment de cet usage, mais on l’a vu avec iOS puis avec Android: C’est l’OS qui, accompagnant les progrès technologiques, a permis aux machines d’évoluer rapidement sur de nouvelles voies.

    J’ignore s’il sera un jour possible de produire des applications utilisables de manière optimisée à la fois au couple clavier+souris et à l’écran tactile. Je redoute la dérive des applications vers l’ultra-simplisme du modèle tablettes. Mais en attendant, je suis heureux de voir arriver la possibilité de bénéficier du meilleur deux mondes sur une seule machine.

    Répondre
  • 23 février 2013 - 8 h 48 min

    @Pierre Lecourt: Ton analyse est la bonne arrêtons de vouloir “écraser” et “imposer” des systèmes et écoutons les “consommateurs” même si je n’aime pas ce terme pour les marques c’est ce que nous sommes et en tant que vendeurs ils devraient écouter les besoins.
    Pour la majorité c’est un produit fiable a savoir qui va durer quand même quelques années; qui seraient évolutif pour permettre de suivre les évolutions “potentiels” des outils et équipement nécessaires associés, qui dans le monde des netbooks ou ultra”portable” ne coute pas non plus un bras mais permet de lier la portabilité à un usage fonctionnel.
    l’équation étant : prix/qualité (poids; fabrication du produit../évolutivité) et pas d’imposition de système fermé.
    Ce que les fabricants ne font pas vraiment quand on voit google sortir sont “pc” google chrome fermé et qui comme pierre nous en informait au départ à un prix contenue et au finale à un prix beaucoup moins en essayant d’imposer son os de porter ces données sur son “nuage”; ce qui n’est pas vraiment ce que recherche les utilisateurs en France tout du moins.
    Ceci n’est que mon analyse mais messieurs les fabricants écouter le marché pour toutes orientations et ne mélangeons pas tout.
    Merci Pierre pour ton taff et ton analyse en tout les cas ; donc le meilleur des deux mondes oui mais laissons le choix des deux mondes et surtout arrêter ces guerres de commerces qui ne font que desservir le marché et les utilisateurs. (pour exemple Mon netbook 13 pouces Asus U32U a encore de bonnes heures devant lui car à ce jour ne n’ai pas trouvé de remplaçants capable de me donner une autonomie de plus de 8h dans un poids contenue et me permettant une portabilitée même si le processeur est effectivement poussif pour la vidéo FULL HD; et ceci dans un prix contenu alors).
    Wait and See ;)

    Répondre
  • 23 février 2013 - 9 h 46 min

    Non mais sinon pour Windows 8 un petit coup de ClassicShell (http://www.classicshell.net/) et on se débarasse de Metro !
    Et dans la série des utilitaires, Clover (http://ejie.me/clover-wings-for-explorer) est top aussi: Explorer avec des tabs et des bookmarks !

    Après effectivement le choix de MS et Intel de transformer les PC en tablettes… même pour les non-geeks ca pue, vu que les gestures ne sont pas decouvrables.

    Répondre
  • 23 février 2013 - 10 h 45 min

    Salut la compagnie,

    j’ai pris une version Celeron sous Ubuntu à 289 euros chez CDiscount. J’ai installé un Windows 7 64 bits car ma femme n’est pas à l’aise sous Linux. Cette mini machine remplace un HP DM1 sous E450 et il est clairement plus réactif et fluide. Et pourtant j’avais mis un SSD dans le DM1. Concernant l’autonomie, en mode surf et bureautique il tient environ 3 heures. Comme cette machine reste à la maison, la prise de courant n’est jamais bien loin.

    Bref à ce prix et certes en ayant dû installer un Win7, je trouve que ça reste un excellent rapport qualité prix.

    Répondre
  • 23 février 2013 - 11 h 40 min

    Moi je pense qu’il aurais du permettre sur Windows 8 de pouvoir retrouver l’interface de Windows 7 avec les avantages de Windows 8 sur les machines ne disposant pas d’un écran tactiles .

    Répondre
  • 23 février 2013 - 11 h 41 min

    Comme benjamin je suis très satisfait du x201 unbutu qui rassemble les mêmes composants mais à un prix autrement plus proche de la génération netbook. les différences, pas de dalle tactile qui ne sert à rien sous Seven, pas de coque en aluminium mais en plastique ce qui a pour avantage d’avoir une machine plus légère : 1.25 kg, la base Celeron + HD 2000 est impressionnante d’efficacité un usage classique (surf, ytube, office…etc)

    Asus aurait proposé une dalle de qualité style IPS et une bonne autonomie à 500€ peut être alors la différence de prix aurait été justifiée mais là c’est plutôt dommage.

    Répondre
  • 23 février 2013 - 12 h 46 min

    bon, ben je ne sais toujours pas par quoi remplacer mon dell mini 9. Critères simples: 1kg, taille A5 plié en deux, solide, environ 300 euros.
    Pour le reste, je peux faire des compromis.
    Force est de constater que même en y mettant le prix, ce genre de machine idéale pour un photographe en vadrouille longue (comprendre voyages >3semaines, avec besoin de gerer beaucoup de photos (sauvegardes sur 2 dd portables, virer les ratées, eventuellement une rapide retouche)) n’existe plus. Quelle regression!

    Répondre
  • 23 février 2013 - 14 h 34 min

    @Pierre
    Pourquoi je ne peux plus poster ? Censure !

    Répondre
  • 23 février 2013 - 14 h 40 min

    J’ai le modèle en 14 pouces en i3 depuis 3 mois, c’est le même en plus grand et bien méfiez-vous car si c’était à refaire je passerai mon chemin heureusement que c’est ma boîte qui paye :
    – Écran très mauvais encore pire en 14 pouces car la même résolution que le 11, un vrai miroir en plus !
    – Témoin des majuscules constamment masqué par le bras, c’est un détail, NON au bout de 10 mn on en peut plus, je l’ai fait testé sans prévenir à plusieurs personnes, à chaque fois c’est “mais comment ils ont pu mettre ce témoin à cet endroit”
    – la peinture du dos s’en va au moindre frottement, si vous voulez les des photos je vous les poste
    – une auréole vient d’apparaître au milieu de l’écran depuis une semaine, elle disparaît au bout de 10 mn !!!
    – un i3 pas franchement convaincant, je surf bien plus vite avec un ipad 2, quant au lancement des programmes, ça rame pas mal !!!
    – passé la découverte le tactile ne sert à rien, impossible d’agrandir la page sous Google chrome avec deux doigts.
    – le clavier s’enfonce de 3mm à chaque frappe… Bon achat!

    Répondre
  • 23 février 2013 - 15 h 12 min

    @guiguinou: Tu as regardé du coté des tablettes ? Certaines gerent bien les DD externes et pour le coup, pour retoucher des photos, une Note avec stylet ?

    Répondre
  • 23 février 2013 - 16 h 07 min

    C’est vrai qu’une Note avec stylet peut parfaitement remplacer un Dell mini 9

    Même les pilotes de Rafale au Mali utilisent actuellement des tablettes avec stylet:

    http://i50.tinypic.com/14no28.jpg

    Répondre
  • 23 février 2013 - 17 h 51 min
  • uko
    23 février 2013 - 18 h 01 min

    @Pierre Lecourt: Même sans avoir accès aux IP’s, ça y ressemble :)

    Répondre
  • 23 février 2013 - 18 h 07 min

    gloup!

    Répondre
  • 24 février 2013 - 9 h 46 min

    @redon,
    Tu as raison et la qualité Asus a complètement disparue.
    Pour ma part c’est fini avec cette marque ;
    J’ai acheté il y 2 mois la tablette Me400 chez Boulanger : 1er exemplaire avec énorme trait sous l’écran genre poussière de 1cm en épais, retour. 2eme exemplaire, pixel hs, bien visible, pas pris en garantie, je me la garde.
    Avant hier je vais chez Boulanger pour le S300 (le même que le S200 en 13,3 pouces). Ils le reçoivent juste, le mettent en expo, et sur leur modèle pourtant celé par Asus, plein de traces de doigts sur l’ordi, bizarre. Bon il est beau, je prend l’exemplaire en stock, pas de soucis boite bien celée par Asus, pas ouverte, je l’ouvre dans la voiture, traces de doigts, marquages sur le dessus de la coque (genre démontage à l’envers par un sav) et un patin absent sur la coque du dessous (portable bancal). Plus de stock et remboursement.
    Pour moi Asus c’est fini le contrôle qualité est vraiment merdique, pourtant il était vraiment superbe mais là, ça sent vraiment le bâclage ; d’autant que ce modèle vient de sortir en France donc ça ne peut pas être des retours reconditionnés mais bien de la sorti ou reprise d’usine mal fait.
    Suis super déçu par cette marque.

    Répondre
  • 24 février 2013 - 10 h 48 min

    @Serge: merci de ton retour, je savais pas que le S300CA existait
    Du coup je suis allée voir sur les sites marchand quelles étaient ses specs et en dehors qu fait que j’ai pas compris ce qui différenciait les 2 ref c’est pas facile de trouver des renseignements sur la batterie : y a écrit 3 cellules, 4000mAh, 44Wh ou rien le plus souvent selon les marchands. Tu as eu des précisions sur l’autonomie ?

    Répondre
  • SGT
    24 février 2013 - 13 h 38 min

    Merci pour ce test

    Même si j’ai pour ma part définitivement abandonné l’idée de racheter un notebook un jour (je me suis construit un super mini-itx pour bosser à domicile et je suis pour l’hybride en mobilité ce qui me conforte d’ailleurs dans ce que je vais écrire) en 2013 c’est une manque grave de sortir un portable avec un écran TN.

    Le problème de l’écran (avec celui de l’autonomie) est l’un des problèmes fondamentaux des notebook. Étrange que peu de constructeurs comprennent cela, surtout en 2013…

    Répondre
  • 25 février 2013 - 11 h 31 min

    Merci pour le test !

    Je ne suis pas d’accord sur ce que microsoft “impose” pour son nouvel OS. Il n’impose rien en fait, il propose juste des options d’entrées supplémentaires. Les oem par contre eux font du mauvais boulot : la lecture du commentaire sur le touchpad me fait penser ça. C’est à eux de nous proposer les drivers corrects pour l’utilisation de nos machines ( brevets ? ). Il suffirai qu’ils incluent les drivers corrects, et plus personnes ne pourrai se plaindre de “l’inutilisabilité” de win8 avec un pavé tactile. Nobody dis-je !
    Ah oui, une autre réflexion : le portable en temps que tel vie ses dernières heures, il sera remplacé à terme par …. des portables au facteur de forme différent (charnières, dalle, type de clavier, stylet …. ). En effet, qui a dit que les portable devaient garder la même forme siècle après siècle ? qui a dit que les seuls périphériques d’entrée devaient être le clavier ou la souris ? A force de s’habituer à ce que l’on a , ben on va pas chercher plus loin.

    Maintenant, la vraie question : VivoBook ou Yoga ?

    Répondre
  • 25 février 2013 - 11 h 42 min

    @Klydde: Quia dit ça ? Ben ma morphologie et moncerveau en fait : Ma main compte 10 doigts agiles et préhensiles avec des capteurs ultra sensibles qui ne se satisfont pas d’un outil plat et sans retour comme le tactile.

    “En effet, qui a dit que les marteaux devaient garder la même forme siècle après siècle ?” La simple logique et le bon sens qui font de cet objet le meilleur allié pour planter un clou.

    Le clavier et la souris c’est pareil, c’est le plus adapté a notre morphologie.

    A mon avis les portables tactiles sont mort-nés de toutes façons ils disparaîtront dans un an et les acheteurs en seront pour leurs frais, mais c’est que mon avis :)

    Pour le fait d’imposer Windows, je ne trouve pas la même machine sans Windows en rayon dans les magasins, c’est normal ?

    Répondre
  • 25 février 2013 - 13 h 04 min

    je n’ai pas été assez précis :
    “Qui a dit que les périphériques d’entrée devaient se limiter à la souris et au clavier ? ”
    C’est mieux dit ?
    Je t’assure que pour bosser sous blender, faire du détourage sur toshop, ou faire défiler des images en plein écran, le couple clavier / souris me parait souvent limité, même si on si fait : multiplier les périphériques d’entrée, c’est multiplier les usages.
    Que pense tu de mon argumentation qui met la responsabilité du malusage du pavé sur le dos des OEM ? Quand j’ai lu qu’on pouvait faire apparaitre la “charm bar” rien qu’en glissant de l’extérieur du pavé, mon sang n’a fait qu’un tour et j’ai révé d’espoir ….
    Et le fait que le futur change le forme des portables ?
    Ce sera plutôt le Yoga de lenovo !!!
    Je peux pas me battre contre l’analogie avec les marteaux ! Il serait dommage de considérer les ordis comme des outils achevés, figés dans le temps, ne prenant en compte aucun apport technologique nouveaux.
    On a bien inventer les vis-clous !

    Répondre
  • 25 février 2013 - 13 h 31 min

    @Klydde: Je ne les considère pas comme achevés mais le tactile n’est pas la solution sur les portables non hybride à mon sens, c’est un gachis de ressources et ce produit l’illustre bien : Le Tactile ici n’apporte rien si ce n’est le support de Windows 8. Windows 8 n’apporte rien de plus que Windows 7 en terme d’ergonomie si ce n’est cette apparition d’un mode tactile. Le serpent se mord la queue.

    Si Asus était resté sur Windows 7 ou si windows 8 n’avait pas eu de mode tactile on aurait eu un écran de meilleure facture probablement un IPS ou une meilleure définition, de l’argent plus judicieusement dépensé à mon goût.

    Répondre
  • 25 février 2013 - 14 h 03 min

    Oui, j’ai compris ton point de vue, que tu rappel périodiquement, et qui prend en compte un surcout que je ne connait pas.
    Pour la charm bar, il me semble qu’on peu s’en passer suivant le périphérique d’entrée. Enfin en tout cas je m’en passe quand je suis sur pavé tactile, plutôt que de m’acharner : touche win pour rechercher, alt+f4 pour arrêter/redémarrer. J’ai donc solutionné le problème en l’ignorant, win8 est redevenu win7 à l’usage.

    ps : tu as peut être déjà parlé du surcout ( réel et en boutique ), quel est son % en moyenne ?

    Anecdote pour passer le temps: Avant l’avènement du tactile partout, il arrivait souvent que les gens touchent les écrans. Pas les utilisateurs, mais les “spectateurs”, ceux qui sont debout à coté et qui regardent ta production : le tactile, c’est pour l’autre !

    Répondre
  • 25 février 2013 - 14 h 55 min

    @Klydde: Les fabricants facturent le tactile suivant les diagonales mais un écran de 11.6″ comme ce vivobook c’est +/- 70$ de capacitif. le passage a lIPS aurait couté +/- 40£…

    Ouai ben j’espère que yaura pas de tactile dans les centrales nucléaire alors :D “Ca fait quoi ce bouton là, OUPS§”

    Répondre
  • 25 février 2013 - 15 h 31 min

    ah ouais quand même, sacrés fabricants !

    Répondre
  • 25 février 2013 - 17 h 13 min

    pour ma part , et pour en revenir a des choses plus materielles, j’au acheté le s200, dont je me sers pour le travail et sutout en interieur.
    La différence avec le disque dur, anemique et son remplacement par un ssd samsung 128 go est incroyable, on a l’impression d’être sur un ultrabook !
    Effectivement il faut faire un peu attention en demontant le chassis en plastique mais ca se fait plutot bien. Pour ma part je suis tres satisfait de cet ordi, meme si comme les ultrabooks, la batteries n’est pas amovile

    Répondre
  • 25 février 2013 - 20 h 29 min

    bonsoir, Merci Pierre pour cet test. Je suis tenté de faire l’acquisition du modèle sous Ubuntu afin d’essayer ce système d’exploitation, mais je crains d’être déçu. Alors, ma question est de savoir si en cas de déception, je pourrai installer W7 à la place? Merci d’avance pour vos réponses.

    Répondre
  • 26 février 2013 - 20 h 50 min

    PS : pour le passage au SSD, pensez au 7mm d’epaisseur max pour le disque dur!
    J’avais 2 vieux SSD ( un sandisk extreme 128go et un Corsair 64Go ) et aucun des deux ne passe… (9mm)

    Sinonbon pc à part :
    -bug du wifi intempestif ( la connexion apparait limitée…puis repart au bout de 30secondes… mise a jour du driver n’a rien changé, obligé de désactiver puis reactiver la carte.)
    -acces au bios compliqué sur certaine version : il faut d’abord booter sous windows 8, faire redémarrer depuis windows, et rester appuyer sur F2…. ensuite se depecher d’activer l’option CSL Lunch et aller dans secure boot et le desactiver

    procedure ASUS :

    1. Enter the BIOS setup menu by pressing and holding F2 key when powering on.(some needs first to boot windows8 and do a restart because of secure boot prevents acces to UEFI bios from a cold boot)
    2. Switch to “Boot” and set “Lunch CSM” to Enabled.
    3. Switch to “Security” and set “Secure Boot Control” to Disabled.
    4. Press F10 to save and exit.
    5. Press and hold ESC key to lunch boot menu when the notebook restarts.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *