Les PC en hausse, les tablettes en baisse, les analystes au milieu

Hé patron, on s’est encore plantés ! Jean-Guy ne sue pas à grosses goutte devant sa boulette lorsqu’il toque à la porte de son chef, l’estimé analyste Jean-Patrick. Il a même le sourire aux lèvres. Ouai j’ai vu, c’est bon ça coco, faut vite réagir.

Jean-Guy et Jean-Patrick sont analystes, ils analysent des chiffres depuis lesquels ils extrapolent d’autres chiffres. En vrai, ils se touchent la nouille toute la journée devant des tableau Excel qu’ils pondent un peu comme ils peuvent à partir de données parfois incomplètes, parfois biaisées, parfois même totalement fantaisistes fournies par leurs clients.

Leur cabinet se plante souvent, il faut dire qu’ils s’en foutent pas mal, ils corrigent leurs expertises avec d’autres expertises qu’ils accumulent non pas pour rattraper le coup mais à la demande des industriels qui foncent tête baissée dans n’importe colonnade de pourcentages habilement entourés d’une mélasse de termes en novlangue marketing.

C’est pour ça que les  deux Jean-quelque chose ont le  sourire, ils se sont plantés et ça va faire du bien à leur business puisque dans quelques heures le téléphone va sonner et les emails vont tomber pour demander non pas des comptes mais de nouvelles études pour savoir quoi faire, bordel de dieu ! Quoi faire face à ce public qui ne sait décidément pas où aller.

 Jean-Guy for the win

Les nombreuses morts annoncées du PC depuis la naissance du PC et en noir la courbe des livraisons…

Parce que voilà, les PC qu’on disait morts et enterrés (encore !) après plusieurs dizaines de mois de baisse constante dans les ventes sont en train de subir un rebond alors que les tablettes promises à un grand avenir  en terme de croissance semblent justement commencer à s’essouffler. C’est à rien n’y comprendre ces trucs là. J’aurais pourtant juré…

Jean-Guy est un adepte du doigt mouillé. Une méthode expérimentale beaucoup pratiquée par ses confrères analystes mais qu’il relativise grâce à la règle de trois. Une des plus vieilles méthode des cabinets d’analyste la règle de trois. Il prend la température et écoute ce qu’il se passe autour de lui. Suivant les sujets, il choisit d’écouter des personnes différentes mais comme il fait partie d’un staff spécialisé dans les nouvelles technologies, il va souvent interroger le vendeur de la Fnac chez qui il n’achète aveuglément qu’une seule grande marque à laquelle lui et son portefeuille sont fidèles depuis toujours. Il discute également souvent avec son beau frère qui à un nouveau Mac chaque année et surtout son fils de 15 ans qui s’y connait drôlement en ordinateurs. Il va aussi surfer sur le net et passe des heures à plancher sur Twitter, Imgur ou Facebook pour être dans le coup. Enfin, il reçoit un truc magique, chaque mois, les chiffres de ventes fournis par les magasins ou les marques, un outil super pratique pour faire son métier. Parce qu’avec sa bonne vieille règle de 3 il peut ainsi estimer le futur.

Bon, évidemment, la louche est souvent très grosse quand il s’agit d’inscrire des chiffres dans les colonnes éloignées simulant les 5 prochaines années à venir.  Quand un produit prends 200% de croissance en 1 an, la règle de 3 impose la même croissance pour les années suivantes et ça finit par faire des colonnes impressionnantes.

Jean-Guy for the win

C’est néanmoins une méthode qui a fait ses preuves dans l’analyse débilitante avec, dans le désordre, environ 50 annonces de la mort du PC depuis sa naissance, la mort des Macs, la mort d’Apple, de Microsoft, d’HP, l’échec annoncé de l’iPhone, l’explosion des PC de bureau jusqu’en 2020, des PC portables jusqu’en 2030, la remplacement des PC du bureau par des portables puis la cannibalisation des portables par les netbooks avec des estimations de 78 millions de netbooks vendus en 2015 (60 millions cette année d’après les chiffres éstimés en 2009 ).

Récemment la règle de trois a  permis d’annoncer au pif les ventes de tablettes jusqu’en 2020 avec un avenir glorieux tracé à la règle dans une croissance d’un optimisme que seule la géométrie rectiligne peut proposer.

En lâchant son papier Jean-Guy s’était bien sur dit qu’il était un peu gonflé de se comporter ainsi avec les chiffres, qu’une croissance liée à un nouveau produit ne pouvait pas être reportée ainsi sur 5, 10 ou parfois 15 ans en informatique, que ça n’avait aucun putain de sens. L’avant iPhone leur avait pourtant foutu en l’air toutes leurs estimations de règne sans partage de Nokia et Ericsson et toute la clique du pré-smartphone. L’avant Android avait fait marrer Symbian et Microsoft également, les poches fourrées d’analyses les donnant gagnant dans un plan décennal à faire frémir tout nostalgique de l’URSS. Ça ne les a pas empêchés d’avaler une grosse douche froide quelques années plus tard. L’arrivée des netbooks avait joué au bowling dans leurs colonnes Excel de résultat de Chiffre d’Affaires et je ne parle même pas du cas de l’iPad.

Jean-Guy aurait pu écouter l’histoire du type qui demande à son empereur de le récompenser en multipliant par deux les grains de riz ,case après case, sur un échiquier pendant son cours de math ou de philo. Et comprendre que si le nombre de grains atteint 18 446 744 073 709 551 615 unités à la 64eme case, c’est peut être un peu problématique d’ériger cette méthode de croissance d’une année sur l’autre de manière exponentielle comme il le fait sur tout et n’importe quoi. Mais Jean-Guy n’écoutait pas vraiment ce que disaient ses profs en cours, à l’époque. Il était déjà occupé à analyser les probables questions du prochain contrôle pour les refiler à tous ses camarades qui voulaient bien l’écouter.

wearables

Récemment encore un des potes de Jean-Guy de l’étage du dessus a signé un Pédéaif accumulant les objets connectés par dizaines de millions de ventes et des deltas allant du simple au sextuple en 2018 suivant l’angle “conservateur” ou “optimiste” que vous voulez suivre. Du Grand Art. Evidemment le collègue a oublié au passage que le Homo Geekitus n’allait pas forcément cherché à avoir 50 machines Wifi ou bluetooth sur lui pour signaler l’arrivée d’un Tweet. Ce brave petit consommateur, si il craque déjà pour une montre ou un smartphone, il ne pétera pas forcément son PEL pour un vêtement connecté, un bijou connecté, des lunettes connectées, un casque de moto connecté ou n’importe quel autre bidule connecté qui lui pokera le cul en 4G pendant qu’il restera collé à un inconnu, coincé dans une rame bondée du métro.

Bref, Jean-Guy et ses potes analystes sont payés pour mesurer l’ambiance technophile “grâce à une veille active constante” comme l’indique le site web de sa boite. A partir de ces chiffres, il fait des tableaux Excel et applique sa fameuse règle de trois. Et quand son Big Boss, Monsieur Tiep, le croise au meeting annuel des consultants et analystes du groupe, cet honorable bonhomme lui donne chaque année un de ses fameux coups de coude en l’appelant Jean-Geek.

Et notre Jean-Guy rosit de bonheur d’être ainsi reconnu pour ses mérites, pour sa spécialité. Même si ça fait 5 ans que c’est la même vanne moisie au préalable dictée par  son assistante. Bien sûr, il sait très bien que ses chiffres sont bidons, que c’est un gros peigne cul dans la grande chaîne humaine des peignes-culs de la vie. Mais après tout, il est bien noté par son supérieur, sa boite se fiche pas mal de l’exactitude des chiffres qu’il prédit, ce qui compte c’est qu’ils arrivent à les enrober suffisamment bien pour les vendre encore et encore.

Cette longue introduction défoulatoire pour vous parler de 2 études qui viennent contredire les précédentes mais qui n’empêcheront pas Jean-Guy de dormir.

tablettes

La courbe de croissance des ventes de tablettes est en baisse.

Nan ? T’es sur ? L’info vient de DisplaySearch, un cabinet d’analyste du groupe NPD, qui constate que ce premier trimestre 2014 montre les premiers signes de faiblesse de croissance sur ce marché. Pas besoin d’être un génie pour comprendre, les tablettes se sont vendues comme des petits pains pendant des années depuis la sortie de l’iPad. Désormais le marché est un peu plus saturé et même tata Jeanine à un Kindle Fire. Aussi vendre une tablette à quelqu’un qui a déjà une tablette s’avère plus difficile que prévu.

Surtout quand, au final, on a la franche impression que certains constructeurs se sont bien marrés à nous vendre n’importe quoi sans suivi ni conception solide de leurs produits. Des tablettes au kilo, souvent plus conçues pour être vendues que pour être utilisées. (Un peu comme les analyses tiens…).

Polaroid iM1836

Je ne parlerai pas des constructeurs qui vous promettent l’évolutivité de leur engin, la main sur le coeur, et qui renient finalement leurs promesses en parlant de problèmes techniques et vous qui vous retrouvez avec un Android tout moisi sur une tablette atteinte de progéria fulgurante. Je ne citerai pas les margoulins qui osent vous vendre des daubes infâmes à base de processeurs sortis des labos en 2004, tablettes sous alimentées en RAM et livrées avec un écran pas assez bon pour une console chinoise vendue à la sauvette au touriste de passage. Le tout honteusement maquillé, avec la complicité de la grande surface qui l’empile en tête de gondole, par une marque jouant sur une réputation passée et qui vient violer votre porte monnaie avec un sourire de surface uniquement là pour cacher une absence totale d’innovation.

Les tablettes en marque blanche se vendent moins bien que prévu d’après les analystes, ah ben ouai mon grand, quand les supermarchés livrent avec leur tablette un paquet de Kleenex et une boite d’anti-dépresseurs , on finit par se demander si il n’y a pas anguille sous roche.

Non seulement le marché commence à saturer méchamment mais nombreux sont les acheteurs qui ne tomberont pas deux fois dans le même panneau.

col-ti2500

Déplacement de la colonne.

On nous explique également que les phablettes, qui réunissent l’usage du smartphone et celui de la tablette dans le même objet, pourraient faire dévisser le marché traditionnel des écrans tactiles pour glisser leurs ventes dans la catégorie des smartphones. Autrement dit, le marché ne bouge pas tant que ça, les gens achètent en fait toujours certains produits mais ça ne rentre plus dans la même case sous mon tableur. J’en conclus donc un un tassement du segment. Sérieusement ? Oui, sérieusement. Merci pour l’analyse.

Enfin, on nous indique qu’un risque existe que le renouvellement des tablettes dépasse les 2 années et que les millions de gogols que nous sommes pourrions arrêter d’acheter un nouveau produit tous les 6 mois parce qu’un autre, plus mieux, est sorti. Ah ben tu m’étonnes qu’on va arrêter, non seulement on n’a pas vu de vraie différence entre les tablettes de 2013 et celles de 2014 en terme de performances mais surtout, on se demande encore à quoi ces nouvelles perfs pourraient bien servir ? Y a pas de nouveaux jeux 3D, seul élément où la nuance se voit, ça fait combien de temps qu’on se coltine Asphalt ou Dead Trigger pour parler de 3D ? Les applis exploitant vraiment le potentiels des nouvelles puces se comptent sur les doigts de la main…

Jean-Guy for the win

Les ventes de PC remontent

Analysé comme un remous conjoncturel lié à la  fin du support proposé pour Windows XP, les ventes de PC et de portables en particulier, se seraient stabilisées au second trimestre. Et IDC, le même cabinet d’analyse qui avait annoncé un marché toujours dans le rouge le plus total en 2014 de se rattraper aux branches en estimant finalement une stabilisation.

Un boulot peinard en fait, j’annonce quelque chose qui s’avère finalement être de la merde et je sors un correctif quelques mois après en déclarant autre chose. Elle est pas belle la vie ?

Les PC remontent donc car, comme je le martèle depuis des années, les netbooks, les portables, les smartphones et les tablettes n’ont pas le même objectif ni le même usage. A chaque fois que j’écris ça, je me tartine quelques commentaires de lecteurs qui expliquent que eux, depuis qu’ils ont une tablette, ils n’ont pas allumé leur PC. et c’est probablement vrai, pour consulter une page web aujourd’hui, vais-je regarder sur ma tablette qui va se réveiller instantanément et me donner l’info ou allumer mon PC qui mettra au bas mots 30 fois plus de temps à m’offrir la même info ?

pc

Ce scénario là tient debout, mais il tient debout avec une nuance importante, les gens qui expliquent ne plus allumer leur PC en ont justement un de PC. Et le jour où on leur dit que si ils se servent de leur PC sous XP ils peuvent avoir des problèmes, ben, ils se rendent compte que finalement c’est pas si mal d’avoir un micro ordinateur classique, avec une souris, un clavier, qui peut imprimer des trucs sans se prendre la tête et qui servira de toutes façons à la rentrée lorsqu’il faudra chercher du boulot, bosser à la Fac, réviser ses cours ou plus simplement monter le film des vacances ou trier les 4600 photos numériques shootées pendant ce joli mois d’Août..

vente-portables-tablettes

Les vases communicants

Enfin il existe une donnée importante dans toutes ces analyses croisées. Le pognon. Le Pognon qui ne pousse pas sur les arbres à priori, et qu’on doit donc gérer du mieux que l’on peut pour le faire durer du mieux que l’ont peut. Et là se joue le grand jeu des vases communicants. Si mon PC doit être changé parce qu’au premier boot sur le net avec mon engin sous XP je risque de me retrouver assailli d’attaques pirates en tous genres, j’aurai moins de pognon pour acheter autre chose.

Et bizarrement, j’ai la très nette impression qu’au sein d’une famille, le PC familial a finalement plus d’importance que la tablette personnelle. Il faut remplacer le PC parce que c’est le PC qui scanne les documents réclamés par les 50 instances administratives pour préparer la rentrée. C’est le PC qui saura les imprimer et c’est le PC qui recueille les informations de toute la famille.

Tout ce bon pognon part donc du côté des PC en ce moment, parce qu’il a la priorité. Et peut être aussi parce que finalement les tablettes Windows 8.1 sont vendues au même prix voire moins cher que des tablettes Android.

Le problème de ces vases communicants est qu’il a été volontairement mal interprété par beaucoup. D’un phénomène économie et de mode on a fait un phénomène idéologique. Ces mêmes analystes qui expliquaient que les gens ne voulaient plus de PC le faisaient en pianotant sur un PC pour des gens qui lisaient des news écrites sur des PC depuis leur PC du bureau. Beaucoup lisent désormais également sur tablette et smartphones mais ne le font que parce que ces écrans là sont également dans leurs vies.

On se fout pas mal de l’idéologie derrière tout cela, je suppose qu’il y a très très peu de gens assez bornés pour se définir comme anti tablette ou anti portable avant tout. Surtout si ils ont les moyens de s’offrir les 2. Les gens ne réfléchissent pas comme cela. Les gens achètent, suivant leurs besoins, l’outil qui correspond à leurs attentes avec l’argent dont ils disposent. Les vases communicants jouent à plein ici avec un budget qui n’est pas sans limite.

tablettes

Que conclure ? La tablettes vont arriver à un plateau de croissance logique, leurs ventes vont se ralentir parce que tout le monde sera équipé et à moins d’un vrai gros changement technologique – ou d’être un vrai geek- , les gens équipés cette année n’auront pas besoin de tablette avant un bon moment.

Les objets connectés vont probablement prendre le relais un certain temps (probablement très très court) et le grand public comme les entreprises commenceront un renouvellement de leur parc de PC à cause de la fin du support d’XP mais également à cause d’engins qui s’annoncent plus performants en proposant enfin un autre niveau de confort avec des définitions de dingues, des processeurs et des stockages plus discrets et la popularisation de nouvelles technologies comme la réalité virtuelle qui va finir par pointer le bout  de son nez.

Prévoir 4 ou 5 ans à l’avance en informatique tient plus de l’astrologie ou du Chamanisme que d’autre chose.

Bien sur, il peut y avoir demain un gros changement dans ce petit monde, un nouvel acteur ou une annonce qui change totalement les données et offre pour les prochains trimestres à venir un nouveau battage de cartes. Prévoir 4 ou 5 ans à l’avance en informatique tient plus de l’astrologie ou du Chamanisme que d’autre chose. C’est ce que nous a prouvé l’apparition de l’iPad, avec l’inattendu monde des  netbooks et bien d’autres choses encore.

66 commentaires sur ce sujet.
  • 12 juillet 2014 - 11 h 52 min

    “Ya pas de nouveaux jeux 3D, seul élément où la nuance se voit, ça fait combien de temps qu’on se coltine Asphalt ou Dead Trigger pour parler de 3D ?”

    Ha ha c’est exactement ça. La sortie d’un mobile plus puissant que le précédent est invariablement accompagné d’une nouvelle version d’Asphalt en attendant la prochaine. C’est minable.

    Bref, je me demande toujours à quoi servent les analystes au sein d’un système dans lequel la demande est régies par le marketing. On a dit aux gens qu’il fallait acheter une tablette, ils l’ont fait, et maintenant il prennent conscience, bah, qu’un PC c’est moins fun, mais tout de même plus pratique.

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 11 h 53 min

    Qu’est-ce que c’est long, mais alors qu’est-ce que c’est bon! :)

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 11 h 57 min

    en effet, la tablette c’est bien en voyage ou dans le canapé mais pas pour bosser.
    d’ailleurs c’est facile, si ca a un ecran brillant, ce n’est clairement pas fait pour bosser…

    taper sur un vrai clavier avec un ecran de grande taille (voire 2) et un pointeur rapide c’est quand meme plus confortable.
    et surtout ne pas avoir a recharger toutes les 5 minutes…

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 11 h 59 min

    Voilà le genre de billet que j’adooooore lire sur Minimachines :)

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 12 h 11 min

    Beaucoup d’argot utilise dans ce billet … on sent que notre très cher Pierre en a gros sur la patate de ces analystes fumeux. :-)
    En tout cas merci, ca fait très plaisir de lire un article de fond intelligent !

    Cela me fait penser a nos “experts” en économie (ils ne sont pas “analystes” car ils se sont auto-proclames “experts”) qui en Decembre 2013 prévoyaient une croissance de +2.3% aux US pour le 1er trimestre 2014 … or le résultat exact, revele il y a 1 mois, s’est avere être une “croissance negative” (dixit nos experts français) de -2.9%. Bravo a eux !

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 12 h 34 min

    Pertinence, humour, maîtrise du sujet, de la langue et de ses registres : que de talents, pour nous lecteurs de minimachines ! Merci donc (de la part d’un lecteur dont c’est le métier de pondre du texte à longueur d’année) !

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 12 h 40 min

    Excellent Pierre ! Comme dit Cyberfox c’est bon et c’est long….mais c’est bon !
    Mais, est ce que ça va mieux, maintenant que tu as vidé ton sac :-))) ?

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 12 h 42 min

    Tiens, c’est marrant, pourquoi on disparu le résumé qui en quelques lignes sous le chapeau permettait de s’affranchir des lecture &ventuellement fastidieuses…

    C’est comme le déballage des paquets de marchandises High-Tech occupant la moitié des vidéos de test(Zzzz… Zzzz…)… Ya pu ? :-)

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 12 h 47 min

    Tres bon article.

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 12 h 55 min

    C’est vrai que j’ai succombé comme tout le monde à l’appel des tablettes (effet de mode oblige…), mais au final elle reste dans un coin de mon bureau à prendre la poussière…
    En effet, ma tablette (LG Gpad), mis à part un plus grand écran, en fait beaucoup moins que mon smartphone (G2) : impossible de passer un appel, pas de 3G en déplacement et plus encombrant. Bref je trouve les tablettes carrément inutile quand on a un smartphone de qualité.

    Et que dire des tablettes comparés à un vrai PC… et bien c’est hyper limité et très inconfortable. Rien de mieux que de surfer sur le web avec un vrai écran et une vraie souris à molette. La encore la tablette ne propose que l’atout de l’encombrement en sa faveur.

    Donc les tablettes, c’est vraiment l’objet purement marketing par excellence, créer de toute part par l’industrie HighTech et qui n’apporte strictement rien pour l’usager. Le truc bien inutile qu’ils ont su vendre par million car ça fait “hype” d’en avoir une !

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 13 h 05 min

    Bravo pour ce gros travail et entièrement d’accord.

    je n’ai jamais cru une seule minute à la disparition du PC, que ce soit dans mon entreprise (mon métier) ou à titre perso, la tablette ne peut remplacer le PC. A la rigueur, ils peuvent se marier, quand je vois une tablette avec un clavier voire une souris et bien justement, je sourie.

    La seule vraie chose qui m’interpelle c’est le Portable avec écran détachable en tablette nomade, probablement le bon compromis hybride.

    De toutes façons, les industriels ont besoin de produire, alors les form-factor jouent des coudes à tour de rôle.

    Je me sert de mon PC fixe (je suis joueur aussi), en déplacement j’emmène mon netbook et dans la journée ou en canapé,ma phablette fait le reste.

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 13 h 09 min

    Aussi marrant qu’intelligent ! Je crois qu’il n’est pas possible pour les fabriquants de survivre sans prévison. C’est un peu comme de l’oxygène pour eux. S’ils n’ont pas de prévison, ils ne savent pas où aller, quoi faire. C’est une sorte de mal nécessaire.

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 13 h 34 min

    LoL un poil long j’ai décroché par moment, mais pas à la fin (^_^)

    A mon avis, la tablette c’est un effet de mode, il y a un côté pratique certe, car c’est très mobile, mais c’est un produit très limité et franchement pas érgonomique, faire du traitement de texte sur une tablette j’attend de voir les résultat sur les doigts avec le médecin de travail.

    autre données a prendre en compte la durée de vie d’un PC est largement supérieur, Intel étant seul sur le marché il ne foule plus pour nous sortir des processeurs de plus en plus en plus performant.
    Au mieux il améliore la conso, donc a part pour jouer et encore dans 80% des cas il suffit de changer la carte graphique pour redonner vie, là encore vu qu’il n’a pas été nécessaire pour une majorité de personnes de remplacer le PC famillial qui encore bon pied bon oeil, le budget à été utilisé dans une tablette par exemple.

    Le PC ne peu disparaitre, comment un produit aussi puissant qu’un PC et qui se trouve à des annéees lumière d’une simple tablette ou console pourrait disparaitre…

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 13 h 47 min

    @Benjamin: Il ne faut pas faire de généralité en se basant sur son utilisation.
    Si pour certain ca ne sert à rien, prend la poussière et n’a été qu’un effet de mode, pour d’autre ça a “changé” (ou leur a permis enfin) de pouvoir surfer comme il le souhaite.

    Perso, à part pour télécharger et gérer ma bibliothèque itunes, mon pc ne me sert plus du tout (surf, jeux, vidéos, mails, tv, même traitement de texte perso sont fait sur ma tablette Android).

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 13 h 57 min

    @Benjamin: Je suis dans le même cas, j’ai un pc fixe, un portable, une tablette, et un smartphone. Eh ben, résultat, la tablette ne me sert à rien. En fait elle me sert uniquement pour quand je prends l’avions pour mater des séries. Donc je vais la revendre avant qu’elle perde de la valeur.
    Pourtant je m’acharne, ça doit bien être la 6ème tablette que j’achète, mais qu’au final je revend car j’en ai aucune utilité.
    Mon pc portable est puissant, rapide, et sort de veille aussi rapidement que la tablette, tout en offrant un confort à des années lumière de la tablette.

    La seule chose qui m’attire, c’est la nouvelle Surface Pro, mais c’est cher, et je sais pas si elle est facile à revendre si jamais elle ne me plait pas.

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 14 h 01 min

    Pas trop fan du long préambule. Ensuite pour le reste c’est vraiment un billet intéressant basé sur une réflexion assez simple et totalement dans le vrai.
    C’est en autre pour ce genre d’article que j’aime beaucoup ce site.
    Je l’ai découvert en cherchant des infos sur l’asus T100, que j’ai acheté et dont je suis satisfait sans avoir eu de mauvaises surprises grâce au test que j’avais trouvé complet.
    Personnellement je n’ai pas pu complétement céder à l’appelle des tablettes, je ne supportais pas trop l’idée de perdre la productivité liée à un clavier physique.
    Ma T100 n’est pas vraiment un pc, pas vraiment une tablette mais c’est ce dont j’ai besoin quand je n’ai pas envie de me trainer le gros portable du boulot + mon portable perso quand je pars à l’étranger, d’autant que cet hybride fait le boulot presque aussi bien que mon Pc Portable (incomparable avec mon Pc de bureau par contre).

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 14 h 08 min

    @MaxiMachinChose: Ca me saoulait les résumés au final. Quand aux déballages, ça n’a jamais été ma tasse de thé.

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 14 h 20 min

    Excellente analyse !
    Je prédis une longue vue au phoenix minimachines et à son grand prêtre.

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 14 h 47 min

    Excellent! J’adore l’introduction défoulatoire!
    Et l’article est très bon lui aussi :)

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 14 h 58 min

    Effectivement réfractaires à la tablette j’ai pris une yoga 8 (3mois) elle est pratique en tenue et en autonomie je n’ai plus allumé mon pc depuis que j’ai formulé quelques tableaux excel équipé d’un nas et d’une imprimante scanner hp ça roule avec vuescan apk.
    Pour l’encodage j’ai été surpris par les outils ex :ffmpeg encoder, qui m’on permis d’encoder un truc complètement exotique.
    quelques exemples encouragent et si microsoft avez raison ?

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 15 h 59 min

    Excellent. Le genre de billets dont je me délecte. Merci Pierre!

    Pour le fond, effectivement, je n’ai jamais cru non plus à la mort du pc; en tous cas pas au profit des tablettes.
    Un élément intéressant pour certaines usages mais qui se trouve au final toujours en position bancale entre la smartphone/phablet et le pc. Un device sympa et amusant mais nullement indispensable alors que tout le monde ou presque voit la nécessité d’avoir un téléphone et un pc, vite indispensable pour des tâches “sérieuses” comme tu l’expliques.

    Quant aux Jean-MichMuche, j’espère qu’ils liront ceci ;)

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 16 h 47 min
  • uko
    12 juillet 2014 - 16 h 51 min

    Excellent article, merci Pierre ! :)

    C’est une évidence: dans l’état actuel des choses, une tablette Android ou iOS ne peut pas remplacer un PC.

    J’adore les tablettes et j’en possède plus que je n’en utilise, mais même en voyage je ne m’en contente pas: Mon ultrabook m’accompagne partout. Gestion de fichiers, édition de documents, communication écrite, surf internet multi-onglets efficace… sans être une station de travail dual screen, il reste infiniment plus confortable qu’une tablette pour ces usages.

    Les tablettes restent parfaites pour les transports: Pour prendre un exemple récent avec le voyage au Québec dont je viens de rentrer (plus de 18h de transports à chaque trajet), ma Note 8 accompagnée de la batterie ROMOSS (merci Pierre) et d’une microSD 64GO m’a tenu compagnie de manière magistrale: Lecture de vidéos, d’e-books, petits jeux et consultation rapide internet/mail, le tout dans un format à la fois pratique et confortable. Parfait pour cet usage.
    Mais une fois arrivé à destination et posé à proximité d’une prise, l’ultrabook a repris le rôle de machine principale, y compris celui de la gestion des fichiers de la Note et de mon Smartphone, ainsi que d’interface entre ceux-ci et mon DD externe 2.5″.

    A l’avenir, peut-être qu’une combo-tablette sous Windows remplacera ces deux machines. Mais dans quelle catégorie rentrera-t-elle ? Probablement celle des PC, j’imagine. Voilà qui risque d’être ennuyeux pour les statistiques de ventes de “tablettes”.

    Répondre
  • uko
    12 juillet 2014 - 16 h 59 min

    @romain:
    M’enfin, c’est la faute à la météo on te dit. Tu verras l’année prochaine, ça ira beaucoup mieux ! Tout comme pour le chômage en France.
    D’ailleurs, ma banquière bien renseignée m’a affirmé en début 2008 que la crise était derrière nous, et que c’était le meilleur moment pour investir les yeux fermés sur leurs fonds en actions.

    La seule chose qui m’intrigue, c’est que ces fameux experts/analystes aient encore un minimum de crédibilité auprès de leur industrie. Les décideurs sont-ils tellement déconnectés du monde réel pour ne plus savoir fonctionner sans des chiffres qui ont prouvé leur manque de fiabilité à de nombreuses reprises ?

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 17 h 24 min

    Billet très distrayant Pierre, de quoi occuper (un peu) des vacances hélas bien pluvieuses, quasiment sans interruption depuis une semaine: Evitez les Alpes cette année!

    Ce que je ne comprends pas, c’est qu’avec un taux d’erreur digne du pile ou face, les marques continuent de payer ces glands pour leurs études, qui le leur fourrent bien profond au final, leur doigt mouillé… voire autre chose!

    Ca défoule, mais au fond, les plus cons ce sont ceux qui vendent de la merde-prévision en barre, ou ceux qui l’achètent?

    On peut se poser la question des rétro-commissions données par ces fumeux analystes à leurs CEO généreux donateurs des fabricants d’électronique grand public? Il doit y avoir des green fee qui se perdent, pas pour tout le monde… ou des semi-remorques de champagne à la nouvelle année pour s’en remplir la piscine et s’y coller des “doigts mouillés” en couronne.

    De quoi énerver, aussi, les employés de ces boites.

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 17 h 44 min

    Excellent!

    Il ne faut pas oublier les frangins de Jean-Guy.
    Certains travaillent dans l’industrie et ont inventé l’obsolescence programmée et pas uniquement pour les tablettes.
    D’autres sont journalistes ou bloggers et répètent à l’envi tout ce qu’ils entendent ici ou là.
    Quelques autres sont économistes, sondeurs, experts de tous poils et expliquent ou mettent en équation tout ce bon monde.
    Et les frangines de Jean-Guy qui bossent à la télé n’ont plus qu’à puiser l’actualité dans ce merveilleux Net, devenu le plus gros amplificateur de la bêtise humaine de tous les temps…

    J’adore la technologie mais de plus en plus souvent, j’aimerais disposer de la télécommande de Snake Plissken pour remettre un peu de silence dans cette société en perdition.

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 17 h 49 min

    C’est dingue ça, personne à penser à souligner (analystes y compris, mouarf) que la Full-Hd c’est quand même + sympa sans trâces de “dôagts” partout…

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 18 h 56 min

    Eh bien voilà ! Enfin enoncé clairement ce qui va de plus en plus mal dans l’industrie informatique.
    Quand celle ci commencera à se préoccuper des vrais besoins et désirs de ses clients plutôt que d’essayer de leur faire les poches par tous les moyens, on aura peut être moins de gaspillage et une gestion plus simple de nos divers appareils.
    Sinon, Pierre, n’hésite surtout pas à te défouler de temps en temps, c’est un plaisir de te lire !

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 19 h 22 min

    Très bon billet. Étant moi-même consultant en consulting, j’ai apprécié l’intro à sa juste valeur ;)

    J’ai cependant du mal à voir le rapport entre la fin du support d’XP et le remplacement des PC. Mme Michu n’est absolument pas au courant de la fin du support d’XP AMHA.

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 20 h 47 min

    L’article du samedi, c’est l’article qui casse!

    L’inédit, le nouveau style, la mode, ces choses qui a priori sont loin du point de vue que les technophiles ont sont sûrement à l’origine de la plupart des achats des consommateurs lambda. On veut avoir l’air aussi cool que l’autre d’en face avec son écran lumineux super fin affichant pleins d’animations dynamiques de toutes les couleurs. On s’en fiche de savoir si c’est vraiment utile ou non, on veut juste une chose, faire partie des gens cool qui savent se montrer. Parce que sortir un livre de poche au lieu d’un smartphone aujourd’hui, c’est pas très “stylé”. Un livre c’est terne, ça sait rien faire, c’est carrément nul.

    Sortir un PC portable 15 pouces qui pèse plus de 3 Kg en class au lieu d’un netbook super fin et léger, c’est carrément nul aussi.
    Sortir un netbook 2011 dépassé au lieu d’une tablette transformable sexy, c’est plus que carrément nul.
    Et ainsi de suite…

    La mode, je vous le dis, ce n’est pas uniquement pour nos vêtements!

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 23 h 52 min

    L’article est sans aucun intérêt, sauf éventuellement flatter un peu son égo et celui de ses lecteurs en se persuadant que “les autres” (ici les analystes) font un boulot inutile, dénudé de tout fondement, foncièrement malhonnête, etc…

    Et évidemment que tous les commentateurs vont naturellement tirer sur l’ambulance, par facilité, par envie de se payer ‘une tête de turc’, etc…

    Bref, le même cheminement de pensée primaire que le très classique ‘mon supérieur hérarchique est mauvais’: a la fois une façon de se positionner comme capable, car capable d’émettre un jugement sur sa compétence à lui, et ensuite ‘meilleur’, puisqu’on aurait démontré le Saint Graal de la réponse parfaite avec ce que cet “autre” n’a pas su voir alors que c’est une “évidence” pour soi.

    Bref, du complexe de supériorité dans toute sa splendeur.

    La vérité, c’est que s’il a fallu user d’autant de caricature pour dénigrer ce que vous vouliez dénigrer, c’est que manifestement la réalité des choses est sans doute beaucoup plus complexe.

    PS: dois-je le préciser pour les adeptes du préjugé, je n’ai aucune accointance particulière pour le métier, aucun intérêt d’être pour ou contre leur boulot, sa sincérité, son éthique ou son utilité. J’abhorre juste cette bêtise humaine malheureusement trop répandue qui consiste à salir le voisin pour se sentir un peu mieux soi-même.

    Répondre
  • 12 juillet 2014 - 23 h 57 min

    @brazomyna: “Bref, du complexe de supériorité dans toute sa splendeur.
    La vérité, c’est que” /o/

    “J’abhorre juste cette bêtise humaine” & “qui consiste à salir le voisin pour se sentir un peu mieux soi-même” Re /o/

    Répondre
  • 13 juillet 2014 - 0 h 14 min

    Il y a vraiment des gens qui ont pensé a la mort du PC? faut être sérieux 5 minutes..

    Répondre
  • uko
    13 juillet 2014 - 4 h 27 min

    Outre le fait que tu as réussi dans ton propos à dénigrer ton propre message (bien joué), je comprends et partage le fond de ta pensée sur le respect de l’intelligence d’autrui. Et c’est bien ce qui me laisse perplexe sur le fait que ce genre d’analystes puissent rester crédibles en affichant un taux de fiabilité aussi faible.

    Pour suivre l’actualité informatique depuis une quinzaine d’années, j’ai comme Pierre vu de très nombreuses spéculations d’analystes et experts en tous genres, dont les prédictions se sont révélées parfois vraies (rarement sur le long terme), souvent évidentes, mais aussi régulièrement fausses, voire aberrantes.

    Je ne sais pas grand chose de la manière dont ils travaillent mais le résultat me semble très aléatoire, et le critère “fournir des informations fiables” semble moins important que “sortir des prédictions à tout prix”. Comme Pierre, je soupçonne que les analystes soient des experts en statistiques plutôt que du sujet qu’ils analysent, déviance malheureusement courante dans beaucoup de milieux professionnels.

    Le phénomène semble être le même dans le milieu des analyses financières, domaine dans lequel il est possible de trouver des prédictions sur tout et son contraire, sans qu’une voix ne fasse preuve d’une fiabilité sensiblement plus élevée. Ça serait trop simple.

    Répondre
  • 13 juillet 2014 - 10 h 00 min

    Chapeau l’artiste pour ta prose et ton analyse critique que l’on ne retrouve pas sur les autres sites geeks.

    Répondre
  • al
    13 juillet 2014 - 10 h 07 min

    Je n’ai rien à dire sur la non mort du PC et le plateau des ventes pour les tablettes. Ils étaient tous les deux prévisibles et les deux cohabiteront tant qu’il n’y aura pas de saut technologique.

    Je suis par contre mal à l’aise avec l’introduction qui me semble céder à la facilité. Je ne peux assurer qu’aucun analyste n’utilise la règle de trois mais il est plus probable qu’ils utilisent des modèles plus compliqués tenant compte des ventes passées et probablement aussi des ventes d’autres objets.
    Quand un analyste, j’ai vu un commentaire parler de statisticien, donne un chiffre, il le donne avec une marge d’erreur. Celle-ci explose tout le temps quand on prédit quelque chose de plus en plus loin dans le futur et utiliser une valeur à deux ans voire plus se fait tout aussi efficacement avec un doigt mouillé quand on a un recul de 4 ou 5 ans (apparition des tablettes). Cela ne veut pas dire qu’on applique une règle de trois.
    Enfin, ces gens trouvent encore des contrats car ils ne se trompent jamais: ils fournissent les intervalles de confiance de leurs prédictions et à 5 ans elles contiennent forcément les bonnes valeurs vu les marges d’erreur qu’on obtient.

    Désolé, j’aime beaucoup ce blog mais il faut arrêter de taper sur des gens qui donnent des chiffres. Pour rappel, quand Le Pen est arrivé au second tour de la présidentielle en 2002, les instituts de sondage indiquaient que les trois premiers premiers pouvaient passer au second tour mais les journalistes s’étaient contentés de donner les prédictions sans les marges d’erreur. C’est pareil ici.

    Répondre
  • 13 juillet 2014 - 10 h 14 min

    ouh la belle quenelle ^^ j’adore ces articles longs mais croustillants ;)

    @brazomyna: il en fallait bien un comm de ce genre, c’est de bonne guerre…

    Répondre
  • 13 juillet 2014 - 11 h 15 min

    @uko: Dans l’absolu je sais pertinemment que le métier d’analyste est un vrai métier, le trait est grossi ici pour l’humour et l’humour pour dédramatiser le propos.

    Le truc qui me gène et qui me gênera toujours c’est la prévision de chiffre sur 10,5 ou même 2 ans sur un marché comme l’info ou des prévisions sur 3 mois sont souvent totalement à côté de la plaque.

    Il ne faut pas être devin lorsqu’à l’annonce d’un iPad tu prévois l’embellie d’Android et des ARM. Il faut être taré pour annoncer 74 millions de netbooks vendus sur 1 an à 5 ans de distance. L’info, la techno en général, est un domaine où tout va trop vite pour établir des chiffres a 2 ans.

    C’est ce qu’il me fait dire que certains sont passé du rôle d’analystes à celui de marketeurs. On annonce les chiffres commandés par son client avec une idéologie. Pas des annonces basées sur des analyses fiables vu que les chiffres n’ont rien de fiable. En gros, si Intel commande une analyse on aura de la brosse à relui pour les PC x86. Si c’est ARM ce sera autre chose.

    Je dis souvent que les marques et les concepts infos ne sont pas gravés dans le marbre et qu’aucune marque n’est à l’abri d’une mauvaise décision. Agfa, Palm ou Nokia me donnent raison, la techno tourne trop vite pour prévoir la mort de ces groupes et jamais un analyste ne peut voir ces déchéances à plus de quelques mois.

    Répondre
  • 13 juillet 2014 - 11 h 20 min

    @uko: Perso j’ai lu ceci en considérant qu’il y avait, sous-entendu, une grosse part de caricature là-dedans.

    Il me semble logique que si tous ces prévisionnistes travaillent encore aujourd’hui c’est parce qu’au delà des grosses tendances que reprennent les médias populaires, ils réussissent à être beaucoup plus précis (les statistiques sont une science assez précise, selon les intervalles de confiance comme tu l’explique) sur des études plus pointues et détaillées et c’est probablement celles-ci qui intéressent leurs mandataires… Et ces analyses-là ne sont pas publiées et restent secrètes car à la source de nombreuses décisions stratégiques d’entreprises…

    Maintenant la façon de présenter tout ça de Pierre est amusante et intéressante à la fois car le gros travers de la chose c’est surtout l’exploitation des chiffres qui en est faite et nul doute que Jean-Machin et Jean-truc ne sont pas les statisticiens mais les commerciaux qui vendent des conclusions très extrapolées pour faire entendre aux clients ce qu’ils ont envie d’entendre (sondages politiques en faveur de X, tendance commerciale favorable à la marque Y…)

    Répondre
  • 13 juillet 2014 - 11 h 38 min

    Félicitation ! Un démarrage en fanfare, entre Coluche et Desproges. Une suite un peu plus calme, mais toujours avec un fond bien pensé et pertinent.

    … et surtout, surtout, une approche dépassionnée malgré la forme hilarante.

    Répondre
  • Neo
    13 juillet 2014 - 14 h 02 min

    @Benjamin:

    Tout d’abord, je voudrais dire que j’ai bcp aimé l’article de Pierre. Il me semble qu’il y a un rapport avec la bataille “acheter par effet de mode” versus “acheter ce dont on a besoin et on va vraiment utiliser”.

    Puis, en lisant ce commentaire de Benjamin, je retiens la ressemblance avec mes choix personnels. Pour moi (je dis bien pour moi) le nécessaire à l’heure actuelle reste toujours un téléphone mobile (j’ai même pas de Smartphone encore) et un ordinateur portable/ netbook.

    PD:

    Je signale netbook parce que j’ai connu son arrivée à l’époque grâce à Blogeee (un grand merci, Pierre) et le netbook 10 pouces a été pour moi le format idéal.

    Une chute malhereuse de mon Asus Eee PC 1001 PX + la manie de “tuer” les netbooks + l’arrivée de W8 m’a fait passer à un Samsung ATIV Book 9 Lite de 13 pouces mais je regrette toujours mon ancien compagnon de voyage.

    Répondre
  • Neo
    13 juillet 2014 - 14 h 03 min

    @sakaro:

    Entièrement d’accord.

    Répondre
  • 13 juillet 2014 - 16 h 09 min

    Excellente analyse que j’aime beaucoup.Encore une fois bravo

    Répondre
  • 14 juillet 2014 - 0 h 21 min

    @CyberFox: t’aurais dû prendre un pseudo plus évident au niveau du “genre” lol… Plus sérieusement merci pour cette analyse Pierre, c’est à se demander si tu dors…

    Répondre
  • 14 juillet 2014 - 3 h 21 min

    Moi j’ai une technique infaible pour forcer au renouvellement des PC:

    Win 95
    Win 98
    Win 2000
    Win xp -> renouvellement massif des PC
    win Vista
    Win 7 -> renouvellement massif des PC
    Win 8
    Win 8.1
    Win 9 -> renouvellement massif des PC

    Bref, il suffirait que Windows sorte un bon OS tous les 1 ou 2 ans (1 ans comme les mac) et pouf, on change, ou on update.

    Répondre
  • 14 juillet 2014 - 7 h 48 min

    @Neo:
    Pareil: Je n’aimerais pas casser mon EeePC 901. A l’heure de partir, dans le sac à dos avec l’appareil photo, il y a toujours une place pour lui. Il n’a pas beaucoup de stockage (ses 16Go d’origine: les SSD à ce format custom d’Asus, le mSata/M2 n’existait pas encore, ont toujours été trop chers en remplacement) mais XP a depuis longtemps été remplacé par une distro Linux légère.Juste une barrette 2Go pour éviter d’avoir à remettre du swap à la réinstall et une carte wifi sensible/puissante depuis quasiment l’origine.
    Cet outil s’accroche aux hot-spots wifi éloignés, est plus portable que bien des tablettes, conserve 6h00 d’autonomie avec sa batterie d’origine (fin 2008! Asus c’était de la bonne came!)… et au final reste à jour et fidèle au poste malgré qq gnons. Même l’écran qui est parfois orange à l’allumage tiens ainsi depuis 2 ans.
    Un équivalent (format, écran mat correct, ouvrable/modifiable au besoin) avec les 5 ans d’évolution dedans, j’achète de suite… le 901, mes enfants (qui ont grandis à essayer de me le piquer dès qu’ils le pouvaient) seront heureux de le récupérer!
    Hélas, même les nouveautés à venir font 2″ de trop. A voir sur les dimensions réelles/en main, mais c’est pas encore gagné que cela boute mon 901. En prime c’est Acer, alors une batterie qui dure 5 ans… ou même l’engin complet…

    Répondre
  • 14 juillet 2014 - 9 h 10 min

    @ uko
    vi c’est vrai, j’ai oublie qu’il ne neige jamais aux US. :-)

    Répondre
  • 14 juillet 2014 - 12 h 40 min

    @Pierre Lecourt: Merci Pierre de cet article bien pesé et avec cet esprit français dans l’écrit qui nous manque tant dans notre monde de twittomanes … Je ne fréquentais plus Minimachines depuis son tournant tablettintel, je vais revoir mon jugement si l’esprit peut encore l’emporter sur la matière ;)

    Répondre
  • 14 juillet 2014 - 13 h 35 min

    @ilyon: Si c’est pour, comme j’ai pu le lire en commentaire “dire du mal” ou “taper sur” Intel, oui je ne vois pas l’intérêt. Si c’est pour apporter une critique construite et constructive, au sujet d’Intel, aucun problème.

    Par essence “taper sur” ou “dire du mal” c’est tout sauf lié à une réflexion, c’est soit de la rumeur, soit de la calomnie.

    Je veux bien croire que certains aient la dent dure contre Intel, parce que le passé n’est parfois pas glorieux, parce que certaines affaires d’obstruction de la concurrence ne sont pas à leur honneur, parce que l’enlisement de l’Atom et la mort par Asphyxie des netbooks n’est pas à leur crédit non plus…

    Mais bon ? L’équipe dirigeante d’aujourd’hui n’est pas la même qu’à l’époque. Les efforts menés aujourd’hui ne sont plus du même niveau. Intel qui était opaque dans son code auparavant s’est mis à l’Open source. Les puces Galileo, l’implication dans le libre, les Atom qui se multiplient, les celeron qui permettent de bons niveau de perfs fanless, le futur intéressant… tout ça est a regarder à la loupe.

    J’ai été le premier a jeter ma pierre sur Intel à l’époque du blocage évolutif des netbooks pour pousser un Ultrabook trop cher. Je suis pas pour autant dans une Vendetta Anti-Intel, c’est contre productif.

    Si demain Intel sort un Atom qui écrase la concurrence ARM à 100%, avec un GPU au dessus du lot, des perfs extra, une autonomie au top et un prix intéressant, je vais pas dire aux gens de continuer a aller sur un ARM alors qu’ils en auront plus pour leur argent sous Intel ? De la même manière que je pourrais mettre en valeur une puce ARM si il y a lieu. De la même manière que j’ai pu encenser AMD à l’époque des Zacate (Avant même leur sortie je présentais le massacre face à un Intel pantouflard : http://www.cnetfrance.fr/news/amd-se-prepare-un-boulevard-avec-ses-processeurs-zacate-39778630.htm ) qui écrasaient tout sur leur passage ( http://www.cnetfrance.fr/news/prise-en-main-du-msi-u270-le-116-zacate-e350-de-msi-39777670.htm ).

    Je n’ai pas de clocher, j’ai des usages et des lecteurs, autant faire en sorte que les seconds aient le meilleur possible usage pour le meilleur prix possible. Peut importe si il s’agit d’un Intel, d’un AMD, d’un Qualcomm ou d’un obscur marchand de puces exotique.

    Bien évidemment, si Intel ou un autre se remettait a mener une politique de lobbying pour couler un adversaire, je ne manquerais pas de le dénoncer. En attendant le Tablintel est prometteur, tout comme le Tablwindows d’ailleurs. Ma meilleure machine depuis longtemps c’est le Asus T100…

    Répondre
  • 14 juillet 2014 - 15 h 08 min

    Excellent billet Pierre !
    Malheureusement ton propos n’est même pas exagéré (ou à peine)…
    Il suffit de lire n’importe quelle “prévision” à long terme datant d’il y a quelques années pour s’en rendre compte… barre de rire (ou palm face) assurée !

    En fait, ce petit jeu n’est pas prêt de s’arrêter car le public et les analystes sont ici victimes de biais cognitifs causés par le fonctionnement du cerveau humain, qui a évolué pour fonctionner dans un environnement beaucoup plus simple que celui d’aujourd’hui !

    Je te conseille un livre passionnant sur ce sujet : Le cygne noir – La puissance de l’imprévisible, de Nassim Nicholas Taleb!

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *